En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 52 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 34 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 4 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 25 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 24 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 38 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 50 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 14 heures 2 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 47 min
© easybranches.co.th/
Abou Bakr al-Baghdadi a appelé ses partisans à venger les torts causés aux musulmans à travers le monde.
© easybranches.co.th/
Abou Bakr al-Baghdadi a appelé ses partisans à venger les torts causés aux musulmans à travers le monde.
Grands horizons

Jordanie, Israël, Arabie Saoudite... Ou s'arrêtera l’offensive du Califat islamique ?

Publié le 08 juillet 2014
En appelant ses partisans à venger les torts causés aux musulmans, al-Baghdadi, récemment auto-proclamé Calife, commence à gagner en popularité dans les cellules djihadistes de plusieurs pays musulmans. Et suite à son annonce invitant les musulmans à le rejoindre en Irak, les pays voisins, et notamment l'Arabie Saoudite, postent des milliers d'hommes à la frontière, faisant de la région une véritable poudrière.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En appelant ses partisans à venger les torts causés aux musulmans, al-Baghdadi, récemment auto-proclamé Calife, commence à gagner en popularité dans les cellules djihadistes de plusieurs pays musulmans. Et suite à son annonce invitant les musulmans à le rejoindre en Irak, les pays voisins, et notamment l'Arabie Saoudite, postent des milliers d'hommes à la frontière, faisant de la région une véritable poudrière.

Atlantico : Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), devenu Etat islamique, a appelé ses partisans à venger les torts causés aux musulmans à travers le monde, dans un message sonore rendu public mardi 1er juillet à l'occasion du mois de jeûne du ramadan. Concrètement, que sait-on de ses ambitions ?

Alain Rodier : Ses ambitions sont claires : devenir le chef de tous les croyants. Le roi d'Arabie saoudite, "gardien des lieux saints de l'Islam" (la Mecque et Médine), le roi du Maroc, "commandeur des croyants", Ayman al-Zawahiri, émir historique d'Al-Qaida et bien sûr les chiites qu'al-Baghdadi considère comme des "traîtres" (apostats) vont apprécier. Son projet est de conquérir l'ensemble du monde pour le plier à la conception qu'il se fait de l'Islam. Cela devrait se passer en plusieurs temps.

Tout d'abord, il convient pour lui de s'attaquer à l' "ennemi proche", c'est à dire à l'ensemble du Moyen-Orient après avoir consolidé ses positions sur l'Etat Islamique (EI) situé à cheval sur la frontière syro-irakienne. Les pays les plus fragiles sont le Liban et la Jordanie. Pour ce faire, il utilise trois moyens qui vont crescendo : le terrorisme pour déstabiliser ses cibles, la guerre non conventionnelle pour exploiter les faiblesses de l'adversaire puis, lorsqu'il se sent en position de force (comme lors de la conquête d'une partie de l'Irak), la guerre conventionnelle.

Ensuite, ses visées se tournent contre Israël et le régime égyptien du maréchal Sissi. Il va vraisemblablement avoir recours au terrorisme contre l'Etat hébreu en se servant, au démarrage, du Sinaï comme base de départ car des groupuscules se revendiquant de son idéologie y sont déjà disséminés. Il peut, en même temps, tenter de recruter et de développer des cellules clandestines en Jordanie (où il compte de nombreux adeptes). Idem pour les territoires palestiniens où de nombreux jeunes sont réceptifs à son discours car ils sont extrêmement déçus du peu de résultats obtenus par le Hamas et l'Autorité palestinienne.

Enfin, il ambitionne de s'attaquer à l' "ennemi lointain": le reste du monde. Il peut déjà lancer des coups d'épingle par des actions terroristes, soit importées du Moyen-Orient, (je pense là au Caucase, l'Etat Islamique bénéficiant de nombreux volontaires issus de cette région), en utilisant des combattants européens et américains revenus au pays ou en utilisant des "loups solitaires". Certes, la majorité des "anciens combattants du djihad" retournera vraisemblablement à ses activités antérieures (trafics divers et variés pour la majorité), mais quelques individus déterminés peuvent représenter un risque sécuritaire important.

Je ne pense pas qu'al-Baghdadi croit voir, de son vivant, l'établissement du "califat mondial", mais c'est vraiment son objectif. Il sait que cela devrait prendre plusieurs générations. La conception du temps est totalement différente pour les Occidentaux et pour les Orientaux.

De quels moyens humains et techniques dispose-t-il ?

Il y aurait entre la Syrie et l'Irak environ 25 000 combattants dépendant de l'EI. 10 000 d'entre eux auraient été recrutés récemmentmais ils représenteraient davantage une charge qu'un atout. En effet,  il convient de les faire vivre, de les équiper, de les former et de les encadrer. Cela prend du temps et détourne les plus anciens de leur mission première : le combat. Mais à terme, cela peut constituer une force redoutable.

Toutefois, le terrain à couvrir est important et, 25 000 hommes, ce n'est vraisemblablement pas suffisant. L'EI compte donc sur l'appui des tribus et de mouvements opposés aux pouvoirs en place à Bagdad et à Damas, pour l'aider dans sa tâche. Il compte aussi sur les populations qu'il contrôle. Pour cela, il apporte une certaine aide sociale (nourriture, éducation, soins, justice "islamique") tout en faisant régner la terreur pour décourager les récalcitrants (d'où la "publicité" qu'il mène autour de ses exactions).

En dehors de sa zone, il est de plus en plus populaire au sein des mouvements djihadistes, certains lui prêtant allégeance. Il n'y a pas, pour l'instant, de liens opérationnels mais uniquement idéologiques. Beaucoup d'anciens fidèles d'Al-Qaida se tournent désormais vers l'EI jugé plus porteur. C'est particulièrement vrai en Libye et, dans une moindre mesure, au Maghreb. Curieusement, l'Indonésie serait aussi gagnée par la fièvre initiée par l'EI alors qu'Al-Qaida y avait reçu un écho plus que mitigé. 

Al-Baghdadi a notamment lancé un appel à la conversion et à la guerre sainte (djihad), en demandant à tous les musulmans de se rendre dans son "Etat islamique" de part et d'autre de la frontière irako-syrienne. De son côté l’Arabie saoudite déploie 30 000 militaires à la frontière irakienne. La région peut-elle s'embraser ?

La terre de djihad constituée par le front irako-syrien est déjà embrasée. Mais je pense que l'EI n'a pas actuellement les moyens humains d'aller beaucoup plus loin. Il ne peut, avec les effectifs qui sont les siens, s'aventurer en terre chiite ou dans d'autres pays, du moins de manière conventionnelle. Sa tactique consiste plutôt à infiltrer des éléments pour tenter de constituer des cellules clandestines qui pourront mener, ensuite, des actions terroristes. Le but est aussi de recruter de nouveaux adeptes pour monter des "réseaux" (renseignement, logistique, recrutement puis action).  

Peut-il imposer son "califat" à toute la région ? Quelles en seraient les conséquences ?

Non, pour les raisons évoquées ci-avant. Par contre, son pouvoir de déstabilisation au sein des populations les plus défavorisées (réfugiés, chômeurs, etc.) est important. La balle est maintenant dans le camp des autorités qu'il souhaite abattre : quelle va être leur réaction ? Dans un premier temps, elle est militaire avec un renforcement des dispositifs de contrôle des frontières (Jordanie, Liban, Iran, Arabie saoudite, Turquie, etc.). Dans un deuxième temps, il va leur falloir combattre l'idée même de "califat" et proposer autre chose. Pour les Iraniens, les Israéliens (pour une fois, ces deux Etats se retrouvent confronté à un ennemi commun) et les Kurdes, c'est assez simple : c'est la défense de leur existence même. Pour les Saoudiens, c'est plus compliqué puisqu'il y a concurrence sur le terrain idéologico-religieux.

Ce qui est nouveau, c'est que non seulement les ennemis d'hier sont visés mais que, même les chefs des groupes djihadistes voient leur place menacée : soient il font allégeance à l'EI, soit ils courent le risque d'être renversés par leur base! 

Doit-on s'attendre à une forte augmentation du terrorisme, particulièrement à l'encontre des Etats-Unis ?

C'est à craindre, surtout, dans un premier temps, de la part d'exaltés agissant tout seuls dans leur coin en s'inspirant de la propagande circulant sur le net. Nul doute que la volonté d'al-Baghdadi est de porter la terreur sur le terrain adverse, histoire d'augmenter sa popularité. Il est devenu complètement mégalo, grisé par ses succès initiaux. Et c'est là que réside sa faiblesse. Combien de temps sa popularité va-t'elle durer, surtout au sein de ses alliés "de circonstance" ? De plus, il a de plus en plus d'ennemi qui ne rêvent que d'une chose : le voir transformé en "chaleur et lumière". Des alliances étonnantes risquent de voir le jour dans le but de mener à bien cette mission, pourquoi pas l'Iran, les Etats-Unis, Israël et l'Arabie Saoudite. L'EI ne tient que grâce à al-Baghdadi. Sa disparition signifierait le début de la fin de ce mouvement (qui, il ne faut pas se faire d'illusions, renaîtra de ses cendres sous une autre forme).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 08/07/2014 - 11:31
Quelques drones
quelques bombes. et hop !!
Il ne faut pas s'imaginer que les musulmans ont envie d'une sorte de "pape"..qui a l'air plutot déséquilibré...
Serait-ce la solution ??? peut être Mais alors pas celui qui s'auto élit.
Le Califat moyennageux type afghanistan, les mulsulmans n'en veulent pas, enfin pas tous.
En Iran on pent les filles qui ne veulent pas mettre le voile.
Mais bon, je pense que les pays alentour feront le job.
Texas
- 07/07/2014 - 23:29
Mégalomane
Se faire à la fois des ennemis parmi les Chiites Iraniens , certains Etats Arabes , Israel , et les Occidentaux , c' est tenir peu à la vie .
Marie Esther
- 07/07/2014 - 22:04
La réponse au titre
L'offensive ne s'arrêtera pas. La seule chose qui pourrait arriver de bien, c'est effectivement l'union de certains pays qui ne sont pas forcément amis pour le moment, la plupart du temps pour des raisons non pas religieuses mais idéologiques. Mais si les pays plus lointains comme l'Europe par exemple pensent être à l' abri car plus loin et amis avec parfois des pays pas très recommandables, je pense qu'ils ont tort et qu'il serait temps qu'ils regardent de près ce qui se passe au Proche Orient et comment les Etats là bas se défendent. Mais c'est plus facile de condamner à tout bout de champ