En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 53 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 21 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 40 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 2 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 50 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 5 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 46 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 1 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 25 min
Geindra bien qui geindra le dernier

Chantage au pacte de responsabilité : pourquoi Bruno Le Roux a deux fois tort

Publié le 05 juin 2014
Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a estimé que les déclarations du numéro deux du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui a qualifié entre autres de "supercherie complète" la baisse de la fiscalité des entreprises en 2015, pouvaient "remettre en cause le pacte de responsabilité".
Benoît de Valicourt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît de Valicourt s’inscrit dans la tradition du verbe et de l'image. Il travaille sur le sens des mots et y associe l'image réelle ou virtuelle qui les illustre. Il accompagne les acteurs du monde économique et politique en travaillant leur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a estimé que les déclarations du numéro deux du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, qui a qualifié entre autres de "supercherie complète" la baisse de la fiscalité des entreprises en 2015, pouvaient "remettre en cause le pacte de responsabilité".

Bruno Le Roux, le patron des députés socialistes en s’en prenant violemment au Medef sort de son rôle de parlementaire et surtout fait montre d’une arrogance inouïe à l’égard des patrons français qui sont aujourd’hui les seuls à pouvoir créer de l’emploi.

Quand Bruno Le Roux s’insurge contre la menace de Geoffroy Roux de Bézieux, c’est la réponse du berger à la bergère puisque le Vice-président du Medef a lui-même voulu intimider le gouvernement dans les colonnes du Figaro en envisageant de ne plus soutenir le pacte de responsabilité si les entreprises continuaient à subir à un harcèlement fiscal.

A lire également sur le même sujet :

>>>>> Pourquoi il est temps pour les patrons de cesser de soutenir le Pacte de responsabilité

>>>>> Fiscalité, subventions, baisses de charges… Le bilan de ce que les entreprises ont obtenu depuis l’arrivée de François Hollande à l’Élysée (partie 1)

Sans doute les propos de Monsieur Roux de Bézieux sont maladroits mais il est un fait, l’entreprise n’est pas la vache à lait de la République et on ne saurait trop rappeler la fameuse citation de W. Churchill : "On considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char". Aujourd’hui, l’Etat n’a plus les moyens d’embaucher, ou à la marge, seul le privé peut assurer la création d’emplois qui justifie à elle seule le pacte de responsabilité. Monsieur Le Roux le sait et c’est pour cela qu’il est hargneux, il ne geint pas, il éructe, il vocifère, oubliant son statut d’élu de la République, représentant du peuple français. Mais sans soute Monsieur Le Roux confond Assemblée nationale et Convention !

Quel est le crédit de ce député, certes patron des parlementaires socialistes, mais qui représente une toute petite partie de la population française ? Il est le représentant d’une élite oligarchique qui laisse les citoyens indifférents au point de se tourner vers le Front national car ne l’oublions pas, les électeurs de Marine Le Pen sont avant tout des déçus du socialisme et du communisme.

Le camarade Le Roux dans sa diatribe contre le Medef veut être le porte-parole des millions d’ouvriers français qui sans aucun doute vivent des moments difficiles dans une économie malmenée par un manque de pragmatisme évident, mais il ne peut pas comprendre la France "d’en bas" en faisant partie des 1% de la population les mieux rémunérés grâce à la générosité du peuple ! Tous les patrons de France qui se lèvent le matin en ayant comme seul objectif de pouvoir payer leurs salariés n’appartiennent pas à ces 1% des Français les mieux payés dont Bruno Le Roux et ses collègues oublient de dire qu’ils en sont !

Et si, Monsieur Le Roux, les Français vous disaient qu’il y en a marre de vous entendre geindre contre le patronat, qu’il y en a marre de vous entendre donner des leçons de moral et de bonne conduite, qu’il y en a marre de vous voir vous engraisser aux frais de la République, qu’il y en a marre de constater que vous n’êtes pas à la hauteur des enjeux de la France ?

Monsieur Bruno Le Roux, sans doute êtes-vous un bon président des animations sportives et culturelles populaires œuvrant pour l’égalité, la liberté, la fraternité, la participation de tous, la justice sociale et la laïcité, mais le monde a changé, les démocraties populaires n’existent plus, l’économie planifiée a été balayée et le cartel des gauches est une utopie du passé. Rejoignez-le monde moderne, celui de la compétitivité, de la mondialisation, de l’entrepreneuriat et vous verrez vos dogmes s’envoler comme nous avons vu voler très bas votre chantage indigne d’un député.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 06/06/2014 - 08:58
LE PACTE D'IRRESPONSABILITE
Avec Monsieur Le Roux, chauffeur-livreur de la doxa socialiste, aucune discussion n'est possible. Il suffit de l'écouter deux minutes pour ne pas perdre davantage son temps et passer outre.

Sur le fond et pour l'instant présent, ni l'opposition, ni les électeurs ni la Cour des Comptes, ni la Commission de Bruxelles n'ont encore compris en quoi consistaient exactement les économies du pacte de responsabilité et pire encore la Cour des comptes, flairant l'arnaque, a commencé à ouvrir un procès en insincérité sur les prévisions utopiques d'un Gouvernement aux abois.

Dormez tranquilles, parasites en tous genres de la dépense publique, la réduction du déficit de l'Etat à 3% du PIB, ce n'est pas pour demain…Et quant aux entreprises, quel délice de pouvoir les pourfendre entre gens qui n'y connaissent rien, qui n'y ont jamais mis les pieds et dont certains ne sont jamais parvenus à e défaire du trotskisme de leur adolescence!

De toute manière, ce n'est pas grave: dans la majorité parlementaire et au pouvoir, tout le monde est assuré du lendemain immédiat et personne n'est jamais responsable.
Gilly
- 05/06/2014 - 19:44
Monsieur de Valicourt
Bravo pour ce coup de g..... que les entrepreneurs et une majorité de Français aimeraient adresser directement aux socialistes.
Un conseil : ne demandez pas à Le Roux de changer de dogmes. Il n'en a qu'un : durer encore et encore sur les bancs de l'Assemblée et rue de Solférino aux frais du contribuable, squattant les plateaux télé avec la plus parfaite mauvaise foi.