En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Capture d'écran / You tube / Envoyé spécial /
Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel.
Deux poids deux mesures
9 mois ferme pour avoir comparé Taubira à un singe : une sévérité sans précédent (surtout en la comparant à ce qui vaut la même peine par ailleurs)
Publié le 17 juillet 2014
Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel, dans les Ardennes, a été condamnée mardi par le tribunal de grande instance de Cayenne à neuf mois de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité, assortie d'une amende de 50 000 euros. Elle avait assumé un photomontage diffusé sur son compte Facebook, sur lequel la garde des Sceaux Christiane Taubira était assimilée à un singe. Le TGI de Cayenne a par ailleurs condamné le FN à 30 000 euros d'amende.
Jean-Michel Scharr est avocat à la Cour, spécialisé en droit des victimes et droit des personnes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Scharr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Scharr est avocat à la Cour, spécialisé en droit des victimes et droit des personnes.
Voir la bio
Gérald Pandelon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire et avocat à la Cour d'appel de Paris, Gérald Pandelon est docteur en droit et docteur en science politique. Diplômé de Sciences-Po, il est également chargé d'enseignement. Il est également l'auteur de L'aveu en matière...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Sophie Leclère, ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel, dans les Ardennes, a été condamnée mardi par le tribunal de grande instance de Cayenne à neuf mois de prison ferme et cinq ans d'inéligibilité, assortie d'une amende de 50 000 euros. Elle avait assumé un photomontage diffusé sur son compte Facebook, sur lequel la garde des Sceaux Christiane Taubira était assimilée à un singe. Le TGI de Cayenne a par ailleurs condamné le FN à 30 000 euros d'amende.

Atlantico : Au regard des faits reprochés, cette décision est-elle logique ? A quoi s'expose-t-on juridiquement pour des propos xénophobes ? Quelles sont les condamnations dans ces cas là ?

Jean-Michel Scharr : La réaction judiciaire doit être proportionnée à ce qu’on a l’habitude de voir dans les tribunaux. La sanction pour cette ancienne candidate FN est disproportionnée. En général les propos xénophobes et racistes sont sanctionnés par une peine de prison avec sursis comprise entre deux mois et quatre mois maximum. En 25 ans de pratique, je n’ai jamais vu de condamnation supérieure. Les propos xénophobes et racistes entraînent par ailleurs une amende proportionnée aux revenus mais cette amende n’est pas très haute : entre 800 et 1200 euros en moyenne, 5000 euros maximum. L’amende payée par le FN est une aberration juridique : je vois mal comment on peut condamner pénalement une personnalité morale.

Gérald Pandelon : C’est une décision sévère notamment parce que le casier judiciaire de la personne mise en cause ne porte trace d'aucune condamnation. Des faits similaires sont sanctionnés par une peine comprise entre trois mois et six mois de prison avec sursis et par des peines de 5000 euros d’amende si la personne n’est pas en état de récidive. Je me souviens d’une personne coupable de propos injurieux et racistes alors qu’elle était en récidive légale et elle a écopé d’une peine de prison avec sursis. Avec de surcroit une condamnation à 50 000 euros d’amende, c’est quasiment une première dans l’histoire pénale française s'agissant d'un primodélinquant. L’amende pour le FN n'est par ailleurs pas réellement justifiée car le parti n’a pas à être considéré comme obligatoirement  responsable et solidaire des agissements et en plus il y a un flou juridique au niveau du statut  départageant le FN et le RBM (Rassemblement bleu marine). 

A quel type de condamnation s’expose-t-on quand on hurle "Mort aux Juifs" devant une synagogue comme cela a été le cas lors des manifestations pro-palestiniennes à Paris ce dimanche selon plusieurs témoignages ?

Jean-Michel Scharr : On peut être condamné à de la prison ferme notamment pour des propos antisémites s’ils sont considérés comme des troubles à l’ordre public. La condamnation à la prison ferme est théoriquement faisable mais il faut que les propos xénophobes soient réitérés et je ne l’ai jamais rencontré.

Gérald Pandelon : Ce type de propos est considéré comme injurieux, à caractère raciste et diffamatoire. Tout dépend si la personne est en état de récidive et s’il y a des circonstances aggravantes : si elle n’a jamais été condamnée elle écopera d’une peine avec sursis comprise entre trois mois et six mois. Des propos antisémites peuvent être considérés comme des troubles à l’ordre public seulement s’ils s’accompagnent de dégradations de biens par exemple. 

Quels types de faits entraînent généralement une condamnation à neuf mois de prison ferme ? 

Jean-Michel Scharr : Il faut déjà dire qu’il n’a pas été ordonné de mandat de dépôt dans le cas de l’ex-candidate FN, sans doute par conscience que la peine est importante. Anne-Sophie Leclère a été condamnée mais elle est libre pour le moment. Il appartiendra au procureur de la République d’exécuter la décision. Pour avoir pris neuf mois de prison ferme il faut en avoir fait beaucoup car on ne met pas en prison à n’importe quel titre. On est généralement condamné à des peines similaires lors de violences réitérées sur une personne vulnérable ou sur son conjoint, ou encore pour trafic de stupéfiant important. J’ai récemment vu le cas d’une personne qui conduisait alors que son permis avait été récemment retiré. Il était sous l’emprise d’alcool et a causé un accident routier très grave. Il a été condamné à neuf mois de prison ferme.

Quelles sont les décisions de justice récentes qui ont condamné le prévenu à des peines inférieures alors que les faits étaients pourtant graves ? On sait que cinq hommes ont été récemment relaxés dans une affaire d’agressions sexuelles répétées commises sur une jeune femme handicapée mentale en Charente…

Jean-Michel Scharr : Autre exemple il y a trois semaines où un homme avait été condamné avec sursis pour des faits de violence sur son épouse. Il était placé sous contrôle judiciaire et a récidivé. Il a été condamné à la fois pour violence et pour violation de contrôle judiciaire à 4 mois de prison ferme.

Gérald Pandelon : Il faut déjà rappeler que Jean-Marie Le Pen a été condamné à chaque fois à des peines bien inférieures pour ses propos alors qu’il était en état de récidive. J’ai le cas récent d’un homme poursuivi pour des propos injurieux sur une personne dépositaire de l’ordre public et qui a porté atteinte à un magasin. Il était en récidive  pour les mêmes faits commis quatre auparavant. Il a pris six mois ferme et 1000 euros d’amende. On peut aussi évoquer le cas d’un autre homme qui a eu trois poursuites pénales en deux ans d’intervalle : la première pour des faits très graves de séquestration avec violence, la deuxième pour menace avec armes un an après et la troisième pour des propos injurieux et racistes. Jugé pour ses trois faits il a écopé d’un an de prison avec sursis sans amende. 

Le fait que ce soit la garde des Sceaux qui ait été visée par les propos xénophobes d’Anne-Sophie Leclère a-t-il pu jouer en défaveur de l’ancienne candidate FN ?

Jean-Michel Scharr : Oui clairement et nécessairement car c’est la ministre de la Justice. Elle a une haute fonction politique, elle incarne l’exécutif et le Tribunal de Grande Instance de Cayenne a décidé de marquer le coup. Il faut toutefois que la sanction soit proportionnelle sinon elle perd de son sens. Là, cette décision peut apparaître comme paradoxale alors que le gouvernement veut limiter l’enfermement carcéral. Je pense que des travaux d’intérêt général auraient été plus opportuns. 

Gérald Pandelon : C’est une décision empreinte de politique. Le parquet est hiérarchisé et tout en haut de l’échelle c’est la garde des Sceaux. Je suppose que des instructions ont été données au parquet. Si elles l’ont été de façon écrite ça peut être versé au dossier mais si c’est oral le substitut du procureur va tenir compte. Entre une personne du FN et sa carrière juridique, le substitut du procureur qui est relativement jeune fera vite son choix…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloberval
- 18/07/2014 - 15:06
Que le juge ait expliqué son jugement dans la presse montre bien
qu'il ne se suffit pas à lui même.
1/ Le site ou Taubira a été accotée avec un singe est un site de candidat aux municipales ou la terre entière ne va pas. La revue Charlie-Hebdo qui est bien plus vue a publié des portraits pires sans être poursuivie. C'est la liberté d'expression et l'humour pour l' un l'insulte et la bêtise pour l'autre. Cette dame est donc punie pour son manque d'esprit devenu une circonstance aggravante alors que d'habitude ne pas comprendre ses actes atténue la responsabilité.
2/ En France il y a une longue tradition de caricatures politiques des gouvernants. On n'a pas hésité pour s'opposer à utiliser impunément des caractéristiques physiques ou à faire des montages avec des d'animaux. Or Mme Taubira n'est pas une simple particulière mais une ministre fort contestée et c'était un site électoral.
3/ Ce délit est un délit symbolique et le dommage causé aussi. Les sanctions infligées sont de celles qui démolissent une vie qui jusque là était une vie normale. Cela ne correspond pas à ce que Mme Taubira préconise même contre des délinquants récidivistes, nuisibles et décidés à le rester. Son approbation du jugement n'est-elle pas celle d'une vengeance offerte?
Benino
- 17/07/2014 - 17:31
Les francais parlent aux français ...prudence, l'ennemi écoute
Entrons en résistance face a l'arbitraire et méfions nous des séides zèles qui triturent nos lois. Une Stazi peut en cacher une autre. Les manteaux d'hermine cachent de redoutables doctrinaires. Avis a tous, le Peuple est en danger !
Anguerrand
- 17/07/2014 - 17:25
Une seule solution pour une justice representant
les aspirations du citoyen, l'élection directe avec un programme et surtout un compte rendu de son action. Peu de juges actuels seraient reconduits dans leur fonction. Cette méthode est démocratique et appliquée dans certains pays. C'est la seule solution pour se débarrasser de ces juges rouges. À Leucate vous avez raison il faut adapter le nombre de places de prisons à la délinquance et non l'inverse. Il faut aussi rentabiliser les prisonnier en les faisant travailler pour participer au coût exorbitants de leur détention. Taubira veut même leur verser le RSA sans rien faire!