En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Chers syndics

Énièmes hausses de tarifs : les syndics de copropriété continuent de contourner la loi là-dessus comme sur le reste

Publié le 19 mai 2014
L'observatoire des syndics a dénoncé mercredi 14 mai la "persistance des mauvaises pratiques" de la part des syndicats de copropriété avec des résultats "encore plus affligeants" qu'en 2013...
Pierre Olivier est Directeur Général de Copro+, société de conseils et d’assistance pour améliorer la gestion de la copropriété.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Olivier est Directeur Général de Copro+, société de conseils et d’assistance pour améliorer la gestion de la copropriété.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'observatoire des syndics a dénoncé mercredi 14 mai la "persistance des mauvaises pratiques" de la part des syndicats de copropriété avec des résultats "encore plus affligeants" qu'en 2013...

Atlantico : Concrètement, quels sont les points sur lesquels les syndicats de copropriété continuent d'avoir des pratiques abusives ?

Pierre Olivier : Les frais qui sont imputés à la copropriété ne sont pas toujours justifiés. Certains frais devraient être dans la gestion courante et sont facturés en supplément. Des tenues  d'Assemblées générales après 17h00 ou systématiquement des réunions, etc. En somme, des prestations complémentaires qui ne sont pas justifiées.

Ce que l'on appelle la garantie financière est particulièrement abusif.  Ainsi dès lors que l'on veut faire des travaux, les syndics n'hésitent pas à demander 0,5% ou 1% du montant des travaux au titre de la garantie financière. Et ce alors que l'on est désormais sur des comptes bancaires séparés, il n'y a pas de risques d'évasion ou de faillite du syndic. Les Syndics estimeront qu'il ne s'agit pas d'une pratique abusive car elle est prévue par la loi Hoguet. Néanmoins, ces frais ne sont pas en rapport avec la réalité. Pas de risque de faillite du syndic. On continue à demander des garanties. On compte également dans les pratiques abusives, les frais de recouvrement. Une simple lettre pour un rappel peut coûter entre 40 et 50 euros.  Il n'y aucun lien entre la charge et le coût. Cela est vrai également pour l'état daté, lorsqu'il y a une mutation chez un notaire, il faut renvoyer l'état des dettes du vendeur  pour la copropriété et cela pouvait être facturé 400 à 500 euros. En général c'est un travail qui demande un temps très court car il s'agit d'un automatisme.

Par ailleurs, les factures d'honoraires complémentaires du syndic ne transparaissent pas dans la présentation des comptes. Lorsque le syndic facture un copropriétaire pour un recouvrement, cela n'apparaît pas toujours dans la comptabilité du syndicat. Par exemple, on aura l'impression que le syndic touche 10 000 euros alors qu'il en touchera en réalité 14 000  ou 15 000. Les copropriétaires devraient être au courant, c'est un problème d'information. D'autre part les syndics ne tiennent pas tous leurs obligations en matière de carnet d'entretien. La comptabilité d'engagement est plus ou moins bien respectée selon les cas.

Selon les conclusions de l'observatoire des syndics, les syndicats de copropriété violeraient dans de nombreux cas les "nouvelles obligations de la loi Alur". L'étude épingle notamment "les vrais faux forfaits tout compris", incluant des prestations particulières, alors que ces dernières sont en réalité des services obligatoires.  Comment les syndics peuvent-ils continuer de se jouer des lois ?

En copropriété, c'est la seule organisation que je connaisse dans laquelle les gens qui contrôlent sont moins compétents que les gens qui doivent être contrôlés. Les pratiques des syndics sont contrôlées par des copropriétaires qui sont des bénévoles et qui ne sont pas toujours compétents. Donc les syndics arrivent à abuser de la naïveté des copropriétaires. Nous faisons beaucoup de contrôles en copropriété avec des examens de vraisemblance et il est rare que tout soit en ordre. Le syndic est un professionnel, ce qu'on appelle "un sachant" et dit "c'est comme ça !". Les copropriétaires qui sont des personnes dévouées et qui veulent bien donner un coup de main, sont complètement dépassés. La loi Alur est compliquée et donne de nouvelles obligations. Le seul moyen de s'en sortir est de mettre en concurrence les syndics pour que les prix baissent.  

Par ailleurs, les décrets sur les nouveaux contrats de syndic ne sont pas sortis, et nous ne savons pas quand ils sortiront.

Certaines obligations sont déjà prévues, comme le compte bancaire séparé, pour lequel l'application se fera à partir du mois de mars 2015. Les syndics ont donc un an pour se mettre en règle. Mais de toutes façons, il y a des syndics qui ouvrent un compte bancaire séparé et rapatrient tout l'argent sur leur compte pour payer les fournisseurs à partir de leur compte à eux. Ils mettent en avant des raisons informatiques à cela. Une fois l'argent sur le compte du syndic, ils peuvent continuer à le gérer comme bon leur semble. Le fond de ce problème, est que le fournisseur de la copropriété considère qu'elle a pour client le syndic, car c'est le syndic qui paie. Un compte bancaire séparé permet à la copropriété de payer l'artisan directement. Si l'artisan est payé à trente jours, il pourra être compétitif et baisser ses prix, alors que les syndics les payent généralement à 90 jours. Ainsi, l'artisan augmente ses prix lorsqu'il travaille pour un syndic.

A partir de 2015 (2018 pour les copropriétés ayant des comptes triennaux), la loi interdira aux syndics de facturer l'ouverture d'un compte séparé. Or, en attendant, la majorité des grands syndics facturent toujours un surcoût "abusif" pour ouvrir un compte séparé. Comment les copropriétés peuvent-elles se prémunir de ce genre de pratiques ?

Le seul moyen de se prémunir de cela est de mettre en concurrence les syndics. Désormais une règle est définie par la loi Alur et qui doit être applicable de suite : l'ordre du jour doit être défini avec le conseil syndical. A ce moment-là, le conseiller syndical peut demander, et cela est encouragé par la loi Alur, à ce qu'il y ait mise en concurrence. Et cette mise en concurrence permettra une baisse des prix.  Car actuellement les syndics sont très rarement mis en concurrence. Ils parvenaient jusqu'alors à conserver leur contrat en envoyant des convocations aux AG sans en avertir les conseils syndicaux et il était alors trop tard pour demander une mise en concurrence, l'offre étant envoyée avec la convocation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

05.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

06.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

07.

Risque terroriste : British Airways et la Lufthansa suspendent des vols vers l'Egypte

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/05/2014 - 16:54
Et la loi ALUR n'a pas été capable
de demander un délai de réflexion entre la mise en concurrence et la convocation en AG? Nul!
Ces technocrates sont des enfumeurs incapables qui passent leur temps à augmenter les contraintes et les coûts induits, sans avantages supplémentaires pour les copropriétaires...
Et avec un furieux effet collatéral: la baisse des accès à la location et des constructions de logements neufs, à cause des impayés absous par l'état PS, et du risque propriétaire qui augmente...
Bravo, la loi Duflop...encore une belle c...gauchiste!