En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Dernier épisode ?
Oui, Pippa Middleton est bien une « fondamentaliste marxiste conservatrice chrétienne »
Publié le 07 août 2011
Nouvel épisode dans la "joute" qui oppose nos deux contributeurs Jacques de Guillebon et Daniel Tourre. Dans le dernier épisode, Jacques de Guillebon persistait et signait en déclarant qu'Anders Breivik était bien un "fondamentaliste libéral". Mais Daniel Tourre n'en démord pas, et revient sur les principes fondamentaux du libéralisme.
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nouvel épisode dans la "joute" qui oppose nos deux contributeurs Jacques de Guillebon et Daniel Tourre. Dans le dernier épisode, Jacques de Guillebon persistait et signait en déclarant qu'Anders Breivik était bien un "fondamentaliste libéral". Mais Daniel Tourre n'en démord pas, et revient sur les principes fondamentaux du libéralisme.

Le conservatisme politique est de retour

Le texte de Jacques de Guillebon a tout de même un mérite : l’illustration d’une montée en puissance d’un vieil adversaire du libéralisme, le conservatisme politique.

Reprenons : Le libéralisme est d’abord issu de la tradition du droit naturel moderne au 18 ème siècle. La loi posée par les Etats doit respecter les principes d’un droit attaché à la nature même de l’Homme : un individu, doté de raison, vivant en société. 

Non, l'État n'est pas un Dieu donnant aux hommes la liberté

Les Hommes sont libres par nature d’agir, de penser, d’échanger et de disposer du fruit de leur travail ou de leurs échanges.

Comme cette nature et les droits qui y sont attachés ne sont pas « donnés » généreusement par l’Etat, celui-ci n’a pas le pouvoir légitime de les abolir ou de les violer…

« Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme… »

La loi, variable bien sûr selon les périodes ou les cultures, doit donc se conformer à ce droit pour être légitime. Ainsi, si un Etat pose une loi permettant de gazer une partie de la population, c’est la loi qui est criminelle au regard du droit naturel, même si la loi a respecté toutes les procédures de l’Etat démocratique -ou pas-. Le procès de Nuremberg a du sortir de la naphtaline en catastrophe le droit naturel -un peu vite enterré- pour juger des citoyens exemplaires respectueux des lois de leur pays.

La justice consiste à rendre à chacun son dû, à faire respecter les contrats librement consentis et à établir les responsabilités en cas de viol des droits naturels pour les puissants comme pour les faibles.

Commandements partout, justice nulle part

La loi est l’application de règles de juste conduite, pouvant s’appliquer dans un grand nombre de situations différentes tout en laissant l’individu libre de ses objectifs. Par exemple, la priorité à droite du code de la route ne dit rien sur la destination, l’heure du départ ou l’objet du trajet, mais permet aux individus de cohabiter ensemble sur la route et d’établir les responsabilités en cas d’accident.

Par opposition aux lois libérales « de juste conduite » conformes aux droits de l’Homme de 1789, il y a des « lois de commandements ». La loi fixe alors la place des individus, leur dit quoi faire, comme lors d’un défilé militaire lorsque la place des véhicules est fixée par une autorité supérieure.

Notre société n'est pas de la pâte à modeler

La vision libérale, le droit naturel moderne et les lois de « juste conduite » subissent une longue descente aux enfers depuis maintenant deux siècles. Le nombre de « lois de commandements » explosent sous l’action d’une classe politique bavarde,  de technocrates utilitaristes et d’intellectuels certains de leur supériorité morale.

Cette vision libérale a en effet beaucoup d’ennemis. Si la loi ne peut plus être un outil pour que l’Etat commande aux individus, tous ceux qui voudraient transformer la société en pâte à modeler pour leurs gros doigts maladroits sont très malheureux : cette « élite » n’a plus d’outils pour travailler. Les individus sont bêtes, égoïstes, vulgaires et incapables de prendre soin d’eux-mêmes comme des autres et cette « élite » n’aurait plus la possibilité de corriger tout ça grâce à la violence de l’Etat ? C’est ballot. Il faut rabaisser les individus, attaquer le libéralisme et exiger le Pouvoir.

Postmodernité, Marxisme, ça sent bon la rotative des années 70

Ces attaques coïncident souvent –mais pas toujours- avec des attaques contre la raison qui culminent aujourd’hui avec le postmodernisme. La raison est alors une illusion prétentieuse, nous ne sommes que les jouets passifs de notre culture, de notre identité sexuelle ou sociale. Les droits de l’Homme de 1789 ne sont pas une découverte de la raison universelle mais une forme de domination des mâles blancs, hétérosexuels, morts, bourgeois, chrétiens etc...  Brûler la voiture de son voisin n’est ni juste, ni injuste, c’est simplement une autre perspective sociale que les niais ne comprennent pas. Heureusement, l’élite postmoderne, mystérieusement épargnée par ce fléau touchant la raison, a le droit de commander aux autres afin d’éviter les multiples rapports de domination.

Le postmodernisme ne fait finalement que marcher dans les pas du marxisme, pour qui toutes les doctrines politiques adversaires n’étaient pas le fruit de la raison, mais le produit passif d’une période historique donnée. Les marxistes, mystérieusement épargnés par ce relativisme historique, avaient le devoir de commander aux autres, en particulier aux petits bourgeois défendant leur ridicule liberté formelle des droits de l’Homme de 1789.

Conservatisme politique, back from the dead

Pour finir ce sympathique tableau des adversaires du libéralisme, il ne faudrait surtout pas oublier les conservateurs politiques. Conservateurs politiques modèle Ancien Régime pour qui les lois doivent venir de chaque culture, de la tradition sans jamais être jugées à l’aune de la raison et des droits individuels ; ou conservateurs politiques modèle grec antique platonicien, où la raison a toute sa place, mais seulement pour une élite de philosophes dirigeants la cité à coups de commandements.

Jacques de Guillebon fait manifestement un pot pourri de ces différents adversaires du libéralisme sans trop se soucier de cohérence. Peu importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse de disposer des « lois commandements » et le plaisir de murmurer à l’oreille du Pouvoir ce que les autres seront contraints de faire pour échapper à la vulgarité ou à la pauvreté.

Pas de vertus ou de prospérité sans liberté

Pour les libéraux, coincés entre des postmodernes sur la défensive et des conservateurs politiques gonflés à bloc, les prochaines années seront déterminantes pour remettre le droit et les lois de juste conduite à leur place : au cœur d’une société libre ; la liberté étant un préalable incontournable pour justement échapper à la vulgarité ou à la pauvreté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
03.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
07.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
03.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HR
- 08/08/2011 - 19:26
@ Solila
Voilà, pour finir, il vaut mieux changer de sujet et s'en ternir à des généralités sans portée pratique. C'est le plus sur moyen d'en rester au statut quo.
Solila
- 08/08/2011 - 15:17
Non la démocratie n'est pas la seule garante des libertés
@HR

La protection de la liberté passe par les vigilances des individus, une constitution mettant le respect des droits naturels dans sa charte, un état minimal, la démocratie directe chaque fois que cela est possible et la démocratie représentative pour finir.
La situation actuelle, et l'inflation des lois comme de l'endettement, montre bien les limites de la démocratie représentative.
HR
- 08/08/2011 - 12:22
@ Solila
On peut jouer indéfiniment avec les mots. Jusqu'à créer un "Parti Libéral Démocrate". Mais la réalité est que la Démocratie est la seule garante des libertés. En Europe, nous n'avons jamais connu la Démocratie. L'Histoire de la Démocratie en Europe, c'est l'Histoire de la défaite de la Démocratie. Il n'est qu'à voir l'Union Européenne. Aujourd'hui en Europe, la Démocratie est une fin en soit.