En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

04.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

05.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 7 heures 26 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 11 heures 38 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 12 heures 15 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 14 heures 11 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 15 heures 29 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 17 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 19 heures 36 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 7 heures 41 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 11 heures 52 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 13 heures 20 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 14 heures 50 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 18 heures 21 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 20 heures 13 sec
© Reuters
Les élus hexagonaux réduisent leur présence aux postes qui comptent au sein des 22 commissions du Parlement européen.
© Reuters
Les élus hexagonaux réduisent leur présence aux postes qui comptent au sein des 22 commissions du Parlement européen.
En voie d'extinction

L’influence française au Parlement européen en plein effondrement : le récit d’un ratage

Publié le 07 juillet 2014
Partage des mandats avec le Front national, dissolutions des autres mandats dans les groupes européens... L'influence française en Europe est sur une mauvaise pente.
Nathalie Brack est post-doctorante à l'Université d'Oxford et maître d'enseignement à l’Université libre de Bruxelles (Cevipol). Elle a récemment publié l’ouvrage "l’euroscepticisme au Parlement européen. Stratégies d'une opposition anti...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Brack
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Brack est post-doctorante à l'Université d'Oxford et maître d'enseignement à l’Université libre de Bruxelles (Cevipol). Elle a récemment publié l’ouvrage "l’euroscepticisme au Parlement européen. Stratégies d'une opposition anti...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Partage des mandats avec le Front national, dissolutions des autres mandats dans les groupes européens... L'influence française en Europe est sur une mauvaise pente.

Atlantico : Entre cette législature et la précédente, les élus hexagonaux réduisent leur présence aux postes qui comptent au sein des 22 commissions du Parlement européen.  Comment peut-on expliquer que nos élus Français n’ont globalement pas été d’habiles négociateurs ? Quels sont partis politiques qui sont les plus perdants de cette répartition, voire ceux qui a contrario sont gagnants par rapport à la précédente législature ?

Nathalie Brack : Il semble en effet évident que les Français perdent en influence au sein du nouveau Parlement européen. Cela s’explique par plusieurs facteurs. Premièrement, la fragmentation de la délégation française et le nombre important d’élus non-inscrits. Parmi les 74 élus français, 23 sont des représentants du FN, ne siègent dans aucun groupe et sont par conséquent exclus de la répartition des postes à responsabilité. De plus, alors que ce sont les 2 plus grands groupes (PPE et S&D) qui tendent à co-gérer l’assemblée, on ne retrouve que 33 Français parmi ces deux groupes, ce qui réduit leur influence en comparaison avec d’autres délégations nationales. Ainsi, au sein de la plus grande famille politique (PPE), il y a 20 Français pour 34 Allemands et 24 Polonais. La France a donc perdu la présidence de ce groupe en faveur de l’Allemagne par exemple. De même, au sein du S&D, il n’y que 13 Français pour 27 Allemands, 31 Italiens et 20 Britanniques.

Deuxièmement, les Verts ont également perdu du terrain en termes de nombre de sièges mais aussi une figure importante au plan européen avec le départ de D. Cohn-Bendit, et n’ont pas obtenu la co-présidence du groupe, ce qui montre que le nombre d’élus importe au PE mais ne fait pas tout.

Troisièmement, il faut tenir compte de la montée en puissance de l’ECR, qui est devenu le troisième groupe du PE et qui ne compte aucun Français. Enfin, le profil des élus est également un élément qui peut jouer, en particulier pour les postes à responsabilité pour lesquels l’ancienneté est souvent déterminante. Or, les Français ont eu longtemps tendance à se démarquer de leurs collègues (moins d’ancienneté en tant que député(e) européen, plus de cumul avec des postes nationaux, taux de démission en cours de mandat plus élevé).

Pourquoi certaines commissions importantes (Commerce international, Marché intérieur…) concernant des sujets à enjeux sont-elles globalement peu prisées par nos députés européens ? Et pourquoi souhaitent-ils se positionner sur d’autres, comme celui des Libertés civiles, des Affaires intérieures ou des Affaires étrangères ?

Le choix des commissions parlementaires dépend des priorités de la délégation mais aussi du nombre de places disponibles pour chaque groupe. Il y a donc des arbitrages qui sont faits et il se peut que l’élu ne reçoive pas systématiquement la commission qu’il désirait, en particulier dans les plus petits groupes.

En ce qui concerne les commissions, la commission affaires étrangères est typiquement la plus prisée et la plus "peuplée", malgré le peu de compétences législatives qui lui revient. Elle est considérée par beaucoup comme prestigieuse et convient en particulier aux généralistes de la politique. Mais les Français sont également représentés dans bon nombre de commissions, dont la commission emploi et affaires sociales qui est un des enjeux du moment. Enfin, il faut ici également mentionner le poids de l’ancienneté et de l’expertise pour l’obtention d’un poste de titulaire en commission : ainsi, Pervenche Berès était présidente de la commission des affaires économiques et monétaires entre 2004 et 2009 et vu l’actualité de la thématique, dispose d’une compétence prisée pour siéger actuellement dans cette commission.

L’eurodéputée UMP Elisabeth Morin Chartier devient première questeur, son homologue Alain Cadec obtient la présidence de la commission Pêche, celle des Budgets va à Jean Arthuis (UDI) tandis que la socialiste Sylvie Guillaume obtient la vice-présidence du Parlement.  Ces postes seront-ils suffisants pour garantir une présence française au Parlement européen ?

Les postes de questeur et de vice-présidence sont prestigieux vu leur nombre limité et permette d’assurer une certaine visibilité. Les questeurs et vice-président(e)s composent, avec le Président, le Bureau du PE qui est l’organe de direction en charge des questions financières et administratives. Il établit par exemple l’état prévisionnel du budget du parlement, règle les questions administratives, de personnel et d’organisation. Et les vice-présidents assurent la présidence des séances plénières avec le Président de l’assemblée. De plus, grâce à la présidence de deux commissions, les Français seront représentés à la Conférence des présidents de commissions qui fait des recommandations à la Conférence des Présidents au sujet des travaux des commissions et de l’ordre du jour des sessions plénières.

Toutefois, un des organes clés du PE est sans conteste la Conférence des Présidents et c’est là que les Français ont perdu du poids dans le nouveau parlement (avec la perte de la présidence du PPE et de la co-présidence du groupe Verts/ALE). En effet, la Conférence des Présidents, composée du Président du PE et des présidents des groupes politiques (ainsi qu’un député non inscrit sans droit de vote), décide de l’organisation des travaux, de la programmation législative, de l’attribution des compétences, de la composition des commissions et délégations et fixe la calendrier de travail des sessions plénières.

Le remaniement de mi-mandat prévu dans deux ans et demi pourrait-il inverser la donne ?

Il est en effet possible que le remaniement inverse quelque peu la donne. Il est possible par exemple que la délégation française chez les Verts obtienne une présidence de commission et que certains élus se positionnent également pour d’autres présidences de commissions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 09/07/2014 - 09:35
Martin Schulz
Au Parlement Européen, il y a un groupe ''europhobe'', centré sur le UKIP anglais et un groupe ''eurosceptique'', basé sur les conservateurs britanniques. Ce qui fait la force et l'attractivité de la Grande-Bretagne, c'est qu'il y a la possibilité réelle et proche qu'elle se retire de l'Union Européenne. Il ne manque à Marine Le Pen qu'un seul député, d'une nation différente, pour constituer un troisième groupe : elle s'est montrée optimiste !
Reste que le point essentiel, en nombre de voix, va être l'action des socialistes, surtout allemands. Martin Schulz est à nouveau président du parlement : continuera-t-il à se ranger systématiquement derrière les volontés du PPE et de mme Merkel ? Le destin de l'Europe est, en bonne partie, entre ses mains !
vangog
- 08/07/2014 - 00:40
C'est trop facile de faire porter sur le FN
les erreurs de vos quarante années de vote gauchiste...facile et puéril!
Avant les 25% de vote des patriotes français, la France n'avait pas réussi à s'opposer aux erreurs de l'Europe, erreur de conception originelle d'assemblées paralysées par le lobbyisme et la technocratie, erreur de conception de la BCE, uniquement vouée à la réduction de l'inflation, etc...
Il est parfaitement inutile de reporter sur le FN les erreurs du vote social-démagogique, alternatif et itératif depuis quarante ans, car la poursuite de ce facile bouc-émissaire FN ne sauvera pas personne de ses erreurs, même si elle permet d'y persévérer...
quesako
- 07/07/2014 - 21:11
Les Français ont voté FN, qu'ils assument leur choix !
En 2012 ils ont voté Hollande, grâce au FN. Pour les Européennes ils ont voté FN, c'et à dire contre l' Europe : il faut savoir être majeur et reconnaitre les conséquences de ses actes. L'Europe continue sans la France. On est en démocratie et quand on vote FN il ne faut pas venir se plaindre.
Je supporte personnellement très mal le déclin de la France programmé.