En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’opposition Mitterrand vs Rocard" : un fauteuil pour deux

il y a 10 min 35 sec
pépites > Santé
Contamination
Le vice-ministre iranien de la Santé, Iraj Harirchi, a été testé positif au coronavirus
il y a 1 heure 24 min
pépite vidéo > Media
Lanceur d'alerte
WikiLeaks : où en est l'affaire Julian Assange ?
il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
Détermination
Réforme des retraites : Edouard Philippe indique qu'il prendra ses "responsabilités" sur le recours au 49-3
il y a 4 heures 45 min
light > Culture
Les bons comptes font les bons amis
Les acteurs de la série Friends de retour dans un épisode spécial
il y a 5 heures 32 min
Symbole du Printemps arabe
L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort à l'âge de 91 ans
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 12 heures 37 min
pépites > Economie
Reconversion
Dominique Strauss-Kahn aurait gagné 21 millions d’euros en cinq ans grâce à ses activités et son cabinet de conseil Parnasse International
il y a 30 min 38 sec
light > Culture
"Vol au-dessus d'un nid de coucou"
Bernard Tapie est contraint de reporter ses engagements au théâtre pour suivre un nouveau traitement
il y a 3 heures 3 sec
pépites > Economie
Lourdes conséquences ?
Impact du Coronavirus: la Banque de France devrait réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte évoque la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du coronavirus en Italie
il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > Sport
Vive émotion
L'hommage bouleversant de Vanessa Bryant et de Michael Jordan à Kobe Bryant
il y a 7 heures 11 min
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 9 heures 51 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 11 heures 22 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 12 heures 58 min
Manque de chance(lière)

Angela Merkel, gestionnaire rigoureuse ou naine politique sans vision ?

Publié le 18 juillet 2011
Au vu de sa puissance et de son dynamisme économique, l'Allemagne devrait être en première ligne pour gérer la crise de la zone euro. Pourtant, sa chancelière Angela Merkel apparaît souvent en retrait et à contre-courant. Que cache donc cette étrange attitude ?
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au vu de sa puissance et de son dynamisme économique, l'Allemagne devrait être en première ligne pour gérer la crise de la zone euro. Pourtant, sa chancelière Angela Merkel apparaît souvent en retrait et à contre-courant. Que cache donc cette étrange attitude ?

Depuis le début de la crise grecque, la question est récurrente : que veut la chancelière allemande ? Est-elle à la hauteur ?

La question est cruciale car la santé économique apparente de son pays lui donne une place privilégiée. Elle peut ainsi s’appuyer sur une croissance retrouvée qui a été en 2010 de 3,5% contre 1,7% en France et 1,2% en Italie, tout en sachant néanmoins que la récession de 2009 avait été plus sévère en Allemagne qu’en France.

Or, le moins que l’on puisse dire est que Mme Merkel a du mal à s’affirmer. A chaque étape de la crise grecque, elle a été en retrait, subissant les événements et acceptant du bout des lèvres les décisions prises. Enfourchant des poncifs délétères sur la « paresse méditerranéenne », elle a répété que les pays du sud ne travaillaient pas assez  par rapport à ceux du nord, bien que les statistiques de l’OCDE montrent l’inverse.

En  visite à Madrid en février 2011, alors que son ministre des affaires étrangères avait déclaré que la chancelière n’était pas « une maîtresse d’école », elle a fait une prestation à la télévision dont le ton cassant a convaincu les spectateurs du contraire. Et aujourd’hui, tandis que les dirigeants européens réclament qu’un sommet entérine une fois pour toutes les décisions prises dans le cadre de l’accord du 9 mai 2010, elle proclame depuis le Nigéria qu’il serait inutile de se réunir car rien n’est prêt.

Cette attitude a deux interprétations.

Au revoir Paris, bonjour Moscou

La première est celle selon laquelle Mme Merkel mène habilement une réorientation de la politique allemande. Elle préparerait un nouveau système d’alliances économique et politique tourné vers la Russie au détriment de ses partenaires occidentaux, notamment la France.

La France, qui n’a pas d’énergie, compte sur le nucléaire ; l’Allemagne qui préfère ne pas regarder le problème énergétique en face, compte sur le pétrole et le gaz russes. La France qui vieillit s’est remise à avoir des enfants et joue sur l’immigration ; l’Allemagne qui vieillit dégage des excédents extérieurs, c'est-à-dire une épargne qu’elle emploie à acheter en Russie, en Ukraine, en Pologne, les usines où elle trouvera le travail qui va lui manquer. La France rêve de Méditerranée et s’engage en Libye ; l’Allemagne, qui se veut plus pacifiste que jamais, évite d’en être, ce qui lui permet de ne pas froisser Moscou.

Repli nationaliste

La seconde est plus prosaïque. C’est celle notamment d’Helmut Kohl. Selon cette interprétation, dépassée par les événements, perdant avec une incroyable régularité chaque élection locale, Mme Merkel se réfugie dans un certain provincialisme, celui historique de la classe politique allemande qui indignait déjà Bismarck, lorsqu’il dénonçait les nostalgiques des principautés du XVIIIème siècle vivant repliées sur elles-mêmes dans l’amour de la musique et de la philosophie.

Il y aurait ainsi un repli allemand mal assumé que traduirait une défense de principe de l’euro accompagnée en fait d’un appel à réduire la zone. Comme si une union monétaire était un hall de gare que l’on quitte ou que l’on rejoint au gré des humeurs du moment ; comme si l’Allemagne, qui a souffert des dévaluations compétitives au sein du SME [Système Monétaire Européen] en 1992, n’avait pas intérêt à conserver un maximum de pays en change fixe par rapport à elle ; comme si l’économie allemande, dont la partie orientale devrait connaître une expansion de pays émergent, ne souffrait pas en réalité d’une croissance atone due à une étrange faiblesse de l’investissement (l’investissement en Allemagne représente 18% du PIB contre 21% en France).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

04.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CURIEUSE
- 18/07/2011 - 12:27
La puissance politique de l'Allemagne
sera de faire des cheques à tout les faineants de la Méditerranée.

HR
- 18/07/2011 - 11:44
Archi-faux. suite
Merkel n'est pas tournée vers Moscou mais vers Washington. C'est elle qui a imposé au Conseil de l'UE, alors qu'elle était minoritaire sur ce point au début de la crise, l'intervention du FMI dans la crise grecque. A chaque épisode de la crise, grecque notamment, Obama est intervenu en particulier auprès de Merkel avant même de parler à Sarkozy.
HR
- 18/07/2011 - 11:33
Archi-faux.
Ce n'est pas un article d'information, c'est une simple opinion. Elle est totalement fausse. Inutile de répondre point par point. Voici une autre opinion, plus proche de la réalité: Merkel a pris le leadership au Conseil de l'Union Européenne, seule institution dotée d'un pouvoir politique, à la faveur de la crise. L'idée selon laquelle elle prépare une alliance avec Moscou est farfelue.