En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 4 heures 36 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 6 heures 13 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 7 heures 44 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 13 heures 41 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 22 heures 48 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 3 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 5 heures 20 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 7 heures 26 sec
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 8 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 13 heures 51 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 23 heures 16 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 32 min
© Reuters
Le parlement est en vacances.
© Reuters
Le parlement est en vacances.
Rien de nouveau sous le soleil

Pourquoi les vacances ne risquent pas d’effacer les lignes de fractures qui travaillent la majorité

Publié le 24 juillet 2014
Depuis mercredi 23 juillet, le parlement est en vacances : jusqu'au 8 septembre pour les députés et jusqu'au début du mois d'octobre pour le Sénat.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis mercredi 23 juillet, le parlement est en vacances : jusqu'au 8 septembre pour les députés et jusqu'au début du mois d'octobre pour le Sénat.

Ouf ! Avant de décrocher pendant une quinzaine de jours au mois d'août, François Hollande et le gouvernement vont connaître un peu de répit. Depuis mercredi soir le Parlement est en vacances : jusqu'au 8 septembre pour les députés et jusqu'à début du d'octobre pour le Sénat ( élections sénatoriales obligent ). Avant cette interruption salvatrice, députés et sénateurs ont bouclé l'année dans une atmosphère tendue à cause, cette fois, de la controverse autour de l'autorisation ou l'interdiction des manifestations de protestation contre l'offensive israélienne à Gaza. Ce conflit a fait naître une nouvelle fracture au sein du PS, puisqu'on on a vu quelques députés socialistes ( la plupart élus des banlieues ) participer à la manifestation parisienne autorisée en dépit des "conseils" de retenue de leurs responsables. Ces députés  avaient pour la plupart battu des sortants communistes en 2012. Le PC ayant adopté une position totalement pro-palestinienne, il n'est pas interdit d'imaginer que quelques pensées électoralistes ont guidé leur geste. Il n'empêche : d'autres députés des banlieues n'ont pas pour autant rejoint les cortèges.

Cette actualité internationale a quelque peu estompé l'autre dissension qui s'est faite jour, à savoir la nouvelle carte des régions françaises. Certes, l'Assemblée a adopté la loi fixant la délimitation des futures régions ainsi que le report des élections régionales à décembre 2015. Mais, comme il ne s'agissait pas d'un texte au caractère "fondateur" comme le budget, huit députés socialistes ont voté contre, tout comme une partie des radicaux de gauche, et vingt-sept PS se sont abstenus. On retrouve là l'étiage des votes frondeurs ; l'ennui c'est que ne sont pas toujours les mêmes qui s'opposent ou s'abstiennent : pour le scrutin régional l'appartenance géographique a pris le pas sur la contestation de la politique économique et sociale du gouvernement. Aux "frondeurs" qui contestent les choix économiques sont venus s'ajouter les "vexés" de la réforme régionale.

Parmi ces derniers des députés généralement sans histoires : des élus "nordistes", du Sud-Ouest et de l'Est, ainsi que des proches de Martine Aubry, qui tenaient à manifester leur mauvaise humeur contre ce que l'un d'eux qualifie de "tractations d'arrière cour" menées à l'Elysée. Rien d'étonnant après la charge de la Maire de Lille sortie de sa réserve pour s'en prendre à l'union forcée du Nord Pas-de-Calais avec la Picardie ("deux régions en crise") alors qu'elle préconisait de réunir ces deux entités avec la future Normandie pour former une grande région du Nord, mais dans un deuxième temps seulement. Philippe Germain, le député des Hauts de Seine qui fut le plus proche collaborateur de Martine Aubry à Lille et rue de Solférino a relayé le courroux de son ex-patronne dans les couloirs de l'Assemblée, en déclarant que "la manière dont on a redessiné la carte des régions est significative de la manière dont on gouverne depuis trois ans"... "On" se reconnaîtra !

C'est en effet juste avant le week-end du 14 juillet que les dernières modifications ( mariage de la Picardie avec le Nord-Pas-de-Calais, de la Champagne-Ardenne avec l'Alsace-Lorraine et rattachement de Poitou-Charente à l'Aquitaine  ) ont été décidées "au Chateau" entre le Président de la république, le ministre de l'Intérieur et des barons du groupe socialiste. Ces derniers les avaient tues pendant quelques jours avant de les présenter sans tambour ni trompette à la réunion de groupe du mardi afin que les députés PS entérinent ce choix qui devait ensuite s'imposer à l'ensemble du groupe, toujours détenteur de la majorité absolue. Il y avait peu de monde ce mardi 15 juillet à la réunion et comme les absents ont toujours tort... l'amendement est passé comme une lettre à la poste.

Les élus concernés partent en vacances avec leur rancoeur en bandoulière sans pouvoir se dire " ça ira mieux demain"! Car à l'automne resurgiront les querelles autour du budget 2015 et les économies qu'il va falloir continuer de faire pour tenter de rester dans les clous alors que la croissance est atone. François Hollande a lancé un message en affirmant qu'il n'irait pas au delà des 50 milliards d'économies en dépit des admonestations de Bruxelles. C'est à la fois un signal d'apaisement envoyé aux frondeurs mais aussi l'expression de son inquiétude face à une courbe du chômage qui continue de progresser et une reprise qui n'arrive pas. Il ne peut pas compter sur les grands travaux européens censés redonner vigueur à l 'économie promis par Jean-Claude Juncker : les projets sont encore enfouis dans les cartons. A l'automne toujours, le débat de la loi sur la transition énergétique va relancer la querelle autour du nucléaire et de l'exploitation des gaz de schistes. Or, à l'automne précisément, on sera entré dans la deuxième phase du quinquennat, avec l'échéance de 2017 qui commencera à se profiler à l'horizon et toutes les interrogations qui en découlent. Pour beaucoup de députés socialistes élus "sur la vague" en 2012, cela signifie incertitude pour l'avenir, et par conséquent nervosité à cause de la montée du Front national et la perspective de triangulaires meurtrières.

Manuel Valls qui a fait un sans faute depuis son arrivée à Matignon a tout intérêt à continuer de multiplier les rencontres avec les élus PS autour de sa table à Matignon afin de les dissuader de constituer une nouvelle force politique avec les Verts ou le Front de Gauche ou encore de les persuader de voter contre le budget. Un vote négatif entrainerait leur exclusion du PS et pourrait même provoquer une dissolution de l'Assemblée avec une issue des plus incertaines. Le chiffon rouge de la dissolution est régulièrement agité sous leur nez ! Avec la préparation du congrès du PS, dont la date n'est pas encore arrêtée, voilà de quoi méditer pour élus au bord de la crise de nerfs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Enjoy
- 25/07/2014 - 01:08
Plus de deux mois de congés pour les sénateurs
vont pouvoir s'occuper de leur potager les grabataires ..
vangog
- 24/07/2014 - 11:21
Ah! ils sont en vacances...
au moins, pendant toute cette période, on va éviter les c...ies et les lois débiles pour les Français...
Si leurs vacances pouvaient durer toute la vie, on serait peinards...