En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 49 min 44 sec
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 16 heures 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 16 heures 23 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 18 heures 18 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 19 heures 30 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 21 heures 21 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 16 heures 37 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 17 heures 47 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 18 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 20 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 22 heures 56 sec
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 23 heures 41 min
© Reuters
François Hollande et le président de la côte d'Ivoire Alassane Ouattara.
© Reuters
François Hollande et le président de la côte d'Ivoire Alassane Ouattara.
Retard à l'allumage

François Hollande tente de ressusciter la Françafrique... mais trop tard

Publié le 17 juillet 2014
Le président qui avait déclaré "je romprai avec la Françafrique", entame ce jeudi 17 juillet une tournée de trois jours en Côte d'Ivoire, au Niger puis au Tchad afin d'y faire le point sur l'état des intérêts français. Un engagement qui se déclenche relativement tard maintenant que la concurrence des émergents, mais aussi celle d'autres Etats européens, s'est fortement implantée sur le continent.
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Glaser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien fondateur de La Lettre du Continent, Antoine Glaser est spécialiste de l’Afrique. Son dernier ouvrage, Arrogant comme un Français en Afrique, est paru chez Fayard.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président qui avait déclaré "je romprai avec la Françafrique", entame ce jeudi 17 juillet une tournée de trois jours en Côte d'Ivoire, au Niger puis au Tchad afin d'y faire le point sur l'état des intérêts français. Un engagement qui se déclenche relativement tard maintenant que la concurrence des émergents, mais aussi celle d'autres Etats européens, s'est fortement implantée sur le continent.

Atlantico : François Hollande entame aujourd’hui une tournée africaine, de la Côte d'Ivoire au Tchad en passant par le Niger. Peut-on s’interroger sur la nature de ce voyage de la part d’un président qui souhaitait mettre un terme à la Françafrique avant son entrée en fonction ?

Antoine Glaser : On observe tout d’abord sur le plan géostratégique que la France se retrouve dans une sorte "d’anachronisme historique" à travers le discours défendu par une classe politique, notamment du côté socialiste, qui souhaitait effectivement sortir de la Françafrique et de ces fameux "quinze pays"  nés de la dissolution de l’AEF et de l’AOF (Afrique Equatoriale et Orientale Française, NDLR). La visite de François Hollande au Nigeria ainsi que celle organisée pour les 50 ans de l’Union africaine à Addis Abeba en Ethiopie résultait justement de cette tentative.

On voit pourtant bien à travers ce déplacement que l’Hexagone est revenu sur "sa" zone sahélo-saharienne qui comporte de nombreuses anciennes colonies, l’idée étant désormais de conserver les avantages qui sont déjà les nôtres. Cette position est principalement celle d’un "gendarme africain" dont le rôle sécuritaire est effectivement prédominant dans la région. C’est principalement cet aspect qui sera abordé lors des visites au Niger et au Tchad alors que la France s’apprête à lancer un nouveau dispositif militaire. La visite en Côte d’Ivoire comporte toutefois un volet plus directement économique.

On constate certes donc un certain "effet rétro" de la politique africaine : notre mission de sécurité se plaçait dans une logique de préservation des intérêts occidentaux contre l’URSS durant la Guerre Froide, aujourd’hui nous faisons d’une certaine manière la même chose contre les menaces représentées par le terrorisme et les conflits civils.

Peu de patrons français accompagnent aujourd’hui le président en Côte d’Ivoire. Comment expliquer cela alors que le pays représente de nombreuses opportunités au plan économique ?

On peut éventuellement supposer qu’un certains nombre de chefs d’entreprises n’ont pas souhaité accompagner M. Hollande car ces derniers considèrent que le marché africain nécessite moins d’investissement que des marchés plus difficile à pénétrer (Chine, Inde, Brésil…). Peut-être aussi ne font-ils pas confiance au Président pour susciter des opportunités économiques. Plus largement, on voit là l’illustration d’une contradiction de la part d’un chef de l’Etat qui ne veut pas agir en "VRP de l’économie française" et qui invite pourtant plusieurs PME pour développer un axe sur la politique de la ville et le développement durable. C’est là somme toute une tentative "politiquement correcte" d’échapper à l’image d’un grand gourou français accompagné du traditionnel "B&B" (Bouygues et Bolloré, NDLR), mais qui reste forcé de répondre aux nécessités économiques liées à tout voyage officiel.

En creux cela pose la question des contresens de la politique africaine de la France au niveau économique, contresens qui sont pourtant soulignés depuis des années par divers dirigeants de l’Hexagone, mais contre lesquels très peu est fait pour inverser la tendance.

Voir aussi : "Quand la Chine tente de bouter les Français hors d'Afrique"

Cette perte d’influence française dans la région est-elle irréversible ?

L’Afrique s’est mondialisée presque deux fois plus vite que la France sur les deux dernières décennies. Entre temps les dirigeants économiques et politiques français sont restés sur leurs vieux acquis et n’ont pas pris une seconde en compte cette nouvelle donne, caractérisée notamment par l’arrivée de nouveaux partenaires commerciaux : les pays émergents évidemment, mais aussi des puissances développées comme l’Allemagne et l’Angleterre. Un diplomate britannique résumait ainsi en privé assez bien la situation : "we do business, and French take care of security" ("nous faisons des affaires, et les Français s’occupent de la sécurité"). Le fait que l’Europe n’ait pas réussi à mobiliser plus de 800 soldats communautaires pour la Centrafrique démontre assez bien cette réalité : la France n’est considérée dans la région qu’à travers ses capacités militaires, et dans le même temps n’arrive pas à faire valoir ses intérêts économiques. 

François Hollande défendra logiquement certaines volontés françaises dans la région. A l’inverse que pourrait-il céder aux chefs d’Etat africains qu’il rencontrera lors de cette "tournée" diplomatique ?

Le rapport entre la France et ses anciennes colonies s’est dans les faits déjà inversé et ce depuis longtemps. Officiellement les chefs d’Etat africains se gardent de bien de toute déclaration publique dans les conférences de presse, mais ce sont bien ces derniers qui ont tendance à devenir de plus en plus les maîtres du jeu. A titre d’exemple, Alassane Ouattara, président ivoirien, a fortement milité après son intronisation pour l’annulation sans contreparties de la dette de son pays à l’égard de la France. Normalement, ce type de mesures s’accompagne de projets de développement qui visent à ré-investir efficacement les fonds qui ne seront plus consacrés aux remboursements financiers. M. Ouattara préfèrerait toutefois employer cet argent autrement et demande une annulation "sèche" de la dette. Par ailleurs, il obtient grâce au développement du nouveau dispositif de sécurité français le retour en 2015 de troupes hexagonales sur son territoire (près de 950 estime t-on aujourd’hui).

En ce qui concerne le Tchad, le climat sera bien plus familier puisque le président du pays, Idriss Déby, est considéré comme le "M. Elysée" de la région depuis sa prise de pouvoir en 1990. A tel point d’ailleurs qu’en 2008 son principal opposant Oumar Mahamat Saleh disparaîtra soudainement de la circulation alors qu’un important mouvement de révolte soudano-tchadien couvait dans la région. Toutes les enquêtes, au Tchad comme en France, n’ont pas abouti depuis… La visite revêt néanmoins un caractère bien particulier puisque le Tchad sera comme je l’ai déjà évoqué le point névralgique du futur dispositif militaire français dans la bande sahélo-saharienne. Sachant que l’armée française compte énormément sur le soutien d’Idriss Déby, et que l’installation d’une base militaire contre rémunération (de l’ordre de 20 à 30 millions d’euros) est en suspens, on devine que là encore l’interlocuteur de M. Hollande sera dans une relative position de force. Il faut ajouter à cela les  43 soldats tchadiens qui ont péris au Mali, ce qui ajoute une sorte de "dette de sang" dans les rapports franco-tchadiens.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires