En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 35 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 36 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 27 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 44 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 12 heures 5 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 39 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 59 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 5 heures 2 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 30 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 28 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 11 heures 5 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 12 heures 2 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 57 min
Bonnes feuilles

Pourquoi le savoir-vivre français est un chef-d’œuvre en péril

Publié le 14 juin 2014
Il faut aujourd'hui considérer le savoir-vire comme un chef-d'oeuvre en péril, car la politesse est mal vue, voire condamnée au nom d'une certaine morale. Extrait du livre "Nouveau savoir-vivre - éloge de la bonne éducation", de Ghislain de Diesbach, publié aux éditions Perrin (1/2).
Ghislain de Diesbach
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislain de Diesbach a publié chez Perrin de nombreuses biographies devenues des classiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il faut aujourd'hui considérer le savoir-vire comme un chef-d'oeuvre en péril, car la politesse est mal vue, voire condamnée au nom d'une certaine morale. Extrait du livre "Nouveau savoir-vivre - éloge de la bonne éducation", de Ghislain de Diesbach, publié aux éditions Perrin (1/2).

Aussi faut- il considérer le savoir- vivre comme un chef- d’oeuvre en péril, car la politesse est mal vue aujourd’hui, voire condamnée au nom d’une certaine morale, issue de mai 1968. Ne dit- on pas d’ailleurs « Trop poli pour être honnête » ? Depuis le fameux slogan « Il est interdit d’interdire », la politesse est considérée non seulement comme surannée, mais immorale en ce sens qu’elle est faite d’interdictions destinées à discipliner chez l’homme sa sauvagerie primitive.

Elle est aussi une arme à double tranchant, car elle peut, poussée à l’extrême, encourager la sauvagerie. Si, dans l’Evangile, un des premiers codes de cette science, on peut lire qu’un homme giflé sur la joue gauche doit tendre la droite, faut- il alors ne jamais se défendre et céder à la barbarie ? Un prêtre, homme d’esprit, avait répondu à cette question. Passant sur un pont, il avait été insulté par un individu qui l’avait giflé, puis, devant son absence de réaction, lui avait asséné une seconde gifle. Alors le prêtre s’était écrié : « Notre Seigneur n’a pas dit ce qu’il fallait faire après le second soufflet… » et, saisissant l’homme à bras- lecorps, il l’avait soulevé, puis, par- dessus le parapet, précipité dans le fleuve…

La politesse apparaît non seulement comme un effet de l’éducation, mais aussi de l’intelligence et du raisonnement, en vertu de cet autre principe, également évangélique : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi. » C’est d’ailleurs un conseil de prudence et, à mon avis, un fondement de toute morale, païenne ou chrétienne. Et c’est également, si l’on peut dire, un bon placement, ainsi que l’écrivait Mme de Saint- Lambert, amie des Philosophes : « Il faut se sacrifier au bonheur des autres pour que les autres se sacrifient à nous. Tout est fondé sur une réciprocité. On fait un prêt, dont on perçoit les intérêts. C’est la banque du bonheur, mais il y a de l’agiotage ! » A la politesse raffinée de l’Ancien Régime avait succédé sans transition la vulgarité de la Révolution, la suppression des appellations de « Monsieur », « Madame » et du vouvoiement remplacé par le tutoiement, ce qui a d’ailleurs conduit à la tuerie. Dès que cèdent les barrières patiemment édifiées au cours des siècles, déferle une barbarie à laquelle on veut chercher d’autres causes. Lorsque des Anglais, dits « les monstres de Chester » avaient filmé les tortures infligées jusqu’à ce que mort s’ensuive à des adolescents, bien des gens s’étaient indignés d’une telle sauvagerie, et Philippe Jullian, au lieu de se joindre au choeur des lamentations, s’était contenté d’observer : « Ce ne sont pas des monstres, ce sont seulement des gens qui n’ont pas été élevés, on ne leur a jamais dit que cela ne se faisait pas… » C’est le même qui devait du reste observer un autre jour : « Tous les gens sont mal élevés, mais les gens du monde, au moins, savent qu’ils le sont… »

En effet, cette fraction de la société, considérée jadis comme une élite, a voulu elle aussi s’émanciper des règles grâce auxquelles son statut social avait jusque- là survécu, croyant sans doute se sauver en augmentant le nombre des coupables et se déclarant libérale alors qu’elle avait seulement peur de perdre ses privilèges. C’est d’ailleurs ce que Nietzsche avait diagnostiqué en prévoyant la disparition des élites. La grossièreté, de langage ou de pensée, a été baptisée franchise. Une femme du monde assise à table à côté d’un écrivain lui avait déclaré en guise d’entrée en matière : « Je n’aime pas du tout vos livres ! », et devant l’air évidemment interloqué du romancier, elle avait ajouté : « Je suis franche, moi, je dis ce que je pense… » A quoi l’auteur avait répliqué : « Je suis franc, moi aussi, et je dis ce que je pense : à votre âge on ne s’habille pas comme une gamine de quinze ans… » Il s’était fait traiter de grossier personnage, au mépris de toute logique. Ainsi l’impolitesse apparaît- elle en de nombreux cas comme l’esprit des lâches ou des imbéciles.

Assez curieusement aussi, l’impolitesse a changé de camp : être impoli, aujourd’hui, c’est souligner celle d’autrui et s’en indigner. Il est impoli de ne pas céder la place à trois jeunes femmes marchant de front en se tenant par le bras ; il est impoli de se plaindre à ses voisins du bruit que leurs enfants font à deux heures du matin ; il est impoli d’arriver à l’heure à une réception et je me souviens qu’un soir, sonnant à l’heure dite, et déjà tardive, la maîtresse de maison s’était écriée : « Ah ! vous et votre maudite exactitude ! » Et dans ces dîners parisiens, servis à l’heure espagnole, on est impoli envers une dizaine de personnes exactes, afin de se montrer poli envers deux retardataires qui se considèrent comme plus importants que les autres convives puisque ceux- ci ont dû attendre leur bon plaisir.

Etrangement, ce recul de la civilisation dans les rapports humains s’accompagne d’un regain de sensiblerie qui touche à l’infantilisme. En effet, alors que la notion de famille est de plus en plus contestée, au point que le mariage entre deux êtres de sexes différents apparaîtra comme une fantaisie, voire une provocation s’il est aussi religieux, les mots de « papa » et « maman », jadis réservés aux marmots lorsqu’on s’adressait à eux, s’appliquent désormais à tous. Des commentateurs de télévision, des journalistes radiophoniques ou non, parleront du « papa » de Louis XIV, de la « maman » de Hitler et bien des gens s’adressant à des octogénaires leur demanderont si leur « maman » ou leur « papa » les a fessés lorsqu’ils étaient petits… Autrefois, il n’y avait que Paul Guth pour se trémousser en parlant de son « papa » et de sa « maman », ce qui l’a sans doute empêché d’entrer à l’Académie.

Aujourd’hui, bien des gens ont adopté ce langage et me font regretter l’époque où les paysans, les soldats, parlant de leurs père et mère, disaient « le vieux » ou « la vieille »…

Impolitesse et ingratitude aujourd’hui vont de pair, car remercier n’est pas « citoyen ». Le président Mitterrand avait ainsi dit un jour à un ambassadeur : « Je veux créer un monde où personne n’ait à dire merci… », ce qui est normal dans une société où les droits priment les devoirs. Jadis il existait un ministère intitulé de « l’Instruction publique ». Quand cette antique et républicaine institution produisit plus d’analphabètes que de lettrés, on la rebaptisa « ministère de l’Education nationale », ajoutant ainsi une seconde faillite à la première. En effet, il suffit de voir les amas de jeunes gens hirsutes et débraillés devant l’entrée des lycées, refusant le passage aux piétons et les insultant au besoin, pour constater que l’Education nationale n’a pas plus éduqué que l’Instruction publique n’avait instruit.

Autre signe des temps, le déclin corrélatif du langage et de la tenue. Les enfants des meilleures familles s’habillent de frusques ou de guenilles dont des pauvres du siècle dernier n’auraient pas voulu et que les associations dites caritatives refuseraient si on les leur offrait. Une femme à la fois de coeur et d’esprit, navrée de la tenue de ses petits- enfants, leur avait dit un jour : « Vous faites du tort aux vrais pauvres… » Mais qu’attendre d’une jeunesse, ou du moins d’une partie de cette jeunesse, qui vit dans le moment présent, fume des joints, n’a pas d’horaires et se glorifie de son ignorance ? Un jour qu’une aïeule demandait à son petit- fils ce qu’il voulait faire plus tard, l’adolescent boudeur lui répondit sobrement : « Cassos… » La vieille dame crut avoir mal entendu et le fit répéter. A la fin, l’adolescent condescendit à s’expliquer : « Je veux devenir cas social… » En cette hypothèse, il n’aura guère besoin de langage articulé et pourra, comme beaucoup de ses semblables s’exprimer en ce que l’auteur dramatique Jean- Pierre Grédy appelait des « onomatopées de HLM »

Ainsi une jeune fille de grande bourgeoisie rentrant d’une soirée chez des amis en donna-t-elle devant moi ce compte rendu succinct. « C’était bien ? lui demanda sa mère.

— Super !

— Le buffet était bon ?

— Super !

— Les invités étaient agréables ?

— Super !

— Tu t’es bien amusée ?

— Super ! »

La mère, ainsi renseignée, demeura « cool » et n’insista pas, heureuse que sa fille fût rentrée fraîche et en bon état, car dans beaucoup de soirées les « jeunes » boivent tant que l’on peut voir, à l’aube, de tristes spectacles sur le trottoir. Aussi bien des maîtresses de maison prévoient- elles des tickets que l’on distribue à l’entrée et qui donnent droit à un nombre limité de boissons alcoolisées…

Extrait du livre "Nouveau savoir-vivre - éloge de la bonne éducation", de Ghislain de Diesbach, publié aux éditions Perrin, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires