En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

02.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

06.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

07.

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 11 heures 54 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 13 heures 31 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 15 heures 2 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 17 heures 11 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 19 heures 25 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 20 heures 17 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 20 heures 59 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 7 heures
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 12 heures 39 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 14 heures 18 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 15 heures 26 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 21 heures 10 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 7 heures
EDITORIAL

Le prix de l’essence ne doit pas baisser

Publié le 16 août 2011
Le baril de pétrole est descendu à $86. Une mauvaise nouvelle, dans une perspective écologique mais aussi économique. En effet, cela nous poussera à consommer plus de carburant, et nous incitera moins à nous focaliser sur son remplacement. Une transformation de la taxation pourrait permettre de garantir des prix fixes assez élevés pour inciter la recherche, et garantir un financement étatique de celle-ci.
Alain Renaudin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.web : www.newcorpconseil.comSuivre ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le baril de pétrole est descendu à $86. Une mauvaise nouvelle, dans une perspective écologique mais aussi économique. En effet, cela nous poussera à consommer plus de carburant, et nous incitera moins à nous focaliser sur son remplacement. Une transformation de la taxation pourrait permettre de garantir des prix fixes assez élevés pour inciter la recherche, et garantir un financement étatique de celle-ci.

En pleine crise politique et boursière, la baisse du prix du baril est annoncée comme une bonne nouvelle dans la tourmente. Au-delà du fait que sa répercussion ne sera pas immédiatement profitable à nos transhumances estivales, c’est une mauvaise nouvelle sur le long terme.

Avec un baril à 87 dollars (60 euros), nous sommes aujourd’hui très loin de son plus haut de l'été 2008 (près de 150 dollars) . Autrement dit, en euro, le prix du baril est 2 fois moins élevé qu’il y a trois ans. Si on constate sur les courbes de long terme une bonne corrélation entre le prix du baril et le prix à la pompe, on ne peut pas dire que l’essence coûte deux fois moins cher qu’il y a trois ans. D’autre part, il est bien connu que « perception is reality », et cette perception plus tenace que la démonstration des faits pousse les opinions publiques, c’est à dire nous, à considérer que les prix s’ajustent plus vite à la hausse qu’à la baisse.

Mais surtout, se réjouir de la baisse du prix du baril est un paradoxe écologique. Depuis plusieurs années de prise de conscience environnementale, beaucoup de pédagogie et de démonstrations ont été déployées pour inciter aux économies d’énergies et à la préservation des ressources naturelles, quelles qu’elles soient. S’il y a bien quelque chose qui devrait – raisonnablement – augmenter, ce sont bien les énergies fossiles, qui, contrairement aux apparences ont quasi stagné depuis 30 ans en monnaie constante. D’ailleurs la façon la plus simple de s’en rendre compte est de ramener cela à la rémunération nette d’une heure de SMIC : aujourd’hui à 7,06 euros nets de l’heure, vous vous payez environ 5 litres d’essence à 1,40 euro, soit 12 minutes de travail pour un litre lorsqu’il fallait 16 minutes de travail en 1980 ou encore 45 minutes en 1955. Comparativement aux évolutions des prix de l’immobilier, de la santé, ou de la baguette, le prix de l’essence a connu une tendance plus que raisonnable.

 

Les énergies alternatives et renouvelables ont besoin d’un pétrole cher

 

Les énergies fossiles représentent encore autour de 75-80% du mix énergétique mondial et sont bien sur fortement émettrices de gaz à effet de serre. Entretenir l’illusion d’une valeur bon marché, c’est décourager les énergies alternatives qui n’ont pas encore atteint leur niveau de performance et de rendement optimaux. Les énergies alternatives et renouvelables ont besoin d’un pétrole cher, pour une simple raison de compétitivité. Et nous avons besoin de développer ces autres sources d’approvisionnements, c’est une question de gestion de long terme et d’anticipation.

D’autre part, et même si cela est contre-intuitif, plus le pétrole baisse moins il y a de réserves (car il n’est pas rentable d’exploiter certains gisements), et inversement, un prix élevé augmente les réserves grâce à des exploitations rentables déclenchées par le niveau du prix du baril.

Si le prix de l’essence élevé est vertueux pour nos économies d’énergies en tant que consommateurs, c’est aussi la meilleure incitation à la recherche et au développement de motorisations et d’équipements moins énergivores. Si vous voulez des énergies alternatives et consommer moins au kilomètre, le prix de l’essence ne doit pas baisser. Entretenir le prix de l’essence à la hausse, c’est aussi prolonger les réserves par l’incitation aux économies, et préparer, sur de très longues échéances, la mutation énergétique nécessaire.

La prise de conscience environnementale s’essouffle aujourd’hui car c’est une préoccupation de long terme, quasi indolore, dépassée par des préoccupations beaucoup plus tangibles et anxiogènes au quotidien. Et parce que nous pouvons nous soucier d’environnement en tant que citoyen du monde, mais en tant que consommateur nous recherchons aussi l’intérêt et les bénéfices que nous pouvons en tirer. La préoccupation « intéressée » est sans doute encore plus efficace, et finalement pas forcément moins vertueuse ou moins morale. Ce sont aussi des enjeux qui sur leurs échéances longues connaissent des fluctuations qui peuvent paraître contradictoires.

 

Dégager des recettes supplémentaires pour l’Etat

 

Toutefois, lorsque le prix à la pompe augmente, le volume d’essence consommé diminue et les recettes pour l’Etat également car la principale taxe (TICPE – Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques) est fixe au litre. L’idée serait de maintenir une lente tendance haussière du prix à la pompe en empêchant de repasser des seuils à la baisse, en rendant variable la TICPE, en amortissant les fluctuations des marchés, et surtout en faisant bénéficier l’Etat de la baisse du baril. L’Etat pourrait ainsi engendrer des recettes additionnelles en cas de baisse des cours (les taxes compenseraient pour maintenir un prix stabilisé), amortir les hausses trop brutales, tout en continuant à inciter aux économies d’énergies pour accompagner la mutation énergétique de long terme. Cette « cagnotte pétrolière » à la baisse pourrait être utilisée pour investir dans les nouvelles énergies.

Alors bien sur, ce n’est bon ni pour le pouvoir d’achat ni sans doute pour l’incitation électorale, mais il est de la responsabilité du politique d’accompagner les mutations, de les inscrire dans le temps, sans qu’elles soient dictées par de brutales, intempestives, sans doute irrationnelles, fluctuations boursières telles que nous les connaissons ces temps ci.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
environnement, pétrole, taxe
Thématiques :
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 18/08/2011 - 09:28
éloge de l'impuissance
effectivement proprement hallucinant, démission complète de la volonté d'agir si les conditions "financières" ne sont pas réunies.
Exemple inouï de "je ne peux pas"....
J'espère que la voix de cet "expert" se perdra dans une commission ad-hoc et qu'une vraie volonté se fera jour pour progresser dans l'innovation et quela France devienne un acteur majeur des énergies renouvelables !
fougalios
- 17/08/2011 - 23:07
Le bobo de service...
Article hallucinant d' un mec complètement déconnecté de la réalité!
Le salaud de pauvre n'as pas les moyens de faire de l'écologie ( meme s'il en a envie! )
bobocleaner
- 17/08/2011 - 13:03
compte tenu du fait qu'on est pas la Norvége
le litre de Gasoil en dessous de 1€ 50 c'est ne pas préparer l'avenir et flatter les imbéciles ( je reconnais que pour arriver à une majorité c'est un sacré atout ) .
Les politiques qui parlent de "développement durable " et ensuite courent à la télé quand Maurice se plaint du prix du litre de gasoil sont des démagogues puants. Ca on en a des stocks.