En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 6 heures 57 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 7 heures 35 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 15 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 15 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 7 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 9 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 12 heures 13 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 14 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 15 heures 26 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 16 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 16 heures 22 min
© Reuters
Le nouvel émir du Qatar, le sheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani.
© Reuters
Le nouvel émir du Qatar, le sheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani.
Double jeu

Un an après le changement d'émir surprise, le Qatar a-t-il renoncé à jouer avec le feu (des djihadistes) ?

Publié le 23 juin 2014
François Hollande reçoit à l’Élisée ce lundi 23 juin le jeune émir du Qatar, qui a succédé il y a un an à son père. Une année pendant laquelle l'actualité internationale a placé le pays sous le feu des projecteurs.
Nicolas Beau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Beau est journaliste. Après une longue carrière au Canard enchaîné, émaillée de nombreux scoops, il est l'auteur de plusieurs best sellers, dont La Reine de Carthage (La Découverte, 2009).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande reçoit à l’Élisée ce lundi 23 juin le jeune émir du Qatar, qui a succédé il y a un an à son père. Une année pendant laquelle l'actualité internationale a placé le pays sous le feu des projecteurs.

Atlantico : François Hollande reçoit l'Emir du Qatar, cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani, qui a succédé à son père il y a un de cela, le 25 juin 2013. L'accession au pouvoir du jeune émir laissait présager une rupture relativement à la politique menée par son père. Quels ont été les grands changements impulsés par le nouvel émir ? La Qatar a-t-il rompu par exemple avec ses vieux démons notamment sur la question du soutien financier et militaire qu'il apportait à certains groupes salafistes ?

Nicolas Beau : Je pense que sur le plan intérieur et de l'évolution des libertés publiques et politiques, rien n'a changé par rapport au père. De ce côté-là, le Qatar n'a pas connu son "Printemps". En revanche il y a eu des changements très sensibles en termes de politique étrangère notamment par rapport au dossier syrien où quelques passerelles ont été jetées avec le régime de Bachar el-Assad. Incontestablement les échecs subis par les Frères musulmans égyptiens et libyens, ou le Mujao au Mali, ont amené le Qatar a réduire considérablement la voilure en se faisant moins présent en matière de politique internationale. Ils sont revenus à leur pré carré traditionnel, et doivent affronter l'hiostilité de leurs frères ennemis du Gofle : l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Pour cela, ils doivent renforcer les alliances qu'ils ont pu tisser les années antérieures, notamment avec la France.

Sur le dossier syrien, le Qatar a notamment été accusé de jouer un double jeu. Qu'en est-il réellement ? Qu'est-ce que cette attitude révèle de la stratégie de l'émirat ?

Je crois que le Qatar a pris la mesure de la situation. El-Assad a résisté au soulèvement populaire. De plus, ils doivent se mettre en retrait du fait de la pression américaine. Le Qatar en dépend encore beaucoup ; son assurance-vie, c'est la base américaine présente dans le pays. Le Qatar ne peut donc pas se permettre de continuer à soutenir de façon voyante des mouvements djihadistes que son allié américain combat. Et quand le Qatar voit les échanges croissants entre les Etats-Unis et l'Iran – un autre adversaire du Qatar – l'émirat est obligé de changer son positionnement sur le dossier syrien. De manière général le Qatar a donc tendance à se faire plus modeste.

Par ailleurs, le nouvel émir a-t-il su faire preuve de plus d'indépendance que son père vis-à-vis des autres monarchies du Golfe ?

Je crois que malgré les apparences, le père de l'actuel cheikh Tamim était en guerre larvée avec les autres puissances du Golfe. Simplement, la situation internationale ayant changé, les frères ennemis du Golfe se sont ouvertement prononcés contre les intérêts du Qatar, profitant d'ailleurs de la faiblesse de l'émirat. On constate d'ailleurs que le grand prêcheur Al-Qardawi, très proche des Frères musulmans, a dû modérer ses prêches. Cela dénote bien d'une volonté du Qatar de la volonté de se faire plus modeste sur la scène internationale qu'il ne l'était jusque-là.

Aujourd'hui qu'attend François Hollande de cette visite ?

Pour commencer je dirais que dans la situation actuelle – avec notamment le projet de la Coupe du monde 2022 qui prend l'eau de toutes parts – le cheikh Tamim a sans doute plus besoin de François Hollande, qui a même une politique très équilibré dans cette région du monde, que l'inverse. Nous ne sommes plus tout à fait comme dans les belles années du règne de son père où c'est la France qui venait demander de l'aide pour le soutien à l'industrie française.

Cependant les fonds qataris en France sont toujours là et ils pèsent entre 20 et 25 milliards de dollars. Il est certain que dans la conjoncture actuelle, la France est très heureuse d'attirer les capitaux qataris. Elle ne compte pas s'arrêter. Mais les termes du débat sont plus équilibrés qu'avant. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 24/06/2014 - 17:01
Exact
les travailleurs étrangers, attirés juste pour les constructions des stades car on ne travaille pas en robe blanche, on va se salir, - où en est-on ??
On ne parle plus des accidents, des gens obligés de travailler sans boire ni manger pendant des heures en plein soleil ??
Barbaritude
assougoudrel
- 23/06/2014 - 16:25
Et c'est pour cette raison qu'on
ne parle pas de choses qui fâchent, comme les dizaines, voir les centaines de morts (de soif et par accidents) pendant les constructions de stades pour le mondial de foot de 2022. Droits de L'homme et autres bien-pensant, aux abonnés absents. Le gros méchant loup c'est Poutine.