En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 59 min 34 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 1 heure 21 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 8 heures 31 min
pépites > Media
Justice
Discours de la Convention de la droite diffusé sur LCI : Eric Zemmour sera jugé à la fin du mois de janvier
il y a 10 heures 7 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 9 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 49 min
light > Culture
Principe de précaution pour Disney
Le prochain opus de la saga Star Wars présenterait des risques d’épilepsie
il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Crise
Levallois-Perret : Sylvie Ramond, adjointe de Patrick Balkany, démissionne de la majorité municipale
il y a 15 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Soyez gentils" de George Saunders : un discours à contre-courant bien réconfortant

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rouge impératrice" de Léonora Miano : au XXIIème siècle, une Afrique pacifiée et prospère accueille des “Sinistrés”, descendants des colons européens

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > International
Images impressionnantes
Nouvelle-Zélande : lourd bilan après l'éruption du volcan de White Island
il y a 19 heures 30 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 9 heures 20 min
pépites > Sport
Drapeau neutre
Exclusion de la Russie des compétitions sportives : Vladimir Poutine dénonce une décision politique
il y a 10 heures 56 min
pépites > Social
Mobilisation en baisse
Retraites : 339.000 personnes ont défilé dans toute la France en ce mardi 10 décembre, 885.000 selon les syndicats
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Grand oral
Edouard Philippe prévient qu'il n'y aura "pas d'annonces magiques" sur la réforme des retraites
il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > France
Heures de pointe
Grève SNCF - RATP : les images des quais bondés et de la tension entre les usagers à Gare du Nord notamment
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous pour un moment" de Arne Lygre : une vingtaine de personnages se croisent dans six séquences enchaînées dans lesquelles les acteurs inversent les rôles qu’ils jouent

il y a 18 heures 2 min
light > France
Réseaux sociaux
L'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été l'événement le plus commenté de l'année sur Twitter
il y a 18 heures 37 min
pépites > Social
Syndicats vs gouvernement
"Mardi noir" à la veille de la présentation du projet de réformes des retraites
il y a 20 heures 13 min
© REUTERS/Yves Herman
© REUTERS/Yves Herman
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction la Hongrie

Publié le 17 mai 2014
Treizième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Hongrie, où deux partis anti-européens, le Jobbik et le Fidesz du Premier ministre Viktor Orban, devraient sortir en tête d'un scrutin qui sera marqué par une très forte abstention.
Spécialiste de l'Europe centrale et orientale vivant à Budapest, en Hongrie, il co-anime entre autres une émission de radio.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Waline
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de l'Europe centrale et orientale vivant à Budapest, en Hongrie, il co-anime entre autres une émission de radio.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Treizième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Hongrie, où deux partis anti-européens, le Jobbik et le Fidesz du Premier ministre Viktor Orban, devraient sortir en tête d'un scrutin qui sera marqué par une très forte abstention.

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats en Hongrie ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Pierre Waline : Les préoccupations d’ordre national prévalent (problème des crédits en devises, politique des prix, fiscalité, prises de position vis-à-vis des Roms, etc.). Vis-à-vis de l’Europe, les esprits sont plutôt amers, déçus ou, disons plutôt désabusés 10 ans après l’adhésion. Tout d’abord, au-delà du débat politique, par un complexe général (un peu une spécialité de ce peuple isolé par sa langue et enclin par nature à se considérer systématiquement comme victime incomprise et mal aimée), de se voir ou de se croire traité, en pays "de seconde zone". Il est vrai que les différences de niveau de vie Est-Ouest qui ne font que s’amplifier ne contribuent pas à combattre ce complexe: pour un niveau de prix estimé à 80 %-90 % par rapport à l’Ouest (excepté l’immobilier), niveau de salaires atteignant à peine les 30%, et ce pour une main d’oeuvre reconnue tout aussi qualifiée. Mais ces différences existent aussi dans les pays voisins.

La campagne du gouvernement ne fait que renforcer et exacerber cette rancoeur. En témoigne le slogan choisi par le Fidesz: "Notre message à Bruxelles: respectez les Hongrois !" Une campagne anti-Bruxelles face à laquelle les partis d'opposition ont beau jeu de rappeler que 97 % d'investissements réalisés en Hongrie sont financés par Bruxelles. Cet argument de l'apport des fonds européens ne prend pas : beaucoup de Hongrois trouvent cela tout-à-fait normal, comme une dette de l’Ouest envers eux car ils ont subi le communisme et ont suffisamment souffert.

A cette rancoeur s’ajoute la décision récente de Bruxelles de suspendre les versements, exigeant du gouvernement hongrois des comptes plus clairs quant à leur utilisation jugée très douteuse.

Autre argument populiste porteur : "La Hongrie n'est pas à vendre", face aux multinationales, et pour le non accès des terres agricoles aux spéculateurs étrangers (ce dernier, plus compréhensible).

La campagne est portée par le Fidesz, mais aussi, évidemment, par le Jobbik, de façon plus tranchée. Côté Fidesz, la position n’est en fait pas très franche : Viktor Orbán, selon son habitude, pratiquant ce qu’il appelle la danse du paon, un pas à gauche, un pas à droite, tirant à boulets rouges sur Bruxelles, mais déclarant tout en même temps que la Hongrie fait partie de l'Europe. Double langage auquel il nous a habitués.

Un responsable de l’association CÖF Forum de la Solidarité Civile (émanation du Fidesz, organisatrice des fameuses Marches pour la Paix en soutien à Viktor Orbán) a récemment déclaré que l’on devrait carrément supprimer le Parlement européen. Assez cocasse quand on voit le Fidesz faire précisément campagne pour les élections au Parlement...

Un autre fait éloquent : réélu président du Parlement, le député du Fidesz László Kövér, un proche ami de Viktor Orbán, vient de rejeter froidement une proposition d’un groupe de l’opposition pour qu'à côté du drapeau hongrois, un drapeau de l’Europe figure enfin sur la façade du Parlement, alors qu'y figure le drapeau sicule, province de Roumanie à majorité hongroise qui réclame son autonomie.

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ?

Face au Fidesz (associé aux Chrétiens du KDNP) et au Jobbik, les partis dits de l’opposition démocratique se présentent cette fois-ci en ordre dispersé. Le parti socialiste MSZP, la Coalition démocratique DK de l’ancien Premier ministre Ferenc Gyurcsány et le parti Együtt PM de l’ancien Premier ministre Gordon Bajnai et les Verts du LMP.  Les partis libéraux, quant à eux n’ont pu être retenus, n’ayant pas obtenu les 20 000 signatures nécessaires.

On s’attend, comme aux législatives, à une "victoire" du Fidesz, voire plus prononcée (face aux 44,5 % des suffrages exprimés aux législatives, on prévoit plus de 50 % aux européennes). D’autant que les partis de l’opposition ont des positions différentes face à l’Europe : Ferenc Gyurcsány (DK) s’étant clairement prononcé pour une véritable fédération supranationale (des "Etats-Unis" d’Europe), les deux autres étant plus modérés.

A quel niveau de mobilisation s'attend-on ? Qu'est-ce qui incite (ou au contraire décourage) les électeurs hongrois à se mobiliser ?

Le taux de participation sera extrêmement faible. Au-delà de la faible motivation que suscite traditionnellement ce type d’élection, la récente tenue des législatives (6 avril) et la longue campagne – au ton particulièrement envenimé - qui les a précédées a littéralement usé, lassé l’électeur hongrois moyen, enclin à tourner le dos au débat politique. Ce qui ne fera que renforcer, face aux nombreux abstentionnistes,  le noyau dur des "fidèles" indéfectibles, donc en faveur du Fidesz.     

Qu'en est-il des partis dits eurosceptiques ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ?

Il est difficile en l'état d'établir une prévision quant aux chances du Fidesz et du Jobbik. Ce scrutin ne mobilisant guère les foules, je ne vois pas venir de sondages en chaîne comme cela avait été le cas pour les législatives. Mais je verrais bien le Jobbik en deuxième position devant les socialistes. Le terme d'eurosceptique habituellement utilisé ailleurs ne me semble toutefois pas adéquat dans le cas de la Hongrie, et il est trop faible. En Hongrie il y a plutôt deux camps opposés : l'un franchement europhile et l'autre très fermement anti-Europe, ce qui va bien plus loin que le "scepticisme".

Entre eux, il y a une grande masse, plutôt relativement indifférente, peut-être un peu méfiante, mais aussi se réclamant culturellement de l'Ouest, donc au moins "européenne" de coeur.

Le Jobbik a le vent en poupe. Est ce que ce parti d'extrême droite influence et impose ses thèmes de campagne aux européennes ? Le Fidesz, le parti du Premier ministre Viktor Orban qui s'est droitisé au point de devenir nationaliste et populiste, est-il contraint de s'aligner sur le Jobbik pendant cette campagne ?

L’actualité récente laisse deviner une petite guerre entre les deux partis. Le Fidesz vient de dénoncer (pour le traîner en justice) les prétendus agissements d’un député du Jobbik, numéro 3 sur la liste des européennes, pour activité d’espionnage au profit de la Russie. Il ’agit d’un certain Béla Kovács. Assez surprenant....

Il faut savoir que le Jobbik, carrément anti-européen, n’en demeure pas moins très présent et actif à Strasbourg et Bruxelles. Démarche somme toute normale : s’intégrer à l’adversaire pour mieux le combattre et défendre ses intérêts nationaux.

Jobbik, Fidesz, Aube hongroise... la Hongrie peut-elle être le pays où les partis eurosceptiques vont récolter le plus de suffrages ?

La Hongrie figurera sans nul doute en tête des eurosceptiques : non sur l’ensemble de l’opinion, mais - paradoxalement - sur la participation. Car, malgré tout, je ne crois pas l’opinion dans son ensemble si remontée en définitive. Vendredi matin, un sondage a donné un peu plus de 40 % d'opinions favorables à l'Europe, ce qui n’est finalement pas si mal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Jamais une mission spatiale ne s’était autant approchée du soleil. Voilà ce que la Nasa en a appris

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Fraude massive à la TVA dans le e-commerce : pourquoi il est urgent de simplifier notre système fiscal

07.

Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 17/05/2014 - 17:03
Le numéro trois du JOBBIK serait
un espion pro-russe?
Ah Ben alors! Où sont donc nos valeureux défenseurs du KGBiste Poutine, pour dénoncer avec force cette collusion de l'extrême-droite et des ex-fascistes rouges?...
On attend!