En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 1 heure 39 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 4 heures 9 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 6 heures 36 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 7 heures 22 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 8 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 10 heures 30 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 1 heure 57 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 6 heures 13 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 7 heures 5 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 8 heures 33 sec
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 10 heures 37 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 12 heures 19 min
© Reuters
Alstom
© Reuters
Alstom
Au fait ?

Alstom : le vrai atout stratégique dont personne n’a encore parlé (et autres questions sur un rachat)

Publié le 20 mai 2014
Ce mardi, à l'Assemblée nationale, la Commission des Affaires Economiques auditionnera Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, et Patrick Kron, président-directeur général d’Alstom afin d’évoquer l’avenir et le rachat de l’entreprise française. L'occasion de rappeler que ce rachat signerait le sort d'Alstom Satellite Tracking Systems, pourtant un joyau technologique de l'Hexagone.
Eric Denécé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Denécé, docteur ès Science Politique, habilité à diriger des recherches, est directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi, à l'Assemblée nationale, la Commission des Affaires Economiques auditionnera Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, et Patrick Kron, président-directeur général d’Alstom afin d’évoquer l’avenir et le rachat de l’entreprise française. L'occasion de rappeler que ce rachat signerait le sort d'Alstom Satellite Tracking Systems, pourtant un joyau technologique de l'Hexagone.

Mardi 20 mai, à l'Assemblée nationale, la commission des Affaires économiques auditionnera Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, et Patrick Kron, président-directeur général d’Alstom afin d’évoquer l’avenir et le rachat de l’entreprise française. Il est essentiel que nos parlementaires puissent se faire leur propre avis quant à la cession d’un des fleurons de notre industrie, afin de comprendre pourquoi une société profitable et à la pointe de la technologie brade l’essentiel de ses activités à des étrangers.

En effet, il convient de rappeler que la stratégie actuelle du PDG d’ALSTOM est de vendre 70% des activités du groupe - les branches Energie et Energies renouvelables (regroupées au sein d’Alstom Power, qui représente 56 % du chiffre d’affaire), Réseaux électriques (Alstom Grid) -, soit trois des quatre secteurs d’activités actuels, pour se recentrer sur la seule activité Transport (à dominante ferroviaire).

Pour en savoir plus, lire aussi : "Audition de Montebourg et Kron sur le cas Alstom : ces questions que les députés feraient bien de leur poser"

 

Les arguments avancés par la direction d’Alstom ne justifient pas une telle décision, ni un tel abandon. Car le groupe n’est pas un canard boiteux. Si General Electric l’intéresse et veut l’intégrer dans sa stratégie de développement mondial, il y a bien une raison. Rappelons pour mémoire quelques faits que le groupe lui-même met en lumière dans ses derniers rapports annuels :

  • Alstom est l’entreprise qui dispose de la plus grande expérience nucléaire au monde. Elle est numéro un mondial pour la fourniture de centrales clés en main, comme pour les activités
de rénovation et de maintenance des centrales (services et pièces de rechange). Elle équipe environ 25 % du parc mondial et possède les capacités pour intervenir pendant tout le cycle de vie des centrales.

 

  • Alstom Power est présent sur toutes les technologies de production d’électricité (charbon, gaz, fuel, nucléaire, hydroélectricité, éolien, géothermie, biomasse, solaire) et dans l’électricité « propre ». Elle est le leader mondial de la production d’énergie électrique hydraulique. Une ampoule sur
quatre dans le monde
est alimentée par de l’électricité produite par des équipements utilisant des technologies Alstom. Dans toutes ses activités, le Secteur Thermal Power d’Alstom occupe une position de premier rang. Sur le marché des turbines à vapeur et à gaz (turbines à gaz et à vapeur, chaudières, systèmes de contrôle d’émissions), il compte parmi les leaders du marché mondial et a installé plus de 20 % de la flotte mondiale de turbines.​​​

  • ​Alstom Grid est l’un des trois leaders mondiaux du marché du transport d’électricité, aux côtés d’ABB et de Siemens. À eux trois, ils couvrent près de la moitié du marché. Alstom Grid possède des atouts fondamentaux – produits de haute qualité, expertise reconnue dans les solutions d’ingénierie, politique d’innovation ambitieuse – que vient compléter une implantation mondiale permettant de couvrir un large marché.

Afin d’aider les membres de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale à appréhender les enjeux de cette vente et d’obtenir des garanties quant à la préservation des nos intérêts nationaux, nous leur soumettons en conséquence huit questions essentielles auxquelles il est indispensable que Patrick Kron réponde ou obtiennent des réponses des trois repreneurs éventuels (General Electric, Siemens et Toshiba).

1. Quelles garanties seront apportées pour assurer que l'organe décisionnel de l'entreprise ALSTOM POWER reste localisé en France pour les 20 ans à venir ?

2. Quel sera le montant du financement de la recherche « innovation nouveaux produits » sur le territoire Français dans les 5 à 10 ans à venir ?

3. Quelles seront les garanties apportées pour assurer le financement de cette recherche « innovation nouveaux produits » sur le territoire français dans les 5 à 10 ans à venir ?

4. Quel sera le montant du financement de la recherche « innovation améliorations produits existants » sur le territoire français dans les 10 à 20 ans à venir ?

5. Quelles seront les garanties apportées pour assurer le financement de cette recherche « innovation améliorations produits existants » sur le territoire français dans les 10 à 20 ans à venir ?

6. Les financements de la recherche sur le territoire français seront ils garantis par une couverture d'une compagnie d'assurance ou une banque française ? 

7. Quelles garanties seront-elles données aux PME françaises sous-traitantes d’ALSTOM impliquées dans le développement de notre filière industrielle nucléaire ?

Celles-ci, à travers leurs associations (PFCE, PFME, PNB), ont adressé dès le 6 mai dernier une lettre au Président de la République pour faire part de leurs craintes. En effet, le rachat de la branche énergie d’ALSTOM par GE ou Siemens risque d’avoir pour elles des conséquences catastrophiques car les deux repreneurs potentiels disposent chacun de leurs sous-traitants spécialisés. Cette transaction pourrait permettre aux concurrents étrangers de ravir des parts de marché à nos PME et ETI. Or, le chiffre d’affaire que celles-ci réalisent avec ALSTOM est parfois vital pour certaines d'entre elles. Ainsi, la cession de ces activités pourrait avoir un effet déplorable sur le tissu industriel des sous-traitants qui ont investi sur des marchés qui risquent dorénavant de leur être fermés au profit d’autres.

8. Que va-t-il advenir de l’activité Satellite Tracking Systems aujourd’hui intégrée dans ALSTOM Power ?

Personne ne parle de cette petite filiale de la branche Energie du groupe, basée à Grenoble, comprenant 540 salariés, qui relève du domaine stratégique. En effet, elle est spécialisée dans les systèmes de repérage par satellite depuis près de 40 ans, activité héritée de sa filiale Neyrpic.

Elle fournit notamment le Centre militaire d'observation par satellites[1] (CMOS), installé sur la base de Creil - qui opère, entre autres, au profit de la Direction du renseignement militaire (DRM) -, mais également des entreprises stratégiques comme Thalès Alenia Space, Thalès Joint & Land Control, Ineo Defense Suez, Astrium , DCNS, France télécom, Eutelsat, Metracom, ainsi que de nombreux clients export. Cette filiale compte ainsi 900 systèmes installés dans plus de 70 pays.

C'est indubitablement un joyau stratégique et une cible de choix pour les Américains, qui cherchent à assurer leur domination absolue dans le domaine du renseignement et du contre-renseignement spatial, en éliminant tout concurrent en la matière. Nous sommes là dans un enjeu de puissance qui n’a plus rien à voir avec les logiques de marché. La présence de cette filiale au sein de la branche Energie convoitée par GE est loin d’être anodine. Ainsi, contrairement aux affirmations du groupe, il existe à la fois des activités stratégiques (systèmes de repérage par satellite) et critiques (turbines pour les centrales nucléaires et la marine nationale au sein d’ALSTOM Power. Il est donc plus que coupable de vouloir les dissimuler et les céder.

On ne peut manquer de s’interroger sur les vraies raisons de la vente massive d’activités rentables et, pour partie, stratégiques. Les dirigeants d’Alstom auraient-ils agi sous la contrainte d’une affaire de corruption[2] comme le laissait entendre il y a quelques jours Le Canard Enchainé ? Connaissant les pratiques anticoncurrentielles de nos « partenaires » d’outre-Atlantique, il n’y aurait à cela rien d’étonnant…

Quoi qu’il en soit, il est indispensable de ne pas considérer la vente des activités d’Alstom comme une fatalité inéluctable. Il n’y a aucune urgence. Au contraire, nous devons réfléchir posément, en prenant en compte l’ensemble des dimensions et des enjeux du dossier, aux moyens de garder Alstom français.

 

[1] Le CMOS utilise notamment 12 nouveaux systèmes de poursuite de satellite Neyrpic®4100.

[2] Ce fait est évoqué au point 4 (« Facteurs de risques) du DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2012/13 d’ALSTOM, rubrique « Risques juridiques », « Allégations de pratiques anticoncurrentielles et de paiements illicites », page 161.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires