En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 11 heures 20 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 13 heures 45 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 14 heures 59 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 17 heures 36 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 18 heures 34 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 19 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 19 heures 50 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 20 heures 14 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 20 heures 49 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 14 heures 10 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 16 heures 11 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 19 heures 35 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 20 heures 20 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 20 heures 49 min
"70 % des Espagnols, 62 % des Italiens mais aussi 61 % des Français jugent ainsi que leur pays pourrait, certainement ou probablement, connaître dans les prochains mois ou années la même situation que la Grèce, l’Irlande ou le Portugal".
"70 % des Espagnols, 62 % des Italiens mais aussi 61 % des Français jugent ainsi que leur pays pourrait, certainement ou probablement, connaître dans les prochains mois ou années la même situation que la Grèce, l’Irlande ou le Portugal".
Etude de l'Ifop

Euro : la crise racontée par les différents peuples européens

Publié le 12 juillet 2011
Une enquête menée par l'Ifop montre les différences d'appréciation des opinions publiques française, allemande, britannique, espagnole et italienne sur la crise de l'euro. La peur semble progresser mais le point de non retour n'est pas encore atteint...
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une enquête menée par l'Ifop montre les différences d'appréciation des opinions publiques française, allemande, britannique, espagnole et italienne sur la crise de l'euro. La peur semble progresser mais le point de non retour n'est pas encore atteint...

Avant même que les marchés ne soient de nouveau secoués par les répercussions de la crise de la zone euro, les opinions publiques européennes apparaissaient déjà inquiètes. Réalisée à la fin du mois de juin, une enquête de l’Ifop indiquait en effet que le niveau d’inquiétude à l’égard du déficit public et de la dette de l’Etat oscillait entre 81 % au Royaume-Uni et  90 % en Italie.

Alors que les dirigeants européens avançaient avec le FMI et la BCE sur un nouveau plan d’aide à la Grèce, la crainte demeurait vive puisque l’inquiétude sur la dette domestique se maintenait au même niveau dans les cinq pays étudiés (France, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne et Italie) que dans un précédent sondage réalisé en mars 2010 lors du déclenchement de la crise grecque.

Si l’inquiétude concernant la dette souveraine est donc bien partagée par les principales opinions publiques européennes du fait notamment des forts déficits budgétaires, la peur d’un scénario à la « grecque » pour son propre pays n’a pas la même ampleur partout. 70 % des Espagnols, 62 % des Italiens mais aussi 61 % de nos compatriotes jugent ainsi que leur pays pourrait, certainement ou probablement, connaître dans les prochains mois ou années la même situation que la Grèce, l’Irlande ou le Portugal. L’effet domino est en revanche moins redouté dans le Nord de l’Europe : 36 % seulement en Allemagne et 47 % en Grande-Bretagne, nation n’appartenant pas à la zone euro.      

 73 % des Italiens, 59 % des Français et 58 % des Espagnols déclarent que leur pays doit aider financièrement la Grèce

Ce sentiment d’une plus ou moins forte exposition au risque de contagion influe très fortement sur l’adhésion à une aide financière à la Grèce. Tout se passe comme si les pays qui se sentent les plus fragiles sont également ceux qui sont les plus favorables à un nouveau plan d’aide à la Grèce en ayant en tête qu’ils pourraient à leur tour, prochainement, avoir potentiellement besoin de cette solidarité européenne… 73 % des Italiens, 59 % des Français et 58 % des Espagnols déclarent ainsi que leur pays doit aider financièrement la Grèce.

Ce n’est le cas que de 20 % des Britanniques qui ne partagent pas la même monnaie et de 41 % des Allemands, qui, on l’a vu, redoutent moins l’effet domino, et estiment que leur pays qui a fait beaucoup d’efforts en matière de finances publiques et d’adaptation de son modèle social à la mondialisation n’a pas à « payer pour les errements de la Grèce. Notons cependant que cette posture assez individualiste de l’opinion publique allemande a perdu du terrain, notamment sous l’effet des prises de position du gouvernement d’Angela Merkel. 76 % des Allemands étaient opposés à une aide financière à la Grèce en mars 2010 contre 59 % en juin dernier (soit un recul de 27 points). En France et en Italie où la disposition à aider la Grèce était déjà majoritaire, cette opinion s’est également renforcée (+ 6 points dans les deux pays) quand elle restait assez stable en Grande-Bretagne et en Espagne.

Cette grave crise que traverse la zone euro ne remet pas, pour l’instant (?), en cause l’adhésion populaire à l’euro, même si la tentation d’un retour à la monnaie nationale taraude une partie des opinions publiques. C’est en Allemagne qu’elle est la plus vive, 40 % des Allemands souhaitant un abandon de l’euro et un retour au mark. Cette proportion atteint 34 % en Espagne et 31 % en Italie. En France, le retour au franc serait soutenu par 29 % de la population, un chiffre certes assez élevé mais en recul, cette proportion étant de 38 % en mai 2010 et de 35 % en novembre dernier.

Les classes populaires et les femmes sont les plus favorables à l'abandon de l'euro

Dans le détail, on s’aperçoit que la volonté d’abandonner l’euro émane d’abord des milieux populaires : 56 % des ouvriers français et  44 % en Allemagne, mais aussi des femmes (7 points d’écart entre hommes et femmes en France, 9 points en Allemagne et…21 points en Italie), soient les catégories les plus sensibles à la dégradation du pouvoir d’achat et à la hausse des prix des produits du quotidien engendrée par le passage à l’euro.

Si les tensions sur la monnaie commune et les craintes d’un effet domino au sein de la zone euro existent donc aujourd’hui, les opinions publiques européennes n’ont pas pour autant basculé dans un rejet de l’Union européenne. 74 % des Espagnols et  72 % des Italiens, nations actuellement les plus fragilisées, estiment ainsi que l’appartenance à l’UE est plutôt une bonne chose pour leur pays. Ce constat est partagé par 61 % des Français et 65 % des Allemands. Seuls les Britanniques viennent rompre ce consensus et manifestent de nouveau leur euro-scepticisme en déclarant à 60 % que l’appartenance à l’UE est plutôt une mauvaise chose pour leur pays…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mnms
- 13/07/2011 - 12:01
diviser pour reigner.
Halte à la division! l'europe s'entraide et c'est bien. Par contre qu'on continu de soutenir les usa qui replatre leur PIB avec de la dette en imprimant du papier: sans issu. Les marchés n'y croient plus. La FED est depuis 2011 le 1er détenteur de titres du trésor US! L'investissement qui ne va plus au $ pourrait aller a l'€. Les remous actuels sur l'euro défendent le $. Coincidence..
texarkana
- 13/07/2011 - 10:39
La différence entre l'Italie ou l'Espagne et la France
c'est que les 2 premiers n'aident pas en plus de la Grèce la Terre entière! (et s'il y avait des habitants sur Mars, je suis sûr que nous les aiderions aussi, "c'est beau c'est grand c'est généreux la France")
alankin
- 13/07/2011 - 09:21
Euro ou pas....
en France 40 millions de votants à la présidentielle --> 40 milliards de dette supplémentaire, on vend la lune pour être élu, après on achète la lune sur les marchés financiers..hausse continue de la dette, avec ou sans Euro, depuis 1980, ce sont nos pratiques qui sont aberrantes!!