En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 31 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 46 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 1 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 48 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 16 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 10 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 39 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 1 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 20 min
© Reuters
"L'Europe est en passe de devenir une institution fédérale."
© Reuters
"L'Europe est en passe de devenir une institution fédérale."
Rien ne l'arrêtera

Draghi-Juncker-Schulz : vous n'aviez peut-être pas voté pour ça mais l'Europe fédérale est en marche

Publié le 11 juillet 2014
Que votre choix ait porté sur le PSE ou le PPE aux dernières élections européennes, ou que vous ayez voté pour un candidat extérieur à ces deux groupes, la marche de l'Union européenne est à sens unique, vers le mythe des États-Unis d'Europe. Pourtant de nombreux signes montrent qu'elle n'y est pas prête.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que votre choix ait porté sur le PSE ou le PPE aux dernières élections européennes, ou que vous ayez voté pour un candidat extérieur à ces deux groupes, la marche de l'Union européenne est à sens unique, vers le mythe des États-Unis d'Europe. Pourtant de nombreux signes montrent qu'elle n'y est pas prête.

Les dernières élections européennes auront rapidement distillé leurs effets. En quelques semaines, une structure européenne basée sur un principe jusque-là majoritairement intergouvernemental est en passe de devenir une institution fédérale.

Le premier jalon de cette transformation fut la nomination de Jean-Claude Juncker à la tête de la commission européenne. Sa qualité de candidat officiel du parti majoritaire aux dernières élections, le PPE (parti populaire européen), lui aura permis de prétendre à ce rôle. Et le Conseil européen, malgré quelques réticences, y aura finalement cédé. C’est donc bien l’idée d’une démocratie fondée sur la notion de peuple européen qui aura permis la nomination du Luxembourgeois à ce poste.

Et Jean-Claude Juncker est un fervent soutien au fédéralisme européen. Il a pu en faire la superbe démonstration en 2005, à la suite de l’infructueux référendum français sur la constitution européenne en déclarant :

"Nous devons constater que dix pays ont ratifié le traité constitutionnel, tandis que deux autres, la France et les Pays Bas, l'ont rejeté. Nous avons pensé, non pas parce que nous serions des obstinés et des acharnés ou des aveugles, que le traité constitutionnel n'était pas la question, mais que le traité constitutionnel était la réponse aux problèmes que de très nombreux Européens peuvent rencontrer vis-à-vis de l'Union européenne. Par conséquent, nous avons décidé de poursuivre le processus de ratification."

L’argument est implacable. La majorité des Etats est favorable à la Constitution, ce qui permet d’exercer une contrainte sur ceux qui se retrouvent dans la position du contestataire. La seule discussion qui reste ouverte à ce stade est celle de la souveraineté. Pour Jean Claude Juncker, la souveraineté n’existe qu’au niveau européen et non pas à l’échelon national.

Vient alors le tour de Mario Draghi, Président de la Banque centrale européenne, qui dans un discours prononcé à Londres ce 9 juillet, rejoint cette vision fédéraliste européenne en déclarant :

"Individuellement, les gouvernements nationaux  ne sont pas assez forts. Pour servir leurs intérêts, ils doivent apprendre à gouverner ensemble, ils doivent apprendre à être souverains ensemble pour répondre aux besoins de leurs citoyens. Aujourd’hui, ces besoins sont la croissance et l’emploi."

"Voilà pourquoi je crois que le niveau de gouvernance communautaire ne devrait pas s’appliquer qu’à la politique fiscale ou à l’union bancaire, mais aussi aux réformes structurelles."

Ce que Mario Draghi annonce ici est une volonté de transférer à l’échelon communautaire ce qu’il reste du pouvoir économique "national", ce qu’il reste aux pays européens de la maîtrise de leur destin. Pour ce faire, Mario Draghi se justifie en comparant l’Europe aux Etats-Unis :

"Il existe de nombreuses unions politiques à travers le monde dont la cohésion est maintenue parce que les régions ou Etats bénéficient de transferts fiscaux récurrents provenant de leurs pairs, typiquement à travers les opérations d’un budget central. Il est alors possible pour ces régions plus fragiles de maintenir des déficits extérieurs récurrents alors que les régions les plus fortes fournissent des surplus permanents. C’est le cas des Etats-Unis, mais cela est également vrai de la plupart des pays européens."

Les Etats européens sont ici relégués au stade inférieur, ils ne sont plus que les régions d’un ensemble plus vaste. La comparaison avec les Etats-Unis n'en est que plus hasardeuse, car jusqu’à preuve du contraire, les Etats-Unis forment une nation.

Mais cette vision est également partagée par Martin Schulz, Président du Parlement européen, et membre du PSE (parti socialiste européen), qui scellait en octobre dernier un accord avec Angela Merkel. Comme le rapportait alors le quotidien allemand Der Spiegel, Martin Schulz et Wolfgang Schäuble, ministre des finances allemand, s’accordaient sur une même ligne :

Wolfgang Schäuble "a préconisé d'accélérer la coopération entre les pays de la zone euro en matière de politique économique et une modification du traité de Lisbonne" (…) ; "Schäuble veut donner plus de pouvoirs à la Commission européenne, nommer un Ministre européen des finances, pour pouvoir intervenir dans les décisions budgétaires nationales."

Le fédéralisme est bien en marche. La démocratie à l’échelle européenne ou l’invention du concept de peuple multinational. Un concept qui suppose une virtualité politique ; la supériorité du lien qui unit deux Européens au lien qui unit deux nationaux. Alors que François Hollande a été élu sur la base d’une participation de plus de 80% et que les élections européennes n’en ont recueilli que 43%, c’est pourtant cette seconde dimension qui est en passe de prendre le dessus. La dimension nationale du vote ne compte plus, elle se dissout dans un ensemble communautaire, comme avait pu le souligner Jean-Claude Juncker. La recherche de la convergence des intérêts nationaux cède la place à l’ensemble. La défiance, la perte des repères, sont immenses mais le processus continue.

Un processus que le Philosophe allemand Jürgen Habermas, pourtant lui aussi fédéraliste, rejette également, mais pour une autre raison :

"Le processus d'intégration européenne, qui s'est toujours fait sans consulter la population, est aujourd'hui arrivé dans une impasse".  Les élites "se cachent la tête dans le sable" ; "Elles s'obstinent à poursuivre leur projet élitiste et à priver la population européenne de ses droits."

Car l’enjeu est bien double. D’une part les élites européennes agissent en faisant abstraction des votes dans leur dimension nationale et sacralisent cette nouvelle dimension européenne, ce qui est déjà en soi un sujet de discussion. Et d’autre part, comme le souligne Habermas, les élites européennes s’approprient une certaine idée de la démocratie représentative. En ce sens que les populations sont appelées à voter pour des représentants qui les gouvernent, mais dans un système qui entretient une "certaine distance" entre le peuple et ceux qui le gouvernent. C’est-à-dire une forme de démocratie "aristocratique".

Ce qui est une reprise du bon mot de Winston Churchill :

"Le meilleur argument contre la démocratie est fourni par une conversation de cinq minutes avec l'électeur moyen"

Si telle est la vision défendue en Europe aujourd’hui, il faudrait au moins en être à la hauteur. La mise en place d’un mode de gouvernement supranational est une expérimentation sur laquelle s’empile cette approche aristocratique de la démocratie, et qui, ensemble, forment un vide. Un vide immense qui sépare l’électeur moyen de ses représentants. Un vide immense qui ne pourra être toléré par les populations que si la recherche du bien commun est perçue comme prioritaire.

Et pour le bien commun, les objectifs ne semblent pas tout à fait atteints. Le chômage au sein de la zone euro est aujourd’hui largement supérieur à son niveau antérieur à la création de la monnaie unique, les niveaux de dettes y sont supérieurs de 30% et la croissance n’existe tout simplement plus.

La réalité de l’Europe actuelle est que ses dirigeants ne sont pas à la hauteur de leur ambition élitiste et extensive du pouvoir. Mais rien n’y fait, la course en avant reprend de plus belle.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 12/07/2014 - 13:37
Deprime
Mr Goetzmann est déprimé, mr Goetzmann n'a plus la frite ! Le grand défenseur du Capitalisme financier, le partisan de l'austérité allemande, de la baisse du salaire des prolétaires, de la diminution des mensualités des petits retraités, de la ruine des petits épargnants, de la fermeture des écoles et des hôpitaux, bref l'admirateur inconditionnel de fraulein Merkel et de son règne millénaire... Les français ont voté, lors des dernières élections européennes contre ce programme.
La télé nous répète que cette année, le nombre de milliardaires en France est passé de 55 à 67, c'est donc douze de plus, et les 500 français les plus riches ont vu leur fortune augmenter de 15 %, mais le fait est là : la France va mal, très mal ! Si même mr Goetzmann le reconnaît, c'est que cela va vraiment très mal !
cloette
- 11/07/2014 - 11:55
Comparaison ?
Les Etats Unis forment une nation, pas l'Europe qui n'en n'est pas une et ne le sera jamais.
perceval
- 11/07/2014 - 11:10
Vous vous trompez
d'analyse, comme d'habitude. Ce n'est pas l'aspect économique des choses qui entretient une défiance vis à vis de l'Europe fédéraliste, même si cet aspect a son importance. C'est le manque de consistance charnelle qui, elle, a toujours été à la base de la création des grands ensembles humains (France...): quelles valeurs? quel ciment commun? Pourquoi avoir rejeté l'origine judéo chrétienne de cette Europe pourtant demandée par des personnes non suspectes d'extrémisme comme Giscard? Pourquoi vouloir s'ouvrir à toutes immigrations externes à l'Europe sans retenue et en n'exigeant pas l'intégration? Ce n'est pas en promettant 10, 20 ou 100€ de plus par mois à un Européen (d'ailleurs sans même tenir cette promesse) que l'on créera un esprit commun, une acceptation de destinée commune, mais en mettant sur la table ce que les peuples Européens ont en commun.