En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 12 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 13 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 2 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 32 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 20 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 4 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 37 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 54 min
Happy birthday Potus !

A 50 ans, Barack Obama n'a pas (encore) perdu toutes ses forces

Publié le 04 août 2011
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?
Vincent Michelot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Michelot est professeur des universités à Sciences Po Lyon, spécialisé dans l'histoire politique des Etats-Unis.Il est l'auteur de Le Président des Etats-Unis : un pouvoir impérial ? (Gallimard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama a 50 ans le 4 août. Mais à 15 mois de l'élection présidentielle, il est loin d'être serein. Critiqué par l'aile gauche du parti démocrate pour la mollesse de son compromis avec les républicains sur la crise budgétaire, incapable de tenir un certain nombre de promesses de campagne et confronté à de mornes perspectives économiques, est-il devenu le président le plus faible de l'histoire des Etats-Unis ?

Atlantico : L'issue de la crise politique autour de la dette américaine est-elle une victoire ou une défaite pour Barack Obama ?

Vincent Michelot : Tout le monde s'accorde à dire que ce n'est une victoire pour personne, sauf pour l'économie américaine, qui va éviter la crise monétaire et le défaut de paiement, et l'économie mondiale, qui aurait pu être sérieusement affectée.

Cette bataille législative n'a fait que jeter encore un peu plus l'opprobre sur le Congrès et ses manières de fonctionner aux yeux de l'opinion publique. En effet, le débat n'a pas été à l'honneur de l'institution.

La présidence n'est pas non plus gagnante : on peut accuser Obama d'avoir été hésitant ou trop prêt au compromis avec les républicains, mais c'est oublier qu'une bonne partie des républicains étaient au départ sur des positions extrêmement dures, et n'auraient jamais accepté les propositions des démocrates. Il ne faut pas non plus oublier que les 1 000 milliards de dollars de coupes budgétaires annoncées sont réparties à parts égales entre les grands programmes sociaux (Medicare, Medicaid) et les dépenses de sécurité nationale et de défense, pourtant chères aux républicains.

 

Peut-on tirer des enseignements historiques de la précédente crise budgétaire, en 1995, sous la présidence Clinton ?

Absolument pas, car la situation économique était radicalement différente. Il ne s'agissait pas du relèvement du plafond de la dette, mais du vote du budget fédéral. D'autre part, la santé économique des Etats-Unis était à l'époque très honorable.

Par ailleurs, si cette crise avait eu des répercussions très négatives sur l'élection présidentielle de 1996 pour les républicains, la victoire de Bill Clinton ne peut pas se résumer à cela : elle est également largement imputable à la faiblesse du candidat républicain Bob Dole. D'ailleurs, les républicains avaient gagné les élections au Congrès dans la foulée. L'impasse budgétaire avait donc eu des conséquences mitigées sur les deux partis.

 

Contesté à la fois par les républicains qui se radicalisent et par les démocrates qui lui reprochent sa faiblesse, Barack Obama peut-il être considéré comme l'un des présidents les plus faibles, justement, de l'histoire américaine ?

Il est évidemment dans une position difficile, mais il n'y a pas de précédent dans l'histoire pour un président démocrate qui se retrouve au bout de deux ans dans une crise économique et budgétaire d'une telle ampleur. La situation est tellement exceptionnelle qu'il me paraît très difficile de faire des comparaisons historiques.

Où l'on peut dire qu'il a perdu son pari, c'est pendant la session "canard boiteux" du Congrès en décembre 2010, qui était encore dans son ancienne configuration, avec la majorité démocrate dans les deux chambres : il a échoué à obtenir un certain nombre de hausses d'impôts, préférant concentrer son énergie politique sur d'autres dossiers. Or, c'était la dernière occasion pour le faire.

Pour autant, parler d'un président faible ne paraît prématuré : il n'a pour l'instant pas d'adversaire majeur dans le camp républicain, car aucun candidat à l'investiture n'émerge parmi la dizaine de prétendants. Il est intéressant de noter qu'un seul d'entre eux (John Huntsman) s'est déclaré favorable au compromis sur la dette, alors que l'opinion publique américaine y tenait véritablement.

Par ailleurs, pour revenir aux impôts, un élément important pourrait entrer en jeu : si le Congrès ne vote pas de manière affirmative d'ici décembre 2012 pour prolonger les baisses d'impôts mises en place pour les classes moyennes par George Bush, les impôts vont augmenter de façon automatique et conséquente au 1er janvier 2013. Sauf accord du Congrès d'ici à l'élection présidentielle, le problème des impôts devraient donc se régler pour Obama sans qu'il intervienne.

 

Sur quoi l'élection présidentielle de 2012 devrait-elle se jouer ?

Le bon vieux dicton de Clinton "it's the economy, stupid" reste plus que jamais d'actualité : la présidentielle se jouera essentiellement sur l'économie. Ce qui inquiète énormément les démocrates aujourd'hui, c'est que la reprise économique est très faible : il est donc peu probable que le chômage repasse en dessous de la barre des 8% d'ici l'automne 2012, qui sera le moment décisif de la campagne. Or, on ne peut plus aujourd'hui injecter d'argent public pour relancer la machine ; au contraire, des coupes s'imposent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
veryliberalguy
- 04/08/2011 - 21:59
Il est vrai qu'Obama est très
Il est vrai qu'Obama est très populaire en Europe et dans le monde plus généralement. D'autant plus populaire qu'il est n'est pas de gauche à proprement parler, mais centriste sur beaucoup de plans (économie, social, diplomatie multilatéraliste, Libye,...). Le parti "socialiste" gagnerait beaucoup à s'inspirer des positions du parti démocrate américain pour les présidentielles françaises.
Manuman
- 04/08/2011 - 17:51
Eh Atlantico?
Ce site est-il un repère FN, Villieriste ou Marianiste?
Evidemment qu'il est remarquable, pragmatique et concensuel, et probablement aussi à gauche que Sarkozy
HR
- 04/08/2011 - 17:02
Toujours Obama
Tiens l'extrême droite vient exprimer sa haine. Pas étonnant. Obama est un remarquable président. Il n'y a pas de leader Républicain en vue et c'est lui qui s'est le mieux tiré de l'épisode de la crise du budget au Congrès. Il est bien parti pour un 2ème mandat. Tant mieux, c'est lui qui est l'option la plus favorable pour les Européens.