En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 9 heures 30 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 10 heures 32 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 12 heures 14 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 15 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 17 heures 38 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 19 heures 56 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 9 heures 55 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 10 heures 59 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 12 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 14 heures 34 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 18 heures 38 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 10 heures
© Flickr
© Flickr
Le beurre et l'argent du beurre

Fuite de patrons vers l’étranger : il y a bien un scandale mais pas forcément celui qu’on croit

Publié le 07 juin 2014
La fuite des hauts-cadres du secteur privé à l'étranger continue sa progression en 2013/2014, la révélation récente par le Monde du départ de Chris Viehbacher, directeur-général de Sanofi en étant un exemple emblématique. Si l'expatriation ne pose en soi aucun problème, on peut regretter que certains optent pour un régime fiscal plus avantageux tout en conservant les différentes aides et subventions de l'Etat pour leurs entreprises.
De formation universitaire franco-britannique, Olivier Marteau a occupé diverses fonctions commerciales (grand compte et direction de filiale) au sein de PME et de sociétés multinationales dans plusieurs pays européens. Il est actuellement consultant...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Marteau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De formation universitaire franco-britannique, Olivier Marteau a occupé diverses fonctions commerciales (grand compte et direction de filiale) au sein de PME et de sociétés multinationales dans plusieurs pays européens. Il est actuellement consultant...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fuite des hauts-cadres du secteur privé à l'étranger continue sa progression en 2013/2014, la révélation récente par le Monde du départ de Chris Viehbacher, directeur-général de Sanofi en étant un exemple emblématique. Si l'expatriation ne pose en soi aucun problème, on peut regretter que certains optent pour un régime fiscal plus avantageux tout en conservant les différentes aides et subventions de l'Etat pour leurs entreprises.

Atlantico : Un récent article du Monde.fr (ici) révèle le départ du directeur général de Sanofi aux Etats-Unis. Un cas qui s'ajoute à d'autres expatriations médiatiques de personnes à haut-revenus. Peut-on parler ici d'une véritable tendance dans les années d'après-crise où de cas relativement isolés ?

Olivier Marteau : La discrète fuite des hauts revenus est le prolongement naturel de la plus spectaculaire fuite des grands patrimoines en cours depuis 30 ans. La taxe à 75% sur les revenus produit aujourd’hui le même effet que l’ISF sur le patrimoine lors de son instauration en 1982. Ces deux impôts idéologiques, punitifs et contre-productifs produisent les effets négatifs que tous les économistes avaient anticipés. Objectivement, cet exode des classes sociales supérieures intégrées dans la mondialisation ne surprend que les instigateurs de la politique fiscale française. La raison de cet aveuglement est que la caste étatique au pouvoir depuis 40 ans est issue de catégories socioprofessionnelles totalement hermétiques à cette mondialisation. Politiques et technocrates sont en effet tous issus de professions vivant exclusivement de la rente étatique intérieure : Grands Corps d’Etat, fonctionnaires, avocats et professions médicales trustent tous les postes décisionnels de la V° République. Or, si leur valeur professionnelle dans l’hexagone est démesurée en regard de leur valeur ajoutée réelle, elle est inversement nulle hors des frontières où la rente étatique ne fonctionne pas. N’ayant ainsi aucune valeur sur le marché international du travail, ils n’avaient pas conscientisé la possible fuite de cadres et entrepreneurs dont le parcours professionnel dans l’économie privée concurrentielle les autorisait eux à se délocaliser.

Au-delà du débat sur le "patriotisme fiscal", le plus choquant dans ces départs n'est-il pas de voir que ces patrons continuent de profiter dans le même temps des nombreux avantages de la politique française à l'égard des entreprises ?

Les patrons d’entreprises privées ont beaucoup plus retiré de gains de la bulle étatique intérieure en cours depuis quatre décennies que des récents pseudos avantages fiscaux. En effet, les déficits publics ont permis de financer une étatisation de l’emploi et une immigration de peuplement qui ont accru artificiellement la demande de biens et services auprès des sociétés privées. Mais, de même que la raison d’être des entreprises n’est pas de créer des emplois, celle des individus n’est pas de payer des impôts. Dans une économie de marché fonctionnant dans un système démocratique l’intérêt individuel ne saurait être parasité par des concepts de « pacte républicain par le consentement à l’impôt » défendu récemment par C.Taubira, qui ne bénéficent concrètement qu’à ceux qui vivent de l’impôt payé par les autres et donc à premier titre à la caste politique. Ce qui pose véritablement problème dans l’attitude des élites compétitives françaises impliquées dans la mondialisation, c’est leur non implication dans la conduite du pays. La raison est à rechercher entre détachement égoïste vis-à-vis du destin national et découragement, lâcheté face à une technocratie étatique toute puissante.

On emploie souvent l'expression "privatisation des gains, nationalisation des pertes" pour décrire le comportement parfois irresponsable de certains patrons français. Qu'en est-il concrètement ?

L’oréal, Air Liquide, Essilor, Kering citées dans l’article du Monde, interviennent sur des secteurs hautement concurrentiels. Leurs patrons sont rémunérés selon les règles du marché de l’emploi international indépendamment de l’argent public. Le phénomène dit de « nationalisation des pertes et privatisation des gains » ne concerne dans les faits que les entreprises parapubliques vivant des rentes étatiques dans les secteurs de la banque, de l’énergie, des transports, du BTP. Ainsi BNPP, Vinci, Edf, Veolia, SNCF, Orange bénéficient de  rentes étatiques financées intégralement par l’argent du contribuable. Les rémunérations et avantages indus accordés à leurs patrons mais aussi à l’ensemble de leurs salariés sont eux déconnectés de l’économie réelle concurrentielle. C’est donc l’état et son clientélisme qui est irresponsable. L’irruption de Free dans le mobile a encore démontré à tous récemment que quand la régulation étatique spolie les citoyens, la libre concurrence, elle, les enrichit.

Quels seraient les moyens d'empêcher ce type précis de contournement des politiques fiscales ?

L’exode des hauts revenus démontre la rationalité comportementale des agents économiques qu’Adam Smith avait décrite pour défendre le libéralisme contre l’intervention étatique dans la fixation des prix. A l’heure de la libre circulation des biens et des personnes dans l’UE, et alors que l’offre fiscale est partout meilleure qu’en France, il n’y a donc rien de surprenant à voir l’exode hexagonal s’accentuer. Il est surtout anormal de penser l’empêcher pour une Nation qui se prétend à l’origine des Droits de l’Homme. Au final, l’oligarchie étatique au pouvoir n’ayant aucun intérêt à entreprendre les réformes libérales qui s’imposent et qui pourraient sortir les Finances Publiques de déficits devenus abyssaux, il est à craindre une lente socialisation voire collectivisation du pays. Libre donc à chacun de subir le système fiscal confiscatoire en cours, ou d’en sortir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Dis-moi combien tu consommes et je te dirai qui tu es

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/06/2014 - 00:19
Autre rationalité comportementale,
et autre effet pervers du gauchisme...la perte d'émulation considérable que provoque la fuite des cerveaux et des hauts revenus, en plus de la perte de valeur qu'ils entraînent pour la France!
À quoi bon chercher à accéder à un poste dont les rudes responsabilités engagent la carrière et parfois, la vie elle-même, si ceux qui y ont réussi n'ont plus comme seul désir, ensuite, que de fuir l'enfer fiscal français?
Mieux vaut persévérer dans un poste subalterne et sans responsabilité, voire même régresser...puisque va dorénavant manquer à l'ogre de la finance publique, sa pitance fiscale à hauts revenus et qu'il lui faudra rapidement piocher dans ses réserves à revenus de plus en plus bas, de plus en plus rares...
Le cercle vicieux gauchiste du nivellement par le bas ( à tous les étages) est désormais revenu au point de départ de son impuissance...l'instant où il se mord la queue!
Liberte5
- 07/06/2014 - 19:38
Excellent article qui met les points sur les i .
Rien à rajouter. Le pays est verrouillé par une caste de hauts fonctionnaires alliés aux médias. Difficile de faire émerger une force politique libérale sur le plan économique et conservatrice sur le plan des valeurs. L’accès aux grands médias étant réservé aux tenants du système. La France sur le déclin, rien ne semble pouvoir changer cette trajectoire et le point de non retour semble atteint, voire dépassé. Les meilleurs, les plus courageux, les plus lucides partent et partiront. Pour les autres, ils n'auront que leurs yeux pour pleurer.
assougoudrel
- 07/06/2014 - 19:28
Nos dirigeants
actuels, ceux d'avant, ainsi que leurs proches s'exilerons aussi quand le peuple, de colère, mettra le pays à feu et à sang. Pourquoi, sur une liste de plus de 8000 noms remis par les banques suisses, ils ont rayé 3300 noms à Bercy? Pour le moment, ils s'accrochent. Pour l'instant, le citoyen hausse les épaules, mais le jour où il n'aura plus d'argent pour nourrir ses enfants, ça va huffler! On se bat avec férocité pour ses enfants. Et cela ne devrait pas tarder.