En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 34 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 52 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 43 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 20 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 27 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 10 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 27 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 12 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 6 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 45 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 15 heures 5 min
© Reuters
Le choix d'une bouteille de vin est très compliqué
© Reuters
Le choix d'une bouteille de vin est très compliqué
Avoir du nez

Les pièges que les producteurs de vin nous tendent pour nous faire payer plus cher

Publié le 29 juin 2014
Choisir une bouteille de vin est délicat. C'est pourquoi l’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible.
Gérard Seguin et Emmanuelle Rouzet interviennent depuis plus de 20 ans dans le conseil, la formation et l’accompagnement de vignerons, de caves coopératives et de négociants dans les domaines du marketing, de la négociation et de la commercialisation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Seguin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Seguin et Emmanuelle Rouzet interviennent depuis plus de 20 ans dans le conseil, la formation et l’accompagnement de vignerons, de caves coopératives et de négociants dans les domaines du marketing, de la négociation et de la commercialisation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Choisir une bouteille de vin est délicat. C'est pourquoi l’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible.

Atlantico : Le travail du packaging peut-il donner l'impression d'une montée en gamme et affecter le prix du vin ?

Gérard Seguin  : Il est fondamental aujourd’hui de rendre les vins attractifs afin d’attirer différents consommateurs selon les circuits de distribution concernés. 

L’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible. Dès qu’un des élements de cet ensemble dysfonctionne, la perception du client est faussée. Il ne s’agit pas ici de donner une impression mensongère au client mais de vendre des vins en cohérence avec ses attentes. Face à une consommation « plaisir », la fourchette de prix est large ce qui laisse aux négociants et aux producteurs de quoi développer des marges suffisantes pour communiquer sur leur produit face à un grand nombre de concurrents. En ce qui concerne le packaging, les efforts réalisés par les producteurs ces dernières années ont contribué à renforcer leur positionnement dans un environnement concurrentiel de plus en plus lourd. La compétition avec les vins du nouveau monde s’est déplacée du contenu des produits vers le contenant.

La valorisation des produits par le packaging est effective et l’émergence de nouveaux matériaux (bouteilles en composite par exemple) montre à quel point il est nécessaire d’innover pour mieux vendre. Naturellement, l’incidence sur le  prix de revient du produit est importante selon le type d’emballage. A titre d’exemple, hors frais de recherche et développement, le coût de revient d’un moule de fabrication d’une bouteille de 75cl en composite s’évalue autour de 50 000 euros, ce qui affecte forcément sur le prix de revient initial du produit.

En conclusion, le packaging innovant et la perception que peut avoir le consommateur du produit peut être assimilé à une montée en gamme mais  cela procède de l’environnement concurrentiel dans lequel il évolue. En fait pourquoi ne pas imaginer que packaging innovant et qualité intrinsèque du produit soient complémentaire pour renforcer la position des vins sur le marché actuel ?

Qu'en est-il du fait de faire appel à des labels dont les procédés de certifications sont parfois troubles ?

Les signes officiels de qualité, que sont en Europe les AOP et les IGP sont contrôlés et suivi tant par la profession que par des organismes de contrôle certifiés. Ces labels sont une véritable garantie pour les consommateurs des modes de production et l’origine des vins qu’ils achètent. Si pour la plupart des vins de consommation « plaisir » cette garantie est réelle, elle est parfois remise en question sur le marché des vins de « spéculation ». En effet face à la déconnexion totale qui existe entre ces vins de grands châteaux prestigieux et la réalité de leurs prix de revient, face à une demande mondiale importante, certaines structures malhonnêtes contrefont les produits. Il ne s’agit pas de détourner les signes officiels de qualité mais de contrefaire des marques de prestige. Ceci est fortement réprimé et reste un enjeu important pour l’image des vins français tant en France qu’à l’international.

Concernant les procédés de certification, ils correspondent à des critères établis qui garantissent la qualité des vins en associant forcément des cahiers des charges relatifs aux conditions de travail de la vigne , d’élevage  et de vinification. Les contraintes liées à ces procédés garantissent normalement qualité et  réputation pour les vins qui passent avec succès les obstacles de ces certifications. Bien entendu, nul n’est à l’abri de malversations ou de manipulations malhonnêtes mais il faut avouer qu’aujourd’hui, le monde du vin lutte pour optimiser la qualité de sa production et cela passe par des procédés de certification  limpides et cristallins.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 29/06/2014 - 11:52
Les procédés de certification et l'obligation d'utiliseruf a
Certains cépages spécifiques par région sont autant de freins pour le vin français dans la mondialisation...j'entends le vin français MOYEN , celui qui fait vivre 70% des vignerons français et ne garantissent en aucune façon la qualité du produit, sauf à dire que le produit ne sera pas mauvais....dans ce métier comme dans d'autres, on se bat avec un e main attachée dans le dos....merci l'Administraaaation qui contrôle tous mais n'améliore rien....