En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 41 min 23 sec
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 1 heure 37 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 3 heures 26 sec
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 3 heures 27 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 18 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 21 heures 30 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 23 heures 6 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 23 heures 36 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 3 heures 13 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 18 heures 2 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 19 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 21 heures 21 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 23 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 23 heures 25 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 23 heures 45 min
Le Topless Tour envahit peu à peu les réseaux sociaux
Le Topless Tour envahit peu à peu les réseaux sociaux
Cachez ce sein que je ne saurais voir

Le Topless Tour : seins nus, oui, mais de nos jours c’est seulement de dos

Publié le 26 juillet 2014
Le Topless Tour envahit peu à peu les réseaux sociaux. Les femmes posent de dos, seins nus, devant des paysages grandioses. Cette tendance serait l'expression de la liberté et de la générosité du corps féminin. Faire ce projet de dos peut être révélateur quant à notre rapport à la nudité. Il existe toujours une crainte de s'exposer aux critiques en montrant ses seins et des tabous persistent.
Christophe Colera est sociologue et anthropologue.Il a écrit La nudité pratiques et significations, éditions du Cygnes 2008 et Les tubes des années 1980 (Cygnes, 2013)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Colera
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Colera est sociologue et anthropologue.Il a écrit La nudité pratiques et significations, éditions du Cygnes 2008 et Les tubes des années 1980 (Cygnes, 2013)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Topless Tour envahit peu à peu les réseaux sociaux. Les femmes posent de dos, seins nus, devant des paysages grandioses. Cette tendance serait l'expression de la liberté et de la générosité du corps féminin. Faire ce projet de dos peut être révélateur quant à notre rapport à la nudité. Il existe toujours une crainte de s'exposer aux critiques en montrant ses seins et des tabous persistent.

Atlantico : Le topless Tour est un nouveau phénomène à la mode sur les réseaux sociaux. Même Miley Cyrus s'y est mise. Il s'agit de poser en topless devant des paysages. Comment ce phénomène a t-il été lancé et développé ? Comment expliquer son ampleur à travers la planète ? 

Christophe Colera : Le Topless Tour a été lancé par trois filles Olivia Edginton, Lydia Buckler et Ingvild Marstein étudiantes en danse et musique au conservatoire de Greenwich qui ont commencé cette série de photos topless en Norvège en décembre 2012. Le mouvement tire profit de deux tendances. Premièrement celle du "selfie" plus ou moins érotique dans divers hauts lieux de la planète qui met à la fois en valeur le corps de celui/celle qui pose, le lieu photographié, la symbiose entre les deux. En Chine par exemple il existe un artiste officiel, Ou Zhihang, qui s’est spécialisé dans la pose nue devant des endroits emblématiques de son pays . Deuxièmement la mode du topless dans l'espace public depuis trois ou quatre ans (qui n'a rien à voir avec l'ancienne mode du bain de soleil topless des années 1990), une mode qui a été préparée par divers mouvements des années 2000 : les campagnes de photos topless de diverses stars pour le dépistage du cancer du sein, la campagne "Bara bröst" des féminines suédoises pour le droit à être topless dans les piscines, le "sexterrorism" des Femen... Tout cela a préparé le terrain autour d'ailleurs de discours contradictoires visant des objectifs opposés : tantôt pour valoriser la dimension maternelle des seins, tantôt sa dimension érotique, tantôt pour mettre en valeur sa fragilité, tantôt sa force, tantôt pour le présenter comme une spécificité de l'identité féminine et un vecteur de son affirmation, tantôt pour créer l'image d'une identité entre topless masculin et féminin.

Pourquoi se lancer dans un tel projet autour du topless ?

Ces étudiantes américaines semblent avoir eu assez spontanément l'idée de cette mise en scène de leur jeunesse en jouant sur cette image de la générosité du beau corps féminin qui apaise les tensions et amène la paix au monde (la campagne américaine "Bearing witnesses" des femmes nues contre la guerre d'Irak en 2003 avait déjà joué sur cette connotations). Les trois filles y ajoutent une référence intelligente quoique subliminale aux médecines parallèles, à la pensée énergétique voire ésotérique quand elles disent "nous ouvrons notre poitrine et notre cœur au monde", ce qui pour les habitués de la médecine traditionnelle asiatique ou énergétique peut aussi signifier "nous ouvrons le chakra du coeur", ce qui est d’une grande implication existentielle.

Y a-t-il encore une liberté relative au topless à défendre ? 

Un anthropologue ou un sociologue ne peut se prononcer sur cette question, neutralité scientifique oblige. Il est clair en tout cas que la forme du sein féminin résulte probablement de la sélection sexuelle comme la taille du pénis masculin ou les couleurs des mâles chez les oiseaux - elle n'est pas fonctionnelle pour l'allaitement. Donc elle participe du long travail d'érotisation mutuelle des corps. Cette dimension érotique ne peut se gommer, et, par conséquent, tous les tabous autour de la sexualité entourent nécessairement les seins, même quand on cherche à les présenter sous un jour strictement fonctionnel ou maternel.

Paradoxalement, les femmes choisissent de cacher leurs seins en posant de dos dans un projet pourtant dénommé "topless tour". Cette pratique est-elle révélatrice d'un possible retour d'une plus grande pudeur en France ? 

Le topless de face a des inconvénients : trop frontal, il se prête à des jugements brutaux sur la taille, la forme des seins, des auréoles etc. et cela laisse peu de place à l'imagination. On peut penser que le topless de dos est privilégié pour moins choquer, et notamment pour dépasser la censure de certains réseaux sociaux. Le retour de la pudeur est général en Amérique du Nord mais aussi en Europe, dans l'esprit du respect de l'enfance, des minorités religieuses intégristes etc. La difficulté est qu'il est concomitant avec un besoin de "se montrer" et "d'assumer son corps". Le topless de dos peut passer pour une forme de compromis.

Le dos est-il devenu un nouvel objet érotique ? 

Le dos est sexué, et c'est un aspect que les peintres notamment ont mis en valeur à différentes époques, ainsi que les couturiers depuis quelques décennies avec leurs robes de soirée. Chez la femme il présente l'avantage de montrer sans montrer. Sa courbure montre dans la partie inférieure la cambrure des reins et la forme des hanches qui a toujours présenté les caractéristiques d'un "signal sexuel" comme on dit en éthologie animale, parce qu'elle est corrélée au taux d’œstrogènes et à la fécondité. Le tracé de la colonne vertébrale constitue une sorte de sillon entre la nuque et la partie "sous la ceinture" directement sexuelle. C'est donc comme un chemin qui désigne tous les signes de la puissance érotique de la femme sans les exhiber crûment. Ajoutons à cela que prise sous un certain angle la photo de dos peut aussi permettre de deviner les seins (s'ils sont volumineux, si le dos est un peu pris de biais). En outre elle peut aussi valoriser le volume des cheveux, qui, dans l'espère homo sapiens, joue aussi un rôle érotique important. On peut considérer le dos comme une épure de l'aura féminine. La recherche de l'épure pouvant fonctionner comme un temps de "re-concentration d'un regard" qui, après cette dispersé dans une surabondance d'images (une surabondance de topless frontaux, comme de nudités intégrales) a besoin de se "ressourcer" dans un monde plus suggestif, plus axé sur les signes, et plus ouvert à l'imagination.

Quel regard avons-nous sur le topless ? Est-il vu comme has-been ou sexy ? Y a-t-il des tabous associés ? 

Le topless revient de façon cyclique : dans les années 60 il était associé au premier féminisme (de masse), dans les années 1990 à des préoccupations esthétiques (le topless sur la plage) mais s'est heurté à des préoccupations de santé publique autour des seins. Aujourd'hui il participe davantage d'une volonté d'affirmation de la féminité, souvent sur un mode provocateur en choisissant des lieux inattendus (même sur le plan artistique : qu'on songe à la Marianne de la mairie de Quimper). Il se heurte aux tabous habituels qui entourent la nudité de parties du corps érotisées, même lorsqu'il prétend, comme je l'indiquais plus haut, ne défendre qu'une "égalité formelle" avec le "torse nu" masculin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

06.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires