En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 49 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 48 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 57 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 33 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 40 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 1 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 4 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 18 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 40 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 12 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 43 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 20 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 50 min
© Flickr_Nationaal Archief
© Flickr_Nationaal Archief
Vamos a la playa (ou pas)

Les vacances aggravent les inégalités sociales

Publié le 06 août 2011
Les vacances, grand égalisateur social ? Que nenni ! Du simple fait de partir à la manière d'occuper son temps libre, tout est matière à différentiation sociale. Car pendant les vacances, même au Club Med, les jeunes élites ne chôment pas...
Bertrand Réau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Réau est sociologue au Conservatoire national des Arts et Métiers. Il est l'auteur de Les Français et les vacances : Sociologie des pratiques et offres de loisirs (CNRS Editions, mai 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les vacances, grand égalisateur social ? Que nenni ! Du simple fait de partir à la manière d'occuper son temps libre, tout est matière à différentiation sociale. Car pendant les vacances, même au Club Med, les jeunes élites ne chôment pas...

Atlantico : Le nombre de jours peut-il influer sur ce que l'on perçoit ou non comme de "vraies vacances" ?

Bertrand Réau : Oui, le ressenti de ce qui est considéré comme des vacances varie en fonction des personnes, mais surtout des groupes sociaux. Pour les cadres supérieurs et les professions libérales, il y a un continuum entre le temps de loisir quotidien et le temps de vacances, alors que la rupture est plus forte chez les classes moyennes et populaires : les départs en vacances étant moins nombreux et moins diversifiés, le changement est ressenti de manière plus vive. Ce n'est donc pas tant le nombre de jours que les "trajectoires de vacances" qui impactent sur la perception des vacances.

 

Quelle différence y a-t-il entre des vacances où l'on reste chez soi et des vrais départs en vacances ?

Le départ en vacances est une injonction assez récente de la société, mais elle est très forte : les gens qui ne partent pas peuvent ressentir un manque. Or, le temps de vacances se définit principalement par la libération des contraintes ordinaires (travail, école, charges domestiques) : on pourrait donc imaginer qu'il soit utilisé à autre chose qu'un départ pour une destination de villégiature ou une découverte culturelle. C'est d'ailleurs le cas pour une bonne partie de la population [un français sur deux, ndlr].

Cela renvoie à la question plus générale de l'utilisation du temps libre qui, une fois encore, varie socialement. Le temps de loisir au quotidien des cadres et professions libérales a tendance à se réduire ; par contre, ce sont les catégories sociales qui partent le plus souvent en vacances, avec les formules les plus diversifiées : séjours au Club Med au mois d'août, circuit organisé dans un pays étranger à la Toussaint, vacances en famille à Noël, sports d'hiver...

A l'inverse, les classes les moins aisées, qui ne peuvent pas partir, ont plutôt tendance à réaménager leur espace quotidien de façon à lui donner un goût de vacances et d'exceptionnel (cf. "Vacances populaires" de Pierre Perier) : installation de piscines gonflables ou de tentes dans les jardins, virées jusqu'à Paris-Plages, etc... La tradition des loisirs utiles (bricolage, jardinage) reste également très importante, notamment pour les personnes qui viennent d'acheter une maison et veulent profiter de leur temps libre pour y faire des travaux. Enfin, si l'on remonte aux années 1960-1970, il y avait un courant très fort d'« éducation populaire », qui avait pour vocation d'occuper le temps libre des classes moyennes et populaires avec un objectif de « rattrapage culturel ».

 

Le départ est donc essentiellement une forme de différentiation sociale ?

L'inégalité ne réside pas tant dans le départ en lui-même, mais de ce qui est fait en voyage : en effet, chaque formule de vacances a une fonction spécifique, mais toutes participent à l'apprentissage d'une "culture libre", que l'on apprend pas à l'école, mais qui y sera très utile par la suite.

Par exemple, si le Club Med ne correspond pas aux valeurs d'autonomie et d'individualisme chères aux classes supérieures, il encourage leur socialisation avec les classes supérieures d'autres nationalités : les enfants peuvent donc apprendre d'autres éléments culturels par imprégnation tout en restant dans un cadre normé et sécurisé. Le circuit auto-organisé, typique aux Etats-Unis, permet quant à lui d'apprendre la langue, mais aussi d'acquérir des connaissances culturelles pratiques (comment roule-t-on aux Etats-Unis ? que mange-t-on ? que fait-on ?) qui pourront être mobilisées ultérieurement, comme par exemple lors d'un séjour Erasmus [échange universitaire à l'étranger, ndlr].

Ces disparités sociales au moment des vacances renvoient à des inégalités plus structurelles, qui s'inscrivent dans un ensemble éducatif plus général. En effet, l'importance du voyage dans la formation des jeunes élites est bien plus ancien : à la fin du XVIIème siècle, des aristocrates britanniques ont commencé à envoyer leurs enfants faire un grand tour en Europe (France, Italie) pour finaliser leur formation ; ils n'étaient considérés comme des gentlemen que lorsqu'ils revenaient de ce qu'on appelait le "grand tour" (à l'origine du mot "tourisme"). Cette tendance est toujours forte : Sciences Po a par exemple rendu obligatoire l'année à l'étranger pour ses étudiants dans les années 2000, et une étude a montré que le programme Erasmus bénéficiait surtout aux classes sociales supérieures...

C'est ce que l'éducation populaire essayait de contrer dans les années 1960, et qui fait défaut aujourd'hui.

 

L'inégalité face aux vacances ne peut-elle pas se renverser au détriment des classes supérieures, qui voient le travail s'immiscer de plus en plus souvent dans leurs vacances ?

Il est difficile d'apporter une réponse claire sur ce sujet, car aucun instrument de mesure ne permet de savoir qui est affecté par le travail pendant son temps de vacance. Toutefois, il est évident que la barrière travail/loisir est de plus en plus difficile à poser pour ces classes supérieures, que ce soit pendant les vacances ou pendant le temps de loisir quotidien : doit-on par exemple considérer le repas d'un cadre avec des clients comme relevant du travail ou de la détente ? Les cadres ne voient-ils pas leur temps de travail augmenter avec l'usage de plus en plus fréquent des nouvelles technologies (ordinateurs, portables), qui relève du télétravail sans en avoir le nom ?

S'il est vrai que, globalement, les classes populaires n'amènent pas de travail en vacances, ce problème de l'imbrication travail/loisir ne concerne pas que les classes supérieures : prenez par exemple les Gentils Organisateurs (G.O.) [animateurs du Club Med, ndlr], qui doivent toujours être disponibles en cas de besoin, même aux moments où ils sont censés être en repos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
texarkana
- 07/08/2011 - 15:06
que veux tu fauvette
Le français moyen doit se mettre en forme pour arpenter le pavé lors de la rentrée sociale
(toujours "chaude" par définition) en septembre, et pour demander des sous pour
les vacances suivantes (sport sd'hiver). Car le français moyen 'est connu est trés malheureux, c'est pour celà qu'il prend beaucoup de vacances, çà le console.
fauvette13
- 07/08/2011 - 10:06
en m^me temps on nous serinent que les français sont trop pauvre
s pou partir en vacances, les gares sont bourrées, le nombre de kilomètres de bouchons a explosé, les stations de ski sont prises d'assaut en hiver.... et si les français arrêtaient de se plaindre ?
Gilles
- 06/08/2011 - 21:24
Inepties
Pourquoi Paris Plages ? On ne peut pas aller ailleurs surtout quand on habite par exemple la Savoie ? C'est merveilleux d'être un bon bourgeois pour écrire de la sorte. Et tout à l'avenant malheureusement.