En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 4 min 54 sec
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre !

il y a 39 min 40 sec
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 1 heure 9 sec
pépites > Education
une prison à ciel ouvert ?
Les guerres de bandes gangrènent des lycées franciliens
il y a 16 heures 4 min
Art et nature font-ils bon ménage ?
Une forêt de 300 arbres voit le jour en plein milieu d’un stade de football
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Démanteler les GAFA pour déséquilibrer le monde ? Fausse bonne idée

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"LECTURES D'ETE": "InQarcéré" de Jean-Pierre Marongiu

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Science
nouvelle exoplanète k2-18B

Pourquoi la super-terre découverte par les astronomes est moins intéressante en soi que les méthodes qui ont permis de la repérer

il y a 20 heures 56 min
pépite vidéo > Justice
justice a été rendue
Condamné à 10 jours de prison pour cruauté envers un requin
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La nouvelle Bataille d’Angleterre

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi cette étude qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 20 min 1 sec
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore ?

il y a 47 min 29 sec
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 15 heures 13 min
light > Insolite
constante menace
Un oiseau attaque et tue un cycliste
il y a 16 heures 42 min
pépites > Politique
toujours en poche
Emmanuel Macron évalue ses ministres avec une application
il y a 18 heures 2 min
pépite vidéo > Loisirs
Jamais deux sans trois
Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux
il y a 18 heures 57 min
light > Science
découverte scientifique
Des ingénieurs du MIT ont mis au point le matériau le plus noir de tous
il y a 20 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Retour de tous les djihadistes en France ?
Des familles françaises de djihadistes portent plainte contre Jean-Yves Le Drian
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Politique
analyse des résultats de votes des Régionales

Les deux France, celle qui taxe et celle qui paye

il y a 23 heures 3 min
décryptage > France
La fête hélas est finie

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

il y a 23 heures 39 min
© Reuters
Marine Le Pen
© Reuters
Marine Le Pen
Combien de fois faudra-t-il le répéter ?

Non, le FN n’est pas le premier parti de France, et autres erreurs d’analyse courantes sur le FN

Publié le 28 mai 2014
Les cadres du Front national ont beau le répéter lors de chaque coup d'éclat électoral, une analyse raisonnée de la réalité montre bien que le parti de Marine Le Pen, en dépit de ses 25% de voix aux Européennes, n'est pas "le premier parti de France".
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cadres du Front national ont beau le répéter lors de chaque coup d'éclat électoral, une analyse raisonnée de la réalité montre bien que le parti de Marine Le Pen, en dépit de ses 25% de voix aux Européennes, n'est pas "le premier parti de France".

Le Front national a beau avoir remporté 25% des voix lors des élections Européennes de ce dimanche 25 mai, cela ne fait pas de lui le premier parti de France. Christophe Bouillaud, professeur de science politique à l'Institut d'Etudes politiques, revient sur les neuf erreurs d'analyse courantes concernant le parti de Marine Le Pen. 

1. Ces élections européennes prouvent que le FN est "le premier parti de France"

Dès l’annonce des résultats aux élections européennes, des responsables du FN ont proclamé que le FN devenait ainsi le "premier parti de France". Le FN arrive certes à cette occasion en tête des suffrages exprimés, avec selon les données à notre disposition 26% des suffrages exprimés. Il est en tête aussi bien au niveau national que dans la plupart des circonscriptions interrégionales métropolitaines utilisées pour ces élections-là (à l’exception de l’ouest et de l’Ile de France). Le FN progresse par ailleurs très fortement par rapport à son score de 2009, et passe devant l’UMP à cette occasion. Mais cet excellent résultat ne signifie pas que le FN quitte d’un coup  son statut de parti marginal dans le système politique français. En effet, les élections municipales de mars 2014 viennent juste de montrer que ce parti commence à peine à se construire de nouveau (après l’échec des années 1990) une implantation locale sérieuse au niveau des pouvoirs municipaux.

Le FN peut alors se féliciter du gain d’une dizaine de mairies, mais cela n’est toutefois encore pas grand-chose par rapport au nombre d’élus et surtout de maires des grandes forces territorialement implantées depuis des décennies que sont l’UMP, le PS et le PRG, l’UDI-Modem. Ces gains bien réels mais au total limitées aux municipales sont dus à un autre fait essentiel : le FN, pour l’instant, n’a aucun allié d’importance, le "Rassemblement Bleu Marine" (RBM) n’est pour l’heure que celui du FN avec quelques forces marginales d’extrême droite. Pour les présentes européennes, le "Bloc identitaire" a appelé à un vote FN par exemple sans d’ailleurs se rallier complètement au RBM à ce jour. Le FN reste donc isolé, contrairement aux autres partis historiques (UMP, PS, UDI-Modem) qui sont capables de se situer dans un réseau d’alliances victorieuses dans un système politique dominé par le scrutin majoritaire à deux tours. Enfin, il n’est pas sûr du tout que le FN soit le premier parti en nombre de militants : par leur implantation dans les pouvoirs locaux, l’UMP et le PS sont bien plus importants de ce point de vue.  Rappelons qu’en mars dernier, le FN avait encore des difficultés à présenter des listes partout aux municipales.

Il faudrait donc  plutôt dire que, non pas que le FN est le premier parti de France, mais celui qui reçoit le plus d’attention de la part des médias. Les présentes Européennes ne font que confirmer  à mon sens cette sur-attention à son égard. On oublie du coup le niveau de l’abstention, et les 75% d’électeurs qui sont allés voter et qui n’ont pas exprimé un vote pour le FN.

2. Les Français qui ont voté pour les listes FN aux Européennes adhèrent à l’idéologie portée par le parti

On ne saurait nier que les électeurs du FN fassent partie des électeurs français qui ont une vision très défavorable de l’Union européenne (avec ceux de quelques autres forces mineures, comme DLR par exemple). Cependant, il est peu probable que la plupart d’entre eux aillent jusqu’au bout du raisonnement que semble bien proposer le FN désormais. En effet, comme l’a montré la déclaration de Marine Le Pen au soir de l’élection, cette dernière s’oriente apparemment vers un discours "indépendantiste" ou "souverainiste". Elle parle certes encore d’une "autre Europe" - celles des "Nations" -, mais elle insiste aussi sur la "liberté" et la "souveraineté" de la France. Or les attitudes des électeurs, qu’ils aient voté FN ou pas, sont très ambigües sur le projet européen : la plupart des sondages l’ont montré : sur certaines questions, les électeurs semblent détester l’Europe, sur d’autres, au contraire, ils l’acceptent, comme avec l’euro, et sur d’autres encore (la défense européenne par exemple), ils en voudraient plus.

Plus généralement, comme pour les autres partis d’ailleurs, il ne faut pas surestimer le degré de connaissance du programme et d’adhésion à ce dernier de la part des électeurs ordinaires.

A lire : Seulement 34 % des Français "adhèrent aux idées du Front national"

3. Le FN est un parti fasciste

Les diagnostics qu'on peut voir ici ou là selon lesquels les bons résultats du FN aux municipales et maintenant aux Européennes témoigneraient d'un retour du fascisme que ce parti incarnerait sont erronés. Si l'on ne peut nier que ce parti se situe à l'extrême droite de l'échiquier politique français, l'utilisation du terme de fascisme à propos du FN ne correspond pas à grand-chose. La victoire mutilée dont se plaignaient les fascistes italiens de 1919-1922, les aspirations à la grandeur impériale de l'Italie dans les années 1930, l'antisémitisme d'Etat de l'Italie d'après 1938, les rancœurs des combattants de la cause perdue de la République de Salo (1943-45), qu'est-ce que cela a à voir avec le FN français des années 2010 ?

Pas grand-chose, sinon la flamme du symbole du FN qui s'inspire de celle des néo-fascistes du "Mouvement social italien" (MSI) des années 1946-1995. Plus généralement, les conditions historiques qui ont produit le phénomène fasciste au sens large en Europe entre 1890 et 1940 et qui n'a pas épargné la France n'ont rien à voir avec la situation de l'Europe d'aujourd'hui, en particulier parce que le fascisme historique se conçoit entre autres comme une contre-attaque contre un mouvement ouvrier alors sur la pente ascendante, mouvement organisé par les syndicats de la classe ouvrière, les socialistes et les communistes. Aujourd'hui, le FN prétend venir au secours des classes populaires, des ouvriers, des petits, des sans-grades, comme aurait dit Jean-Marie Le Pen, alors même que ces derniers voient leur poids politique diminuer d'année en année dans la société française et européenne en voie de désindustrialisation. L'ambiance est pour le moins un peu différente. Hénin-Beaumont en 1936 n'est pas Hénin-Beaumont en 2014. Pour ne pas parler de l'idéalisme nationaliste d'alors, dont les échos d'aujourd'hui font plutôt pâle figure. 

4. Le FN est le parti de la désespérance

Assimiler le FN au parti de la désespérance parait plutôt rapide et simpliste. En effet, les gens vraiment désespérés ou marginalisés au sens strict du terme ne vont sans doute pas beaucoup voter, ils font plutôt partie des abstentionnistes permanents qui ne participent pas à la vie électorale du pays, parce qu'ils sont trop en marge de la société française ou du monde du travail pour le faire. Pour voter, il faut disposer d'un minimum de ressources sociales. Au contraire, comme tous les partis d'ailleurs, le FN mobilise des électeurs qui ont encore envie d'aller voter, donc qui croient que cela sert à quelque chose, qui ne sont pas désespérés ou marginalisés au sens strict du terme, qui ont encore quelque chose à défendre, qui veulent que leur voix compte. Pour les européennes, ce constat me parait encore plus flagrant dans la mesure où cette élection n’attire pas justement pas beaucoup les électeurs de manière générale: il faut avoir beaucoup d’espoir(s) dans la tête pour aller voter, y compris FN.

5. Il faut un front républicain pour barrer la route au FN 

L'appel au front républicain suppose que le FN soit un parti antirépublicain, qu'il se prépare de quelque façon à abolir la forme républicaine de l'Etat, ou qu'il cache des intentions particulièrement malignes. Dans ce cas, plutôt que d'appeler à un front républicain dans les urnes, le gouvernement qui en a le pouvoir devrait l'interdire purement et simplement. Il faut croire qu'il n'a pas assez d'éléments probants pour soutenir ensuite une telle accusation devant les tribunaux (français puis européens), ou qu'il néglige ses devoirs de protection de la République contre des factieux supposés. D'un point de vue plus systémique, le scrutin à deux tours permet effectivement aux deux grands partis de bloquer l'arrivée de challengers, comme le FN en l'occurrence. Je ne crois pourtant pas que cela soit tellement souhaitable du point de vue de la prise en compte de tout l'électorat : les électeurs du FN doivent aussi avoir le sentiment que leur camp peut gagner de temps à autre, et qu'ils ne sont pas exclus à tout jamais du jeu, ce qui pour le coup risquerait d'alimenter leur mépris de la démocratie représentative à la française, de la République en somme. 

Avec 25% des suffrages exprimés lors d’une élection jouée à la proportionnelle, le FN va avoir de nombreux députés européens – représentants du peuple français au Parlement européen -, mais il pourra encore plus faire remarquer sa faible représentation au Parlement français lié à un mode de scrutin particulièrement peu accueillant aux partis nouveaux.

6. La progression du FN marque l'avènement du tripartisme 

Qu'il existe une tripartition de l'électorat (extrême droite/droite/gauche) est un argument qui peut être accepté, en faisant toutefois remarquer que la sensibilité d'extrême droite reste très minoritaire dans l'électorat en général (25% de 40% des votants, ce n’est pas autre chose qu’une minorité des électeurs inscrits). Par contre, il faut faire attention que chacune de ces grandes sensibilités politiques est représentée par plusieurs partis. Le FN parait très dominant dans son camp, mais il existe aussi des dissidences comme la "Ligue du sud", le "Bloc identitaire" et quelques autres. La droite modérée est divisée pour simplifier beaucoup entre l'UMP, l'UDI et le Modem. La gauche comprend, toujours pour simplifier à grands traits, le MRG, le PS, EELV, le PG, le PCF, sans compter LO, NPA et quelques autres chapelles d'extrême-gauche sans paroissiens. Malgré un mode de scrutin, qui tend au bipartisme, la France reste un pays multipartite. Cela s’est bien vu au niveau des municipales justement. Il y a le continent des "sans étiquettes", des "divers droite" et des "divers gauche".

Il y a aussi le fait que dans chaque camp des rééquilibrages s'opèrent. Ainsi, à gauche, il semble que, aux municipales comme aux Européennes, le PS soit particulièrement victime du vote-sanction, alors que ses alliés d'EELV subissent un peu moins l'usure du pouvoir. A droite, on dirait bien que l'alliance UDI-Modem sur la séquence municipales-européennes 2014 fonctionne et laisse présager le retour d’une nouvelle grande « UDF ». Bref, ne voir que le FN, l'UMP et le PS constitue une simplification abusive de la vie politique française. Les  Municipales et les Européennes n’ont pas été seulement le moment de l’affirmation du FN.

7. Si le FN progresse, c'est grâce à sa normalisation 

La progression du FN aux municipales, surtout par rapport à 2008, comme cela a déjà été beaucoup dit, tient d'abord à sa capacité renouvelée de présenter des listes dans beaucoup d'endroits (mais pas encore partout). Sur les villes de plus de 10 000 habitants, il passe d'un peu moins de 1% en 2008 à un peu plus de 9%. Cette progression s'explique surtout par le fait qu'en 2008, le FN était grillé par sa défaite cuisante de 2007 à la Présidentielle, et avait dans le fond failli disparaître à ce moment-là. On pourrait remarquer cependant que les derniers jours de la campagne ont certes été marqués par quelques incidents portant sur la constitution de ces listes, mais cela correspond à la difficulté plus générale d'un parti diabolisé depuis des lustres d'engranger des soutiens publics de la part des citoyens. Il faut dire aussi que les dégâts de la rupture avec les "mégretistes" en 1998 et de la séquence 2007-8 se résorbent désormais et le FN a réussi à reconstituer un minimum d'organisation nationale assez professionnelle pour être capable de s'implanter.

Pour les européennes, c’est surtout parce que le FN, peut-être pour la première fois, a réussi à capter entièrement en sa faveur l’enjeu européen. Dans le passé, il y avait eu à droite des listes souverainistes ou celles du CNPT qui avaient été en capacité de parler de cet enjeu. Il se trouve que DLR s’est avéré incapable de représenter la droite souverainiste lors de cette élection, et que les dissidents de l’UMP sur l’Europe (Guaino, Wauquiez et quelques autres) n’ont pas voulu présenter une liste UMP-dissidente. De fait, la seule manière visible dans les grands médias d’exprimer à droite son dégoût de l’Europe actuelle, c’était le vote FN.

8. Le FN est un parti incapable de gérer 

La gauche a beaucoup insisté sur l'échec du FN à gérer les communes qu'il avait conquis en 1995. C'est toutefois oublier qu'un ex-FN, Jacques Bompard, l'actuel leader de la "Ligue du sud", vient d'être réélu en 2014 maire d'Orange au premier tour. Il est donc possible en France d'être d’extrême droite, et de bien gérer une mairie, tout au moins aux yeux d'une nette majorité de ses propres électeurs. Il est probable que la direction du FN ait médité la leçon des années 1990 et cherchera à éviter les erreurs faites alors dans le choix de ses élus. Cependant, il reste que les maires FN, déjà celui d'Hénin-Beaumont en tout premier lieu, vont être confrontés aux limites intrinsèques des lieux mêmes  qu'ils vont avoir à gérer : il y a en effet des villes plus simples à gérer que d'autres, en effet, gérer une ville en proie à la désindustrialisation ne va pas du tout de soi, pour aucun parti d'ailleurs ! Au niveau du Parlement européen, les forces minoritaires ont surtout le droit de voir passer les trains législatifs sans pouvoir rien y faire. Même avec une vingtaine d’élus et peut-être un groupe parlementaire, le FN version 2014 risque d’être dans la même situation. Il pourra juste relayer au niveau national ce qu’il verra passer sous ses yeux au Parlement européen, et s’en servir pour ses mobilisations nationales.

9. Les électeurs UMP et FN n'ont rien en commun

Comme l'ont montré les élections présidentielles de 2007 et de 2012, les électeurs ont au moins en commun de vouloir battre le candidat de la gauche au second tour. Contrairement à ce que prétend parfois Marine Le Pen, le FN se situe à la droite de la droite par son électorat. On n'utilise pas pour rien le terme d'extrême droite, cela correspond bien à ce qu'on observe comme gradation des attitudes dans les sondages entre les électorats FN, UMP, UDI et Modem. La radicalisation d'une partie des militants UMP les rapproche sans doute des thèses du FN, mais notons qu'à ce stade,  il reste toujours des différences majeures entre ces électeurs sur l'Europe, sur la mondialisation et même sur l'immigration.

Pour aller plus loin : notre sondage montre qu'une majorité des sympathisants pensent qu'ils doivent vivre ensemble ; divisés sur l'économie mais pas sur les valeurs et notamment la place du régalien ; Relance de la question des alliances UMP-FN

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 30/05/2014 - 23:00
l'arroseur arrosé
Le système majoritaire a deux tours complètement anti-démocratique n'est utilisé que par nous. Toutes les vraies démocraties ont le scrutin à la proportionnelle ou bien, pour quelques unes de tradition anglaise, le scrutin majoritaire à un seul tour (celui qui a le plus de voix l'emporte).
C'est d'ailleurs pourquoi la France n'est pas classée parmi les vraies démocraties mais parmi les démocraties viciées - flawed democracies - et encore en 3° position (The Economist, democracy index)
Si le FN déshabille suffisamment le Machin de plus en plus informe appelé UMP de ses électeurs, c'est lui qui sera majoritaire et l'UMP pleurera alors d'être écarté de l'AN; c'est ce qu'on appelle l'arroseur arrosé.
Quand à trouver l'homme ou la femme providentielle ! vous voulez rire.
C'est dans l'adversité que les caractères se forgent et c'est au contact de la malveillance et de la haine que l'on a des hommes solides acquérant avec le temps le "calme des vieilles troupes".
Cà, les cadres et les militants FN connaissent et la première d'entre eux, MLP.
Quelle différence avec les cadres UMP ou PS (ce sont des copains de promo) n'ayant jamais été au contact du réel depuis leur sortie de l'ENA !
MEPHISTO
- 30/05/2014 - 18:23
C 'est écrit
Le premier parti politique de FRANCE est la Droite ou l ' UMP, parce que le mode de votes électoraux à 2 tours de scrutins majoritaires leur est toujours favorable et le demeurera probablement lors des prochaines échéances cantonales et régionales malgré les dernières et nouvelles turbulences médiatico-judiciaires qui défrayent la chronique; et ce sera plus conséquent avec le Centre ou l 'UDI qui va sans doute faire alliance avec "l 'opposition classique "parce que le FN ou l ' Extrême-Droite, qui eux revendiquent le système le plus à leurs avantages telle la proportionnelle intégrale, sont dans leurs sillages et ils ne voudront pas revivre le " cauchemar des EUROPEENNES " et ce qui leur permettra de reconquérir le Sénat : ce qui sera un tremplin et une dynamique pour la future présidentielle et les législatives qui suivront . ils auront tous les pouvoirs à tous les échelons. il leur reste à trouver l ' homme ou la femme providentiel ( elle ) le (la ) rassembleur (se ) qui les fédérera et les conduira de victoires en victoires
Septentrionale
- 29/05/2014 - 11:02
Le paradoxe du FN pour un bienfait.2
Une Droite désétatisée pour déstructurer ce systéme socialo-communiste injuste et pénalisant, a un travail intellectuel des plus valorisants à mettre en chantier pour 2017, pour que la France débarrassée des ses oripaux marxistes et de ses fonctionnaires élus puisse affronter dignement un "monde mondialisé". Le FN a toute sa place dans un champ politique désinfantilisé où on doit apprendre à se parler, car il ne parle pas la novlangue et sait appuyer là où ça fait mal. Le reste est du blablaland à la biolay stérilisé au gauchisme.