En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
L'impasse
Attaquer les niches fiscales : « mission impossible »
Publié le 14 août 2011
Alors que les pays endettés vont devoir faire des efforts importants, la France traine encore les pieds pour supprimer les niches fiscales. Patrick Crasnier, spécialiste des entreprises en crise ou restructuration, explique pourquoi.
Patrick Crasnier est aujourd’hui journaliste et photographe de presse indépendant. Il est psychologue et psychanalyste de formation.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Crasnier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Crasnier est aujourd’hui journaliste et photographe de presse indépendant. Il est psychologue et psychanalyste de formation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les pays endettés vont devoir faire des efforts importants, la France traine encore les pieds pour supprimer les niches fiscales. Patrick Crasnier, spécialiste des entreprises en crise ou restructuration, explique pourquoi.

Les discussions entre les républicains et les démocrates aux Etats-Unis ont trainé, débouchant sur  des solutions mitigées, mécontentant tout le monde. Alors que les républicains ont gagné le fait de ne pas augmenter les impôts, les agences de notation ont dégradé la note américaine, certainement à cause de cela. La France, elle, apparaît comme le bon élève de la classe ; les agences  de notation lui gardent leur confiance. Mais pendant encore combien de temps ?

La note de la France est conditionnée aux plans que le gouvernement met en place. Elle sera bonne tant que le rythme des mesures sera rapide. Avec des élections présidentielles en 2012, tout est à craindre, en particulier sur l’augmentation nécessaire et impérative des impôts, et ce dès que le budget sera voté en octobre. Augmenter les impôts, ce que les républicains américains ne veulent pas faire, le gouvernement de Nicolas Sarkozy y sera contraint. Comme le leitmotiv de nos dirigeants actuels est le même que celui des Américains, ne pas augmenter la pression fiscale, ils devront passer par d’autres solutions. La seule qui paraît réalisable rapidement étant la suppression des niches fiscales.

Le casse-tête

Sur le papier, tout paraît simple. Les niches fiscales représentent des milliards que l’Etat peut reprendre, et même doit reprendre. Actuellement les rentrées sont inférieures aux dépenses de l’Etat de plus de 150 milliards d’euros. Là où le bât blesse, c’est que ces niches fiscales sont des cadeaux qui ont été donnés à des catégories particulières, le résultat étant que chaque catégorie veut bien adhérer à la suppression des autres niches que la sienne.

Quelques exemples illustreront parfaitement cette difficulté : les restaurateurs ont eu une niche fiscale de plus de 3 milliards d’euros avec la TVA à 5,5 %, la supprimer mettrait les restaurateurs dans la rue. Il en est de même aujourd’hui avec la suppression demandée par l’Europe de la TVA réduite pour les centres équestres. Bien d’autres exemples pourraient illustrer cet article, à chaque fois la catégorie visée parlera de la justice de cette niche et la gauche enfoncera le clou pour des raisons de basse politique politicienne. (Il n’est qu’à voir la levée de boucliers contre la lutte envers les fraudes aux prestations sociales.)

Notre gouvernement est donc devant un problème insoluble créé par les niches elles mêmes. Ces niches étant catégorielles, elles sont forcément injustes, même si elles sont à chaque fois justifiées par celui qui les crée. Il ne reste alors à notre ministre des Finances qu’une solution : jouer de l’égalitarisme et raboter tout un peu, sans rien faire de vraiment efficace. Avec cette solution, qui est certainement celle qui sera choisie car déjà expérimentée, il est certain que les agences de notation vont se fâcher.

Reste le courage politique mais, en ces temps de crise, en cette période pré électorale, craignons que ce soit « courage fuyons ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
04.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
05.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Diocletien
- 17/08/2011 - 08:05
@bobocleaner
Attention ! Si vous ne taxez que l'A/V (sur les encours), vous fichez en l'air tout refinancement futur de l'Etat par l'A/V qui porte les Emprunts d'Etat....
Plus personne ne souscrira plus de contrats d'A/V. Ennuyeux aussi lorsque l'on veut accroître la part des résidents dans le portage des emprunts publics.
Le gorille
- 16/08/2011 - 20:22
Empereur romain et éboueurs ?
Diable, plutôt perplexe je suis. Yakafôquon a déjà beaucoup servi. Je doute que les hauts magistrats aient désiré ruiner la France. Mes lunettes me disent que les décisions seront délicates et difficiles, mais seront prises : eux aussi veulent vivre ! Et en France !
Quelque part, je me demande déjà à quelle sauce je serai mangé. Et vous mêmes, messieurs ou dames, y avez vous pensé ?
bobocleaner
- 16/08/2011 - 18:46
donc vous ne couperez pas à l'arrêt des gaspillages publics
d'une facon ( maitrisée ) ou d'une autre ( dans la débacle de la faillite et de la banqueroute ) .