En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 46 min 11 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 34 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 4 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 22 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 42 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 10 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 20 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 40 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 5 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 17 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 23 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 3 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 55 min
Le maire de Saint-Dié-des-Vosges joue les outsiders dans la primaire socialiste.
Le maire de Saint-Dié-des-Vosges joue les outsiders dans la primaire socialiste.
Sa différence

"Il faut produire avant de distribuer"

Publié le 11 juillet 2011
Le maire de Saint-Dié-des-Vosges, ancien ministre de l'Industrie, joue les outsiders dans la primaire socialiste. Plus très loin d'obtenir les parrainages nécessaires, il défend un programme axé autour d'une priorité : le retour de la croissance pour faire reculer le chômage.
Christian Pierret est maire PS de Saint-Dié-des-Vosges.Il a été Ministre délégué à l'Industrie, aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation.  Il est à l'origine de la "loi Pierret" sur l'ouverture des marchés...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Pierret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Pierret est maire PS de Saint-Dié-des-Vosges.Il a été Ministre délégué à l'Industrie, aux Petites et Moyennes Entreprises, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation.  Il est à l'origine de la "loi Pierret" sur l'ouverture des marchés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire de Saint-Dié-des-Vosges, ancien ministre de l'Industrie, joue les outsiders dans la primaire socialiste. Plus très loin d'obtenir les parrainages nécessaires, il défend un programme axé autour d'une priorité : le retour de la croissance pour faire reculer le chômage.

Atlantico : Vous mettez essentiellement l’accent sur l’économie dans votre livre-programme. Est-ce que vous estimez que cette dimension est négligée par le projet socialiste ?

Christian Pierret : Le programme socialiste aborde un certain nombre de perspectives économiques, mais comme je crois qu'au cours d'un mandat présidentiel qui ne dire que cinq ans il est nécessaire de s'occuper d'abord de priorités et de centrer son effort sur ce qui paraît le plus important à un moment donné dans l'action publique, il me semble que le plus important aujourd'hui est de lutter contre le chômage. Toutes les formations politiques, tous les gouvernements et tous les présidents de la République n'y ont jamais réussi.

Si la priorité est de lutter contre le chômage, il faut s'en donner les moyens. Pour cela, il faut hausser la croissance économique du pays au niveau le plus élevé possible, et il reste encore aujourd'hui beaucoup de marge. Nous ne faisons aujourd'hui qu'entre 1,2 et 1,3 % de croissance quand l'Allemagne fait plus de 3,5 %. Le gros problème des sociétés européennes, et plus particulièrement encore de la France, c'est cette incapacité quasi structurelle d'avoir un taux de croissance suffisant pour faire régresser le chômage. L'économie est au cœur de mon projet.

Il y a une deuxième raison qui m'oppose à ce que le projet socialiste indique. Celui-ci part de la société française pour rester sur des considérations hexagonales, alors que je pense qu'il faut partir de la situation internationale pour arriver en fin de raisonnement à ce qui se passe en France. Autrement dit, par rapport à d'autres candidats à la candidature avec lesquels je suis en contradiction absolue, comme monsieur Montebourg, je joue à plein l'idée que, acceptant la mondialisation comme un fait, j'en déduis un certain nombre de conséquences sur ce qu'il doit être fait en France pour nous y adapter en la rendant plus supportable et pour combattre le chômage.

Il s'agit d'une social-démocratie, je tiens à ce mot, qui soit en accord avec tous ce que nos autres collègues et amis ont fait à travers l'Europe, du Nord jusqu’à l'Espagne. Le Parti socialiste ne s'est pas transformé autant dans son approche des problèmes que ne l'ont fait les autres partis, et il faut que nous choisissions, nous, socialistes français, une voie clairement social-démocrate.

 

Qu’est-ce qui vous différencie de François Hollande sur la question de la social-démocratie ?

Il y a beaucoup de points qui nous rapprochent, mais il ne parle pas, comme moi, de l'importance des contraintes internationales sur notre marge de manœuvre. Je pense par exemple, compte tenu de ces contraintes, tenir compte du fait que notre premier budget en France est celui de la dette. Que le président soit de droite ou de gauche, il y a un impératif absolu de réduire la dette publique.

Je pense que les Français sont aujourd'hui très conscients que leur pays, pour exister dans la compétition mondiale et se donner des chances de retrouver un emploi dynamique, doit résoudre la question de l'endettement public et du fait que l'on vit sur le crédit des générations futures. Ce n'est ni sérieux ni juste. Il y a pendant trois ans un effort considérable de redressement des finances publiques à opérer, un effort considérable de meilleure répartition des efforts entre l'Etat et les collectivités territoriales, et une défense de l'autonomie des collectivités territoriales.

Je dis une chose tout à fait vraie qui me différencie des autres candidats : il faut produire avant de distribuer.

 

D’après vous, pourquoi vos concurrents ne font pas le même diagnostic ? Pensez-vous qu’ils préfèrent ménager l’aile gauche du PS et les autres partis de gauche ?

Il ne faut surtout pas - c'est votre question qui m'incite à répondre comme ça - penser au deuxième tour des présidentielles avant d'avoir gagné le premier, c'est à dire refaire l'erreur qui nous fut fatale en 2002 en travaillant pour ramener à nous d'autres candidats, leurs voix et celles de l'ensemble des familles susceptibles de voter pour le candidat social-démocrate au deuxième tour. Il faut déjà gagner le premier. Et je pense que, compte tenu de la maturité du peuple français, qui se rend bien compte de la situation, l'une des conditions de la victoire est de parler un langage de vérité. Il faudra donc dire aux gens qu'il y aura un effort à faire pour nous adapter et pour combattre nos défauts.

 

Est-ce que vous aurez le nombre de parrainages nécessaires avant la date fatidique du 13 juillet ?

Je suis très proche d'aboutir au nombre de signatures nécessaires.

 

Est-ce que vous craignez d’être inaudible dans une campagne où les médias vont se concentrer sur les deux ou trois candidats les plus connus, comme cela s’est passé pour la primaire des écologistes ?

Les écologistes disaient tous à peu près la même chose, surtout ceux qui restent en lice, alors que nous avons au PS des différences notables, entre ceux qui tirent vers une présentation très "1981", ou très "1997", et d'autres, comme moi, qui proposent carrément une mutation social-démocrate de nos propositions. Je prends le projet socialiste comme une base, et autour de cette base je bâtis une conception qui a sa cohérence. Les gens sont tellement las de la politique, de gauche comme de droite, que si quelqu'un dit la vérité, il va forcément attirer l'attention.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 11/07/2011 - 23:54
Christian Pierret à l'UMP? ce n'est pas la fin des transfuges!..
Adapter la France à la mondialisation, réduire la dépense publique, relancer la croissance économique en stimulant l'économie, c'est ce que prône la droite depuis 30 ans. Mais alors, Mr Pierret, il ne faut pas soutenir la baisse des salaires et de la productivité à cause des 35 heures, les hausses d'impôts Socialistes, les syndicats réactionnaires, qui plombent notre économie depuis 30 ans!
Khemas
- 11/07/2011 - 21:29
@Refrancore : vous confondez
@Refrancore : vous confondez tout. La social-démocratie européenne a compris qu'on devait accepter le capitalisme ainsi que la mondialisation qui en découle depuis belle lurette. A l'opposé, l'UMP est loin de représenter l'essence du libéralisme dans ce qu'il a de bon, surtout à l'heure actuelle. Le populisme, le tout sécuritaire n'ont rien à voir avec les valeurs libérales qu'il faut défendre.
Khemas
- 11/07/2011 - 21:21
Continuez Monsieur Pierret,
Continuez Monsieur Pierret, il faut plus de gens comme vous à Gauche. Un jour peut être le PS comprendra que l'avenir est la social-démocratie, avec un siècle de retard sur le reste de l'Europe certes.