Péché
Zahia, nouvelle Ève ?
Publié le 01 juillet 2011
L'ancienne escort girl, Zahia, vient de poser pour les photographes français Pierre et Gilles, en Ève décomplexée et revisitée. Devenue célèbre pour avoir couché avec des footballeurs français, alors qu'elle était mineure, elle a aujourd'hui abandonné sa vie d'antan pour se consacrer à son image. Symbole d'une société de spectacle en mal d'icônes, elle en arriverait même à faire oublier qu'il fut un temps, elle couchait pour de l'argent.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancienne escort girl, Zahia, vient de poser pour les photographes français Pierre et Gilles, en Ève décomplexée et revisitée. Devenue célèbre pour avoir couché avec des footballeurs français, alors qu'elle était mineure, elle a aujourd'hui abandonné sa vie d'antan pour se consacrer à son image. Symbole d'une société de spectacle en mal d'icônes, elle en arriverait même à faire oublier qu'il fut un temps, elle couchait pour de l'argent.

Ne dites surtout pas que Zahia était une pute : elle n’a été qu’une femme qui couchait pour de l’argent. Une escort girl. Aucun rapport avec la prostitution. Maintenant, comme toute héroïne qui se respecte, elle a créé son site internet, son compte twitter, sa chaine Youtube. Mais surtout, après le film Bionic où elle apparaissait en cyborg devant la fesse rebondie de qui se pourléchaient les babines de ses inventeurs, elle vient d’être consacrée comme modèle par les éminents Pierre et Gilles, photographes sans génie mais non sans relations ni comptes bancaires. Il paraît que dans leur image, que même la confiture Andros repousserait pour attentat au cercle chromatique, elle est Eve.

Heureusement pour eux, plus personne ne sait qui est Eve, ni vraiment ce que raconte d’elle ce vieux livre poussiéreux qui s’appelle la Bible. Il suffit de prendre une greluche blonde, de mettre autour une pomme et un serpent, et en avant Guingamp. Même le réalisateur de Desperate Housewives y avait pensé avant eux. C’est dire.

Peu importe. Le drame véritable, c’est Zahia. Cette petite fille sans père, sans instruction et sans amour-propre dont la République du Spectacle a fait sa putain.

A cette Marie-Madeleine - mais plus personne ne sait qui est Marie-Madeleine, ni ce que le Nouveau Testament, cette deuxième partie du livre poussiéreux qui s’appelle la Bible en raconte -, il eût fallu qu’un Christ dît : « Va et ne pèche plus ».

Et bien évidemment, il s’est trouvé mille ordures ensarkoziées autour d’elle pour lui répéter au contraire : « Va, et pèche plus pour gagner plus ».

Cette petite fille dont la République du Spectacle a fait sa putain

Avant la pauvre fille réservait pour une poignée de milliers d’euros ses appas à des huiles de type footballeurs. Aujourd’hui, pour quelques dollars de plus, c’est la France entière qui en profite. A distance, je sais, mais de cette distance de l’image qui en fait ne préserve rien. Qui au contraire énerve les pulsions et démultiplie les fantasmes. Et l’humain d’aujourd’hui a enfin réalisé la pauvreté de sa chair en regard du fantasme. En voie de japonisation avancée, il préfère de plus en plus la perfection de la machine médiatique à sa propre faiblesse éventuelle. Au moins, avec Bionic ou Pierre et Gilles, on est sûr qu’il ne se passera rien : on verra des seins et un cul et tout ira bien. Grâce à l’esclave Zahia, la saloperie spectaculaire peut continuer de tourner.

Oh, il y a bien sûr les exploiteurs de l’Eve future, les souteneurs d’internet, les macs de la photo, les maffieux de la fausse blonde qui devront payer un jour pour cela. Ici ou au-delà, qu’importe, ce n’est pas mon affaire.

Mon affaire, ce serait plutôt Zahia : dans ce vide intersidéral qu’enveloppe la poupée plastique, quelqu’un allumera-t-il un jour la lumière ? Y aura-t-il quelqu’un pour lui rappeler qu’elle existe, qu’elle est un être fait pour la conscience, la liberté et la vérité, et même un être capax dei comme disaient les théologiens médiévaux ?

C’est mon affaire d’y penser, mon affaire de ne surtout pas participer à l’immolation de la putain sacrée en direct, à ce sacrifice d’oblation au Baal spectaculaire : ce n’est pas mon affaire pourtant de la sauver.

Mais quelqu’un viendra.

Pour moi, je suis confiant : j’attends Savonarole et le  Saint-Esprit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
RcommeRobert
- 02/07/2011 - 14:50
Certains chrétiens n'ont rien
Certains chrétiens n'ont rien à envier aux talibans...
LeditGaga
- 02/07/2011 - 09:08
@vangog
Bien vu Vangogh sans h (prohibé en France) ! Zahia était son prénom, Pupute est son nom, comme aurait dit Robert Hossein ! Mais à l'heure où tout est permis en matière de sexe, où l'on voit des personnages "haut placés" souiller des jeunes femmes en toute impunité, il ne faut plus s'étonner de rien, les sodomites ont tous les droits désormais : attendons simplement la fin proche, très proche...
vangog
- 02/07/2011 - 01:21
Un pute minable pour des Footballeurs minables!
Celle-ci a subi la dictature des coiffeurs, maquilleurs, siliconeurs, publicitaires et surtout du fric. Il faut croire que ça plait aux petits cerveaux...Voila l'image que montre le sport Français actuellement. Pierre de Coubertin, Lacoste, Cochet, Poulidor où êtes vous? Je n'ai pas besoin de connaître leurs femmes pour imaginer qu'elles étaient racées et naturellement belles.