En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Cher Gaspard Koenig
Apocalypse now ! Vraiment ?
Publié le 21 août 2011
Notre contributeur Gaspard Koenig a prédit dans Atlantico la fin du monde tel qu'il a été formaté par l'Occident. Benoît Rayski a trouvé son article amusant. Mais il ne sait pas s'il doit en rire ou en pleurer.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre contributeur Gaspard Koenig a prédit dans Atlantico la fin du monde tel qu'il a été formaté par l'Occident. Benoît Rayski a trouvé son article amusant. Mais il ne sait pas s'il doit en rire ou en pleurer.

Un jour, sur les murs du palais de Babylone, où festoyait le roi Balthazar, une main mystérieuse écrivit (Ancien Testament, Livre de Daniel) : « Mane, mane, tekhel, fares » (« Peser, peser, compter, diviser »). Cette phrase signait l'arrêt de mort du souverain babylonien. Et le lendemain Balthazar mourut, et son royaume avec. Sur le mur d'Atlantico, Gaspard Koenig a écrit lui aussi (et c'est signé, ce qui n'était pas le cas à Babylone) son « Mane, mane, etc. » pour annoncer – et aussi souhaiter – la fin de notre vieux monde. Son mérite est grand. En effet, les cavaliers de l'Apocalypse (Nouveau Testament) qui, eux aussi, sonnaient le glas pour la fin des temps, étaient quatre : lui, il est tout seul !

Le genre apocalyptique est, si l'on peut le dire dans ce contexte, vieux comme le monde. La Bible (Ancien et Nouveau Testaments réunis) en atteste. La grande peur de l'An Mil en témoigne. Et divers écrits des siècles écoulés le confirment, en particulier L'île aux pingouins d'Anatole France et le célèbre Déclin de l'Occident d'Oswald Spengler dans les années 30. C'est donc un genre qui traduit en général soit la peur de l'inconnu et du futur soit le désir farouche d'une punition des méchants. Un genre qui tire sa beauté – il arrive que ce soit beau – de son lyrisme mortifère. Simplement, ce genre là ne supporte que l'incantation prophétique. Gaspard Koenig – et c'est dommage pour lui – a voulu rationaliser, argumenter son cri. Le résultat est pathétique.

On apprend ainsi que plane sur notre monde l'ombre des « grandes jacqueries » (chômeurs, précaires, etc.)... S'y ajoute l'ombre du Rouge (travailleurs déclassés, étudiants désoeuvrés, etc.)... L'ombre des « guerres de religions », alors que s'avance une « foi invincible » (l'islam, je suppose). Mais les plus goûteuses saveurs de ce breuvage apocalyptique sont à venir. Gaspard Koenig évoque en effet une autre ombre bien plus effrayante : celle des « barbares d'extrême-orient » qui, « s'invitent à nos frontières ». Et enfin, « l'ombre des barricades », sans doute la plus belle à ses yeux, portée (là, je dois citer en entier) par « le peuple des villes chassé à leurs périphéries mais qui a gardé intacte sa fougue, son goût du sang, son rêve de justice ». Et il conclut, lyrisme oblige : « La Commune est devenue Cité » !!

Faut-il en rire ? Faut-il en pleurer ? Rions. Gaspard Koenig travaille dans une banque à Londres. C'est un poste d'observation qui souffre de quelques inconvénients. Il a certainement dans son bureau des ordinateurs qui montrent des Bourses en folie et des cours qui plongent. Il a à portée de son regard des magasins pillés, des maisons incendiées par des voyous « rêvant de justice ». Il y a effectivement là de quoi faire vaciller les esprits les plus aguerris. Mais le monde est grand, très grand. Il faut sortir de la banque. Et par exemple regarder vers l'Est, la Pologne (j'y suis actuellement), la République tchèque, la Hongrie, les pays baltes, l'immense Russie. Et là, on peut ouvrir les yeux sur une formidable vitalité. On travaille, on construit, on entreprend, on exploite bien sûr, et on y vit de mieux en mieux. Ce capitalisme là a toutes les qualités de sa jeunesse et, évidemment, tous les défauts de sa brutalité.

La « foi invincible » de l'islam ? Quelques pays musulmans plus quelques banlieues françaises ne sont pas la planète tout entière. Les Chinois, les Indiens, les Japonais, pour ne parler que d'eux, ça fait combien de milliards d'êtres humains ? Plus de 3, bientôt 4, qui vivent sans se préoccuper de savoir où se trouve la Mecque ! Et puisqu'il est question de religion, on pourrait noter qu'il y avait 500 000 jeunes catholiques à Madrid, que 3 ou 4 000 « Indignés » (Koenig les range parmi ceux qui donneront l'estocade à notre vieux monde) sont venus conspuer. Eux aussi, ces catholiques, comptent pour du beurre ?

Quant aux « barbares d'extrême-orient » (au secours, le « péril jaune » revient!), ils arrivent en effet chez nous. Ils portent des costumes trois-pièce, des attachés-case, sont munis d'un ordinateur et de plusieurs téléphones portables. Ils achètent tout ce qu'ils peuvent acheter : des bons du Trésor, des entreprises, des villes, des ports. Et ils sont simplement l'avant-garde d'un capitalisme triomphant, calqué sur le modèle du vieux monde dont M. Koenig se veut le fossoyeur éclairé.

Ne rions plus maintenant. Car il s'agit du « peuple ». Vous savez, ce « peuple » chassédes villes vers la périphérie... Ce « peuple » héritier, selon notre auteur, de la Commune de Paris ! Disons le tout de suite. Gaspard Koenig, pour les besoins de sa démonstration (à moins que – version charitable – il se soit laissé emporter par son élan) confond le peuple et la populace. Karl Marx, qui savait des choses, utilisait pour qualifier cette catégorie d'individus le terme « lumpenproletariat ». Une masse déclassée, désoeuvrée, acculturée, qui dans les années 30 grossissait les rangs des SA hitlériens et qui, plus près de nous, fournit les principaux effectifs des Pasdarans d'Ahmadinedjad. Ils vont terrasser le vieux monde ? Mais non ! Une fois pillés les magasins, ils rentreront chez eux...

Apocalypse now ? No, not now... Mais il est inévitable que certains en aient peur. De tout temps, les bourgeois ont eu des frayeurs. Et leur peur se déclinait de trois façons. Soit ils tiraient sur les pillards et les émeutiers pour protéger leur sacro-sainte propriété. Soit ils faisaient l'autruche en attendant que la bourrasque se calme. Soit, quand le vent leur paraissait souffler trop fort, ils trouvaient des vertus insoupçonnées aux adversaires de l'ordre établi et, énamourés, accompagnaient la bourrasque.

Gaspard Koenig, de son propre aveu, est un bourgeois, ce qui n'est en rien une tare ou une infamie. Il n'est manifestement pas haineux, et donc il ne tirera pas. Il est lucide, ce qui ne fera pas de lui une autruche. Il a donc choisi la troisième attitude. Si ça peut lui procurer un sommeil réparateur... Dors, camarade Koenig, le vieux monde est toujours devant toi. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
fin, monde, apocalypse
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
02.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
03.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
La droite s'insurge contre un nouveau clip raciste et haineux du rappeur Nick Conrad
06.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
07.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LeditGaga
- 23/08/2011 - 11:25
Attention
Attention, je tiens à signaler que "LeditGaga-", c'est-à-dire mon pseudo assorti d'un tiret, n'est pas moi. Donc, quand vous voyez deux tirets derrière mon pseudo, il s'agit de 92tdc ou γοητεία, qui sont un seul et même individu, au demeurant ! Merci d'en prendre note, et merci à Atlantico de supprimer cet avatar importun !
LeditGaga
- 23/08/2011 - 11:24
Attention
Attention, je tiens à signaler que "LeditGaga-", c'est-à-dire mon pseudo assorti d'un tiret, n'est pas moi. Donc, quand vous voyez deux tirets derrière mon pseudo, il s'agit de 92tdc ou γοητεία, qui sont un seul et même individu, au demeurant ! Merci d'en prendre note, et merci à Atlantico de supprimer cet avatar importun !
New
- 22/08/2011 - 10:37
Deux beaux articles
les deux articles ont chacun leurs mérites et élèvent le débat, merci.
On ne peut nier que la Chine et l'Inde sont des géants peu sympathiques et que l'islam est un péril mortel pour l'Occident. Même si se dernier venait à être canalisé, restera le mal irreversible causé par une immigration massive qui dénature profondement et abaisse notre civilisation.