En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 21 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 30 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 1 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 20 heures 40 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 10 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 28 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 22 heures 35 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 22 heures 54 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 10 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 9 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 27 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 29 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 22 heures 45 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 23 heures 6 min
© REUTERS/Lionel Bonaventure
François Hollande et Nicolas Sarkozy ont publié à quelques jours d'intervalle une tribune sur l'Europe.
© REUTERS/Lionel Bonaventure
François Hollande et Nicolas Sarkozy ont publié à quelques jours d'intervalle une tribune sur l'Europe.
Comparatif

Le match des bilans européens : qui de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande a le mieux défendu les intérêts de la France face à Angela Merkel ?

Publié le 23 mai 2014
La relation franco-allemande a été l'un des points les plus sensibles lors de la victoire de François Hollande. Deux présidents différents face à une seule et même chancelière, avec qui les rapports ont été parfois constructifs et parfois conflictuels. Avec une vraie différence d'approche - et de résultats - entre les deux chefs d'Etat français.
Hans Stark
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hans Stark est chercheur à l'IFRI (Cerfa) et professeur à la Sorbonne. 
Voir la bio
Alfred Grosser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alfred Grosser est un historien, sociologue et politologue franco-allemand.Il est diplômé d'une agrégation d'allemand. Il a été professeur à l'Institut d'Etudes Politiques à Paris et il y devient professeur émérite. De 1956 à 1992 il occupe le poste de...
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La relation franco-allemande a été l'un des points les plus sensibles lors de la victoire de François Hollande. Deux présidents différents face à une seule et même chancelière, avec qui les rapports ont été parfois constructifs et parfois conflictuels. Avec une vraie différence d'approche - et de résultats - entre les deux chefs d'Etat français.

Atlantico : "Une grande zone économique franco-allemande", c'est l'ambition de Nicolas Sarkozy pour l'Europe selon sa tribune publiée jeudi 22 mai dans Le Point. L'ex-président s'est toujours montré investi dans la relation franco-allemande, là où François Hollande semble plus en retrait. Peut-on dire que l'implication de l'exécutif français sur la relation avec l'Allemagne a changé depuis 2012 ?

Hans Stark : La relation a bien entendu changé du simple principe que le gouvernement français, même s'il a affiché son accord sur la nécessité de réduire le déficit, à une autre philosophie économique que le gouvernement précédent. Les différences d'approches économiques entre la France et l'Allemagne se sont donc amplifiées. C'est notamment vrai sur le rôle de la BCE dans le refinancement des Etats et des banques. François Hollande a eu, sur ces sujets, des positions éloignées d'Angela Merkel. Auparavant, il y a eu un rapprochement sur de nombreux points, surtout pendant la deuxième partie du mandat de Nicolas Sarkozy.

Alfred Grosser : La déclaration de l'ancien président n'a pas dû faire plaisir à Angela Merkel. Vouloir fermer les frontières, c'est détruire ce qui justement s'est fait de mieux dans la relation franco-allemande. C'est une manière de faire passer l'idée que l'Europe ne représente pas quelque chose de très bon, tout en disant le contraire. Pour ce qui est de la relation avec François Hollande, elle s'est améliorée depuis que ce dernier s'est déclaré social-démocrate. C'est perçu comme assez normal en Allemagne, plus qu'en France en tout cas.

Nicolas Goetzmann : Bien que le sujet puisse paraître évidemment partisan, la différence entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, dans la relation franco-allemande, est flagrante. Pour Nicolas Sarkozy le moment décisif me semble être le plan de sauvetage bancaire mis en place en octobre 2008. Après un premier refus allemand, Nicolas Sarkozy ne se résigne pas et obtient la mise en place de ce plan le 13 octobre.  A ce moment il déclare "Le temps du chacun pour soi est révolu" et marque ainsi sa "victoire" sur Angela Merkel. Un mois plus tard, il parvient à réunir le G20 à Washington sous une forme nouvelle, c’est-à-dire en faisant participer les chefs d’Etat, pour mener une politique anti-crise simultanée. Le somment est une réussite et il en est l’initiateur, aidé par Gordon Brown. Puis 2009 avec les plans de relance européens. L’activisme de Nicolas Sarkozy est réellement à saluer au cours de cette période. Les problèmes arrivent en 2010 avec le sommet de Deauville, ou Nicolas Sarkozy cède à Angela Merkel sur l’implication du secteur privé dans la résolution de la dette grecque. Une décision qui sera confirmée en juillet 2011 et qui provoquera la crise des dettes souveraines. Mais peut être que la plus grande erreur aura été de passer à côté du problème posé par la Banque centrale européenne au cours de la crise. Le bilan est donc mitigé, mais il est indéniable que Nicolas Sarkozy a porté la voie française et européenne pendant la durée de son mandat, et qu’il a proposé une "réalité" du couple franco-allemand.

Pour François Hollande, le bilan est en fait opposé. Son programme de campagne comportait une mesure phare ; la renégociation du fameux pacte budgétaire européen, le TSCG (traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance). Celle-ci n’a jamais eu lieu et le traité a été signé et approuvé par la majorité en 2012. Un vote qui a été justifié par le fait qu’un pacte de croissance avait également été mis en place. Un pacte qui sera présenté comme une victoire, mais le plan de relance en question est déjà qualifié de "symbolique" : 120 milliards d’euros. Après analyse, il s’est avéré que le plan n’était finalement composé que de 10 milliards en nouvelles dépenses, c’est-à-dire rien. Les 110 milliards restant étaient déjà déployés mais ont servi à habiller le pacte et à ne pas complètement humilier le nouveau président français. La défaite est sèche et rapide. Depuis cette date, c’est-à-dire depuis 2 ans, le couple franco-allemand n’existe tout simplement plus. Aujourd’hui, l’Europe est d’ailleurs personnifiée par Angela Merkel, c’est simplement factuel.

Selon Manuel Valls "Ce qu'il faut changer précisément dimanche (jour des élections européennes, ndlr), c'est le bilan de Nicolas Sarkozy". Une déclaration en dissonance avec une série d'articles de Peter Spiegel pour le Financial Times "How the euro was saved" qui montre au contraire le rôle déterminant que Nicolas Sarkozy a joué dans le sauvetage de la zone euro. Il explique comment le président français est parvenu à contraindre le Premier ministre grec Papandréou à renoncer en 2011 à organiser un référendum sur le plan de sauvetage de la Grèce. Le journaliste décrit un Sarkozy offensif qui parvient à imposer sa vision des choses à Angela Merkel et à la convertir à sa stratégie - une stratégie qui se révèlera d'ailleurs payante. Qu'est-ce que cet épisode révèle de la nature de la relation entre Sarkozy et Merkel ?

Hans Stark : Les relations n'avaient pas été simples au début. L'Union méditerranéenne, l'intervention au Tchad en 2008, la Libye en 2011 et la crise financière où la France voulait apporter une réponse européenne ont été des sources de fortes divergences. Le début de la crise grecque avait aussi vu Paris et Berlin prendre des directions divergentes. Il y a eu rapprochement au moment où la crise aurait pu amener à l'éclatement de la zone euro. Là, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel sont parvenus à surmonter leurs divergences car le sauvetage était dans l'intérêt des deux pays. Cet épisode montre donc que, malgré les différences, les deux dirigeants étaient toujours capables de coopérer dans les situations difficiles.

Alfred Grosser : Nicolas Sarkozy s'est d'abord fréquemment incliné devant les décisions d'Angela Merkel. Il a sans doute eu tendance à tirer vers lui le mérite des décisions allemandes ou d'avoir des postures d'affichage. Mais le fait qu'Angela Merkel laissait Nicolas Sarkozy s'afficher de la sorte parce qu'elle considérait sans doute que ce caractère marqué pouvait aussi avoir son intérêt.

En quoi, et à quels autres moments, l'action de Nicolas Sarkozy a-t-elle permis au couple franco-allemand de faire la preuve d'un réel leadership sur l'Europe ?

Hans Stark : Nicolas Sarkozy a toujours voulu faire émerger un leadership français au niveau européen. Mais à chaque fois que la France et l'Allemagne font cavalier seul, ils vont dans le mur. Les deux arrivent maintenant à le comprendre, du moins depuis 2010. Mais Nicolas Sarkozy a réellement œuvré pour faire comprendre aux Français la nécessité stratégique d'un rapprochement avec Berlin.

Après la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, Peter Spiegel ne fait plus jamais mention de la France et du rôle qu'elle aurait par la suite joué dans le sauvetage de la zone euro. François Hollande n'y est pas cité une seule fois. Concrètement, que peut-on mettre au crédit de l'actuel président français dans la gestion de cette crise européenne ? Peut-il se prévaloir d'actions qui se seraient révélées déterminantes ? Lesquelles ?

Hans Stark : François Hollande a hérité d'une situation économique plus difficile que celle de 2007. Par contre, le pire de la crise de l'euro est derrière nous, et les principales mesures de sauvetage ont été prises avant son arrivée au pouvoir. Mais l'opposition aux mesures d'austérité est plus forte au PS qu'à l'UMP. François Hollande a donc peu agi depuis son arrivée car les décisions à prendre ont déjà été prises. Il n'a fait que les valider.

Alfred Grosser : François Hollande ne peut pas se prévaloir d'actions marquantes. De nombreuses actions "franco-allemandes" sont annoncées. Dans les faits, de nombreux instituts franco-allemands, ou d'initiatives, sont payés par l'Allemagne, le gouvernement ayant tendance à baisser, lui, les crédits dédiés à ces projets. Les médias d'ailleurs n'en font pas écho.

Jusqu'en mai 2012, aucune décision ne semblait prise en Europe sans que le couple franco-allemand soit à la manœuvre. A la lecture de l'article de Peter Spiegel, on comprend que le vide laissé par le départ de Nicolas Sarkozy n'a été comblé par personne, Merkel restant seule à la barre. Comment Angela Merkel considère-t-elle François Hollande ? Comment cela se manifeste-t-il concrètement ?

Hans Stark : Il faudrait lui demander ! Elle a en face d'elle un socialiste, alors qu'elle est issue d'un parti conservateur. Bien sûr François Hollande est plutôt social-démocrate ce qui atténue la distance mais les rapports restent difficiles.

Alfred Grosser : Les récentes rencontres semblent s'être bien passées. Il y a par contre quelque chose qui dérange beaucoup Angela Merkel chez François Hollande, c'est les choix qui sont faits pour occuper les postes de secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes. En Allemagne, celui qui occupe le poste similaire est un spécialiste, constamment présent. En France, le président choisit Harlem Désir parce qu'il était un mauvais Premier secrétaire du PS, et qu'il est maintenant un des députés européens les plus absentéistes.

Peut-on encore parler d'une relation franco-allemande d'égal à égal ? Comment l'expliquer ? François Hollande a-t-il renoncé à se battre pour s'imposer ? Paie-t-il son incapacité à sortir la France de la crise ?

Hans Stark : Sur le plan économique, la relation n'est plus d'égal à égal. Le décrochage est une réalité. Mais rien n'est coulé dans le bronze : il y a quinze ans, la France avait, au moins au niveau conjoncturel, une économie forte là où l'Allemagne souffrait. En revanche, la France reste beaucoup plus forte sur le plan militaire, sur son rôle au sein de l'ONU, sur les réseaux internationaux dont elle dispose. On voit bien que sur les dossiers sensibles (Syrie, Russie…) la voix de la France compte plus que celle de l'Allemagne. Il ne peut donc pas y avoir d'égalité ou d'inégalité globale dans la relation franco-allemande.

Alfred Grosser : Il n'y a plus de relation d'égal à égal. Nous nous enfonçons dans le non-développement. Nous ne pouvons jouer la seule carte de la position de la France dans le monde. Il est vrai que la France reste cependant le garant de l'Allemagne vis-à-vis des pays où l'anti-germanisme fleurit, je pense à la Grèce ou à l'Espagne.

Par ailleurs Peter Spiegel raconte comment Nicolas Sarkozy jouait de sa relation avec Obama pour tenter d'imposer ses vues, notamment sur le rôle de la BCE, à Angela Merkel. Au-delà de la sympathie que le président américain semble témoigner à François Hollande, le voit-il réellement comme un allié en Europe ?

Hans Stark : Bien sûr. La France reste le premier partenaire pour les missions à l'étranger. Lorsqu'une crise se présente, notamment en Afrique, c'est sur Paris que l'on peut compter.

Alfred Grosser : Les relations entre Barack Obama et Angela Merkel ne sont pas spécialement bonnes. Une partie de l'élite politique allemande ne veut pas s'opposer à Vladimir Poutine, et Angela Merkel reste méfiante face au jeu diplomatique. Une seule chose est certaine : la France reste totalement absente, et les Etats-Unis ne se rapprochent pas de la France pour compenser le rafraîchissement avec l'Allemagne.

Quel rôle Hollande a-t-il joué dans la gestion de la crise ukrainienne ? Quelles missions concrètes lui ont été dévolues par Merkel et Obama ?

Hans Stark : La France, traditionnellement, n'est pas très présente en Europe centrale. Mais il y a eu récemment une très forte concertation entre Laurent Fabius et Frank-Walter Steinmeier (le ministre allemand des Affaires étrangères, ndlr) sur les grands dossiers de politiques étrangères de la zone. C'est quelque chose à mettre à l'actif du gouvernement français d'avoir pu renouer un dialogue qui était rompu lorsque Guido Westerwelle était ministre (2009-2013). Ce dernier était, il faut le reconnaître, l'incarnation même de la "retenue" allemande.

Alfred Grosser : C'est difficile de savoir cela avec précision. Ce qui est clair, c'est qu'il n'y a pas d'apparition marquante de François Hollande sur le dossier ukrainien. Angela Merkel, elle, est constamment présente sur cette question, mais il est assez difficile de voir quelle est sa position, d'autant qu'il y a une pression des industriels allemands pour ménager les Russes.

Peut-on parler d'un recul de la voix de la France sur la scène internationale depuis l'arrivée de François Hollande ? En quoi peut-on y voir une conséquence d'un relatif délitement de la relation franco-allemande ?

Hans Stark : Nicolas Sarkozy s'est emparé des crises internationales, réagissant avec, parfois, une vitesse inouïe. François Hollande est aussi vite intervenu au Mali, mais les choses se sont faites moins rapidement que, par exemple, la crise libyenne. Nicolas Sarkozy restait quand même, donc, plus présent. Mais on peut dire que François Hollande est, sur cette question, plus proche d'Angela Merkel qui préfère réfléchir et analyser longuement avant d'intervenir. Mais de toute façon, quand il y a une crise majeure – à l'exception de celle de la zone euro – ce n'est pas le couple franco-allemand le principal acteur de sa résolution, mais plutôt l'ONU, où Paris a une place majeure.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 24/05/2014 - 11:32
Tout cela n'est bien sur que suggestions ...
Cette barrière de 4.95 Euros/mois semble être un obstacle infranchissable pour les plus retors à ce principe. Tous ces internautes en phase de décalcification en oublient sans doute que la gestion désastreuse de notre pays nous coûte bien plus que cela mensuellement et individuellement. Alors, quand dans un commentaire savamment décalé, on peut aider nos politiques à dégager plus vite, ou plutôt à réagir dans le bon sens puisque les suivants ressembleront aux précédents, on sait déjà que l'on est dans un investissement à forte rentabilité. Dommage de ne pas le comprendre ... et tant pis après tout.
vangog
- 24/05/2014 - 00:59
@2bout d'accord avec vous! J'adhère...
et pris cette rubrique , ce condensé de vie internetactique, ce serait si plaisant, si vivant!...un moment de franche rigolade avec nos copains d'antan...la saucisse, qui doit de morfondre sur son mirador...Jerem, activiste gauchiste sacrifié sur l'hotel de l'austérité....et tant d'autres...ils nous manquent!
jmpbea
- 23/05/2014 - 18:14
Pour revenir à cette actualité qui nous intéresse..
Je me souviendrai toujours des débuts du Bouffi avec ses visites aux pays du sud pour quémander un appui sur les euro-bonds pour faire endosser à l'Allemagne la garantie des créances douteuses de l'Europe en difficulté ....ça, Merkel ne l'oubliera jamais.....