En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© wwikipédia
Les résultats du baccalauréat 2014 rendus public jeudi 10 juillet affichent un taux de réussite de 87,9%.
Tous égaux !

Record de lauréats au bac : une très très fausse bonne nouvelle

Publié le 11 juillet 2014
Hourra ! La France a enregistré en 2014 un taux de réussite au bac encore jamais atteint : 87,9%. Grâce aux directives du ministère de l’Éducation, les 100% ne devraient plus tarder à être atteints.
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français. Il est l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment  La Fabrique du crétin (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) et La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hourra ! La France a enregistré en 2014 un taux de réussite au bac encore jamais atteint : 87,9%. Grâce aux directives du ministère de l’Éducation, les 100% ne devraient plus tarder à être atteints.

Atlantico : Les résultats du baccalauréat 2014 rendus public jeudi 10 juillet affichent un taux de réussite de 87,9%. Un record historique alors même que le ministre de L'Education nationale avait annoncé des résultats moins bons que les précédentes années. Comment expliquer ces résultats alors même que le niveau des élèves ne cesse de baisser ? Que penser du cru 2014 ?

Jean-Paul Brighelli : Petit raisonnement simple : Benoît Hamon annonce des résultats en baisse à la fin du premier tour des épreuves, la semaine dernière — et les résultats aujourd’hui sont en hausse sur l’année dernière — chaque ministre tenant à faire mieux que son prédécesseur. On imagine bien que les candidats malchanceux du premier tour n’ont pas reçu l’illumination en quelques jours : les consignes de correction des oraux de rattrapage, tout comme les consignes de correction des écrits, font du laxisme le premier principe pédagogique. On a aujourd’hui près de 13% de mentions TB, contre 0,1% en 1970, et plus de 120 néo-bacheliers ont eu une moyenne supérieure à 20 : sans doute parce que le niveau monte sans cesse. Les bonnes notes sont si dévaluées que la mention TB n’implique plus depuis belle lurette l’entrée automatique dans un IEP. Le cru 2014 sera donc foncièrement le même que les précédents : de la piquette. On appelle cela, en viticulture, faire pisser la vigne. Ma foi, l’image me convient assez. Ce n’est plus un examen, c’est un exercice diurétique visant à transvaser des lycéens dans l’université — où ils iront se fracasser, c’est inévitable. 

Lire également : Les résultats du bac vus de l’intérieur : les secrets des notes gonflées

Dans quel état d'esprit les professeurs sont-ils aujourd'hui ? Comment vivent-ils cette lente mais certaine dégradation du bac ?

Ils hésitent entre le fatalisme, l’indignation, et l’esprit de révolte — vite réprimé, puisque les présidents de jurys, le corps inspectoral, l’ensemble de la hiérarchie qui signale aux correcteurs que leur centre fait moins bien que le centre voisin, ce qui contrarie les statisticiens, ces grands manitous de la réussite scolaire. On n’a pas le Bac parce qu’on a un certain niveau, mais pour faire plaisir aux ordinateurs du ministère. Tout le monde le sait, les consignes qui il y a dix ans étaient encore verbales sont aujourd’hui écrites, et publiées. 

De quels moyens disposent-ils pour faire entendre leur désaccord ?

Aucun. S’ils sévissent, ils se mettent élèves et parents à dos — sans compter leur propre hiérarchie. De toute façon, le Bac ne vaut plus rien : c’est le rite de passage le plus cher au monde, et le plus inutile, comme je l’expliquais dans un billet récent sur mon blog.

Si 80% d'une classe d'âge obtient aujourd'hui le baccalauréat, n'est-ce pas au détriment de l'examen et surtout des élèves ? Quelles sont les conséquences pour les élèves qui s'apprêtent à poursuivre des études supérieures ?

Statistiques, suite : 50% des néo-bacheliers s’effondrent en université dans les deux premières années — un pourcentage qui monte jusqu’à 98% chez les titulaires d’un Bac professionnel qui s’aventurent en fac. Quant aux élèves les meilleurs (classes prépas, IUT, BTS…), ils ont été sélectionnés en mai, bien avant d’avoir le sacro-saint papier. Le problème n’est pas le Bac : c’est ce que l’on fait avant — ce très peu et très mal dont le Bac est la sanction illusoire.

Donner le bac à tout le monde, n'est-ce pas finalement contribuer à élargir le fossé entre ceux qui ont des capacités et les autres, pour résumer : n'aider personne ?

En fait, tout se passe comme si on tenait absolument à donner raison à Bourdieu (les Héritiers, la Reproduction, etc.). Le Bac n’a plus de raison d’être, et les "initiés" le savent si bien qu’ils se sont débrouillés pour entrer dans des formations réellement qualifiantes — les classes prépas, par exemple. Quant aux autres, ceux qui ont coûté si cher en projets ZEP, en remédiations, en colloques et en parlotes, ils vont se fracasser dans l’Enseignement Supérieur, parce qu’il y a toujours un moment où l’on affiche la vérité des prix. À chercher à faire le bonheur tout de suite des postulants, on prépare leur malheur différé. On ferait mieux de donner à tous les lycéens un certificat de fin d’études, et de laisser tout l’enseignement supérieur les inscrire en fonction de leurs résultats sur les deux dernières années. À condition, bien sûr, de remettre le travail au goût du jour. Mais on en est loin, très loin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 12/07/2014 - 11:41
Les enseignants sont des masochistes
Si les professeurs étaient réellement indignés ou révoltés, ils déchireraient vite leur carte syndicale (FEN, SGEN ou autres organisations gauchistes de même farine) et adhéreraient à des organisations qui les défendent vraiment, mais ils sont sur le modèle de cette enseignante de gauche qui a été assassinée par une immigrée de fraiche date et qui serait la première à la défendre si elle en avait réchappé. Voulez-vous la preuve ? Attendez de voir quelles seront les réactions des syndicats de gauche devant cet examen scandaleusement bâclé, ou plutôt attendez-vous à ne rien voir car ce sera motus et bouche cousue.
yeneralobregone
- 11/07/2014 - 21:41
" mon fils , tu fera le mème metier que ton père : chomeur ! "
et le pinard , ça devrait etre obligatoire ...
Anguerrand
- 11/07/2014 - 10:12
Un niveau normal de réussite serait proche de 50% et non 90 %
On demande maintenant aux correcteurs de noter sur 24 , voire 25 pour les zones " difficiles" .en clair un étudiant ayant obtenu 6/20 obtient son bac. C'est dévalorisant pour les bons élèves, à ce rythme on peut le donner à tout le monde, on économisera 1,5 milliard, coût de l'organisation de cet examen. Un autre scandale que j'ai appris les étudiants ( environ 5%) qui ne se présentent pas à l'examen sont comptabilisés dans les recalés. Donc en réalité seuls 5% des candidats sont réellement recalés. L'EN cache ainsi l'inexorable baisse du niveau scolaire prouvé par tous les comparatifs internationaux.