En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 19 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 20 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 16 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 38 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 22 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 58 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 40 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 38 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Pompiers pyromanes

Débordement et matches de l’Algérie : cette bienpensance qui aggrave les problèmes

Publié le 01 juillet 2014
Malek Boutih et Aurélie Filippetti ont rivalisé d'ingéniosité pour justifier et minimiser les débordements survenus après le match entre l'Algérie et la Russie au mondial brésilien.
Tarik Yildiz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tarik Yildiz est est sociologue et président de l'Institut de Recherche sur les Populations et pays Arabo-Musulmans (IRPAM). Il est également essayiste et notamment l'auteur de Qui sont-ils ? Enquête sur les jeunes musulmans de France (Editions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malek Boutih et Aurélie Filippetti ont rivalisé d'ingéniosité pour justifier et minimiser les débordements survenus après le match entre l'Algérie et la Russie au mondial brésilien.

Face à la montée de la polémique après les débordements du match Russie-Algérie du 26 juin, Malek Boutih et Aurélie Filippetti se sont risqué à des messages d'apaisement. Sauf que le remède se révèle pire que le mal.

Malek Boutih : "Je pense au contraire qu’assumer ses racines est un gage d’intégration. Plus ils [les Français d'origine algérienne] se sentent à l’aise dans leur identité passée, plus ils se sentent français. La dernière fois que l’Algérie avait réussi sa Coupe du monde, en 1982, personne n’aurait osé sortir les drapeaux algériens… parce qu’ils se sentaient moins chez eux en France qu’aujourd’hui !"

Tarik Yildiz : Ce type de déclarations démontre bien que l'on se trompe à nouveau totalement de débat. On a là un constat typique et redondant qui consiste à expliquer que nos problèmes d'intégration sont liés au fait que nous avons des jeunes qui seraient coincés entre "deux cultures". Une représentation somme toute erronée qui oublie de souligner le cœur du problème, à savoir le fait que les personnes concernées souffrent avant tout d'un déficit de culture plus qu'autre chose. Il n'y a donc pas de soucis vis-à-vis d'une "double identité" mais bien une absence d'identité tout court.

Le fait de dire que les Algériens étaient "moins chez eux en France" en 1982 est du reste une analyse qui n'a pas grand intérêt pour comprendre les événements. Le fait de sortir ou non le drapeau algérien pendant la Coupe du Monde n'est clairement pas un révélateur d'intégration et d'identité assumée en soi. Le vrai aspect se trouve dans le sujet de fond posé par le manque l'intégration sociale et ses conséquences (petite délinquance, éducation...). Le reste est finalement après tout secondaire, puisque le fait de voir émeger des célébrations de joie, ne ferait pas couler autant d'encre si le tout se déroulait sans heurts et dans un calme relatif. 

Ces jeunes entretiennent de toute façon un rapport complexe à leurs origines algériennes : beaucoup parlent assez mal l'arabe et ne se rendent sur place que de manière très épisodique. Considérer les événements récents à travers une appartenance concrète à l'Algérie est donc insuffisant dès le départ. Le fond de la question réside selon moi bien d'avantage dans la faillite de l'autorité de l'Etat, de ses symboles et de ses repères, faillite qui a laissé se développer au fil des années une petite délinquance ainsi  qu'une réprobation de la France et de ce qu'elle représente. C'est là un fait qui ne concerne évidemment qu'une partie des jeunes d'origine algérienne, dont on ne saurait du reste reprocher une certaine sympathie pour le pays de leurs parents ou grands-parents, mais il ne faut pas pour autant nier certaines évidences. Les altercations avec les forces de l'ordre, les magasins cassés, ont bel et bien existé. Traiter de tels événements comme le révélateur d'un rapport compliqué à différentes identités n'est en tout cas pas très pertinent.

Aurélie Filippetti : "On a tous un peu d'Algérie en nous. [...] La France a une histoire particulière avec l'Algérie et on est tous concernés. On vibre tous un peu quand on a un match d'un pays qui est aussi fortement lié à l'histoire de notre pays."

Tarik Yildiz : On voit bien pourquoi Mme Filipetti a pu tenir ces propos, l'idée étant probablement d'essayer "d'apaiser les tensions". J'ai toutefois bien peur que ce type de stratégie déjà usitée ne soit pas très efficace, en particulier dans un contexte toujours plus visible de perte de repères collectifs. Sans en aller jusqu'à rabaisser les autres, le fait d'être fier de son pays et de son environnement permet selon moi d'offrir un cadre d'unité bien plus réel que celui qui est créé par les "messages" d'ouvertures au caractère quelque peu politicien. Dans le fond, on voit bien qu'une telle sortie ne signifie pas grand-chose.

Sans aller juqu'à dire que les propos de la ministre de la Culture représentent une caution pour les manifestations "anti-française", on peut voir là un net exemple de lacheté politique teinté d'une démagogie devenue aujiourd'hui classique. On voit bien la logique qui vise à se placer à contre-pied de ceux qui pointent du doigt le comportement de telle ou telle communauté, mais dans un sens comme dans l'autre nous avons là la meilleure méthode pour éviter le coeur du problème, à savoir cette minorité de jeunes sans référénts identitaires et éducatifs bien définis. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 02/07/2014 - 22:13
L'histoire de France
Non ! nous ne sommes pas aussi imbriqués que l'article veut le dire.
L'Algérie, c'est d'abord un ennemi pirate, bandit, esclavagiste. Le pays a été mis au pas. Maintenant ses vieux démons reviennent. Il faut l'arrêter.
Et je n'ai absolument rien de l'Algérie, mais alors rien !
ISABLEUE
- 01/07/2014 - 16:24
Monsieur Boutih
Assumer ses racines est une chose, et les digérer autre chose.
Visiblement ceux la ne digèrent pas.....leur histoire.
assougoudrel
- 01/07/2014 - 16:18
La plupart de la génération Mitterrand est
retourné en Algérie, car, grâce à l'argent du contribuable français, ces gens sont devenus riches là-bas. Comme c'est la PPauvreté à l'état pur, ils ont acheté du terrain et, petit à petit ont fait construire. Les vieux qui n'ont pas cotisé et que la France leur a donné une bonne retraîte, ont participé et occupent la maison. Ils coulent des jours heureux. L'appartement qu'un père avait, avant de partir, il l'a laissé à junior qui a le même prénom que lui, qui le laissera à son tour au suivant qui a aussi le même (il n'y a aucun contrôle sur l'âge). J'ai eu un collègue militaire qui a fait pareil. Il avait acheté un grand terrain là-bas, bâtit une immense maison. Autour, il n'y avait qu'un chemin de ronde, car le jardin était à l'intérieur, afin de cacher les femmes. Comme le gouvernement algérien préleve un pourcentage sur sa retraîte (40%), l'Etat français lui paie ce pourcentage en plus pour qu'il ait sa pension complête. Les générations successives sont de plus en plus durs et nous voyons le résultat. Ca ne fait que commencer. Ce n'est pas étonnant que la dette explose. Un juste retour des choses disent-ils, car notre grand père s'est retrouvé ouvrier sur son propre terrain.