En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Cas d'école
Noire et mal notée… et le pire c’est que l’argument "racisme" passe comme une lettre à la poste
Publié le 20 mai 2014
Et oui, il paraît que nous sommes tous racistes. A l’exception de ceux qui nous en accusent...
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et oui, il paraît que nous sommes tous racistes. A l’exception de ceux qui nous en accusent...

Aminata est en 6eme dans un collège du XI ème. Elle a de très mauvaises notes en français. Ca peut se comprendre. Contrairement à ceux de la plupart de ses condisciples, ses parents ne l'amènent pas au théâtre, ne lisent pas de livres et manient plutôt mal notre langue. Aminata n’est pas aidée. Mais elle attribue ses mauvaises notes au «racisme» de sa prof de français. Quelqu’un ( sa famille, son entourage, ses copines ? ) lui a mis ça dans la tête. Ainsi on l’a condamné à l’échec. Elle n’apprendra pas, sèchera car ses profs sont «racistes». En effet à quoi bon ?

Le mot «racisme» est dans notre vocabulaire un des plus galvaudés. On peut d’ores et déjà mesurer les dégâts considérables qu’il a fait. Pas chez ceux qui sont traités de «racistes». Ils s’en remettront sans mal. Les dégâts sont chez ceux qui, précisément, se pensent comme victimes de racisme. Chez eux plus d’espoir, plus de gout de la réussite : juste du ressentiment et de la rancoeur. Pourquoi verraient-ils les choses autrement dès lors que le procès en racisme se pratique partout et par tout les temps ?

N’importe qui en effet peut devenir procureur dans ces tribunaux de salut public. N’importe qui c’est à dire par exemple Aymeric Caron qui a qualifié de «raciste» Sophie de Menthon au prétexte que celle-ci s’oppose aux flux migratoires. Cette dernière, si j’ai bien lu, a confié « au bord des larmes» cet épisode à Atlantico. De quoi se plaint-elle ? Aymeric Caron dit la même chose d’Alain Finkielkraut. Elle est donc en excellente compagnie.

N’importe qui c’est le dealer contrôlé par les flics toujours et nécessairement «racistes». N’importe qui c’est le Noir qui considère comme «raciste» la fille qui a refusé de coucher avec lui. N’importe qui c’est un diplomate français d'origine arabe qui dénonce le «racisme abject» du Quai d’Orsay car on ne lui pas donné le poste convoité ( des centaines de fonctionnaires de ce ministère râlent pour les mêmes raisons mais n’ont pas la possibilité de crier au racisme). N’importe qui c’est le footballeur Samir Nasri que Didier Deschamps n’a pas sélectionné car le coach du 11 de France est «raciste» ( regardez quand même pour en avoir le coeur net la composition de l’équipe nationale... ).

N’importe qui ce sont les importants de la politique et des médias qui comme les moines tibétains font tourner leurs moulins à prières avec toujours les mêmes mots : « France raciste, Français racistes». Les accusés, c’est à dire presque nous tous, ne s’en portent pas plus mal. C’est donc inoffensif ?

Pas vraiment. Leurs victimes se comptent par dizaines de milliers. Des milliers d’Aminata, de Mohamed, de Jamila. On leur a fait croire que leur misère et leurs échecs étaient dus à la «France raciste». Peut-être ne demandaient-ils qu’à l’entendre ? Une raison de plus pour leur dire autre chose.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
05.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
06.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 24/05/2014 - 09:13
Une faute qui n’en est pas
Parmi les fautes de français que @django92128 reproche à M. Rayski je relève la graphie « gout » (au lieu de « goût »), mais je dois rappeler que cette dernière suit simplement la réforme de l’orthographe que l’Académie française a décidée en 1990. Je sais qu’elle a horrifié certains qui ont juré solennellement de s’en tenir à l’ancienne écriture, mais cette ancienne écriture elle-même était elle aussi conforme à une réforme plus ancienne dont personne ne conteste plus le bien-fondé, ou alors, si l’on refuse ceste dernière il faudroit que l’on nous dist à laquelle il faut s’arrester.

Paradoxe bien français : quand des étrangers ont du mal à apprendre notre langue, on nous dit que c’est normal car cette dernière est trop compliquée, mais dès qu’il s’agit de supprimer des chinoiseries inutiles les mêmes personnes poussent des cris de vierges effarouchées à qui on fait des propositions malhonnêtes ! J’ajoute qu’il m’est passé sous les yeux tant de textes en anglais et en allemand que je puis dire que la langue de Shakespeare et celle de Goethe sont trop souvent aussi maltraitées que la nôtre par ceux qui sont censés la parler naturellement.
vangog
- 21/05/2014 - 23:33
@justice sociale et solidarité
Dans ce cas, vous devrez modifier votre pseudo...
Car il est dit, désormais, que la majorité des Français qui réclament la Justice sociale et la solidarité, font confiance au FN pour la faire naître en France, au contraire des partis archaïques...même forts, soi-disant!
2bout
- 21/05/2014 - 14:59
C'est vrai django92128
Et les commentateurs ne font pas mieux. Parfois même leur vocabulaire semble très limité. Dans mon cas, j'ai la capacité linguistique d'utiliser jusqu'à trois fois le même verbe en trois phrases. Autre exemple ? Enquêtes d'opinion sans s. Une omission initiale qui dans sa finalité renforce le sens, puisque les ajustements successifs que j''effectuerai auront pour objectif de privilégier la mienne d'opinion. Mais cette intervention est de faire le constat avec vous que http://www.francetvinfo.fr/boussole/ est toujours en ligne. Il est également de vous faire prêter attention aux supports de l'initiative. Les lobbyistes s'insinuent partout. A savoir pour ne pas mourir trop bête.