En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 6 heures 24 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 7 heures 45 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 8 heures 24 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 9 heures 26 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 12 heures 47 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 14 heures 4 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 14 heures 45 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 6 heures 57 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 8 heures 4 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 8 heures 43 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 12 heures 52 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 13 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 14 heures 22 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 15 heures 5 min
Les peuples européens et les institutions qui les représentent semblent tenus à l'écart.
Les peuples européens et les institutions qui les représentent semblent tenus à l'écart.
A-démocratique ?

Crise européenne : le peuple n'a pas son mot à dire (comme d'habitude)

Publié le 17 août 2011
Alors que la France et l'Allemagne tentent de se mettre d'accord pour trouver des solutions à la crise que connait l'Europe, les peuples européens et les institutions qui les représentent semblent tenus à l'écart. Une coutume européenne...
Jean-Thomas Lesueur
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Titulaire d'un DEA d'histoire moderne (Paris IV Sorbonne), où il a travaillé sur l'émergence de la diplomatie en Europe occidentale à l'époque moderne, Jean-Thomas Lesueur est délégué général de l'Institut Thomas More. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France et l'Allemagne tentent de se mettre d'accord pour trouver des solutions à la crise que connait l'Europe, les peuples européens et les institutions qui les représentent semblent tenus à l'écart. Une coutume européenne...

Atlantico : La France et l’Allemagne peuvent-elles trouver des solutions de sortie de crise sans léser l'une de leurs populations ?

Jean-Thomas Lesueur : Fondamentalement, les décisions à prendre sont pénibles pour tout le monde. Il est impossible de contenter, riches comme pauvres, Français comme Allemands. Il est évident qu’il est assez impopulaire pour ceux qui sont aux manettes de faire des choix qui, d’une manière ou d’une autre, auront des effets négatifs pour certaines tranches de leur électorat. Mais les gouvernements ne peuvent rien faire seuls. Ce que peux faire Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, c’est de l’agitation. Rassurer, montrer qu’ils sont à la barre. La confiance des marchés n’est que faiblement impactée par ce genre de réunion politique. Il ne faut pas espérer des miracles.

 

Peut-on dire qu’une solution à la crise passera obligatoirement par des mesures qui vont à l’encontre de la volonté des peuples ?

La construction européenne a été de faite, dès le départ, de façon a-démocratique. Elle est même devenue au fil du temps apolitique. Tous les tournants importants depuis 60 ans, pour faire de l’Union européenne une machine à forte teneur politique, ont été des rendez-vous manqués. Historiquement, il y a un problème démocratique avec l’Union européenne. La théorie des ambiguïtés constructives (basée sur la confusion des termes d’une négociation de manière à contenter les deux parties) et la doctrine des petits pas (les avancées sont faites sans que les peuples s’en rendent compte et ratifiées seulement après coup) en sont des exemples flagrants.  Il n’est pas impossible que le règlement de la crise, s’il est encore possible, se procède à nouveau de cette façon.

 

Comment expliquer le faible rôle laissé au Parlement européens - principale institution représentative du peuple - pour sortir de la crise ?

Ce n’est pas une surprise d’entendre si peu parler, depuis 2007, du Parlement et de la Commission européenne. Elles ne sont pas à ce jour des institutions faites pour le « grand vent », pour les situations graves, d’urgence. Il est assez naturel que les institutions européennes, qui sont de mon point de vue apolitiques, redonne la main aux gouvernements nationaux en temps de crise. Cela correspond tout à fait au mode de fonctionnement des gros pays membres, qui ne sont pas des Européens convaincus comme pouvaient l’être certains chefs d’Etat français mais surtout allemands dans les années 1960 et 1970.

 

Comment donner aux citoyens européens du poids dans la prise de décision ?

Comment fait-on de l’Union européenne un objet politique d’attachement aux peuples ? Je ne vois rien d’autres qu’un travail profond sur notre identité politique. Lentement, reprendre son vieux bâton de pèlerin fédéraliste et s’atteler à faire vivre une identité européenne. Il n’y pas de raisons que l’Union européenne soit le seul endroit au monde où l’on ait honte de ce que l’on est. Ce sont ce genre de choses sur lesquelles il conviendrait d’adopter une politique volontariste et de ne pas avoir froid aux yeux. Le contre-exemple parfait est l’extraordinaire ratage du refus de mettre les origines chrétiennes dans la charte européenne en 2005.

 

Les citoyens européens ont-ils les clés pour comprendre les tenants et les aboutissants d’une telle crise ?

Je ne pense pas qu’il y ait un seul spécialiste des marchés qui soit capable de décoder tout ce qui se passe. Comprendre la crise financière et tous ses aspects me parait assez compliqué. Mais comprendre les conséquences d’une telle crise et certaines problématiques de la dépense publique me parait plus abordable. Reste que Nicolas Sarkozy et son gouvernement ne font pas assez de pédagogie autour de leur politique économique.

L’Union européenne ne prend pas la mesure de ce besoin de se rapprocher des peuples. En 2005, Les diagnostics réalisés pour expliquer l’échec des référendums étaient selon moi tout à fait erronés. Je ne suis pas sûr qu’on ait beaucoup avancé depuis. Il y a un danger d’approfondissement de l'abime entre les Etats et le peuple.

 

Est-ce problématique de laisser à une élite a priori compétente le soin de sortir l'Europe de la crise ?

Depuis les Grecs, cela a toujours été la même chose. Il est important que pendant une tempête, il y ait un petit nombre de capitaines sur le bateau. Il faut pouvoir décider clairement et promptement. Il vaut mieux cela que la « réunionite aigu » qui caractérise certains aspects de notre mode de fonctionnement. Certains systèmes de décisions collégiales sont terriblement chronophages et n’aboutissent pas forcement à une solution concrète.

 

Le désamour entre les Européens et leurs instituions peut-il mettre en danger la construction européenne ?

Aujourd’hui, les institutions démocratiques légitimes sont désarmées, exsangues. Celles qui ne le sont pas, sont à faible teneur démocratique, notamment les institutions européennes. Cela fait monter, ce que l’on appelle un peu trop facilement,  le populisme. Il est logique que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon soit haut dans les sondages. Nous sommes dans une phase de tempêtes ou l’on doit prendre des décisions sévères et promptes. Il y a, assez logiquement, un sentiment de dépossession qui peut, à termes, mettre un frein à la construction européenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Carcajou
- 19/08/2011 - 22:11
La démocratie
@Aie
Le principe démocratique veut que les "dirigeants" soumettent au peuple différentes options. Malheureusement « la médiocrité de pensée de nos hommes politiques » (V. d’Estaing) réduit les propositions. Le peuple peu éclairé ne peut faire un choix judicieux.
La démocratie n‘a jamais consisté à laisser le peuple décider, mais à choisir entre plusieurs solutions proposées.
lorrain
- 19/08/2011 - 20:25
suite
d' autre part, l'europe pour le citoyen est trés lointaine, gouvernée par une élite invisible et inconnue. en effet, qui connait le nom des membres de la commission européenne, membres non élus par les électeurs alors que ces membres ont plus de pouvoir que les gouvernements et parlements nationaux. tant que ce sera ainsi, cette europe restera floue, inconnue et rejetée par la plupart des gens
lorrain
- 19/08/2011 - 20:21
EUROPE
la construction de l' europe a été faite en dépit du bon sens, au lieu de construire sur des fondations solides, un vrai projet politique avec unité sociale et fiscale partagés par quelques pays et intégration progressive de nouveaux entrants arrivés "au niveau" on a construit tout en même temps en essayant d' assembler des morceaux disparates avec pour seul projet l' intégration