En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 45 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 1 heure 14 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 3 heures 28 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 4 heures 15 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 21 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 1 heure 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 6 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 20 heures 47 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 21 heures 14 min
Manifs à Tel Aviv

Israël vers un mai 68 ?

Publié le 09 août 2011
La contestation sociale en Israël ne s'essouffle pas. Samedi, plus de 300 000 personnes ont manifesté à Tel-Aviv et dans d'autres villes, pour réclamer la "justice sociale". Cette mobilisation ressemble par certains aspects aux manifestations françaises de mai 68. Décryptage avec Michel Gurfinkiel, journaliste et écrivain spécialisé dans le Moyen Orient.
Michel Gurfinkiel est un journaliste et écrivain.Il est le président de l'Institut  Jean-Jacques Rousseau , un institut européen d'études et de recherches spécialisé dans les questions stratégiques et géopolitiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Gurfinkiel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Gurfinkiel est un journaliste et écrivain.Il est le président de l'Institut  Jean-Jacques Rousseau , un institut européen d'études et de recherches spécialisé dans les questions stratégiques et géopolitiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La contestation sociale en Israël ne s'essouffle pas. Samedi, plus de 300 000 personnes ont manifesté à Tel-Aviv et dans d'autres villes, pour réclamer la "justice sociale". Cette mobilisation ressemble par certains aspects aux manifestations françaises de mai 68. Décryptage avec Michel Gurfinkiel, journaliste et écrivain spécialisé dans le Moyen Orient.

Atlantico : Etes-vous surpris par l’ampleur des manifestations en Israël ?

Michel Gurfinkiel : Oui et non. Personne ne prévoyait un tel phénomène voici un mois. Mais d’un autre côté, de telles manifestations font partie de la vie politique israélienne. C’est quelque chose de récurrent, quelle que soit l’orientation politique. Les Israéliens sont descendus dans la rue, tour à tour, pour exiger la démission de certains de leurs dirigeants, pour protester contre certaines décisions gouvernementales, pour imposer des réformes, pour s’attaquer à certaines injustices. Généralement ces mouvements ne durent pas. Par exemple, on a assisté au début des années 2000 à l’émergence d’un parti des retraités, qui dénonçait, déjà, la baisse du niveau de vie de certaines catégories de la population. Ce parti s’était même retrouvé à la Knesset. Mais aux élections suivantes, il avait disparu. Le système politique israélien a toujours été capable, jusqu’à présent, d’absorber les chocs sociaux, les revendications, les contestations. Ce qui ne veut pas dire qu’un gouvernement ne pas peut tomber à la suite d’un mouvement de ce type.

Aujourd’hui, à l'instar de mai 68 en France, Israël vit un psychodrame où tous les motifs d’insatisfaction remontent à la surface en même temps. Ce qui implique fatalement, à brève échéance, une sorte de concurrence entre ces insatisfactions. C’est une situation volatile, qui peut très bien mener à des élections anticipées, et par la suite, à la chute du gouvernement actuel. Mais qui peut aussi se résorber. 

Qui sont ces manifestants ? Que revendiquent-ils ?

Pour le moment, les manifestations concernent surtout la classe moyenne et se déroulent principalement à Tel Aviv. C’est le mouvement d’une classe relativement privilégiée qui a le sentiment d’être confrontée depuis quelques années à des difficultés économiques croissantes. Mais il y a un autre Israël, plus « populaire » et beaucoup plus défavorisé. Paradoxalement, celui-ci ne s’est pas encore rallié aux manifestations. Ou s’il le fait, c’est en marquant sa différence. Cela tient à de vieux clivages : la classe moyenne est en général achkénaze, laïque et vote à gauche ou au centre ; les milieux populaires sont généralement sépharades, plus religieux, et votent à droite. Les milieux populaires ne sont pas nécessairement prêts à suivre un mouvement qui a été initié par ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis traditionnels, cette classe moyenne qui, lorsqu’elle était maîtresse du pays, les traitaient de haut.

Israël est-il un pays en crise ?

Israël connaît à la fois un boom économique et une crise sociale. Dans les années 2000, le pays s’est engagé dans une véritable révolution, dont  Netanyahou a été le principal architecte : la libéralisation et la privatisation de l’économie. A la suite de cela, Israël a connu une montée en puissance économique tout à fait exceptionnelle (5 % par an en moyenne). C'est la raison pour laquelle le pays a été admis a l' OCDE en 2010. Mais cet essor a eu des retombées négatives. Certains secteurs, l’agriculture et l’agro-alimentaire, par exemple, étaient naguère subventionnés, et ne le sont plus, ou plus dans les mêmes proportions : ce qui a entrainé une importante hausse des prix à la consommation. 

Dans l’immobilier, la libéralisation a profité à une clientèle étrangère :  des juifs français et américains qui ont massivement acheté des résidences plus ou moins luxueuses au cœur des grandes agglomérations israéliennes, à des prix français ou américains. Cet apport a boosté l’industrie du bâtiment ; mais il a entrainé d’une manière quasi mécanique une flambée des prix de l’immobilier, chaque promoteur s’alignant sur les prix les plus hauts auxquels consentent les clients étrangers.  Le problème ne touche que les grandes agglomérations ; mais c’est là que vit la classe moyenne, et elle a eu le sentiment d’être chassée de chez elle. Elle ne veut aller rejoindre les milieux populaires dans les banlieues excentrées ou les petites villes, où le logement reste très accessible.  Cela lui apparaît comme une déchéance.

Les manifestants sont-ils, selon vous, instrumentalisés par la gauche Israélienne ?

Tzipi Livni et le Kadima essayent visiblement d’instrumentaliser le mouvement à leur profit, mais c’est une entreprise risquée, car il y a trop d’hétérogénéité entre les différentes revendications. La gauche et l’extrême gauche, qui ont été laminées par l’évolution politique de ces dernières années, espèrent faire leur comeback à l’ occasion de ces manifestations. Je pense que la social-démocratie israélienne classique est trop déconsidérée auprès divers courants contestataires pour y parvenir. L’autre gauche, l’extrême gauche, minoritaire mais très active, est un peu mieux placée à cet égard ; mais elle n’a aucune parmi les véritables pauvres d’Israël qui, finalement, pourraient être, à travers les partis religieux ou de nouvelles formations, les véritables arbitres de cette crise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
caod4444
- 09/08/2011 - 21:19
Encore un dangereux anti sioniste ma parole ...
...
Chamaco
- 09/08/2011 - 14:39
"Israël est-il un pays en crise ?"
Oui depuis des décennies. Une crise morale, qui si elle doit se résoudre un jour fera d'énormes dégâts. Mais c'est le prix à payer pour ce que le peuple a laissé faire en son nom. .
*
Les revendications actuelles sont uniquement sociales, pas de remise en cause de la politique générale intéreure comme extérieure.
Rien à voir avec un "mai 68".
DEL
- 09/08/2011 - 14:39
Bel exemple...
le libéralisme effréné fait ses choux gras de la misère des peuples. La liberté que les libéraux veulent, c'est la leur, surtout pas celle des autres.
Les peuples d'Europe devraient réfléchir à l'exemple israëlien, précédé de l'exemple irlandais, voire chilien, sous Pinochet, où les libéraux avaient obtenu une inflation de plusieurs centaines de points.