En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

03.

Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

07.

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 10 min 57 sec
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 1 heure 23 sec
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 1 heure 49 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 18 heures 12 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 19 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 22 heures 16 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 23 heures 11 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 1 jour 27 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 1 jour 48 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 31 min 50 sec
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 17 heures 40 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 18 heures 42 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 19 heures 32 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 1 jour 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 1 jour 36 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 1 jour 54 min
Adieu, ferme royale

Rambouillet : les moutons-modèles en danger

Publié le 11 juillet 2011
Un projet de Pôle technique universitaire à Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Versailles devrait bientôt s’implanter sur le domaine de la Bergerie nationale, la ferme installée par Louis XVI, à deux pas du château de Rambouillet. Comment se résigner à voir menacée pareille institution ?
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Charles-Gaffiot est l'auteur de Trônes en majesté, l’Autorité et son symbole (Édition du Cerf), et commissaire de l'exposition Trésors du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes qui fut présentée au château de Versailles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un projet de Pôle technique universitaire à Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Versailles devrait bientôt s’implanter sur le domaine de la Bergerie nationale, la ferme installée par Louis XVI, à deux pas du château de Rambouillet. Comment se résigner à voir menacée pareille institution ?

Plantée dans un paysage champêtre propre aux compositions des tableaux de Hubert Robert, telle apparaît aujourd’hui encore, à deux pas du château de Rambouillet, la ferme royale voulue par Louis XVI, en 1783, pour y mettre en pratique les théories chères aux physiocrates du temps et, en l’espèce, améliorer l’élevage ovin.

Pour aménager sa ferme modèle, le souverain fait tout d’abord acheter en Suisse deux taureaux, vingt vaches et une jument. Puis, il joint une paire de béliers et une brebis venus d’Afrique, un âne en provenance de Malte, et enfin 17 chèvres d’Ankara…

Mais, voulant de surcroît trouver le moyen de briser un monopole espagnol en évitant à la France de payer chaque année près de 30 millions pour l’achat de laine destinées aux filatures françaises, le roi parvient à obtenir de son cousin Charles III la permission d’acquérir un troupeau de 383 mérinos pour acclimater cette solide race sous le ciel d’Ile de France puis la faire prospérer à travers tout le royaume.

Une rigoureuse sélection permet de prélever les meilleures têtes du cheptel hispanique et de constituer un troupeau de 383 animaux (334 brebis, 42 béliers, 7 moutons conducteurs) qui s’ébranle, le 15 juin 1786, le long des sentiers reliant le sud de l’Espagne à la France, sous la conduite de quatre bergers.

Quatre mois plus tard, le 12 octobre, après avoir franchi les Pyrénées et remonté les campagnes françaises, 366 mérinos arrivent à Rambouillet.

Grâce à l’intelligence des soigneurs et aux connaissances du naturaliste Daubenton, le troupeau prospère. Le pari de louis XVI est gagné.

En mars 1794, les révolutionnaires ayant reconnu la richesse des bienfaits apportés par cette royale initiative, transforment la ferme en une école de bergers, la première ouverte sur le territoire de la République.

Au siècle suivant, par une sévère sélection, la « race de Rambouillet » devient si prospère qu’elle supplante la race originelle espagnole appauvrie.

De nos jours, le troupeau de mérinos acheté par Louis XVI est l’unique témoin d’une race exceptionnelle remontant à la nuit des temps. Les activités de l’Ecole nationale d’élevage ovin et celles du Centre d’apprentissage d’élevage perdurent toujours malgré les profondes mutations subies par les industries lainières à partir de 1950. A présent, la Bergerie nationale se dirige essentiellement ses objectifs vers l’amélioration de la qualité de la viande ovine et de la production de lait.

Mais pour combien de temps encore ?

Un projet de Pôle technique universitaire (université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines) devrait bientôt s’implanter sur le domaine et emménager dans les anciens bâtiments du XVIIIe siècle pour permettre à des enseignants, à des chercheurs, à des étudiants en master ou à des doctorants de suivre une formation dédiée à « l’Agriculture Durable et du Développement Territorial Soutenable » (sic).

Le projet aurait pour conséquence immédiate d’affecter au pôle universitaire la partie sud de la Cour d’honneur (quatre bâtiments inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques) pour y aménager des amphithéâtres et une zone de restauration !

Ainsi, à  plus ou moins brève échéance, le dernier grand ensemble agricole imaginé par les physiocrates du siècle des Lumières, après avoir réussi à échapper aux affres de la Terreur, des révolutions et des guerres, risque de disparaître.

Certes, ces savants projets ne portent aujourd’hui que sur une petite moitié des bâtiments et n’altèrent qu’une partie des activités séculaires de l’institution, mais il en va toujours ainsi lorsque les Pouvoirs publics envisagent la  suppression pure et simple d’un établissement. Par ailleurs, même amoindrie, la Bergerie nationale pourrait-elle à brève échéance survivre à une cohabitation si antinomique ?

L’initiative menée sans grande concertation avec le personnel intéressé relavant du ministère de l’Agriculture apparaît de surcroît d’autant plus surprenant que la mairie de Rambouillet, qui soutient sans doute avec raison l’arrivée du pôle universitaire sur le territoire de sa commune, dispose de nombreux autres emplacements susceptibles de recevoir tout aussi dignement les infrastructures nécessaires à la mise en œuvre de ce projet.

En fait, la véritable question se situe ailleurs.

Aménagés symétriquement de part et d’autre d’un imposant pigeonnier, granges, bâtiments, et logements des anciens fermiers forment un majestueux quadrilatère. Cet ensemble représente l’un des plus beaux fleurons architectural du ministère de l’Agriculture en proie, lui aussi, à bien des restrictions financières.

Aussi regrettable puisse-t-elle être, la disparition de la Bergerie nationale pourrait donc apparaître comme une mesure justifiable.

Mais comment approuver en toute sérénité le démantèlement de ce patrimoine historique incomparable faisant, dans toute l’Europe, l’admiration des chercheurs, de la communauté scientifique et même du grand public ?

Au même titre que le haras national du Pin en Normandie, l’avenir de la Bergerie nationale ne concerne pas seulement la seule ville de Rambouillet, ni même la région Ile-de-France. Elle se présente comme un symbole d’excellence et comme l’héritière d’un savoir faire envié. A l’instar du château et du domaine de Versailles au regard de la direction du Patrimoine ou des opéras Bastille et Garnier pour la Direction de la Musique et celle de la Danse, la dimension acquise par cet établissement s’étend bien au delà de nos frontières et de cadres administratifs souvent trop rigides.

Aussi, comment se résigner à voir menacée pareille institution ?

Au sein du ministère de l’Agriculture, n’existe-t-il aucun responsable pour mesurer les enjeux encourus par la programmation de ce démantellement ?

D’autres projets respectueux à la fois de l’état existant du monument et de sa vocation ont-ils vraiment été étudiés ?

 Pour l’heure, ces questions restent sans réponse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Martin OConnor
- 10/07/2011 - 22:53
Projets respecteux et procès d'intention?
L'avenir de la Bergerie (et des merinos) est incertain, d'accord. Cependant, étant membre du CA de la BN depuis plus de 6 ans, je suis bien placé pour savoir la volonté de l'UVSQ pour collaborer avec la BN et consolider son avenir. Que l'Université soit (malgré elle?) une menace aux merinos, est une hypothèse à explorer avec l'esprit ouvert car, elle est peut-être erronée sur le fond...
porticcio
- 10/07/2011 - 17:00
Une seule explication possible ?
Au sein du ministère de l'Agriculture, il y aurait des chèvres !