En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 57 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 4 heures 8 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 56 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 26 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 28 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 4 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 47 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 39 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Politico scanner

Droite 1 / gauche 0 : évolution du sentiment spontané d’appartenance politique des Français

Publié le 11 juin 2014
Si l'adhésion à la matrice idéologique de la droite a connu un tassement dans les dernières années du mandat Sarkozy, le mouvement s'est inversé depuis sur les dernières années. Un mécanisme d'alternance classique qui est toutefois désormais perturbé par l'arrivée d'un troisième joueur de poids incarné par la masse d'électeurs jusqu'ici peu politisés mais tentés par le vote alternatif du FN.
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'adhésion à la matrice idéologique de la droite a connu un tassement dans les dernières années du mandat Sarkozy, le mouvement s'est inversé depuis sur les dernières années. Un mécanisme d'alternance classique qui est toutefois désormais perturbé par l'arrivée d'un troisième joueur de poids incarné par la masse d'électeurs jusqu'ici peu politisés mais tentés par le vote alternatif du FN.

Atlantico : En se basant sur la série d'enquêtes réalisés par l'IFOP sur "l'auto-positionnement des Français" de 2006 à 2012, peut-on tirer des enseignements sur les évolutions de la droite et de la gauche sur les dernières années ?

Olivier Rouquan : Il semble, au-delà de quelques mouvements finalement conjoncturels, que l'on observe, sur le temps long un certain équilibre du rapport gauche/droite sur les dernières années.
 
On constate ainsi que la "gauche modérée" oscille entre 24% (2006) et 28% (2012). Si l'on prend en compte ceux qui se déclarent "très à gauche" (de 3 à 5% de 2006 à 2012), ce score passe de 27 à 33% dans la même période.
 
 
Toujours entre 2006 et 2012, et selon le même institut, la droite passe de 17 à 20%. En cumulant là-aussi avec ceux qui se positionnent très à droite (de 3 à 6% de 2006 à 2012) on remarque que ce score passe de 20 à 26%.
 
Autre fait intéressant, les Français qui se déclarent « ni de droite ni de gauche » sont passés de 37% en 2006 à 28% en 2012. Le sentiment qui ressort ici est que le poids constant de cette tendance approche en réalité les 30-33%
 
Une certaine stabilité de la proximité politique donc, même si l’on ne peut s’empêcher de noter une certaine tendance à la polarisation de la gauche (+ 2 points pour les « très à gauche) » et aussi dans une plus large mesure de la droite, (+ 3 points de très à droite). Ces progressions sont toutefois à modérer puisqu’elles rentrent dans le seuil des marges « d’erreurs » de l’enquête (de 2 à 3% dans ces cas précis, NDLR). 
 
Par ailleurs, il faut prendre en compte les biais qui peuvent ressortir des sondages dits « d’auto-positionnement », notamment sur les pôles radicaux où de nombreux interrogés se placent dans la catégorie « ni à droite, ni à gauche » ce qui est particulièrement vrai dans le cas des « très à droite ». Les équipes aux responsabilités voient par ailleurs l’auto-positionnement de leurs camps devenir moins favorable au fur et à mesure de la durée de leur pouvoir. La droite et la droite populiste sont ainsi possiblement sous évaluées dans les derniers sondages de la série 2006-2012.
 

Dans une enquête plus récente de BVA pour le Parisien, il était estimé que 29% des Français souhaitaient la victoire de la droite parlementaire, 27% pour la gauche parlementaire, et 27% pour une autre liste. Plus que des abstentionnistes, ne voit-on pas une France para-politique émerger ?

Selon cette enquête, on note que 27% des Français auraient été prêts à donner leurs votes “ à une autre liste ”. Cela peut révéler la croissance d’un électorat frontiste qui ne souhaite pas assumer directement sa préférence lorsqu’il est sondé. Cela traduit surtout l’inadéquation de l’offre politique dominante par rapport aux attentes. Nous sommes ainsi loin des années de triomphe de la bipolarisation où la gauche se nourrissait des échecs de la droite et vice-versa. On voit donc aujourd’hui que les électorats populaires de droite mais aussi de gauche essaient de trouver une alternative au balancier de l’alternance. 
 
 

Peut-on en conséquence essayer d'estimer les rapports de force entre droite et gauche actuellement ?

Si l’on retient le sondage BVA/Nouvel Observateur (mars 2014) que vous proposez et qui représente les souhaits de victoire aux municipales, on remarque en dehors de la progression du score FN, une certaine stabilité entre droite parlementaire (29%) et gauche parlementaire (27%), fait qui semble bien démontrer l’émergence concrète d’une troisième force dans le débat politique classique. 
 

Si l’on retient gauche et droite dans leurs acceptations larges, les souhaits de victoire sont respectivement de 40 et 42%. Quelle analyse en faire ?

Il s’agit là de choix de victoires portant sur une élection, ces ordres de grandeurs sont donc à relativiser. Il est en tout cas notable, si l’on réfléchit sur les trente dernières années que la proximité partisane à l’égard des partis dits parlementaires a clairement tendance à diminuer. Le positionnement des sondés en devient de plus en plus volatile, phénomène que l’on pourrait là qualifier de “déshérence démocratique”. 
 
 

La question du FN et de son caractère trans-partisan n'en finit pas de soulever de remettre en cause ce rapport gauche-droite. Qu'en penser au regard de ces résultats ?

Les élections municipales et européennes de cette année ont souligné que le fait que le Front National parvenait peu à peu à occuper, depuis des années, un espace qui met effectivement au défi la logique bipartisane qui s’était imposée au jeu politique français jusqu’au milieu des années 90. C’est actuellement la « tripartition » qui semble l’emporter avec un FN capable de rassembler 15 à 17% de l’électorat ; pour l’heure, rien n’empêche de penser que ce score sera amené à progresser à l’avenir. 
 
Les récentes conquêtes du FN se sont ainsi notamment portées dans des zones à forte composante ouvriers/employés, catégories moins intégrées au système politique (les « sans préférence partisane ») qui sont soit désintéressés, soit découragés du fait des conditions de vie. Pour l’instant, le FN garde aussi (cf. sud-est) une base électorale devenue traditionnelle. La cohérence de ces soutiens est à trouver du côté d’une France anti-universaliste, fermée sur elle-même, ayant tendance à désigner des bouc-émissaires. Le facteur culturel semble donc explicatif de cette cohérence.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/06/2014 - 23:42
Ce n'est pas le FN qui a fait exploser
le vieux discours binaire gauche-droite qui n'est plus l'apanage que de quelques très anciens combattants et journaleux attardés, ce sont les partis archaïques eux-même qui se sont fait exploser!
Le NPA par son archaïsme idéologique et sa corruption syndicale, le PS par son incompétence économique et ses délires sociétaux, l'UMP par un mélange de tout cela et parcequ'il s'est construit sur un malentendu historique: l'opposition au FN...
Seul le parti qui saura être lucide sur les erreurs du passé de la France, faire la synthèse de toutes les revendications des Français, et apporter des solutions contraires à tout ce qui a abouti à un échec, depuis quarante ans, seul ce parti pourra rendre leur pouvoir aux Français...,
Anguerrand
- 11/06/2014 - 11:06
Que vont pouvoir voter les " très à droite",
Puisque le FN passe à gauche comme justement expliqué ci dessus, il tue le père ( JMLP) et vire les plus à droites, on ne vois pas qui va incarner une vraies droite, Nicolas Dupont Aignant, la droite forte ? Il faudra encore attendre pour voir qui sera susceptible d'occuper cette large tendance de la droite que MLP abandonne chaque jour un peu plus.