En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 49 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 27 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 16 heures 11 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 19 heures 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 20 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 11 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 13 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 16 heures 5 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 49 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 19 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 20 heures 10 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 14 min
© Reuters
Le budget présenté par le ministère des Finances outre-Rhin est à l'équilibre.
© Reuters
Le budget présenté par le ministère des Finances outre-Rhin est à l'équilibre.
Danke !

Première fois depuis 1969 que l’Allemagne n’aura pas à emprunter sur les marchés… Merci l’Europe

Publié le 03 juillet 2014
Pour la première fois depuis 45 ans, le budget présenté par le ministère des Finances outre-Rhin est à l'équilibre. Une réjouissance pour les contribuables allemands, mais qui a un prix alors que l'Europe continue lentement (mais sûrement) de s'enfoncer.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois depuis 45 ans, le budget présenté par le ministère des Finances outre-Rhin est à l'équilibre. Une réjouissance pour les contribuables allemands, mais qui a un prix alors que l'Europe continue lentement (mais sûrement) de s'enfoncer.

Alors que la France est empêtrée dans des discussions interminables au sujet de son budget 2015, Wolfgang Schäuble, célèbre ministre des finances allemand, jubile. En effet, pour 2015, le budget présenté par le ministre est à l’équilibre, et ce pour la première fois depuis 1969. Une victoire totale pour cet amateur du chiffre 0.

L’Allemagne n’aura donc pas besoin de recourir à l’endettement pour se financer, et verra ainsi son niveau de dette baisser selon une bonne logique mathématique. La dette est mesurée en pourcentage de PIB, si la dette est stable et que le PIB augmente, le ratio baisse, et Wolfgang Schäuble est content.

Mais ce qui peut apparaître comme une bonne nouvelle pour le contribuable allemand, et c’est effectivement une bonne nouvelle pour lui, pourrait ne pas être perçu de la même façon par d’autres. Européens en tête.

En effet, alors que les réformes mises en place au milieu des années 2000 par le gouvernement Schröder sont régulièrement pointées comme le fait d’un gouvernement audacieux, il convient tout de même de regarder les conditions de leurs mises en œuvre.

Entre les années 2001 et 2005, l’Allemagne va mal. Elle est l’homme malade de l’Europe. Les traités budgétaires européens sont alors contestés par Gerhard Schröder, qui obtient, avec Jacques Chirac, la possibilité de contourner la règle des 3% de déficits publics. Et les déficits s’accumulent en Allemagne : 3.1% en 2001, 3.8% en 2002, 4.2% en 2003, 3.8% en 2004 et 3.3% en 2005. Soit 5 années passées en dehors des « clous » européens. Pourtant, au même moment, la croissance nominale (tenant compte de l’inflation) européenne avance à un rythme annuel de 4%. C’est la fête au village. Parce que l’endettement allemand ne passe que de 60% à 68% de son PIB sur les cinq années, malgré un déficit cumulé qui atteint 20% de ce même PIB. En 2006 le déficit se résorbe enfin sous les 3%, la croissance nominale européenne atteint les 5.1%. La magie de la croissance. Et l’Allemagne surfe sur la naïveté de ses partenaires européens.

Ainsi, entre 2001 et 2005, la grande majorité des Etats, dont la France, continuent sans doute à tort de cumuler déficits publics sur déficits publics. Ce qui vient encore un peu plus soutenir la croissance européenne, et donc soutenir l’Allemagne dans ses efforts.

L’Allemagne trouve ainsi deux leviers qui vont lui permettre de se réformer. Les salaires allemands sont stabilisés alors qu’ils progressent dans le reste de l’Europe. Dans le même temps, la croissance enregistrée au sein de la zone euro lui permet de vendre ses produits à l’export. Les efforts réalisés sur le coût du travail  permettent au pays de reprendre des parts de marché à ses « concurrents »  européens (partenaires ?). Pour finir ; les déficits négociés à Bruxelles viennent compléter le programme. Les réformes sont douloureuses, mais elles sont menées dans un environnement suffisamment favorable pour être acceptées par la population.

L’Allemagne a ainsi procédé à son rétablissement économique sous trois conditions : une croissance forte en Europe, des déficits publics supérieurs aux maximum autorisé par les traités, et la mise en place de réformes de l’offre, notamment les réformes Hartz sur le marché de l’emploi. A l’aube de la crise, le pays est transformé en un gigantesque râteau de la croissance européenne.

Aujourd’hui les injonctions faites aux pays du sud de la part de l’Allemagne se font de plus en plus pressantes. Mais les conditions macroéconomiques sont par contre sensiblement différentes de celles qui ont permis le redressement outre Rhin.

En effet, la croissance nominale européenne cumulée n’aura été que de  5% entre 2009 et 2012, soit un rapport de 1 à 4 avec la période considérée précédemment. Et sans croissance, la lutte contre les déficits publics se compare assez bien au remplissage de paniers percés. Etant donné que Le PIB a le fâcheux inconvénient de comptabiliser les dépenses publiques, chaque économie réalisée vient donc participer à la baisse même du PIB. Et le ratio d’endettement ne faiblit pas. Une seule solution ; la croissance, c’est-à-dire la solution utilisée entre 2001 et 2007 par l’Allemagne.

Ce que vient d’annoncer Wolfgang Schäuble est en ce sens assez curieux. En plus de demander un parfait respect des règles budgétaires à ses partenaires, de hurler face à toute action de la BCE pour soutenir la croissance, il se félicité d’afficher un budget équilibré pour l’année 2015. Un budget 0 qui est une sorte de drapeau brandi devant les 11.6% de chômeurs en Europe. Car s’il est possible de féliciter l’Allemagne pour ses réformes et son « sérieux » budgétaire, son comportement actuel est plus que contestable.

Une croissance plus forte en Europe aurait en effet pour conséquence de venir peser à la hausse sur les salaires allemands, en raison de sa situation de plein emploi actuelle. Lorsque le plein emploi est atteint, la seule arme permettant de répondre à la demande est bien d’agir sur les salaires. Ce qui remettrait rapidement en cause la compétitivité du pays. L’option d’une croissance forte permettant la baisse du chômage et des déficits dans le reste du continent aurait ainsi un coût pour l’Allemagne.

Une stratégie qui peut se résumer assez bien par cette formule « Merci à tous ! Et maintenant débrouillez-vous ». Un beau message d’espoir.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/07/2014 - 16:35
La jalousie est un vilain defaut
Qui a empêché la France de faire les réformes nécessaires comme tous les pays et l'Allemagne qui commencent à redémarrer et surtout de réduire le train de vie de l'état et des collectivités locales plutôt que de continuer à distribuer de l'argent que l'on est obligé de d'emprunter? Nous avons et sommes cigales et nous ne cessons de critiquer les fourmis allemandes, nous sommes seuls responsable de notre endettement. Une seule période peut justifier un endettement celle de la crise mondiale de 2007 qui a vu les rentrées fiscales fondre. Que l'on arrête de distribuer aux roms, gens du voyages, immigrés, et feignants ,chômeurs pro, on doit faire venir de la main d'œuvre d'Espagne pour les récoltes, c'est un comble avec 5 millions de chômeurs .
Benvoyons
- 03/07/2014 - 16:17
Ce qui est bien avec Mr Goetzmann c'est que l'économie est très
risible. Résultat l'Allemagne a fait des efforts et a réussi mais c'était à une période facile pour eux. Les autres pendant la même période ont préférer faire l'inverse de l'Allemagne. Donc pour Mr Goetzmann et bien l'Allemagne doit de nouveau s'endetter pour que les non-réformes de la France puissent être possible. C'est à dire la redistribution avec de l'argent qui n'existe pas. Vous ne comprenez pas que la France est Marxiste. Que la Fonction Public a tous les pouvoirs depuis 40 ans. Que le mode de réélection des Fonctionnaires est de donner l'argent qui n'existe pas. C'est le rêve Français , l'argent des autres. Finalement les raisonnements de Goetzmann sont des raisonnements non pas économiques mais comiques.
LouisArmandCremet
- 03/07/2014 - 13:30
Pendant ce temps...
Pendant que l'Allemagne faisait les réformes indispensables, nous avions En France Jospin, qui distribuait sa "cagnotte fiscale" (un déficit moins mauvais que prévu) et puis ensuite, Raffarin, qui a fait exactement ce que Chirac lui demandait : rien !
Ensuite, Sarkozy élu pour réduire le déficit, l'a fait explosé et on se retrouve aujourd'hui dans cette situation désastreuse.
A force d e rien faire pour être réélu, on finit par perdre tout de même les élections et la situation économique s'est empirée.
"Vous aviez le choix entre le déficit ou la crise, vous avez choisi le déficit et vous aurez la crise", pour paraphraser Churchill !