En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Le choix d'une bouteille de vin est très compliqué
Avoir du nez

Les pièges que les producteurs de vin nous tendent pour nous faire payer plus cher

Publié le 29 juin 2014
Choisir une bouteille de vin est délicat. C'est pourquoi l’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible.
Gérard Seguin et Emmanuelle Rouzet interviennent depuis plus de 20 ans dans le conseil, la formation et l’accompagnement de vignerons, de caves coopératives et de négociants dans les domaines du marketing, de la négociation et de la commercialisation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Seguin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Seguin et Emmanuelle Rouzet interviennent depuis plus de 20 ans dans le conseil, la formation et l’accompagnement de vignerons, de caves coopératives et de négociants dans les domaines du marketing, de la négociation et de la commercialisation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Choisir une bouteille de vin est délicat. C'est pourquoi l’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible.

Atlantico : Le travail du packaging peut-il donner l'impression d'une montée en gamme et affecter le prix du vin ?

Gérard Seguin  : Il est fondamental aujourd’hui de rendre les vins attractifs afin d’attirer différents consommateurs selon les circuits de distribution concernés. 

L’adéquation entre la qualité perçue par le consommateur ciblé, le packaging, le prix et la communication doit exister de manière tangible. Dès qu’un des élements de cet ensemble dysfonctionne, la perception du client est faussée. Il ne s’agit pas ici de donner une impression mensongère au client mais de vendre des vins en cohérence avec ses attentes. Face à une consommation « plaisir », la fourchette de prix est large ce qui laisse aux négociants et aux producteurs de quoi développer des marges suffisantes pour communiquer sur leur produit face à un grand nombre de concurrents. En ce qui concerne le packaging, les efforts réalisés par les producteurs ces dernières années ont contribué à renforcer leur positionnement dans un environnement concurrentiel de plus en plus lourd. La compétition avec les vins du nouveau monde s’est déplacée du contenu des produits vers le contenant.

La valorisation des produits par le packaging est effective et l’émergence de nouveaux matériaux (bouteilles en composite par exemple) montre à quel point il est nécessaire d’innover pour mieux vendre. Naturellement, l’incidence sur le  prix de revient du produit est importante selon le type d’emballage. A titre d’exemple, hors frais de recherche et développement, le coût de revient d’un moule de fabrication d’une bouteille de 75cl en composite s’évalue autour de 50 000 euros, ce qui affecte forcément sur le prix de revient initial du produit.

En conclusion, le packaging innovant et la perception que peut avoir le consommateur du produit peut être assimilé à une montée en gamme mais  cela procède de l’environnement concurrentiel dans lequel il évolue. En fait pourquoi ne pas imaginer que packaging innovant et qualité intrinsèque du produit soient complémentaire pour renforcer la position des vins sur le marché actuel ?

Qu'en est-il du fait de faire appel à des labels dont les procédés de certifications sont parfois troubles ?

Les signes officiels de qualité, que sont en Europe les AOP et les IGP sont contrôlés et suivi tant par la profession que par des organismes de contrôle certifiés. Ces labels sont une véritable garantie pour les consommateurs des modes de production et l’origine des vins qu’ils achètent. Si pour la plupart des vins de consommation « plaisir » cette garantie est réelle, elle est parfois remise en question sur le marché des vins de « spéculation ». En effet face à la déconnexion totale qui existe entre ces vins de grands châteaux prestigieux et la réalité de leurs prix de revient, face à une demande mondiale importante, certaines structures malhonnêtes contrefont les produits. Il ne s’agit pas de détourner les signes officiels de qualité mais de contrefaire des marques de prestige. Ceci est fortement réprimé et reste un enjeu important pour l’image des vins français tant en France qu’à l’international.

Concernant les procédés de certification, ils correspondent à des critères établis qui garantissent la qualité des vins en associant forcément des cahiers des charges relatifs aux conditions de travail de la vigne , d’élevage  et de vinification. Les contraintes liées à ces procédés garantissent normalement qualité et  réputation pour les vins qui passent avec succès les obstacles de ces certifications. Bien entendu, nul n’est à l’abri de malversations ou de manipulations malhonnêtes mais il faut avouer qu’aujourd’hui, le monde du vin lutte pour optimiser la qualité de sa production et cela passe par des procédés de certification  limpides et cristallins.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Rentrée sous pression : pourquoi la mi-mandat pourrait être fatale pour l’unité de la LREM

07.

L’urgent débat sur la géo-ingénierie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 29/06/2014 - 11:52
Les procédés de certification et l'obligation d'utiliseruf a
Certains cépages spécifiques par région sont autant de freins pour le vin français dans la mondialisation...j'entends le vin français MOYEN , celui qui fait vivre 70% des vignerons français et ne garantissent en aucune façon la qualité du produit, sauf à dire que le produit ne sera pas mauvais....dans ce métier comme dans d'autres, on se bat avec un e main attachée dans le dos....merci l'Administraaaation qui contrôle tous mais n'améliore rien....