En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

05.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

07.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

01.

Le créateur de Facebook Mark Zuckerberg harcelé

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 56 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 1 heure 33 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 2 heures 27 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 14 heures 21 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 15 heures 5 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 16 heures 31 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 18 heures 12 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 22 heures 1 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 2 heures 53 sec
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 3 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 14 heures 46 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 15 heures 56 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 17 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 18 heures 57 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 21 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 23 heures 32 min
Cyber-attaques : une fatalité ?

Cyber-attaques de masse : Hackers 1, Etats 0

Publié le 04 août 2011
Un rapport publié ce mercredi par la société américaine McAfee dévoile que 72 organisations et entreprises ont été les cibles de cyber-attaques depuis 2006. On soupçonne la Chine mais impossible de l'accuser sans preuves concrètes. Et il n'existe toujours pas de solution mondiale concertée pour agir contre les pirates. Décryptage avec Nicolas Arpagian, directeur scientifique à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice.
Nicolas Arpagian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Arpagian est VP Stratégie et Affaires publiques d’Orange Cyberdefense (Groupe Orange). Et enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure de la Police (ENSP). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport publié ce mercredi par la société américaine McAfee dévoile que 72 organisations et entreprises ont été les cibles de cyber-attaques depuis 2006. On soupçonne la Chine mais impossible de l'accuser sans preuves concrètes. Et il n'existe toujours pas de solution mondiale concertée pour agir contre les pirates. Décryptage avec Nicolas Arpagian, directeur scientifique à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice.

Atlantico : L’ampleur des cyber-attaques révélées aujourd’hui par le rapport publié par la société MacAfee vous surprend-elle ?

Nicolas Arpagian :  A partir du moment où dans nos organisations, on confie un nombre croissant de données aux systèmes d’informations, il est naturel que les cyber-attaques s’amplifient dans les mêmes proportions. Les attaques dont nous sommes témoins aujourd'hui sont à la mesure de notre dépendance numérique actuelle.

Dans ce cas précis, pouvez-vous dresser un portrait-robot de l’attaquant ?

Inévitablement, on agite le spectre chinois. On ne prête qu’aux riches. Il y a un savoir-faire chinois en la matière qui est incontestable mais il ne faut pas systématiquement évoquer la piste chinoise. Tous les grand pays se sont dotés de moyens humains, techniques et juridiques pour mener ce type d’opérations.

A quoi servent ces cyber-attaques ?

Dans cette nouvelle forme d’économie, on est dans une logique évidente de concurrence par la détention d’informations. Détenir des informations, c’est détenir un pouvoir. Il faut distinguer les opérations ou l’attaquant fait une campagne de communication en démontrant l’incapacité de l’attaqué à préserver des informations (type Anonymous vs. Sony), avec celles ou l’attaquant souhaite toute simplement capter le plus d’informations possibles pour pouvoir les utiliser ensuite à son profit. Ici l’attaquant aurait certainement souhaité que son mode opératoire reste camouflé le plus longtemps possible. Nous sommes dans un cas d’espionnage classique. Le but est de faire en sorte que celui qui est piraté ne change rien à son comportement, n’est pas conscience des attaques qui le touchent. 

De plus en plus de cyber-attaques sont dévoilées par la presse, mais leurs conséquences paraissent floues, voire nulles. Comment l’expliquez-vous ?

Vu la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, d’établir avec certitude l’origine de l’attaque, ces opérations provoquent rarement des conséquences au plus haut plan. Sans preuves concrètes, il est extrêmement difficile d’accuser un pays comme la Chine. Même si l’on pouvait relier l’attaque à des serveurs chinois, le cerveau d’une opération d’une telle ampleur aurait très bien pu brouiller les pistes en utilisant des ordinateurs zombies (botnets) pour fausser la localisation géographique des attaques.

Dans ce cas-là, quelle est la parade que les Etats peuvent utiliser contre ce genre d'attaque ?

L’annonce des Etats-Unis, il y a quelques semaines, d’assimiler à des actes de guerre conventionnelle les cyber-attaques sonne comme un aveu de faiblesse. Les Etats vont être obligés, en concertation avec les acteurs privés, de trouver des solutions concrètes à ce problème d’anonymat. Jusqu’à quel point peuvent-ils accepter l’excuse qui stipule qu’il est impossible de retracer avec certitude les origines d'une attaque ? Les solutions existent mais elles mettraient sérieusement en danger les conventions déjà en vigueur en matière de protection de la vie privée. Les Chinois et les Russes ont par exemple créé un Intranet. C’est un véritable outil de censure qui bafouerait nombre de nos principes démocratiques mais c’est aussi un excellent moyen de se protéger des attaques extérieures. L’équilibre se situe entre un intérêt supérieur de sécurité nationale et le droit de chaque internaute à une serre privée, à une confidentialité des connections.

De telles décisions sont-elles envisageables dans un avenir proche ?

Les Grecs et les Romains naviguaient déjà il y a des siècles, mais il a fallu attendre la convention de Montego Bay dans les années 80 pour avoir un texte qui régit le droit de la mer à l’échelle internationale. Même sur des sujets qui remportent l’adhésion de tous comme la lutte contre la pédopornographie sur Internet, il aura fallu attendre 3 ans de négociations pour arriver à un consensus. Si la plupart des pays ont signé la convention de Budapest en novembre 2001, beaucoup tardent toujours à l’appliquer. Cette accumulation de faits dévoilée par MacAfee pourrait être l’élément déclencheur qui pousserait les Etats à instaurer des mesures en ce sens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JP van St Jans
- 04/08/2011 - 11:11
Le titre n'est pas le reflet de la réalité...
Il faudrait Etats contre Etats, 1-0.
Les "hackers" individuels sont dotés d'une auréole de chevaliers blancs, pourchassant les secrets d'état. En fait, il s'agit bien plus d'espionnage, actrivité conventionnelle, grâce aux moyens modernes et d'actes de guerre d'état à état. La Chine sûrement, mais bien d'autres classés dans notre camp.
ppo911
- 04/08/2011 - 10:19
9.11 numérique ?
Bonjour Nicolas, ravi voir qu'Atlantico recrute les meilleurs ! Quand on sait à quel point il est déjà redoutable de mettre en place une politique de sécurité crédible à l'échelle d'une grande entreprise, j'ai très peur que les états ne réagissent que tardivement et mollement. A moins d'un big boom peu souhaitable.