En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 5 heures 45 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 6 heures 16 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 7 heures 9 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 12 heures 8 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 12 heures 29 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 13 heures 44 sec
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 13 heures 58 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 5 heures 58 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 6 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 7 heures 36 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 8 heures 6 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 13 heures 58 min
Happy birthday Potus !

A 50 ans, Barack Obama n'a pas (encore) perdu toutes ses forces

Publié le 04 août 2011
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?
Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon, spécialisé dans l'histoire politique des Etats-Unis.Il est l'auteur de Le Président des Etats-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Michelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon, spécialisé dans l'histoire politique des Etats-Unis.Il est l'auteur de Le Président des Etats-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?

Atlantico : L'issue de la crise politique autour de la dette américaine est-elle une victoire ou une défaite pour Barack Obama ?

Vincent Michelot : Tout le monde s'accorde à dire que ce n'est une victoire pour personne, sauf pour l'économie américaine, qui va éviter la crise monétaire et le défaut de paiement, et l'économie mondiale, qui aurait pu être sérieusement affectée.

Cette bataille législative n'a fait que jeter encore un peu plus l'opprobre sur le Congrès et ses manières de fonctionner aux yeux de l'opinion publique. En effet, le débat n'a pas été à l'honneur de l'institution.

La présidence n'est pas non plus gagnante : on peut accuser Obama d'avoir été hésitant ou trop prêt au compromis avec les républicains, mais c'est oublier qu'une bonne partie des républicains étaient au départ sur des positions extrêmement dures, et n'auraient jamais accepté les propositions des démocrates. Il ne faut pas non plus oublier que les 1 000 milliards de dollars de coupes budgétaires annoncées sont réparties à parts égales entre les grands programmes sociaux (Medicare, Medicaid) et les dépenses de sécurité nationale et de défense, pourtant chères aux républicains.

 

Peut-on tirer des enseignements historiques de la précédente crise budgétaire, en 1995, sous la présidence Clinton ?

Absolument pas, car la situation économique était radicalement différente. Il ne s'agissait pas du relèvement du plafond de la dette, mais du vote du budget fédéral. D'autre part, la santé économique des Etats-Unis était à l'époque très honorable.

Par ailleurs, si cette crise avait eu des répercussions très négatives sur l'élection présidentielle de 1996 pour les républicains, la victoire de Bill Clinton ne peut pas se résumer à cela : elle est également largement imputable à la faiblesse du candidat républicain Bob Dole. D'ailleurs, les républicains avaient gagné les élections au Congrès dans la foulée. L'impasse budgétaire avait donc eu des conséquences mitigées sur les deux partis.

 

Contesté à la fois par les républicains qui se radicalisent et par les démocrates qui lui reprochent sa faiblesse, Barack Obama peut-il être considéré comme l'un des présidents les plus faibles, justement, de l'histoire américaine ?

Il est évidemment dans une position difficile, mais il n'y a pas de précédent dans l'histoire pour un président démocrate qui se retrouve au bout de deux ans dans une crise économique et budgétaire d'une telle ampleur. La situation est tellement exceptionnelle qu'il me paraît très difficile de faire des comparaisons historiques.

Où l'on peut dire qu'il a perdu son pari, c'est pendant la session "canard boiteux" du Congrès en décembre 2010, qui était encore dans son ancienne configuration, avec la majorité démocrate dans les deux chambres : il a échoué à obtenir un certain nombre de hausses d'impôts, préférant concentrer son énergie politique sur d'autres dossiers. Or, c'était la dernière occasion pour le faire.

Pour autant, parler d'un président faible ne paraît prématuré : il n'a pour l'instant pas d'adversaire majeur dans le camp républicain, car aucun candidat à l'investiture n'émerge parmi la dizaine de prétendants. Il est intéressant de noter qu'un seul d'entre eux (John Huntsman) s'est déclaré favorable au compromis sur la dette, alors que l'opinion publique américaine y tenait véritablement.

Par ailleurs, pour revenir aux impôts, un élément important pourrait entrer en jeu : si le Congrès ne vote pas de manière affirmative d'ici décembre 2012 pour prolonger les baisses d'impôts mises en place pour les classes moyennes par George Bush, les impôts vont augmenter de façon automatique et conséquente au 1er janvier 2013. Sauf accord du Congrès d'ici à l'élection présidentielle, le problème des impôts devraient donc se régler pour Obama sans qu'il intervienne.

 

Sur quoi l'élection présidentielle de 2012 devrait-elle se jouer ?

Le bon vieux dicton de Clinton "it's the economy, stupid" reste plus que jamais d'actualité : la présidentielle se jouera essentiellement sur l'économie. Ce qui inquiète énormément les démocrates aujourd'hui, c'est que la reprise économique est très faible : il est donc peu probable que le chômage repasse en dessous de la barre des 8% d'ici l'automne 2012, qui sera le moment décisif de la campagne. Or, on ne peut plus aujourd'hui injecter d'argent public pour relancer la machine ; au contraire, des coupes s'imposent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

05.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

06.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

07.

Comment l’imaginaire occidental a réinventé la Rome antique

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
veryliberalguy
- 04/08/2011 - 21:59
Il est vrai qu'Obama est très
Il est vrai qu'Obama est très populaire en Europe et dans le monde plus généralement. D'autant plus populaire qu'il est n'est pas de gauche à proprement parler, mais centriste sur beaucoup de plans (économie, social, diplomatie multilatéraliste, Libye,...). Le parti "socialiste" gagnerait beaucoup à s'inspirer des positions du parti démocrate américain pour les présidentielles françaises.
Manuman
- 04/08/2011 - 17:51
Eh Atlantico?
Ce site est-il un repère FN, Villieriste ou Marianiste?
Evidemment qu'il est remarquable, pragmatique et concensuel, et probablement aussi à gauche que Sarkozy
HR
- 04/08/2011 - 17:02
Toujours Obama
Tiens l'extrême droite vient exprimer sa haine. Pas étonnant. Obama est un remarquable président. Il n'y a pas de leader Républicain en vue et c'est lui qui s'est le mieux tiré de l'épisode de la crise du budget au Congrès. Il est bien parti pour un 2ème mandat. Tant mieux, c'est lui qui est l'option la plus favorable pour les Européens.