En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 35 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 52 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 57 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 33 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 59 min 32 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 3 heures 11 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 33 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 6 heures 6 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 41 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 25 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 35 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Le buzz du biz

Comment la maladie régulatrice qui s’empare de l'Occident brise l'économie numérique

Publié le 29 mai 2014
Dans un papier publié le 22 avril dernier dans le New York Times, Eric Schneidermann, procureur général de New York, a développé tout un argumentaire visant à appuyer l’impérialisme régulateur de l’État. Décryptage comme chaque semaine dans votre chronique du "buzz du biz".
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un papier publié le 22 avril dernier dans le New York Times, Eric Schneidermann, procureur général de New York, a développé tout un argumentaire visant à appuyer l’impérialisme régulateur de l’État. Décryptage comme chaque semaine dans votre chronique du "buzz du biz".

Eric Schneidermann est Attorney General de New York : à ce titre, il se doit de faire respecter la loi. Eric Schneidermann est démocrate (oui, outre-Atlantique on ne fait pas semblant de croire que les magistrats sont magiquement mus par un esprit de neutralité qui n’existe chez aucun être humain) : à ce titre, il se doit d’étendre l’emprise de l’Etat sur les activités économiques et sociales.

Dans un papier publié le 22 avril dernier dans le New York Times, Eric Schneidermann a développé toutun argumentaire visant à appuyer l’impérialisme régulateur de l’Etat. Cette démonstration est la quintessence de la maladie régulatrice qui s’empare de nombreux pays occidentaux et qui ne cesse de contraindre le développement de l’économie numérique.

Le raisonnement de Monsieur Schneidermannrepose sur une prétention extrêmement forte : le régulateur ne peut pas se tromper. C’est impossible.Impensable. Farfelu. Car l’Etat est omniscient (c’est le premier symptôme de la maladie régulatrice): avant même que le big data ne soit inventé, il était déjà en capacité de prendre les décisions les plus justes, y compris dans un environnement incertain et même en établissant des projections pour l’avenir lointain (la preuve, François Hollande a fait travailler son précédent Gouvernement sur la France de 2020 car, à défaut de prévoir les résultats électoraux, les ministres savent deviner les innovations technologiques).

Cette position de principe – difficilement justifiable – étant posée, le raisonnement régulateur se développe logiquement : siune activité émerge et remet en cause la pertinence d’une réglementation, c’est que cette activité est mauvaise. Il faut donc la changer. Y compris si cela implique de la contraindre : car "les autorités seront forcées d’avoir recours aux outils traditionnels d’application de la loi". Monsieur Schneidermann se bat ainsi contre la jungle libertarienne, qui n’est "ni maline, ni durable".

Monsieur Schneidermann a deux cibles privilégiées : AirBnB et Uber. Il les poursuit tout le temps et sur tout : la fiscalité, le droit du travail, avec l’acharnement qu’il avait pour réguler également les avis d’internautes.

Evidemment, il est animé par des raisons honorables : c’est une chevalier blanc de la protection des consommateurs. En cela, il est atteint du second symptôme de la maladie régulatrice : il est convaincu que l’Etat est bienveillant. Comme beaucoup de défenseurs de la régulation publique, il considère que des acteurs privés livrés à eux-mêmes conduisent droit au chaos, alors que le régulateur, lui est animé par la poursuite de l’Intérêt Général – cette expression dont on regrette qu’elle ne puisse pas prendre encore plus de majuscules quand on l’écrit tant elle incarne par elle-même un vibrant hommage à la justification régulatrice.

 

Monsieur Schneidermann n’est pas seul dans son combat. En réalité, il peut compter sur de nombreux amis, outre-Atlantique mais également en France où toutes nos élites et l’administration font de son idéologie une religion. Le problème, c’est qu’ils ne se rendent pas compte des dommages que leurs motivations sincères font à l’économie et au bien-être collectif.

Si, évidemment, des normes sont nécessaires, la maladie régulatrice est biaisée car elle part du principe que l’activité non régulée est un mal en soit. Elle fait de la liberté l’exception et de la régulation la règle. Elle crée des dérogations pour autoriser, alors qu’elle ne devrait interdire qu’exceptionnellement.

La conséquence économique de cette hyper-régulation est énorme, et néfaste. Le développement de l’économie numérique la met en exergue car la rapidité d’évolution des nouveaux modèles vient s’écraser avec fracas contre les murs des règles du siècle passé. La maladie régulatrice épuise les entrepreneurs, elle impose des blocages à la croissance. Elle nuit à l’emploi et à l’innovation.

Eric Shneidermann, comme ses homologues régulateurs, diffuse les normes. Ce faisant, il généralise la complexité au lieu d’étendre la simplicité…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/05/2014 - 00:48
Oui, on connaît ce délire normatif
et régulateur, car on a l'UE, qui n'agit pas différemment que cet étatiste de Schneidermann!
Mais quelques démocrates Américains ne parviendront jamais à équilibrer le handicap infligé à l'Europe par les bataillons de technocrates de l'UE...
De plus, l'UE possède une tare très personnelle, qui échappe encore aux USA:
Ce sont ses ecolo-réactionnaires, aussi néfastes dans la recherche agro-alimentaire que ces démocrates gauchistes en matière de technologies de pointe...
Dans ce domaine, les USA ne se sont pas encore fait plomber par ces ringards écologistes.