En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 29 min 40 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 21 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 7 heures 36 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 14 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 11 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 31 min
© Reuters
Un détenu de Guantanamo est sorti de la prison où il avait passé dix ans, sans preuves d'implication dans des affaires terroristes.
© Reuters
Un détenu de Guantanamo est sorti de la prison où il avait passé dix ans, sans preuves d'implication dans des affaires terroristes.
Hors-la-loi

Guantanamo : combien de temps encore les Etats-Unis parviendront-ils à maintenir leurs camps dans le non-droit total ?

Publié le 28 juillet 2014
La tristement célèbre prison de Guantanamo existe toujours, en dépit des injonctions des connaisseurs des droits de l'homme. En 2009 puis en 2014 Barack Obama s'est engagé à fermer ses portes, cependant il fait face à l'opposition des Républicains et d'une partie des Démocrates, et surtout, au désintérêt de l'opinion publique américaine.
Dominique Inchauspé pratique le droit pénal à Paris depuis 1983. Il intervient aussi fréquemment à l'étranger. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la justice pénale française et anglo-saxonne, comme 'L'erreur judiciaire' (PUF, 2010) et 'L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Inchauspé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Inchauspé pratique le droit pénal à Paris depuis 1983. Il intervient aussi fréquemment à l'étranger. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la justice pénale française et anglo-saxonne, comme 'L'erreur judiciaire' (PUF, 2010) et 'L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La tristement célèbre prison de Guantanamo existe toujours, en dépit des injonctions des connaisseurs des droits de l'homme. En 2009 puis en 2014 Barack Obama s'est engagé à fermer ses portes, cependant il fait face à l'opposition des Républicains et d'une partie des Démocrates, et surtout, au désintérêt de l'opinion publique américaine.

Atlantico : Un détenu de Guantanamo est sorti de la prison où il avait passé dix ans, sans preuves d'implication dans des affaires terroristes, les poches vides, selon le site d'information Vice News. Son portefeuille ne lui a pas été rendu. Les militaires ont expliqué que cet argent aurait pu servir à financer des opérations terroristes. Selon le Droit international des droits de l'homme, ne pas rendre cet argent relève du pillage et constitue un crime de guerre. Qu'en est-il ?

Dominique Inchauspé : Cela me paraît difficile. En droit international (conventions de Genève et Statut de Rome de la Cour pénale internationale), le crime de pillage ne se conçoit que lorsque les faits se commettent à l’occasion d’un conflit armé, international ou non international. C’est pour cela qu’il est qualifié de crime de guerre. Ce n’est tout de même pas le cas de Guantanamo. Hors droit international et, par exemple, en droit français, lorsque des biens ont été saisis pendant une enquête pénale qui se clôture par un non-lieu, une relaxe ou un acquittement, la restitution des objets saisis peut être refusée "lorsque celle-ci est de nature à créer un danger pour les personnes ou les biens."  Le concept est assez lâche et sa pratique dépend des circonstances du dossier.  

Qu'est ce qui permettait à Guantanamo d'échapper à tout contrôle juridique ? Cette absence de contrôle est-elle toujours actuelle ? Que font les Etats-Unis pour tenter d'imposer un cadre juridique au camp de Guantanamo ?

A l’origine, le cadre légal est le Patriot Act de 2001. Cette loi est prise par le Président Georges W Bush, donc par le pouvoir exécutif et non par le pouvoir législatif (le Congrès). C’est dire son côté ad hoc et la force qu’elle initie. Cette loi crée deux "notions", si l'on peut dire. La première est celle "d’ennemi combattant". D’après le Département d’Etat, il s’agit  d’un "individu qui fait partie ou qui supporte les forces des Talibans ou d’Al-Quaïda ou dont les forces associées sont engagées dans des hostilités contre les Etats-Unis ou les forces de coalition."  On comprend qu’il s’agit surtout de personnes qui n’ont rien à voir avec l’accusé d’une procédure judiciaire normale. A l’époque, le concept fait hurler.

Le Patriot Act crée aussi le principe de juridictions d’exception tenues par des militaires. Les droits de la défense y font donc profil bas. Puis, dans les années qui suivent, Cour suprême et pouvoir exécutif et législatif vont s’affronter. D’une part, la Cour va protéger – un peu – les détenus de Guantanamo : dès 2004, elle juge que l’habeas corpus et les amendements à la Constitution des Etats-Unis qui posent les droits de la défense doivent bénéficier aux détenus de Guantanamo. En riposte, le gouvernement américain  crée les Combat Status Review Tribunals et le Congrès vote le Detainee Treatment Act en 2005 qui supprime le droit à l’Habeas Corpus pour les détenus de Guantanamo.  Nouvel arrêt de la Cour suprême et nouvelle riposte du Congrès qui vote le Military Commission Act en 2006. Puis, encore un arrêt de principe de la Cour suprême rappelant les droits fondamentaux, etc.

Il est très intéressant de voir que, aux Etats-Unis (et aussi en Grande-Bretagne), le pouvoir judiciaire a lutté contre les excès du pouvoir politique ; en revanche en France, les politiques ont voté des lois qui restaient à peu près dans un cadre juridique habituel.

De quels recours les détenus peuvent-ils user ? Quelles sont leurs chances d'aboutir ?

Le principal recours est la procédure en habeas corpus, d’où tous les combats législatifs évoqué plus haut, et l’importance du dernier arrêt de principe, Boumediene vs Bush en 2008 qui autorise le writ (mandart, ndlr) of habeas corpus pour les détenus de Guantanamo. Le principe est un recours devant une juridiction judiciaire normale pour juger que la détention est illégale. Ces procédures ont permis de nombreuses remises en liberté.

Barack Obama a fait de la fermeture du camp l'un de ses objectifs dans un discours de janvier 2014 qui reprend la promesse faite en 2009. L'une des raisons de son échec semble être l'opposition des Américains à la fermeture du camp, comment l'expliquer ?

Les Américains, et les Anglo-Saxons de manière générale, sont des gens peu commodes lorsque ce qu’ils estiment relever de leurs intérêts fondamentaux est mis en cause ; qu’il s’agisse d’intérêts économiques ou politiques ou quand ils estiment que leurs libertés publiques sont malmenées. Certes, ce peut être le cas de bien des peuples mais il semble que, chez nos amis d’outre Manche et d’outre Atlantique, le phénomène prenne une dimension que nous comprenons difficilement. Il y a là un élément irrationnel : la NSA espionne les alliés de l’Amérique dans des proportions jamais vues ; les Etats-Unis envahissent l’Irak car ils croient que faire du nation building dans un pays lointain servira les intérêts de leur pays ; les Anglais envoient la Home Fleet reconquérir quelques ilôts perdus dans l’Atlantique sud (les Malouines) alors que les Français auraient sans doute négocié et transigé si on nous avait pris Djibouti (on aurait aussi vendu des Airbus à nos adversaires) ; durant la Seconde Guerre mondiale, quelques mois après l’entrée en guerre des Etats-Unis, et alors que l’Allemagne nazie n’a infligé aucun dommage à la population américaine, l’US Air Force bombarde de jour et à coup de centaines d’appareils les villes allemandes, simplement parce que la guerre est déclarée et qu’il faut la gagner. Quant aux Anglais, qui pardonnent peu le Blitz, ils envoient 1.000 bombardiers raser Cologne de nuit (il ne reste que la cathédrale).

Dans le cas de Guantanamo, on y trouve des individus que l’opinion publique estime à tort ou à raison être impliqués dans les attentats du 11 septembre. Le 11 septembre est l’équivalent de Pearl Harbor : une attaque surprise, traîtresse, portant un coup très dur et à très grande échelle aux Etats-Unis. On sait ce qu’il advint du Japon impérial.  On a vu aussi un déferlement de GI’s et de Marines en Afghanistan, en Irak et des assassinats ciblés dont les listes sont établies par Barack Obama lui-même, le démocrate préféré des Européens.  Que ces guerres orientales n’aient pas été gagnées n’y change rien : les Américains doivent songer que les présumés terroristes qui sont encore à Guatanamo, ceux-là au moins, "on les tient".

De plus, il faut savoir que, dans l’inconscient anglo-saxon, les personnes mises en cause sur le plan judiciaire, coupables ou innocentes, se placent déjà en marge de la communauté des citoyens libres et honnêtes. Ils ont donc moins de droits que les autres. On leur reproche un mode de vie "unfair". Les libertés publiques protègent les gens honnêtes contre les empiètements réels ou supposés du pouvoir central (une obsession très américaine) ; elles ne protègent pas ou peu les accusés d’un crime qu’ils ont (ou n’ont pas) commis. Toute la rhétorique sur les droits de la défense est contrebalancée par une pratique judiciaire et des abus dont on n’a aucune idée en France. L’innocence de centaines de condamnés définitifs est reconnue depuis plusieurs dizaines d’années mais les opinions publiques s’émeuvent peu. Explication à mon sens : les intéressés n’avaient pas à se trouver au mauvais endroit et au mauvais moment.

Alors, les détenus de Guantanamo et leurs droits…

Quelles autres difficultés Barack Obama connait-il ? Quels moyens de pression a-t-il à sa portée ?

Je ne suis pas si certain que Barack Obama veuille prendre une décision de principe sur Guantanamo, comme un Patriot Act à l’envers. Il voudra éviter de froisser l’inconscient collectif américain. S’il veut une loi votée par le Congrès, ce sera difficile : au Sénat, les démocrates ont une courte majorité et je ne crois pas que tous sont favorables à la fermeture de Guantanamo. A la Chambre des représentants, les Républicains sont majoritaires : c’est plié, pour obtenir un accord. Déjà, en 2009, la Congrès, alors à majorité démocrate, avait refusé de voter des crédits en faveur de la fermeture. En revanche, j’ai l’impression que, comme c’est un homme subtil, Barack Obama procède à une "vidange" progressive de la prison. A ce jour, il ne reste là-bas qu’un peu moins de 150 détenus. Petit à petit, l’administration démocrate les transfère vers des prisons normales sur le territoire américain. Avec les procédures en habeas corpus, il ne restera sans doute plus grand monde dans quelques temps. On pourra fermer en disant que cela ne sert plus à rien.

Comment expliquer le silence et l'inaction de la communauté internationale ?

A mon sens, par une "empathie" inconsciente avec le sentiment de l’opinion publique américaine. Le terrorisme livre partout une guerre d’une telle agressivité contre les démocraties que les bonnes volontés, hormis celles des professionnels des droits de l’homme, sont un peu annihilées. Cette guerre est si inhumaine et semble si gratuite (la chevauchée des djihadistes au Mali que nous avons stoppée, l’enlèvement des jeunes filles au Nigéria, les exécutions massives dans le nouveau califat irakien) que l’on passe (et que l’on pense) à autre chose.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires