En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Happy birthday Potus !
A 50 ans, Barack Obama n'a pas (encore) perdu toutes ses forces
Publié le 04 août 2011
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?
Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon, spécialisé dans l'histoire politique des Etats-Unis.Il est l'auteur de Le Président des Etats-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Michelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon, spécialisé dans l'histoire politique des Etats-Unis.Il est l'auteur de Le Président des Etats-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?

Atlantico : L'issue de la crise politique autour de la dette américaine est-elle une victoire ou une défaite pour Barack Obama ?

Vincent Michelot : Tout le monde s'accorde à dire que ce n'est une victoire pour personne, sauf pour l'économie américaine, qui va éviter la crise monétaire et le défaut de paiement, et l'économie mondiale, qui aurait pu être sérieusement affectée.

Cette bataille législative n'a fait que jeter encore un peu plus l'opprobre sur le Congrès et ses manières de fonctionner aux yeux de l'opinion publique. En effet, le débat n'a pas été à l'honneur de l'institution.

La présidence n'est pas non plus gagnante : on peut accuser Obama d'avoir été hésitant ou trop prêt au compromis avec les républicains, mais c'est oublier qu'une bonne partie des républicains étaient au départ sur des positions extrêmement dures, et n'auraient jamais accepté les propositions des démocrates. Il ne faut pas non plus oublier que les 1 000 milliards de dollars de coupes budgétaires annoncées sont réparties à parts égales entre les grands programmes sociaux (Medicare, Medicaid) et les dépenses de sécurité nationale et de défense, pourtant chères aux républicains.

 

Peut-on tirer des enseignements historiques de la précédente crise budgétaire, en 1995, sous la présidence Clinton ?

Absolument pas, car la situation économique était radicalement différente. Il ne s'agissait pas du relèvement du plafond de la dette, mais du vote du budget fédéral. D'autre part, la santé économique des Etats-Unis était à l'époque très honorable.

Par ailleurs, si cette crise avait eu des répercussions très négatives sur l'élection présidentielle de 1996 pour les républicains, la victoire de Bill Clinton ne peut pas se résumer à cela : elle est également largement imputable à la faiblesse du candidat républicain Bob Dole. D'ailleurs, les républicains avaient gagné les élections au Congrès dans la foulée. L'impasse budgétaire avait donc eu des conséquences mitigées sur les deux partis.

 

Contesté à la fois par les républicains qui se radicalisent et par les démocrates qui lui reprochent sa faiblesse, Barack Obama peut-il être considéré comme l'un des présidents les plus faibles, justement, de l'histoire américaine ?

Il est évidemment dans une position difficile, mais il n'y a pas de précédent dans l'histoire pour un président démocrate qui se retrouve au bout de deux ans dans une crise économique et budgétaire d'une telle ampleur. La situation est tellement exceptionnelle qu'il me paraît très difficile de faire des comparaisons historiques.

Où l'on peut dire qu'il a perdu son pari, c'est pendant la session "canard boiteux" du Congrès en décembre 2010, qui était encore dans son ancienne configuration, avec la majorité démocrate dans les deux chambres : il a échoué à obtenir un certain nombre de hausses d'impôts, préférant concentrer son énergie politique sur d'autres dossiers. Or, c'était la dernière occasion pour le faire.

Pour autant, parler d'un président faible ne paraît prématuré : il n'a pour l'instant pas d'adversaire majeur dans le camp républicain, car aucun candidat à l'investiture n'émerge parmi la dizaine de prétendants. Il est intéressant de noter qu'un seul d'entre eux (John Huntsman) s'est déclaré favorable au compromis sur la dette, alors que l'opinion publique américaine y tenait véritablement.

Par ailleurs, pour revenir aux impôts, un élément important pourrait entrer en jeu : si le Congrès ne vote pas de manière affirmative d'ici décembre 2012 pour prolonger les baisses d'impôts mises en place pour les classes moyennes par George Bush, les impôts vont augmenter de façon automatique et conséquente au 1er janvier 2013. Sauf accord du Congrès d'ici à l'élection présidentielle, le problème des impôts devraient donc se régler pour Obama sans qu'il intervienne.

 

Sur quoi l'élection présidentielle de 2012 devrait-elle se jouer ?

Le bon vieux dicton de Clinton "it's the economy, stupid" reste plus que jamais d'actualité : la présidentielle se jouera essentiellement sur l'économie. Ce qui inquiète énormément les démocrates aujourd'hui, c'est que la reprise économique est très faible : il est donc peu probable que le chômage repasse en dessous de la barre des 8% d'ici l'automne 2012, qui sera le moment décisif de la campagne. Or, on ne peut plus aujourd'hui injecter d'argent public pour relancer la machine ; au contraire, des coupes s'imposent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Angela Merkel a été victime d'une nouvelle crise de tremblements
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
veryliberalguy
- 04/08/2011 - 21:59
Il est vrai qu'Obama est très
Il est vrai qu'Obama est très populaire en Europe et dans le monde plus généralement. D'autant plus populaire qu'il est n'est pas de gauche à proprement parler, mais centriste sur beaucoup de plans (économie, social, diplomatie multilatéraliste, Libye,...). Le parti "socialiste" gagnerait beaucoup à s'inspirer des positions du parti démocrate américain pour les présidentielles françaises.
Manuman
- 04/08/2011 - 17:51
Eh Atlantico?
Ce site est-il un repère FN, Villieriste ou Marianiste?
Evidemment qu'il est remarquable, pragmatique et concensuel, et probablement aussi à gauche que Sarkozy
HR
- 04/08/2011 - 17:02
Toujours Obama
Tiens l'extrême droite vient exprimer sa haine. Pas étonnant. Obama est un remarquable président. Il n'y a pas de leader Républicain en vue et c'est lui qui s'est le mieux tiré de l'épisode de la crise du budget au Congrès. Il est bien parti pour un 2ème mandat. Tant mieux, c'est lui qui est l'option la plus favorable pour les Européens.