En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Forte augmentation
Impact du coronavirus : le chômage atteint en France son plus haut niveau depuis 1996
il y a 28 min 48 sec
pépite vidéo > Santé
Assurance maladie
Brigades Covid-19 : les enquêteurs ont débuté leur mission pour retracer les cas contacts
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Remaniement

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Relations internationales

Coronavirus : deux leçons géopolitiques majeures

il y a 3 heures 22 min
décryptage > France
Elle est toujours vivante

Vous avez aimé la "France périphérique" de Christophe Guilluy. Raymond Depardon, le plus grand photographe français vivant, l’a mise en image

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Europe
Prix de la pandémie

750 milliards d’euros pour la relance européenne : attention à ne pas oublier les PME

il y a 4 heures 18 min
décryptage > High-tech
Censure par algorithme

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Angela Merkel va réussir la fin de son mandat en déboulonnant les dogmes politiques auxquels les Allemands étaient si attachés

il y a 6 heures 16 min
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 17 heures 9 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 18 heures 57 min
light > Science
Sage décision
Le premier lancement habité de SpaceX a été reporté à samedi en raison du mauvais temps
il y a 55 min 15 sec
pépites > Politique
Disparition
Claude Goasguen, député LR de Paris, est mort d'un arrêt cardiaque après avoir été atteint par le Covid-19
il y a 2 heures 16 min
décryptage > International
Tensions

Pourquoi Trump s’en prend à l’OMS ?

il y a 3 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Défense
"Opération dignité"

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Société
Vertige de l'amour

Si la Covid-19 a congelé votre libido, vous n’êtes pas le seul

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Politique
Baudruche ?

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Société
Boom du complotisme

Après l’économie en 2008, la science prend une claque dans l’opinion en 2020 : quel avenir pour la connaissance ?

il y a 6 heures 26 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 20 heures 17 min
© Reuters
L'Ukraine s'enfonce dans la guerre civile.
© Reuters
L'Ukraine s'enfonce dans la guerre civile.
Racines historiques

Les multiples traumatismes historiques à la racine de la propension ukrainienne à la violence

Publié le 31 décembre 2014
L'Ukraine est loin d'en avoir fini avec la guerre civile qui l'anime depuis plusieurs mois. Cette violence s'explique par des événements traumatisants qui ont marqué l'Histoire des Ukrainiens.
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ukraine est loin d'en avoir fini avec la guerre civile qui l'anime depuis plusieurs mois. Cette violence s'explique par des événements traumatisants qui ont marqué l'Histoire des Ukrainiens.

En dépit des multiples crises qui ont émaillé l’année 2014, à Kiev à Odessa et dans certaines régions orientales de l’Ukraine, on peut à bon droit estimer - et légitimement espérer - que les drames qui s’y déroulent aujourd’hui auront une ampleur moindre que ceux du siècle dernier. Qu’on en juge : l’Ukraine a été un territoire particulièrement marqué par les deux conflits mondiaux ainsi que par ses drames propres. Ce n’est alors pas par centaines qu’il fallut compter les victimes, mais par millions.

Sans remonter au soulèvement de Khmelnytsky, qui a opposé les Cosaques d’Ukraine à l’Empire polono-lituanien de 1648 à 1654, permettant ainsi à la Russie d’atteindre les rives du Dniepr – fleuve dans lequel se jette la Bérézina, séparant et unissant le territoire ukrainien – il convient de s’attarder sur la Première Guerre mondiale suivie de la Guerre civile, le Holodomor, les Grandes Purges et la Seconde Guerre mondiale.

Durant la Grande Guerre, l’Ukraine, dont le nom même est tiré du terme "frontière", se retrouve en première ligne des affrontements entre empires allemand, austro-hongrois et tsariste. Non seulement ce qui est surnommé à l’époque le "grenier à blé" de l’espace russe sort exsangue du conflit, mais il subit en outre une guerre civile terrible, opposant les bolchéviques à divers groupes, les nationalistes de Petlioura, les anarchistes de Makhno et les Russes Blancs de Kornilov. La chronique de celle-ci dans la Kiev de 1918, à travers le sort de la famille Stoupine, constitue l’objet central de La Garde blanche de Mikhaïl Boulgakov, roman décisif pour la conscience collective ukrainienne montrant le sentiment de peur collective au son des canons. Dans la foulée, la guerre russo-polonaise de 1920 voit Josef Pilsudski, chef d’Etat de la nouvelle Pologne, lancer une grande offensive contre l’Ukraine. Le calme revient très provisoirement avec l’instauration du régime bolchévique au tournant des années 1920.

En effet, dans ce pays en construction, la survie de la population est menacée par le Holodomor, c’est-à-dire une extermination par la famine dans le cadre du processus de stalinisation. Divers facteurs, comme la collectivisation, la campagne de "dékoulakisation", les réquisitions de denrées alimentaires, ont contribué à cette catastrophe. Le nombre exact de victimes, dans ce type d’exaction, n’est pas fermement établi, fait l’objet de controverses passionnées et oscille selon les experts entre 2,6 à 5 millions de morts. La zone concernée s’étend au-delà de l’Ukraine actuelle, en Caucase et en Russie notamment. Cette période tragique est l’occasion de nombreuses passes d’armes mémorielles au sein de la classe politique ukrainienne, le Président Iouchtchenko ayant beaucoup œuvré en faveur de sa reconnaissance internationale. A cela s’ajoutent les Grandes Purges de 1937-1938, qui voient surgir en pleine nuit des milliers d’arrestations conduisant à autant de crimes de masse (vraisemblablement plus de 100 000 morts). C’est donc déjà fragilisée que la République socialiste soviétique d’Ukraine aborde la Seconde Guerre mondiale.

Celle-ci sera une nouvelle épreuve pour le pays : l’Allemagne nazie envahit Kiev en 1941. On comprend, au vu du bilan des années 1930, qu’une partie des habitants ne se désole pas de l’avancée de l’opération Barbarossa. La mémoire ukrainienne est divisée sur cet épisode : ainsi, le fondateur de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne, Stepan Bandera, est considéré comme un héros par certains Ukrainiens, et comme un collaborateur nazi par d’autres. L’historien Timothy Snyder a montré combien l’Ukraine se trouvait au cœur des "Terres de sang" qu’il décrit, ces territoires qui ont fait face aux pires atrocités de l’Allemagne nazie et de l’URSS. La population juive d’Ukraine, si nombreuse à la fin de la période tsariste, est prise dans des exécutions de masse. Quant aux intellectuels pro-ukrainiens, ils n’ont guère bénéficié de traitements de faveur à l’époque soviétique.

La police anti-émeute de Kiev, l’incendie d’Odessa ou les affrontements de l’Ukraine orientale sont autant d’événements dramatiques pour un pays qui avait su trouver son équilibre depuis l’indépendance, en 1991. Sur le chemin de la non-violence, un modus vivendi avait été trouvé entre les différentes régions, y compris la Crimée. La Révolution orange de 2004 avait conduit au renversement de Viktor Ianoukovitch sans effusion de sang ; jusqu’à la répression anti-Maïdan en février 2014 et l’opération anti-terroriste de Viktor Porochenko, l’histoire récente était plutôt pacifique.

Les événements du XXe siècle trouvent encore, dans la société ukrainienne, des résonnances multiples, dont les conflits de sens doivent être médiés politiquement par un gouvernement central reflétant la diversité nationale. Encore aujourd’hui, la violence reste extrêmement prégnante dans les discours et les représentations politiques ; ainsi, si le Kremlin a utilisé à dessein une rhétorique anti-fasciste, c’est parce qu’il était à même de cliver la société ukrainienne en considérant le pouvoir de Maïdan comme illégitime, mot d’ordre repris par les séparatistes.

Pour ce pays éprouvé par les horreurs du XXème siècle, le XXIème siècle s’annonce moins violent mais pas moins critique.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Libye : la pâtée pour les mercenaires russes ?

04.

L’Express voit Bertrand bien placé pour 2022, Wauquiez mieux placé qu’on ne croit, Retailleau trop critique; Didier Raoult est un libertaire élitiste; Marianne plonge dans la France qui rêve de coup d’Etat; Merkel achète son vin et son papier toilette

05.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

06.

Trump et les conservateurs partent en guerre contre les réseaux sociaux… et ont de vraies raisons de le faire

07.

Changer de Premier ministre… ou supprimer la toute puissance du Président de la République ?

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

02.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

03.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/07/2014 - 12:08
La rhétorique anti-fasciste, c'est la
tarte à la crème de tous les régimes en manque d'arguments! Nous, les FN, en subissons les conséquences de cette pensée très unique et très médiocre, en France, autrefois pays de la Liberté et des droits de l'homme...
La dimension qu'oublie de préciser Parmentier est l'immense remplacement de population qu'a subi l'extrême-Est de l'Ukraine en faveur de colons Russes, suite à l'extermination des paysans par les socialistes et à la koulakisation forcée.
Ceci permet d'expliquer la peur des descendants de colons Russes d'être soumis à un régime qui ne leur fera pas les mêmes cadeaux que la Russie, et la volonté des Ukrainiens historiques, persécutés et exploités par les Russes, d'en découdre avec ces mêmes descendants de colons...