En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 44 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 24 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 29 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 10 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 53 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 28 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 35 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 32 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 22 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 17 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 22 heures 54 min
© Reuters
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud.
© Reuters
Le président de la Cour des comptes Didier Migaud.
En filigrane

Et soudain, entre les lignes du rapport de la Cour des comptes, l’aveu sur l’impossibilité de réforme en France

Publié le 20 juin 2014
Année après année, la Cour des comptes interpelle les différents gouvernements sur les moyens de réduire le niveau des dépenses publiques. L'année 2014 ne fera pas exception et le carton rouge est de sortie, avec un peu de lassitude.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Année après année, la Cour des comptes interpelle les différents gouvernements sur les moyens de réduire le niveau des dépenses publiques. L'année 2014 ne fera pas exception et le carton rouge est de sortie, avec un peu de lassitude.

Le 17 juin, la Cour des comptes publiait son rapport annuel "la situation et les perspectives des finances publiques".  Le rapport fait grand bruit et Le Monde titre "Budget : les mesures chocs de la Cour des comptes".

Pourtant, ce qui interpelle tout d’abord est que les fonctions de la  Cour des Comptes sont clairement définies : Contrôler, Juger, Evaluer, Certifier. L’Article 47-2 de la Constitution définit ainsi ses missions : "La Cour des comptes assiste le Parlement dans le contrôle de l’action du Gouvernement. Elle assiste le Parlement et le Gouvernement dans le contrôle de l’exécution des lois de finances et de l’application des lois de financement de la sécurité sociale ainsi que l’évaluation des politiques publiques. Par ses rapports publics, elle contribue à l’information du citoyen". Ainsi, un rôle de proposition "de mesures chocs" n’est pas indiqué.

Pour juger par contre, la Cour est dans son rôle. Et comme à son habitude, la Cour des comptes est inquiète, et il y a de quoi. Les déficits ne sont pas tenus, la croissance est moins forte que prévue,  la dette continue de s’envoler, et les anticipations sur l’efficacité des réformes faites par le gouvernement ne sont que trop rarement réalisées. De quoi faire très plaisir à l’exécutif.

Par contre, le rapport souligne "Un effort structurel considérable, qui n’a eu qu’un effet limité sur le solde structurel". Un bel effort certes, mais un effort qui a été supporté par le contribuable. En effet, "l’effort structurel, réalisé pour réduire le déficit a représenté 1,5 point de PIB en 2013 (un peu plus de 1,4 point en recettes et un peu moins de 0,1 point en dépenses), contre 1,9 point prévu dans la loi de programmation". Pour être clair, 94% de l’effort provient des hausses d’impôts, et 6% des baisses de dépenses.

Et c’est bien là que le rapport de la Cour des comptes devient gênant. Car au-delà des critiques et du rôle de l’institution, des propositions sont faites pour réduire les dépenses publiques. Ce sont les fameuses "mesures chocs" évoquées par Le Monde, termes qui ne seraient sans doute pas employés par la Cour elle-même.

Parmi ces mesures, la plus emblématique est : "La masse salariale est un enjeu central pour atteindre les objectifs des finances publiques", et implique : "La stabilisation en valeur de la masse salariale de l’État suppose des mesures d’économies supplémentaires". La masse salariale de la fonction publique se trouve passée au scanner.

Des pistes sont bien présentées concernant "un meilleur ciblage de la GIPA" (garantie individuelle du pouvoir d’achat), la rénovation des "rémunérations accessoires et régimes indemnitaires", ou encore "le coût des mesures salariales ponctuelles". Mais la conclusion arrive rapidement :

"Les mesures salariales examinées précédemment ne suffiront probablement pas à respecter durablement les objectifs ambitieux en termes de maîtrise de la masse salariale du programme de stabilité. Par ailleurs, pour conserver une fonction publique attractive, il est utile de préserver des marges de manœuvre salariales. Dans ce contexte, il ne faut donc pas renoncer à utiliser, en complément des efforts sur les rémunérations, le levier de la baisse des effectifs, qui est porteur d’économies importantes."

Et boum : "Par rapport à cette situation, le gel des effectifs des ministères prioritaires combiné à la poursuite au même rythme de la baisse des effectifs dans les ministères non-prioritaires, opérateurs compris, permettrait de dégager une économie annuelle de 450 M€."

Voici la réponse apportée par la Cour des comptes pour réduire les déficits. 450 millions d’euros, soit 0.023% du PIB.  Un effort qui, quelques lignes plus loin, est révisé : "Si une telle politique devait être mise en œuvre, elle devrait vraisemblablement s’accompagner de mesures d’incitations financières. Le gain brut estimé précédemment est donc un majorant." Donc 0.023% du PIB, c’est en fait un peu surestimé. Plus qu’une proposition choc, c’est un aveu d’impuissance.

Puis la Cour évalue deux autres pistes. Les collectivités territoriales et les dépenses de santé. Si la revue de cette première catégorie n’offre pas de chiffrage précis sur les économies pouvant être réalisées, de nombreux points sont identifiés pour la seconde, pour un montant total proche de 10 milliards d’euros.

Le constat est difficile. Les dépenses publiques représentent 57% du PIB du pays. C’est-à-dire plus de 1100 milliards d’euros. Pour parvenir au niveau de l’Allemagne, il faudrait réduire la facture de plus de 200 milliards. Au niveau de l’Italie; 100 milliards.  Les montants évoqués dans le rapport montrent bien que "faire des économies" ne pourra pas suffir.

Les pistes présentées sont évidemment à explorer, mais l’enjeu réel passe au-delà des capacités de la Cour des comptes. Parce qu’elle ne définit pas la politique macroéconomique du pays. La lecture du document, répétitive par rapport aux années passées, laisse surtout apparaître un sentiment de lassitude de la part des auteurs. Année après année, les mêmes réformes sont proposées et souvent oubliées.

Ainsi, lorsque Jean Christophe Cambadelis déclare "La Cour des comptes s'évertue à promouvoir des mesures dogmatiques, austéritaires et punitives déconnectées de la réalité et des besoins de notre pays. Cette photographie partielle, et donc partiale de l'état des finances publiques, ne permet pas de contribuer utilement aux enjeux structurels", il ne fait qu’aggraver le cas d’un exécutif incapable de mettre en place une politique économique susceptible de remettre le pays sur la voie de la croissance. Car si la Cour des comptes se trouve contrainte de proposer de telles mesures, c’est bien parce que le pays est enfermé dans une longue stagnation économique. Parce que pour réduire les déficits, la meilleure solution reste la croissance. Mais cela, et la Cour des comptes semble l’avoir bien compris, ce n’est pas au programme.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hugues001001
- 19/06/2014 - 19:00
Bah
On se moque de ce que peut bien penser Cambadélis, ce double repris de justice.
2bout
- 19/06/2014 - 11:52
Un peu simpliste ?
Mais certainement très efficace.
2bout
- 19/06/2014 - 11:43
Quelle logique dans tout cela ?
On applique une fiscalité nulle part égalée dans le monde sur une population qui ne constitue pas une majorité électorale, et quand les faits démontrent que l'excès de taxes et d'impôts ont dépassés le seuil des 49 % de français concernés, on s'empresse par des mesures dites de "Justice sociale" d'écarter de ses contraintes la part suffisante des français pour rétablir l'équilibre électoral nécessaire à la conduite de cette lente agonie. Remarque. La masse salariale des administrations publiques correspondent à environ 22% du budget global. Un fonctionnaire pour justifier son traitement va dépenser 4 fois plus que ce qu'il ne perçoit. Pour faire des économies, plus que de réduire les salaires des fonctionnaires, il faut en réduire le nombre !