En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Business insider / Statista
Le graphique du jour

"Droit à l'oubli" de Google : Diffamation, insultes et intrusion dans la vie privée en tête des demandes

Publié le 04 juillet 2014
Raisons invoquées par les utilisateurs du formulaire de droit à l'oubli de Google
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raisons invoquées par les utilisateurs du formulaire de droit à l'oubli de Google

La confidentialité des données est un enjeu majeur des entreprises agissantes sur le web. Véritable exigence grandissante des internautes, sécuriser les informations clients et les respecter sont des points cruciaux pour rester crédible face à la clientèle. En ce sens, Google a lancé fin mai un formulaire de "droit à l’oubli" numérique des informations personnelles et privées référencées par son moteur de recherche. Au succès inattendu, les raisons invoquées dans les formulaires par les googlenautes sont présentées dans ce graphique. Pour un tiers d’entre elles, les demandes avaient pour objet l’intrusion dans la vie privée. Suivent de près (19%) les informations diffamantes et les insultes. A retenir pour les pourcents restants, la présomption d’innocence (5%) et la publicité d’une procédure criminelle (5%), mais surtout l’inadéquation des informations rapportées à une identité (6%).   

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

RugyGate : les mécanismes de notre sadisme collectif

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires