En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 7 heures 44 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 8 heures 58 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 16 heures 31 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 8 heures 20 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 9 heures 38 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 15 heures 45 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 16 heures 34 min
© Reuters
L'édition américaine du Huffington Post a révélé les détails d'un potentiel accord dans le cadre du traité transatlantique, concernant l'énergie.
© Reuters
L'édition américaine du Huffington Post a révélé les détails d'un potentiel accord dans le cadre du traité transatlantique, concernant l'énergie.
Top secret

Libre-échange US-UE : qui gagne, qui perd à l'accord secret sur l'énergie

Publié le 21 mai 2014
Un document secret a été dévoilé par la version américaine du Huffington Post. Il y est fait mention d'un accord concernant l'énergie dans le cadre du Traité transatlantique. Et bien que les États-Unis pratiquent des techniques honnies en Europe, la crise ukrainienne a souligné notre dépendance énergétique. Pour autant, il ne s'agit encore que de négociations, que le nouveau Parlement européen sera tout à fait en mesure de refuser, à partir du 25 mai.
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un document secret a été dévoilé par la version américaine du Huffington Post. Il y est fait mention d'un accord concernant l'énergie dans le cadre du Traité transatlantique. Et bien que les États-Unis pratiquent des techniques honnies en Europe, la crise ukrainienne a souligné notre dépendance énergétique. Pour autant, il ne s'agit encore que de négociations, que le nouveau Parlement européen sera tout à fait en mesure de refuser, à partir du 25 mai.

Atlantico : L'édition américaine du Huffington Post a révélé les détails d'un potentiel accord dans le cadre du traité transatlantique, concernant l'énergie (voir ici). Cet accord prévoit notamment de réduire les restrictions aux exportations américaines vers l'UE de brut, gaz naturel et autres énergies fossiles. En quoi cet accord marque-t-il une rupture ?

Jean-Marc Siroën : Je ne suis pas sûr que le terme d'accord, même potentiel, soit des plus adaptés. Les documents révélés par le Huffington Post sont encore loin d'un potentiel accord, et se rapprochent plus d'une note dont il ne faudrait pas exagérer l'ampleur.
 
La volonté d'au moins une partie de l'administration américaine de réduire les restrictions qui existaient sur les exportations énergétiques des Etats-Unis relève de la rupture sans en relever. La véritable rupture se situe dans le fait qu'il aura fallu quelques années à l'Amérique pour devenir – ou redevenir – une grande puissance énergétique grâce au gaz de schiste. C'est, pour eux, une opportunité de réduire leur déficit courant comme de se désengager de leurs approvisionnements traditionnels en provenance de régions difficiles comme le Moyen-Orient. A mon sens c'est ça la rupture : le retour des Etats-Unis comme grands producteurs d'énergies et en conséquences il n'y a plus de raisons à ce que les Etats-Unis maintiennent des restrictions qui visaient à préserver l'énergie produite aux Etats-Unis et à maintenir les prix à un niveau stable. Ce n'est donc pas tant cet accord qui marque une rupture, mais l'évolution de l'économie américaine. C'est elle qui personnifie les changements tant économiques que géopolitiques que nous venons d'aborder.
 

Concrètement qu'est-ce qu'un tel accord impliquerait pour les deux parties notamment en termes de production ? Signifie-t-il davantage de fracturation hydraulique pour les Etats-Unis ?

C'est effectivement quelque chose que l'on peut envisager. L'origine de l'augmentation spectaculaire de la production américaine, c'est le gaz de schiste et la fracturation hydraulique. Pour augmenter cette production il est plus que probable que les Etats-Unis envisagent de poursuivre cette politique. Mais c'est quelque chose qui n'est pas tellement dépendant de cet accord, en cela qu'on peut s'y attendre avec ou sans accord. Il est vrai, néanmoins, que plus les Etats-Unis seront poussés à l'exportation par de nouveaux débouchés – ici le marché européen – plus ils seront tentés d'accroître leur production, et donc passer par davantage de fracturation hydraulique.
 
Concernant l'Europe, cela pourrait représenter une alternative au fait de se livrer à la fracturation hydraulique sur son sol, mais globalement nous serons touchés beaucoup moins directement que les Etats-Unis. En dépit du fait que chez nous le débat soit ouvert et que la France soit à la pointe du combat contre la fracturation hydraulique, l'Europe fait peu d'état de l'origine du pétrole qu'elle exporte. Qu'il provienne de fracturation hydraulique ou du gaz n'a pas grande importance, si ce n'est la conscience de contribuer à la détérioration environnementale des Etats-Unis, ce qui ne signifie pas grand-chose pour l'Union. Ce qui importe, en revanche, c'est l'impératif de diversifier nos sources d'énergies. Compte tenu de la trop forte dépendance vis-à-vis du gaz de l'Est et de la trop forte dépendance du gaz et du pétrole des proches et moyen Orient, c'est primordial.
 

Cet accord pourrait-il dissuader l'Europe de sortir des énergies fossiles et décourager le développement des énergies vertes ?

Je crois que ce n'est pas tant l'accord en lui-même qui pourrait nous conduire vers une situation de la sorte. Ce qui peut nous y mener, c'est la potentielle augmentation des énergies, notamment en raison de la fracturation hydraulique et de la production américaine. Nécessairement, les prix seront amenés à baisser. Et il est évident que si le prix des énergies fossiles diminue, l'incitation à en consommer davantage sera plus forte, tandis que l'incitation à employer d'autres formes d'énergies, notamment renouvelables, connaîtra une chute. Plus le prix du pétrole monte, parce qu'il se fait plus rare, plus on a tendance à lui substituer des nouvelles formes d'énergies. S'il redevient abondant, cela ne peut que ralentir l'émergence de ces autres alternatives.
 
Et ce n'est pas l'accord en lui-même qui aura cet impact. Peu importe, au fond, que la production américaine soit vendue à l'Europe ou à d'autres consommateurs dans le monde : sur le marché mondial, cela provoquera nécessairement une baisse des prix – ou au moins une moindre augmentation de ceux-ci – ce qui aura pour conséquences des effets délétères sur le développement d'énergies propres. Bien entendu, l'accord aura un impact : en accroissant la taille du marché mondial, il ne fera qu'accentuer le phénomène, que l'accélérer. Mais même sans lui ce phénomène aurait lieu.
 

Qui des Etats-Unis ou de l'Europe a le plus intérêt à un tel accord ? Qu'y trouveraient chacune des parties ? Pourquoi ?

Tout dépend de comment tout un chacun valorise ses intérêts. Ceux qui ont une conscience écologique forte, une vision  universelle des choses, il est clair que les avantages ne sont pas parmi les plus nombreux face à un accord de la sorte. En revanche,  pour ceux dont le raisonnement est beaucoup plus économique, il est évident qu'acheter de l'énergie fossile – dont on aura de toute façon besoin pour encore un moment – moins cher, et avec des sources sûres, est intéressant. D'un point de vue purement économique, il est évident que l'Europe à beaucoup à y gagner. Même si cela peut paraître cynique, nous avons effectivement un avantage à diversifier nos approvisionnements énergétiques en faveur des Etats-Unis.
 
Et les Etats-Unis ont également beaucoup à gagner : ils augmentent leurs exportations comme leur production, diminuent leur déficit courant et mettent en place une rente pétrolière. C'est indéniablement un schéma gagnant et un facteur de croissance. Les avantages économiques qu'ils peuvent y trouver sont, une fois de plus, beaucoup plus directs. Economiquement, il n'y a à priori que des gagnants, même s'il faut tout de même s'interroger sur la rentabilité des coûts de production et de transport. Il y a, également, un gain certain de sécurité pour l'Europe dans ses approvisionnements et si l'on peut regretter qu'elle n'adopte pas une politique plus volontariste et plus axée sur les énergies nouvelles, mais faute d'avoir cette politique, le fait de pouvoir s'approvisionner et de diversifier nos sources peut difficilement être considéré comme un désavantage pour l'Europe.
 

Ouvrir l'Europe aux exportations d'énergies américaines répond-il à un réel besoin ? La crise ukrainienne plaide-t-elle dans le sens de cet accord ?

L'Europe a besoin d'énergie. Tous les pays – et particulièrement ceux dont la croissance est forte, comme la Chine – s'attèlent à sécuriser leurs approvisionnements énergétiques. Pourquoi l'Europe se priverait d'une diversification des approvisionnements ? D'autant plus qu'en raison de son taux d'industrialisation et de développement, elle a particulièrement besoin d'énergie. La substitution des énergies fossiles par les énergies renouvelables est louable, mais prendra un certain temps, pendant lequel l'Union devra continuer à importer des énergies fossiles.
 
Une grande partie de notre approvisionnement en gaz provient de la Russie, et la crise ukrainienne a bien révélé les contraintes que cela peut représenter. Si la Russie se décide à couper le gaz – quand bien même ça ne serait pas dans ses intérêts économiques – cela a de quoi créer une certaine forme de pression qui justifie et légitime tout à fait la recherche de ressources alternatives.
 

Ce besoin est-il d'ailleurs le même selon les pays membres ? Qu'en serait-il d'ailleurs de la France ?

Nos besoins ne diffèrent pas tant : c'est néanmoins le cas des structures de consommation énergétiques. La France, par exemple, se base énormément sur le nucléaire ce qui fait d'elle un cas à part, notamment car elle a moins de centrales alimentées par des énergies fossiles. L'Allemagne de son côté recommence à utiliser le charbon pour alimenter ses centrales électriques. Le fait est que la France n'est certainement pas le pays le plus exposé de l'Union Européenne. Notre diversification est assez large, ne serait-ce pas la variété des ressources géographiquement parlant, mais aussi quant à la nature de ces mêmes ressources, du fait – entre autres – du poids important du nucléaire dans notre consommation.
 

Qui, en dehors des Etats, pourrait avoir un intérêt à pousser un tel accord ? 

Indéniablement, l'industrie pétrolière américaine a à y gagner. Pour ce qui est de l'industrie pétrolière européenne, c'est nettement moins sûr. Notamment parce que les multinationales européennes du pétrole ne sont pas bien installées aux Etats-Unis, et donc ne bénéficieraient pas – ou peu – de l'augmentation des exportations qui pourraient se réaliser au détriment des sources d'approvisionnements où les usines pétrolières européennes pourraient se trouver. L''industrie pétrolière américaine, gagnante à coup sûr. L'industrie pétrolière européenne, gagnante…? Cela reste à voir.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

05.

Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires