En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Agents double
Les rangs des militants anti-gaz de schiste largement infiltrés par des agents russes
Publié le 23 juin 2014
La protection de l'environnement est sans doute loin d'être la seule préoccupation des opposants à l'exploitation du gaz de schiste. Le risque de fin de dépendance au gaz russe pour plusieurs pays pèse également très lourd dans certains rapports de force.
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La protection de l'environnement est sans doute loin d'être la seule préoccupation des opposants à l'exploitation du gaz de schiste. Le risque de fin de dépendance au gaz russe pour plusieurs pays pèse également très lourd dans certains rapports de force.

Atlantico : Selon un article du Financial Times, rapportant les propos d'Anders Fogh Rasmussen le secrétaire général de l'OTAN, la Russie soutiendrait des mouvements dénonçant l'extraction de gaz de schiste pour maintenir la dépendance européenne au gaz russe. Cette perspective vous semble-telle crédible ? Quelles formes pourrait-elle prendre ?

Michael Lambert : Il faut garder à l’esprit que les Etats membres de l’Union européenne ont une perception différente en fonction de leurs impératifs. L’exploitation du gaz de schiste dépend de la politique nationale et non de la politique européenne. Ce manque d’harmonisation amène chaque pays à pouvoir adopter une politique radicalement différente de ses partenaires en fonction des ressources dont il dispose, de sa situation économique et de ses aspirations à l’échelle régionale et internationale.

La perspective selon laquelle la Fédération de Russie soutient les groupes défavorables à l’exploitation du gaz de schiste en Europe est réaliste mais à nuancer. Premièrement, il y a un intérêt pour les grands groupes qui exportent du gaz à ne pas voir naître de la concurrence, il est donc logique pour eux de militer, par tous les moyens possibles contre une plus large autonomie européenne. Cependant, cette pratique relève de la logique économique et pas nécessairement d’un objectif géopolitique d’affaiblissement ou de contrôle. Ensuite, le gouvernement russe à proprement parler, dont l’économie dépend des exportations de gaz, est naturellement lui aussi opposé à cette extraction. Dans ce dernier cas, il y a un impératif économique évident mais aussi des avantages géopolitiques qui en découlent. Il semble important de rappeler que la Pologne est un pays qui s’oppose fréquemment à la Russie en Europe de l’Est, dispose de ressources importantes et qu’avec son exploitation elle pourrait envisager d’affaiblir l’emprise de Moscou sur des Etats comme l’Ukraine ou simplement en Baltique. Enfin, la Roumanie pourrait elle aussi affaiblir le Kremlin en proposant une alternative au gaz russe en Moldavie, ce projet est déjà en cours et serait renforcé par l’exploitation active du gaz de schiste.

Le soutien russe peut s’organiser de manière assez classique avec un lobbying à l’échelle nationale. Comme par exemple en invitant les députés et dirigeants des Etats membres à assister à des réunions d’information plaisantes avec remise de cadeaux, de prix honorifiques, dîners agréables, qui incitent les députés à avoir une mauvaise image de l’exploitation du gaz de schiste.

Il semble important de noter que les entreprises russes financent aussi des mouvements de réflexion de certains partis politiques (c’est le cas du Front national en France) qui ensuite influencent les partis politiques et la position publique de leurs dirigeants.

Enfin, des entreprises comme GDF Suez ont des relations avec les groupes russes qui militent contre le gaz de schiste. Ces relations peuvent engendrer une position des dirigeants français globalement défavorable à l’exploitation du gaz de schiste avec pour conséquence une plus forte dépendance et ce, même sans avoir objectif d’aller vers les énergies renouvelables, ce qui n’est pas le cas en Allemagne où les dirigeants voient dans le gaz de schiste comme dans le gaz russe un problème, là où en France seul le gaz de schiste semble vraiment inquiéter la population et les pouvoirs publics.

Les groupes dénonçant les ravages de la recherche de gaz de schiste sont nombreux et disparates. Quels pourraient être ceux le plus à même à répondre en sous-main à un "pilotage" venant de Russie ? Quelle est en général la nature des organisations choisies pour ce genre de manœuvre ?

La variété des organismes de recherche n’est pas la problématique principale. Les pays comme la France s’opposent au gaz de schiste mais sont prêts à l’acheter s’il vient de pays comme les Etats-Unis, ce qui est assez paradoxal. L’exploitation du gaz de schiste est objectivement nuisible, rares sont les experts à remettre en cause ce fait. La question reste essentiellement de savoir s’il est possible de l’utiliser le temps d’assurer une transition énergétique ou encore d’éviter de trop dépendre d’autres Etats. Sur ce dernier point, il est évident qu’il existe un gouffre entre des pays comme l’Allemagne qui cherchent à assurer une transition, la France qui souhaite limiter son déficit extérieur et la Pologne qui souhaite limiter sa dépendance à la Russie.

Pour la France, la Russie est active avec le lobbying et joue avec ses relations avec les dirigeants de GDF Suez. Le lobbying est la voie légale la plus pertinente pour influencer les dirigeants et pour nouer des relations durables avec eux. Les cercles de réflexion, comités d’amitié franco-russes,  soirée sur "la dépendance énergétique", etc., abondent.

L'article du Financial Times avance aussi l'idée – soutenue par des experts – que le soutien de la Russie aux séparatistes ukrainiens est fait pour empêcher l'exploitation du gaz de schiste dans la région en entretenant le trouble (certains leaders séparatistes ayant auparavant été des opposants à la fracture hydraulique). Le conflit en Ukraine est-il une guerre du gaz de schiste qui ne dit pas son nom ?

Le cas ukrainien est singulier. Les séparatistes de l’Etat Fédéral de Nouvelle-Russie (à l’est de l’Ukraine) soutiennent la Russie en raison de leur proximité linguistique, de leur choix d’appartenance à l’Union eurasiatique et aussi car ils ne se reconnaissent pas dans l’Etat central ukrainien. La priorité des séparatistes n’est pas l’exploitation ou la non-exploitation du gaz de schiste mais le souhait de ne pas faire partie de l’Ukraine qui se rapproche de l’Union européenne. Ils souhaitent renforcer les relations avec Moscou car ils sont culturellement et historiquement plus proches de la Russie que du reste de l’Europe.

La question du gaz de schiste dans cette situation est assez secondaire dans la mesure où l’Ukraine, si elle envisageait son extraction, devrait faire face aux pressions du Kremlin avec son lobbying. L’Ukraine devrait arriver à l’exploiter à un prix moindre que celui du gaz qui vient de Russie, ce qui semble difficile, et arriver à mettre en œuvre une politique énergétique viable pour alimenter le pays sur le long terme. Pour résumer, l’Ukraine, avant même d’être un pays divisé, faisait face à des problèmes majeurs sur cette question. Le gaz de schiste est en arrière-plan tant à l’échelle nationale que pour les séparatistes. Le pays souffre de corruption et la question du gaz de schiste se trouverait prioritairement confrontée à cette question avant même d’envisager techniquement son exploitation.

La Russie serait également active dans le domaine en Bulgarie et en Roumanie membres de l'UE. Le gaz de schiste peut-il devenir le sujet d'un grave incident diplomatique entre les deux puissances ? Quels pourraient être les risques ?

La Russie est active en Roumanie mais a du mal à avoir une influence. Cette situation résulte de l’aspect historique où la Roumanie à l’époque soviétique était déjà à part de l’URSS et s’opposait à elle sur certains points et, de nos jours, la Roumanie se présente comme membre de l’Union européenne et de l’OTAN. En ce sens, elle souhaite essentiellement incarner une alternative à la Russie, on le constate en Moldavie.

La Roumanie souhaite alimenter la Moldavie qui, pour sa part, n’est pas membre de l’Union ou de l’OTAN et fournir à Chisinau une alternative (en réalité se substituer) à la Russie dans le domaine du gaz. Le projet rencontre depuis plusieurs années un certain nombre de difficultés mais devrait aboutir en 2015. La Roumanie pourrait avec le gaz de schiste se substituer sans entrave technique à la Russie en Moldavie. C’est dire que la Russie n’aurait qu’une emprise minime sur la Moldavie par la suite. Dans ce sens, on peut dire d’une part que le lobbying russe en Roumanie est assez inefficace et d’autre part que la Roumanie pourrait incarner une solution et représenter les intérêts de l’Union européenne dans la région. Elle est donc un adversaire diplomatique et économique pour Moscou, au même titre que la Pologne.

Pour la Bulgarie, l’euroscepticisme, la corruption et les difficultés à se détacher culturellement de la Russie amène le pays et ses dirigeants à ne pas se distancier de la Russie sur ces questions.

Pour résumer, l’Union européenne est trop fragmentée pour réellement jouer activement contre la Russie, on est donc encore loin d’une "confrontation". Cependant, certains dirigeants polonais commencent à faire état de la nécessité d’une coopération, voire d’un achat en commun des commandes de gaz et de pétrole, à l’image de ce qui se fait dans le domaine du nucléaire.

Un renforcement de l’Union européenne avec une seule politique de l’énergie aurait pour conséquence de faire de l’Union européenne et des Etats membres une puissance régionale concurrente de la Russie sur son propre domaine, auquel cas l’Union deviendrait un possible fournisseur et augmenterait sa stabilité énergétique et celle des autres Etats dans sa périphérie. C’est la raison pour laquelle la Russie, mais aussi les Etats-Unis, s’opposent activement à un renforcement des politiques communes qui donneraient naissance à une compétition diplomatique et énergétique pour la Russie et énergétique pour les Etats-Unis qui souhaitent eux aussi écouler leurs gaz de schiste en Europe. L’Europe dans cette situation ne doit pas seulement s’inquiéter de la position de la Russie, mais aussi de celle des USA, les deux voulant avant tout éviter qu’elle ne puisse un jour devenir un concurrent d’envergure mondiale.

Propos recueillis par Damien Durand

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/06/2014 - 22:53
Les cocos jouent aux collabos...
Ces cocos recyclés en écologistes pastèques, cela fait longtemps que nous dénonçons leur double-jeu, fait de sabotage de l'industrie Européenne, d'espionnage pro-russe et d'incitation à la décroissance économique de k´Europe.
Leur entrisme dans les médias français les désignent comme parfait élèves du Trotskysme de combat.
La Eoymanie et la Pologne ont su se préserver de leur influence malfaisante, car ils connaissent bien la politique tordue de la Russie, qui a conservé les vieilles méthodes communistes...
Mais ces ecolo-espions sont le plus actifs dans les pays les plus faibles de l'Europe, les plus noyautés par l'idéologie marxiste, comme la France.
Aidés par les CGTistes et Sud qui ont saboté le ferroviaire et l'erien, après avoir décimé nos industries navales et portuaires, notre sidérurgie, il en faut toujours plus à ces prédateurs ecolo-gauchistes!
Ces traîtres à leur patrie seront jugés par le peuple, lorsque celui-ci aura reconquis son pouvoir sur les lâches!...
MONEO98
- 23/06/2014 - 16:10
et ça vous étonne?
comme d'habitude il y a les marionnettes et le tireur de marionnettes.. posez vous des questions d'ou vient l'argent monumental de toutes ces organisations dites écologiques .. et in fine à qui le crime profite...
Que" l'orchestre rouge" réorganisé soit mis à contribution est tout à fait plausible
zouk
- 23/06/2014 - 14:51
GAZ DE SCHISTE
La fracturation hydraulique est certes polluante, mais déjà beaucoup moins qu'au début. Le film tellement projeté à travers le monde devient maintenant un mensonge. Et d'autres techniques pourraient être expérimentées, les opposants français veulent l'ignorer.
Quant à un soutien russe à ces opposants, le simple bon sens montre que c'est des plus plausibles: les Etats Unis n'importent pratiquement plus de gaz de pétrole, la généralisation de l'exploitation des gaz de schiste à l'Europe est incontestablement une menace pour les exportations russes.