En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Indignation

Dimanche, rendons à l’Europe sa consistance éthique et civique

Publié le 24 mai 2014
Alors que prend fin la campagne des élections européennes, il y a mille raisons d'être amer. Une tribune de Ludovine de la Rochère.
Ludovine de La Rochère est présidente de La Manif Pour Tous.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère est présidente de La Manif Pour Tous.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que prend fin la campagne des élections européennes, il y a mille raisons d'être amer. Une tribune de Ludovine de la Rochère.

Indifférence à l'égard du scrutin, défiance à l'égard du projet européen, repli sur les querelles politiciennes nationales, etc. : rarement une échéance électorale aura été envisagée avec aussi peu d'enthousiasme et d'intérêt. Pourtant, depuis déjà quelques années, éclosent partout en Europe des rassemblements de simples citoyens, irréductibles aux appartenances partisanes mais liés les uns aux autres par un combat commun. 

Patiemment, sous des formes diverses, ces citoyens se sont formés et se sont organisés, dans la pluralité des moyens choisis. Désormais, les noms de leur mouvement sont bien connus sur tout le continent : Foro Español de la Familia, Coalition for Marriage, U ime obitelji, La Manif pour tous... 

Tous, forts de la lumière de leur conscience, se sont levés et se lèvent encore pour défendre la valeur irremplaçable du mariage fondé sur la complémentarité de l'homme et de la femme, pour dire leur refus de l'indifférenciation des identités masculine et féminine, pour rappeler aux apprentis sorciers et aux déconstructeurs autoproclamés que la filiation se fonde sur ce binôme fondateur de toute humanité.

Cette vision de l'homme, ils ne l'ont pas puisée dans on ne sait quelle idéologie à la mode, ni dans un prétendu passéisme renfrogné et bougon et, encore moins dans un refus de donner considération et respect aux personnes et aux couples homosexuels. 

Non, ils se sont faits les gardiens d'une sagesse sur l'humanité lentement élaborée sur notre continent, notamment par la mise en commun des trésors de Rome, d'Athènes et de Jérusalem. Ils se sont faits les gardiens d'une conception de la famille qui n'est ni toute naturelle, ni une invention culturelle, mais notre plus précieux bien commun qui transforme une donnée biologique en une structure porteuse de stabilité et de liberté. Ils se sont faits les gardiens d'une humanité qui reçoit son identité première comme un fondement de ses choix, renvoyant dos à dos le nihilisme et les délires prométhéens d'un individu autoengendré. Ils se sont faits enfin les gardiens de la liberté : ni l'Union, ni l'État, ni aucune association ne peuvent balayer d'un revers de mains ce que des siècles ont légué comme un héritage vivant et toujours fécond. Ni l'union, ni l'État, ni aucune association ne peuvent prétendre se substituer à la famille dans l'éducation des enfants sans mettre à mal ce principe fondateur : la subsidiarité, qui ne revient qu'à dire "à chacun sa juste place pour la liberté de tous". 

Disons le sans ambages, alors que l'Europe ne cesse de se demander ce qu'elle est et ce qu'elle porte : nous sommes l'Europe ! Nous sommes les citoyens qui rendent à une Union que l'on réduit trop volontiers au technique et à l'économique sa consistance éthique et civique. Ce n'est pas en notre nom que nous le faisons, mais au nom des droits des enfants et des familles. Et même au nom de l'Europe elle-même tant c'est elle qui a façonné l'anthropologie commune que nous défendons. Aussi voulons-nous le dire solennellement à quelques jours de l'élection, dimanche prochain, soyons encore l'Europe !

 

Anne-Claude Venot, Porte-parole des Adoptés pour l’Enfance, Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance Vita, Jérôme Brunet, Président de L’Appel des professionnels de l’Enfance, Khadija, Aït Hammou, Porte-parole de Familles Musulmanes de la Gironde, Camel Bechikh, Président de Fils de France, Nathalie de Williencourt, Co-fondatrice du collectif Homovox, Jean-Pier Delaume-Myard, porte-parole de La Manif Pour Tous, Lionel Lumbroso, Porte-parole de La Manif Pour Tous, Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, Franck Meyer, Porte-parole des Maires pour l'Enfance, Laetitia Pouliquen, Editorialiste, Woman Attitude

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/05/2014 - 15:40
Rendre à l'Europe ce qu'elle n'a
jamais possèdé? Impossible!...
Benvoyons
- 24/05/2014 - 12:40
Ludovine de La Rochère :Vous avez parfaitement le droit
d'exprimer votre pensée et tous les mouvements que vous citez aussi.
Mais il ne faut jamais oublier que vous n'avez aucune obligation, ni contrainte pour avorter absolument, ou de contracter un mariage gay, pour prendre la pilule.
J'ai soutenue le mouvement de l'année dernière car les autres voulaient empêcher, faire taire la pensée d'une partie de la population.
Ce qui est parfaitement contraire à la démocratie.

Par contre je serai complètement contre l’Euthanasie car là il y aura un vrai danger d'obligation dans le temps par différentes interprétations et que la puissance Médicale pourra imposer cette solution sur les personnes qui n'auront pas la conscience nécessaire. Cela serait une loi qui laisse trop de personne pouvant donner un avis pour d'autres.