En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 2 heures 39 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 11 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 5 heures 45 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 14 heures 42 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 16 heures 28 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 3 heures 31 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 4 heures 49 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 3 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 8 heures 52 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 11 heures 46 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 16 heures 42 min
© Screenrelish.com
Il existe différents catégories de cons
© Screenrelish.com
Il existe différents catégories de cons
Bonnes feuilles

Pervers, puissant, ect. : les différentes catégories de cons (et comment les supporter)

Publié le 08 août 2014
"Ah, quel con !". Combien de fois l'avez-vous dit ou pensé ? Voici un petit guide pour apprendre à mieux les supporter. Extrait de "Et si je supportais mieux les cons !", de Bruno Adler, publié chez Eyrolles (2/2).
Bruno Adler
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Ah, quel con !". Combien de fois l'avez-vous dit ou pensé ? Voici un petit guide pour apprendre à mieux les supporter. Extrait de "Et si je supportais mieux les cons !", de Bruno Adler, publié chez Eyrolles (2/2).

Pour cesser de perdre la face, le moral, la santé ou de dépenser de l’énergie inutilement, je vous propose de commencer par prendre un temps de réflexion afin de classer les différents « cons » que vous avez pu rencontrer, ou que vous côtoyez encore. Cet exercice de classement permet de prendre conscience de leur réel niveau de nuisance.

Les différentes catégories de con

Bien que l’anonyme « Tonvoisin Debureau », auteur de Travailler avec des cons, considère leur classement comme impossible, je vous proposerai de distinguer les cons pour faciliter votre choix dans la bonne conduite à adopter parmi les approches décrites dans les chapitres suivants.

À l’instar de Robert Sutton, auteur du très sérieux Objectif zéro sale con, ou du héros de Carl Aderhold dans son délectable roman Mort aux cons, sachez reconnaître les nuisibles « courants » en leur attribuant le label de « cons certifiés ». Les personnes manifestant un comportement désagréable de façon « occasionnelle » seront alors considérées comme des « cons ponctuels ». Vous pourrez ensuite subdiviser ces deux catégories en fonction de propriétés particulières…

Les cons certifiés puissants (COCEPU)

Dans « COCEPU », la désignation de « puissants » correspond à l’intention d’avoir du pouvoir sur l’autre. Cette qualification ne suppose pas systématiquement qu’ils en aient la capacité ou le droit. Pour servir leur volonté de pouvoir, les COCEPU cherchent à diminuer et contrôler leurs interlocuteurs. Vous les reconnaîtrez par leurs comportements répétés à user de la dévalorisation, de la menace ou à vous faire obstacle.

Apprenez à distinguer les COCEPU +, qui ont un réel pouvoir, et les COCEPU -, dont la capacité à nuire est limitée. Leur puissance dépend plus de l’effet qu’ils produisent sur vous, que de la légitimité de leur pouvoir.

Robert Sutton site le cas de Steve Jobs, dont on peut dire qu’il avait réellement du pouvoir, du fait de sa position dans son entreprise, mais aussi de son talent personnel. S’il existe quelques COCEPU + dont le génie et le charisme font tolérer les comportements « désagréables », vous rencontrerez plus souvent des COCEPU - qui abusent de leur position dominante ou sont aveuglés par leur vision du monde. Ce sont des managers mal assurés dans leur autorité, des experts incapables de se remettre en cause, des employés coincés dans un cadre figé… au final, des personnes qui ont peur de perdre la face ou sont tétanisées par le changement. Vous aurez aussi, dans cette catégorie, des individus dénués de tout sens humain, motivés par leurs résultats ou leur seul intérêt personnel.

La recherche continuelle de performance, dans le contexte d’un rythme financier de plus en plus rapide, inadapté aux cycles de changement humains, est à l’origine de la déshumanisation des entreprises. Ainsi, bon nombre de COCEPU ont été nommés à des postes clés pour pressurer leurs collaborateurs, ou sont devenus tels par crainte de perdre leur emploi.

Face aux COCEPU tyrans, prenez conscience du pouvoir réel qu’ils ont sur vous. Vous pourrez ensuite déterminer une stratégie adaptée qui vous permettra de quitter ou d’affronter les situations difficiles.

Face aux COCEPU bloquants, vous aurez intérêt à accepter les situations figées ou à chercher avec votre interlocuteur des solutions acceptables. Vous y parviendrez d’autant plus aisément que vous saurez maîtriser vos nerfs et rester lucide en maintenant un mode de communication ouvert et constructif.

Les cons certifiés pervers (COCEPE)

Le COCEPE est redoutable par sa capacité à créer tout d’abord une relation agréable, puis, progressivement, à faire croire à sa victime qu’elle est nulle et a besoin de lui. La perversité tient à son habilité à manipuler, associée à son grand plaisir à diminuer l’autre. C’est le champion de la mauvaise foi, il pratique le mensonge avec un tel aplomb qu’il est difficile de le contrer.

Les pervers narcissiques sont certainement les pires. Il est impossible de les raisonner, car ils sont convaincus de leur supériorité, et souvent inconscients de leur perversité. On les nomme aussi les « vampires affectifs » car, dans les relations sentimentales, ils sont capables de faire des dégâts irréparables, et mêmes fatals. Ils sont à fuir assurément.

Vous pourrez éventuellement combattre ou maîtriser ceux qui n’ont pas cette pathologie en faisant appel à des alliés puissants ou en vous appuyant sur des éléments factuels.

Quel que soit le niveau du COCEPE, la toute première étape consiste à prendre conscience de sa manipulation. Ce n’est pas évident pendant la phase de séduction, et difficile dans la phase d’aliénation, la tension qu’il génère ne permettant plus d’avoir la lucidité de retrouver un niveau de confiance en soi indispensable pour récupérer son indépendance.

Les cons ponctuels inconnus (COPOIN)

Vous croisez les COPOIN dans des situations de tension qui déclenchent, chez les humains, des comportements primaires. Ce phénomène s’observe particulièrement dans le contexte de la circulation automobile. Peut-être avez-vous déjà été confronté à eux dans des circonstances qui les conduisent à un comportement désagréable, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient systématiquement agressifs ou humiliants. Vous-même, vous êtes-vous surpris à vous laisser aller à des colères exagérées ? Vous considérez-vous pour autant comme un « con certifié » ?

Vis-à-vis des COPOIN, le lâcher prise semble des plus sages ; inutile de gaspiller de l’énergie face à des personnes que vous ne reverrez jamais et dont la nuisance réside essentiellement dans le fait que votre ego ait été touché.

Les cons ponctuels connus (COPOCO)

Lors d’une circonstance particulière, ils vont révéler un comportement qui déclenche chez vous une gêne. Cela vous surprend d’autant plus qu’habituellement vous entretenez des rapports courtois ou même amicaux avec eux.

Le principe de base, dans ce cas, est d’accepter l’imperfection humaine. Ainsi vous sera-t-il possible de tolérer certains comportements de personnes que vous appréciez par ailleurs. Cela ne vous empêchera pas de signifier votre malaise, vous serez peut-être entendu si vous ne le formulez pas sous forme d’un reproche. Et vous pourrez conserver de bonnes relations avec des interlocuteurs « courants » en vous évitant de rompre trop spontanément une communication habituellement fluide.

L’histoire de « Nounours » en introduction illustre combien un événement sans grande conséquence peut créer une regrettable rupture. Elle me permet aujourd’hui d’être plus mesuré dans mon attitude face à des déconvenues amicales. Je me rends compte que, dans la majorité des cas, les comportements qui me causent un désagrément sont dus à de la maladresse ou à un état de stress de l’une ou l’autre des personnes concernées.

Extrait de "Et si je supportais mieux les cons !", de Bruno Adler, publié chez Eyrolles, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
acsot
- 20/07/2014 - 21:46
Et les Coquieco ...
Il y aussi les cons qui écrivent des c... sur les cons.
yeneralobregone
- 20/07/2014 - 14:55
et les " vrai cons "
ceux qui n'ont pas été capable de passer le bac en 2014 alors qu'on le donne à tout le monde , vous en pensez quoi ?
solognitude
- 20/07/2014 - 14:43
Je résume:
Donc notre président est un cocepu+, dont la la capacité à nuire est
évidente. Petit devoir de vacances: Cherchez les cocepu- parmi les
brêles du gouvernement.