En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 42 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 26 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 20 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 3 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 19 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 33 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 25 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 29 min
© Reuters
La moitié des Français vivent avec moins de 1 630 euros par mois.
© Reuters
La moitié des Français vivent avec moins de 1 630 euros par mois.
Le vrai problème

La moitié des Français vivent avec moins de 1 630 euros par mois : portrait de la France qui compte

Publié le 04 juillet 2014
D'après le rapport annuel sur "Les revenus et le patrimoine des ménages" de l'Insee, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage de France métropolitaine en 2011 était de 19 950 euros, soit 1 630 euros par mois.
Julien Damon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Damon est professeur associé à Sciences Po, enseignant à HEC et chroniqueur au Échos. Fondateur de la société de conseil Eclairs, il a publié, récemment, Les familles recomposées (PUF, 2012), Intérêt Général : que peut l’entreprise ? (Les Belles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après le rapport annuel sur "Les revenus et le patrimoine des ménages" de l'Insee, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage de France métropolitaine en 2011 était de 19 950 euros, soit 1 630 euros par mois.

Atlantico :  Au-delà du chiffre de 1630 euros/mois, qui ne reflète pas forcément la réalité quotidienne, combien de personnes en France se voient obligées d'exercer une surveillance systématique de leur budget, dans les moindres aspects de leur quotidien ? 

Julien Damon : Dans le détail, personne n’en sait rien : des aisés vont pleurnicher, des personnes défavorisées vont jongler sans pour autant s’estimer davantage en difficulté. Au-delà des anecdotes et des tranches de vie, sur un plan statistique, on peut faire plusieurs remarques. La première – à mon sens essentiel – c’est que nous parlons de données pour 2011. Or, scoop, nous sommes en 2014 ! Et la situation a forcément évolué, probablement de façon défavorable, à raison de la progression du chômage.

C’est assez surréaliste de parler de la situation contemporaine avec trois ans de retard. On mesure l’inflation tous les mois, mais quand il s’agit des niveaux de vie, on le fait avec trois ans de retard. On devrait faire mieux. La deuxième remarque, c’est que des études de plus en plus nombreuses portent, à raison, sur ce que l’on baptise les dépenses « contraintes », les dépenses « non arbitrables ». En gros, il s’agit de ce que les ménages doivent obligatoirement régler chaque mois. Il s’agit, notamment, des frais pour le logement (remboursements d’emprunts, loyers, charges), des assurances, des impôts (qui ne sont pas dus mensuellement, mais qui contraignent, par nature, les achats).

On observe que ces dépenses « contraintes » ont puissamment augmenté ces vingt dernières années, notamment en raison de l’augmentation des coûts du logement (à l’achat). Pour les 20 % les moins favorisés, ces dépenses contraintes peuvent représenter 75 à 80 % de leur budget, quand, il y a seulement 10 ans, elles ne représentaient que 50 %. Vous avez donc une proportion importante de la population qui doit au quotidien faire de plus en plus attention. C’est incontestable. C’est, cependant, vrai de catégories très différentes. Des étudiants, qui quelques années après n’auront plus ce problème. Des retraités, qui ont peu de perspectives de voir les choses s’améliorer. Le niveau de vie n’est pas forcément le bon indicateur. Car tout dépend du fait d’être ou non propriétaire et de la localisation de son logement.

Quels facteurs obligent ces Français à effectuer une surveillance permanente de leurs dépenses ?

Encore une fois il faut distinguer, ce qui amène peut-être à caractériser ces facteurs. Avec un niveau de vie médian à 1 630 € par mois, vous ne dites rien de la qualité de vie. Si vous êtes propriétaire de votre logement dans une région où le coût de la vie n’est pas élevé, vous vous en sortez très bien. Si vous êtes locataire de votre logement, et si vous n’avez pas eu la chance de vous voir attribuer un logement dit social, dans une région très coûteuse, à Paris par exemple, vous ne vivez pas bien.

Le nombre d’enfants a son importance. Il l’a toujours eu. C’est la problématique bien connue des « bouches à nourrir ». Le sujet, plutôt que la taille de la fratrie, est celui de la structure familiale. Pour les familles monoparentales c’est, bien entendu, beaucoup plus difficile que pour les autres (couples traditionnels ou recomposés).

C’est un truisme. Mais le nombre de familles monoparentales, alimentant d’ailleurs une féminisation de la pauvreté, est en augmentation. Je dirais donc, comme en immobilier, que les trois principaux facteurs sont la localisation, la localisation, et la localisation. Tout dépend où vous habitez. Et ensuite, autre série de facteurs, tout dépend de la manière dont vous habitez ; selon que vous êtes propriétaire, locataire, locataire social. Enfin, la cellule familiale est une dimension capitale, que l’on met peut-être trop de côté.

A quelles contraintes budgétaires les habitants de banlieue tenus à cette surveillance de leur budget quotidien sont-ils soumis ? Les dépenses les plus lourdes pour ces Français habitant dans les zones rurales ou périurbaines sont-elles d'une autre nature ?

La situation « en banlieue » n’est ni prépondérante ni forcément plus préoccupante. Elle n’est pas prépondérante en France, car nous avons du sujet de la banlieue une vision faussée par Paris. Et être en banlieue ne signifie pas forcément être en difficulté. En revanche, être éloigné des centre-villes est, en effet, problématique.

Et pourrait le devenir de plus en plus. Il y a là un dilemme classique : une solution va peut-être devenir un problème. En gros, une partie des classes moyennes a quitté les centre-villes, en raison de coûts élevés de la vie mais aussi d’aspirations au pavillon et au barbecue. Grâce à la double salarisation et à la double motorisation, les revenus et les modes de vie permettaient chaque année des progrès. Aujourd’hui cette perspective est heurtée par le chômage et une certaine précarisation de l’emploi.

Elle est aussi très préoccupante, du fait du renchérissement des coûts de l’énergie, avec des prix qui peuvent être encore appelés à augmenter. En clair : les ménages qui sont dans le périurbain peuvent connaître la précarité énergétique (lorsque 10 % de leur budget sont absorbés par les charges d’énergie de leur logement). Mais ils vont probablement la connaître encore plus, si on prend en compte l’énergie pour les déplacements (le carburant pour les voitures).

Ce phénomène de précarisation obligeant les personnes à effectuer une surveillance de leur budget à tout instant  est-il ancien ? A quand remonte-t-il ?

 Il est de toute éternité. Le sujet est celui des tendances générales, des Trente Glorieuses aux années 1990 la tendance a été, malgré quelques problèmes conjoncturels (récession en 1993 par exemple) à une augmentation des niveaux de vie, à une croissance du pouvoir d’achat, à une digestion possible des dépenses contraintes, à une extension des classes moyennes. Les phénomènes vraiment préoccupants sont récents, avec la baisse de pouvoir d’achat l’an dernier, avec la reprise à la hausse depuis 2007 de la pauvreté, même si ce n’est pas une déflagration comme dans d’autres pays. D’ailleurs, plutôt qu’une explosion des phénomènes de pauvreté, on assiste à la transformation de la pauvreté. Et une transformation importante est bien cette part des dépenses contraintes. Même si vous n’êtes pas statistiquement compté comme pauvre, si vous êtes un ménage au revenu médian, locataire, exerçant dans le secteur privé exposé, vous voyez vos dépenses contraintes fortement peser sur votre budget. Je pense que c’est un phénomène qui caractérise l’effritement des classes moyennes inférieures. Quand vous êtes au RSA, vos ressources fluctuent peu, vous êtes habitué – ce n’est pas forcément la meilleure expression – aux contraintes budgétaires. Quand vous disposez de revenus modestes, sans grandes aides, avec des prix qui augmentent, vous êtes en difficulté, et vous vous sentez "dans la mouise".

Quel a été l'impact de la crise de 2007-2008 sur le niveau de vie des ménages français ? A-t-il accéléré le processus ?

En moyenne la crise, au départ, a été plutôt bien amortie par le système de protection sociale et ses mécanismes de compensation. Puis le problème de l’hyper endettement public a conduit à prendre des mesures comme la non revalorisation des retraites. Tout ceci ne donne pas lieu à une baisse nette et rapide, mais à une érosion qui peut être ressentie comme insidieuse. En l’espèce je pense que les moyennes ne sont pas forcément très intéressantes. Elles importent, car on voit bien que la France, au moins jusqu’à aujourd’hui, a mieux résisté que d’autres pays (voir, par exemple les conséquences puissantes aux Etats-Unis ou en Espagne : tout ceci n’a rien à voir avec la France). Mais ces moyennes déguisent des disparités de situations et de destins. La crise a eu, d’abord, un impact sur les emplois masculins du privé puis sur des emplois féminins de service, toujours dans le privé. En gros, la crise approfondit les deux principales inégalités du modèle social français : les inégalités générationnelles (les jeunes sont les grands perdants, ce dont témoignent donc les récents chiffres sur la baisse du niveau de vie des jeunes adultes) ; les inégalités entre les protégés du public et les exposés du privé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
N4X
- 04/07/2014 - 13:58
La chute.
1630€, c'est à peu près 11000F. Le simple bon sens l'emporte sur toutes les analyses expertes : Il suffit de se souvenir de ce qu'on pouvait faire avec 11000F il y a douze ans et de comparer avec ce qu'on peut dorénavant faire avec 1630€ pour mesurer la hauteur de la chute. Le pays est ruiné et ses habitants voient arriver au galop le spectre de la misère comme la France n'a jamais connu depuis 2000 ans. Le gros problème, c'est que la misère est la mère de la révolution... Mais qu'on se rassure : nos élus vivent confortablement.
hmrmon
- 03/07/2014 - 18:10
1630 euros par mois
Au banquet de la vie, il y ceux, toujours attablés qui font bombance et ceux qui regardent passer les plats... ce qui gâche un peu l'ambiance!