En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 32 min 5 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 47 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 39 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 44 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 40 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 52 min 16 sec
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 2 heures 26 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 15 heures 9 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 38 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 18 heures 17 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 21 heures 15 min
© REUTERS/Francois Lenoir
Le caractère de Hollande est ainsi fait qu’il ne se soucie guère des différentes activités de ses collaborateurs
© REUTERS/Francois Lenoir
Le caractère de Hollande est ainsi fait qu’il ne se soucie guère des différentes activités de ses collaborateurs
Bonnes feuilles

Pourquoi le président "normal" ne voit jamais ce qu'il y a d'anormal dans les scandales qui pourrissent son mandat

Publié le 29 juin 2014
Le Parti socialiste, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption. Et l’opinion s’exaspère. Veut-on vraiment moraliser la vie politique ? Extrait de "La république des imposteurs", de Gilles Gaetner, publié aux éditions l'Archipel (2/2).
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Parti socialiste, qui revendique le 1er prix de vertu, est en passe de doubler la droite dans la course à la corruption. Et l’opinion s’exaspère. Veut-on vraiment moraliser la vie politique ? Extrait de "La république des imposteurs", de Gilles Gaetner, publié aux éditions l'Archipel (2/2).

Ce passé, pas si lointain, qui a vu des socialistes alpagués dans de sombres histoires fi nancières, François Hollande se voit contraint de l’assumer. Certes, il n’a pas eu son Roger-Patrice Pelat. Mais il a fi ni lui aussi par avoir son boulet, de moindre diamètre, mais qui a fait fort mauvais effet en pleine tempête Cahuzac. Le boulet en question ? Un feu follet nommé Jean- Jacques Augier, ancien élève de l’Ena, membre de la promotion Voltaire comme le président de la République. Personnage brillant, le richissime Augier a été un temps le patron de la société G7 dirigée par André Rousselet, vieux compagnon de route de François Mitterand - au même titre que Pelat ou Georges Dayan.

Augier a été le trésorier de campagne du candidat Hollande en mai 2012. En plein scandale Cahuzac, on apprend par Mediapart que l’ancien condisciple de Hollande, dans le cadre de son activité professionnelle en Chine, disposait de comptes offshore dans des paradis fi scaux. Embarrassant, car qui dit compte off shore sous-entend suspicion de fraude. Heureusement, Jean-Jacques Augier parviendra à convaincre que ces comptes étaient déclarés au fi sc français. Ouf ! Certes, Hollande n’a pas commis de faute. Comment pourrait- il être tenu responsable du train de vie, des agissements de ses amis ? Mais lorsque le nom d’Augier, ami intime, est étalé en place publique, on découvre que le président ignore tout des activités professionnelles de son trésorier de campagne.

Surprenant ? Pas vraiment. Le caractère de Hollande est ainsi fait qu’il ne se soucie guère des différentes activités de ses collaborateurs. Un manque de curiosité qui peut lui jouer des tours, quitte à déboucher sur un scandale. L’affaire Aquilino Morelle est révélatrice de cette espèce de nonchalance. Le chef de l’État ne pouvait ignorer les marottes de ce « petit marquis », sobriquet dont l’affuble Mediapart, qui se faisait cirer ses souliers dans une annexe de l’Élysée. Ce que tout le personnel ou presque savait, de la secrétaire aux conseillers les plus proches du président… qui n’a rien vu. Ou rien voulu voir. C’est ainsi que l’immoralité, agrémentée de révélations plus encombrantes, s’est invitée au plus haut sommet de l’État. Voici que, le 17 avril 2014, un nouveau scandale atteint le pouvoir socialiste. Aquilino Morelle, cinquante-trois ans, conseiller du président de la République et proche de Manuel Valls, est soupçonné d’avoir conseillé en 2007 le laboratoire pharmaceutique danois Lundbeck – moyennant 12 500 euros –, alors qu’il se trouvait en fonction à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et comptait, parmi ses attributions, le contrôle de l’industrie pharmaceutique. Une confusion des genres, si elle est avérée, qui porte un nom : confl it d’intérêts. Le Dr Morelle – ancien interne des hôpitaux et énarque promotion Condorcet – est formel : il n’a commis aucune faute, puisqu’il avait sollicité et obtenu du patron de l’Igas l’autorisation de faire ce « ménage ». Lequel dément. Toujours est-il que, le lendemain des révélations de Mediapart, Morelle n’avait plus guère de choix que de démissionner. Ce qu’il a fait, après un entretien houleux avec François Hollande.

Du côté de Matignon, Manuel Valls, malgré les relations très amicales qu’il entretenait avec Aquilino Morelle, n’a pas tenté d’opération de sauvetage. Trop risqué. D’autant que, chez les députés socialistes, on ne s’est pas privé de dire tout le mal que l’on pensait du conseiller du prince. Le nouveau premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ne s’en est pas caché derrière son doigt : Morelle devait partir. En quelques mois de présence à l’Élysée, la plume de Hollande, jadis celle de Lionel Jospin, en avait exaspéré plus d’un. À commencer par l’ancien secrétaire général, Pierre-René Lemas, avec qui ses rapports étaient exécrables. Il est vrai que le « petit marquis » aura tout fait pour se mettre à dos le personnel de la présidence, tant était grand son appétit de pouvoir. D’abord en supplantant Claude Sérillon, le conseiller en communication du chef de l’État ; puis en s’autoproclamant représentant de l’Élysée lors des petits-déjeuners de la majorité à Matignon, ce que n’appréciait guère Jean-Marc Ayrault, persuadé que Morelle faisait le siège d’Hollande pour l’éjecter et le remplacer par Manuel Valls.

En quelques mois, Morelle, « arrogant, hâbleur, vaniteux, transgressif, manipulateur, hautain1 », a fait plus d’un jaloux à l’Élysée tout en suscitant des moqueries à peine voilées à propos d’une de ses manies : celle de faire venir périodiquement à l’Hôtel Marigny, dans une salle spécialement réservée à cet effet, un cireur de chaussures pour lustrer ses souliers de marque, tous réalisées à façon… Symbole destructeur aux yeux de l’opinion, lorsqu’on sait qu’Aquilino Morelle ne mégotait pas sur les vins fi ns provenant de la cave de l’Élysée, pas plus qu’il ne se gênait pour utiliser sans modération les voitures de la présidence.

Étrange personnage que ce surdoué de la République, fi ls d’immigré espagnol, nourri au goût de l’effort et du respect de l’autre… S’il fustige en effet « les élites parisiennes conformistes qui vivent dans l’impunité », il n’en apparaît pas moins aux yeux du public comme un profi teur. Dans le milieu de la santé, tout le monde se souvient qu’il n’eut pas de mots assez durs, dans un rapport de l’Igas, pour dénoncer l’affaire du Mediator… alors qu’il avait des relations personnelles avec le danois Lundbeck. La transparence était un dogme pour l’ex-conseiller de Hollande. En réalité, du bidon ! Du Tartuffe grandeur nature ! Avec le recul, on est estomaqué d’entendre les propos qu’il tenait sur France Info, le 11 juin 2011 : « Il faut que chacun soit au clair avec lui-même et avec les autres. Il n’y a pas d’interdiction d’avoir un rapport avec l’industrie pharmaceutique pour un médecin. Ça peut se comprendre. Ce qui est obligatoire, c’est de rendre public cela. Il faut que ces contacts soient publics. Quand vous publiez vos relations, vous êtes transparent et chacun peut regarder […] s’il n’y a pas quelque chose qui peut poser un problème en termes d’indépendance. C’est juste ça, mais c’est énorme. Si l’on a un rapport avec l’industrie pharmaceutique, il faut que tout le monde le sache. On aboutit à des situations où les experts sont parties prenantes, juge et partie. Il faut en fi nir avec ça. »

Il y avait deux Jérôme Cahuzac1. Désormais, l’Élysée ne peut ignorer qu’il y avait aussi deux Aquilino Morelle. D’un côté, le haut fonctionnaire affable, brillant, qui croit à l’idéal socialiste – il a été directeur de campagne d’Arnaud Montebourg lors de la primaire pour la présidentielle de 2012 ; de l’autre, un dandy cynique dont le credo semble être : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais. » En voici une nouvelle preuve : le 28 février 2007, jour où il réintègre l’Igas après un passage à l’agence de communication Euro- RSCG, Morelle quitte son poste de gérant de l’EURL Morelle pour y placer son frère Paul… Lequel, deux ans plus tard, ouvre un commerce de fl eurs et de chocolats dans le XVe arrondissement de Paris. L’EURL Morelle ainsi peut recevoir le fruit du travail d’Aquilino pour le laboratoire pharmaceutique danois sans éveiller le moindre soupçon. Jusqu’au jour où, à l’Élysée, certains conseillers, excédés par les caprices de Morelle, dé cident de le liquider, sans mesurer l’impact négatif sur François Hollande et l’ensemble de la majorité socialiste. Le lendemain de la parution du papier ravageur de Mediapart, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique se saisit de l’affaire, tandis que le nouveau parquet fi nancier de Paris diligente une enquête préliminaire2. Faut-il voir dans ces deux initiatives le signe annonciateur d’ennuis judiciaires pour Aquilino Morelle ? Début mai 2014, il était trop tôt pour le dire… Une certitude : les ambitions de Morelle, qui s’était dépensé sans compter pour être secrétaire d’État à la Santé auprès de Marisol Touraine, risquent d’être stoppées pour un bout de temps encore…

Extrait de "La république des imposteurs", de Gilles Gaetner, publié aux éditions l'Archipel, 2014.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 29/06/2014 - 14:02
Va savoir!
vangog - 29/06/2014 - 12:39
Vous parlez du sénile Jean Marie Le Pen ????
vangog
- 29/06/2014 - 12:39
S'il est élu une seconde fois...
il finira dans le goudron et les plumes, c'est certain!
Comme les menteurs et les tricheurs...
Anguerrand
- 29/06/2014 - 11:59
Mais il n'est pas fini ce president
Sa seule qualité c'est sa stratégie mensongère était celle pour se faire élire, il n'a jamais réussi que ça dans sa vie. De la France et de la honte il s'en fout, il a La place, celle de Sarko dont il a tellement peur, il n'a pas mis en place son cabinet noir pour rien!