En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 21 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 10 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 11 heures 50 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 2 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 4 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 59 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 12 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 11 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 8 min
Lundi au soleil

Être heureux ou râler, il faut choisir

Publié le 02 août 2011
Lundi, le week-end est fini. Certains sont au bureau, d'autres sont revenus de vacances. Le Français va encore râler ... Qu'à cela ne tienne! Il faut po-si-ti-ver ! Un extrait de "J'arrête de râler" de Christine Lewicki.
Christine Lewicki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Lewicki est fondatrice et directrice de la société O Coaching Inc
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi, le week-end est fini. Certains sont au bureau, d'autres sont revenus de vacances. Le Français va encore râler ... Qu'à cela ne tienne! Il faut po-si-ti-ver ! Un extrait de "J'arrête de râler" de Christine Lewicki.

AVONS-NOUS PEUR D’ÊTRE « DIFFÉRENT » EN CHOISISSANT LE BONHEUR ?


Avez-vous remarqué que très souvent on se plaint pour créer des liens avec les autres autour de nos malheurs ? On bâtit nos amitiés autour de nos points communs de râleries, on se solidarise. C’est encore plus vrai au travail ou dans les lieux publics. Se plaindre est aussi un moyen utilisé à longueur de journées pour casser ce silence inconfortable qui s’installe quand on est en présence de personnes que nous ne connaissons pas. C’est le cas des conversations sur le temps qu’il fait – toujours peu clément ! –, dans les ascenseurs, ou encore sur les retards des trains ou des avions –
jamais à l’heure.

Grâce à mon métier de coach et à mes recherches dans le domaine du développement personnel, je reçois chaque jour la preuve que la manière dont on choisit de vivre une situation crée notre réalité. En effet, bien que nous ne puissions pas toujours choisir ce qui nous arrive, nous pouvons cependant toujours choisir notre réaction. Et celle-ci impacte notre quotidien, notre vie.
À tout moment on a le choix de vivre sa vie comme on le souhaite, quoi qu’il arrive. Douleurs, échecs, galères, difficultés… On peut choisir de se considérer comme une victime impuissante ou être acteur de son bonheur. On peut choisir d’être accablé, ou de se prendre en main et savourer, célébrer ce que la vie nous donne. Bien trop souvent en revanche, je remarque qu’on se sent mal à l’aise quand se pose la question de choisir le bonheur. C’est parce que nous sommes entourés de personnes qui préfèrent râler, se plaindre, se positionner en victime. Il y a comme une culture de la râlerie à tout-va, et choisir le bonheur, c’est finalement être « différent ».

« Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur. » Albert Camus, La Peste, Gallimard, 1947.


Cette culture nous pousse à râler pour soulager nos frustrations. Nous ne nous posons pas vraiment de questions, nous suivons le mouvement, faisant comme tout le monde, râlant comme tout le monde. Pour moi, ce challenge a vraiment mis en évidence combien on a tendance à se sentir plus en sécurité quand on « communie » avec les autres autour de nos problèmes. Nous avons tellement l’habitude de râler ensemble que de prime abord, on pense que faire autrement nous ferait sortir de la norme, nous exclurait. La norme est rassurante, on sait à quoi s’attendre quand on râle : recevoir de la compassion de la part de son interlocuteur, ou bien encore il/elle va alimenter notre propos et nous rejoindre dans notre souffrance. Râler nous garde en sécurité. De plus, une conversation composée de râleries reste en surface, elle permet de ne pas se dévoiler, ne menace pas les autres, car nous ne les invitons pas à joindre la conversation à un niveau plus profond ou plus élevé. Nous restons en surface à converser sur des choses négatives, sans prendre de risque. Parfois, dans nos petites conversations quotidiennes, on râle parce qu’on croit que si on parle de ce qui va bien pour nous, si on célèbre, notre bonheur va nous être pris ou que les autres vont nous regarder bizarrement et nous envier. Alors on choisit de focaliser son attention sur ce qui est dur, qui ne marche pas. Au bout du compte, nous créons tous des « festins » de râleries. Nous concentrons notre attention sur nos problèmes et, ce faisant, nous attirons plus de choses dont nous ne voulons pas dans notre vie.


Essayez vous-même, laissez-vous aller à râler dès le réveil et vous verrez que votre journée va être pleine de bonnes excuses pour continuer sur cette lancée. Quand vous commencez le challenge, essayez de ne pas râler pendant la première heure qui suit votre réveil. Choisissez le bonheur et  commencez votre journée sans râler, et vous verrez que votre journée sera pleine de merveilleuses raisons de continuer ainsi. Dans les lieux que vous fréquentez, les ascenseurs, sur les quais de gares ou de métros… soyez attentif à ne pas contribuer aux râleries environnantes. Osez être différent, même autour de la machine à café !

 

_________________________________________

Extraits de " J'arrête de râler" de Christine Lewicki, Eyrolles (Juin 2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pamlafaire
- 02/08/2011 - 11:42
Bref,
tout le monde ment !
Occam
- 02/08/2011 - 10:00
Relire Alain (3)
ne veut jamais qu'on soit juste."
Occam
- 02/08/2011 - 09:58
Relire Alain (2)
de la politesse. [...] Ma conclusion est que la joie est sans autorité, parce qu'elle est jeune et que la tristesse est sur un trône et toujours trop respectée. D'où je tire qu'il faut résister à la tristesse, non pas seulement parce que la joie est bonne, ce qui serait déjà une espèce de raison, mais parce qu'il faut être juste, et que la tristesse, éloquente toujours, impérieuse toujours, ...