En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 55 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 17 heures 36 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 18 heures 41 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 9 heures 7 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 55 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 16 heures 17 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 51 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 17 heures 25 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 18 heures 9 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 18 heures 19 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 48 min
© Reuters
© Reuters
On prend les mêmes et on recommence

L’autre crise qui pend au nez de l’UMP : la cessation de paiement

Publié le 11 juin 2014
Avec Pascal Jan
Dans une situation financière compliquée, l'UMP est tenue à bout de bras par les banques, dont la Société Générale en chef de file. Et ce n'est pas l'affaire Bygmalion et les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 qui changeront la donne.
Pascal Jan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux, spécialiste en droit constitutionnel et finances publiques, vice-président du Cercle des constitutionnalistes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une situation financière compliquée, l'UMP est tenue à bout de bras par les banques, dont la Société Générale en chef de file. Et ce n'est pas l'affaire Bygmalion et les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 qui changeront la donne.
Avec Pascal Jan

Atlantico : Dans une interview au Parisien, la candidate malheureuse à la Mairie de Paris, Nathalie Koscisko-Morizet, a déclaré qu'elle souhaitait vendre le siège du parti, avançant les mauvais souvenirs politiques et surtout le besoin d'argent de l'UMP. En effet, le parti se trouve dans une situation financière compliquée et pourrait être menacé de cessation de paiement. Qu'engendrerait une cessation de paiement du point de vue technique ? 

Pascal Jan : Tout d'abord les cas de cessation de paiement des partis politiques sont extrêmement rares. L'UMP est une association. Ce parti politique, comme tous les autres est régit par le droit des associations. Une cessation de paiement, c’est l’impossibilité pour l’association d'assurer le financement de ses activités avec toutes les ramifications territoriales que cela entraîne. La cessation de paiement doit d’abord être actée par des Commissaires aux comptes, il n'y pas de mise en faillite car c’est une association. Concrètement, une fois que la cessation est constatée, la fin du financement d'activités signifie que le personnel ne peut plus être payé et sera licencié. Le siège sera quant à lui vendu. Ils doivent vider le siège et se trouver des marges de manoeuvres financières pour rembourser les dettes s’ils en ont. En fait, c’est donc la mort de l’association. Il faut tout recommencer à zéro. Il faut aussi préciser que l'UMP reçoit des financements publics.

Si l’UMP ne pouvait plus poursuivre ses activités, il faudrait alors remettre sur pied une autre association politique avec un nouveau siège, et moins de dépenses. Les financements iront à la nouvelle association et tout l'organigramme de l'UMP sera changé, avec la mise en place d’un nouveau règlement. En fait, ils devraient refaire du neuf avec du vieux avec une situation financière qui sera automatiquement plus faible.

 

L'UMP pourrait-elle toutefois survivre en adoptant des mesures drastiques ?

Le cas similaire s’est posé au Front national qui a été obligé de vendre son siège en 2011 pour honorer sa dette qui était colossale. De ce point de vue, l'UMP pourrait suivre le même chemin que le Front national. Le FN a été obligé de vendre le "Paquebot" pour sauver le parti et cela à bien fonctionné. L’UMP pourrait à nouveau faire appel aux dons des militants. Sinon, il faut négocier avec les banquiers un étalement de la dette dans le temps ou un emprunt. Les voies de sortie sont limitées car l'appel aux militants n’est pas possible. L’UMP n’est pas une entreprise, il s'agit d'une association précaire qui dépend des élections.

Nous sommes en 2014, les législatives sont en 2017. La question va se poser sur cette échéance à trois ans. L'UMP peut espérer avoir des financements avec notamment les prochaines sénatoriales en septembre. Alors que pour le Front national c'était à l’époque impossible. Il y aura-t-il un étalement de la dette pendant trois ou sera-t-elle remise à zéro ?

Autre aspect important, cette fois politique. Quelles seraient les conséquences à ce niveau ? A quoi pourrait ressembler le nouveau parti qui émergerait ?

Il y aurait une perte d'un repère et pour l'électorat cela peut être déroutant et le déboussoler car on met en place une nouvelle organisation. Il y aurait un nouveau symbole, un nouveau sigle qui fonctionne… Ils ne repartiront pas de zéro du point de vue politique car le groupe politique de l’UMP ne changera pas. Une nouvelle formation sera peut-être l’occasion de ré-encrer le projet de l’UMP sur une ligne gaulliste et centriste et une véritable parti de droite et de centre-droit, comme l’avait fait Alain Juppé au départ.
 
 

Le nouveau parti de droite pourrait-il être prêt pour les prochains rendez-vous électoraux, dont celui de la présidentielle ?

Oui. Une fois qu’une nouvelle association est mise en place il ne faut que quelques mois pour stabiliser les choses, pour les échéances nationales ça ne posera donc pas de souci d’autant plus que les leaders seront toujours en mouvement. A moins qu’ils arrivent à réorienter la ligne politique, donc dans ce cas-là supprimer le parti n’aurait plus de sens. Tout dépend de la ligne qui va sortir à l’issue du Congrès. Rebâtir un nouveau projet politique peut-être l’enjeu d’une nouvelle formation politique.  Si on a une scission entre ceux qui veulent mettre fin à l’UMP et les autres, on peut se demander si Nicolas Sarkozy sera le poulain de cette nouvelle formation ? J’ai cru comprendre que les partisans de Nicolas Sarkozy ne sont pas très favorables à une remise à plat. De toute façon, c’est la ligne politique qui sortira du Congrès qui déterminera l’avenir.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 11/06/2014 - 23:23
Justice immanente
Quand je pense que les mêmes, en 2012, se gaussaient des difficultés financières du FN dus aux mauvais résultats de 2007. Alors qu'eux, les bons gestionnaires et donneurs de leçons sur la manière de gérer la France, se sont fait refuser leurs comptes de campagne visiblement charognés et ont du faire la manche (le sarkothon) pour renflouer provisoirement les caisses et sont maintenant au bord du dépôt de bilan !
Ils n'ont qu'à faire comme le fit le FN, vendre le siège du parti pour retrouver de l'argent frais et surtout tailler drastiquement dans les dépenses, faire des campagnes électorales modestes, supprimer les meetings non utiles et faire des économies sur tous les postes de dépenses dont en premier les frais de représentation.
Une qui doit bien rigoler parce qu'elle a ramé avant de sortir son parti de l'ornière, c'est bien Marine.
vangog
- 11/06/2014 - 23:18
Drôle de les voir fuir tous à tire-d'aile...
très loin des plateaux de TV, tous ces UMPistes qui faisaient des pieds et des mains pour y être vu, à tout prix, il y a deux mois...
Aujourd'hui, aucun d'entre eux ne veut émerger du panier de crabe, de peur d'être happé par les médias, puis tenu comme responsable suprême de la grande truanderie UMPiste...
Même Sarko le tricheur qui devait faire un retour tonitruant a préfèré battre habilement en retraite.
Difficile d'assumer 26 millions de fausses factures, hein!
À combien de mois estime-t-il nécessaire l'oubli médiatique?
Trois, six mois, un an?
Le moment très proche où le quinquennat Sarkozien, puis le quinquennat Flambien auront souillé le sol de France de leurs fruits vénéneux?...
assougoudrel
- 11/06/2014 - 22:46
Le gros nain
a peur. Il a donné pour mission à ses employés, journalistes de tout bord (Atlantico compris), de polluer l'atmosphère de la France avec toutes sortes de sujets débiles sur le FN, afin d'essayer de faire oublier les gros problèmes actuels. Comme ces abrutis de l'UMP (Union des Malpropres Péteux) se sont foutus dans la merde tout seul, alors qu'ils sont sensés être l'opposition, il faut sortir le maximum de conneries sur le FN. Seulement cette daube nauséabonde (comme ils savent si bien dire) n'intéresse personne. A continuer comme ça, les lecteurs se désabonneront d'Atlantico, en attendant mieux. car il mettront ce journal dans le même sac que les autres torches-cul comme libération par exemple.