En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Pays basque
Batasuna : adios la frontière franco-espagnole ?
Publié le 28 juin 2011
Aurore Martin, la militante basque, visée par un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne, a failli être arrêtée, mardi 21 juin. Plusieurs activistes basques ont repoussé les policiers français venus l’interpeler. Elle risque jusqu’à douze ans de prison pour « participation à une organisation terroriste ». Membre de Batasuna, parti interdit en Espagne pour ses liens supposés avec l’ETA, mais autorisé en France, elle venait de sortir de six mois de clandestinité. Mais qui se cache derrière cette formation politique ?
Barbara Loyer est professeur à l’Institut Français de Géopolitique de l’Université Paris 8.Spécialiste de la géopolitique de l’Espagne, elle s’est particulièrement intéressée aux nationalismes basque et catalan, ainsi qu’à l’analyse du...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Loyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Loyer est professeur à l’Institut Français de Géopolitique de l’Université Paris 8.Spécialiste de la géopolitique de l’Espagne, elle s’est particulièrement intéressée aux nationalismes basque et catalan, ainsi qu’à l’analyse du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurore Martin, la militante basque, visée par un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne, a failli être arrêtée, mardi 21 juin. Plusieurs activistes basques ont repoussé les policiers français venus l’interpeler. Elle risque jusqu’à douze ans de prison pour « participation à une organisation terroriste ». Membre de Batasuna, parti interdit en Espagne pour ses liens supposés avec l’ETA, mais autorisé en France, elle venait de sortir de six mois de clandestinité. Mais qui se cache derrière cette formation politique ?

Atlantico : Comment qualifier la formation basque "Batasuna" (dont le nom est revendiqué par ses membres mais n'est plus autorisé depuis 2003) ? Y a-t-il une différence entre la partie espagnole et la branche française du parti ?

Barbara Loyer : Batasuna est un parti indépendantiste basque. Il veut fonder un nouvel État souverain qui ferait disparaître à cet endroit la frontière franco-espagnole en rassemblant des territoires de France et d'Espagne. La nouvelle  frontière devrait passer au milieu du département des Pyrénées-Atlantiques. Elle inclurait, théoriquement, Bayonne mais pas la partie de son agglomération qui se trouve dans le département des Landes.

Cet Etat devrait être bascophone. Batasuna se déclare socialiste. Les militants tiennent des discours politiques avec un vocabulaire utilisé à l’ordinaire par la gauche, notamment les mots « répressions », « peuple », « torture », etc. C'est important pour comprendre que les déclarations de solidarité viennent plutôt de partis de gauche.

Théoriquement, Batasuna est en France l'expression du même projet politique que le parti du même nom interdit en Espagne mais doit s'adapter au contexte légal des élections françaises. 

Quels sont les combats que porte ce parti indépendantiste ?

Ce sont ceux de l'extrême gauche, d'une contestation des systèmes politiques actuels.  Le vocabulaire qu'ils emploient leur permet de converger avec les mouvements des Indignés dans de nombreux pays d'Europe, mais, à la différence des Indignés, l'idéologie nationaliste inscrit les actions de Batasuna dans des tactiques  à court et moyen terme beaucoup plus réfléchies, pour une stratégie à long terme.

Cette stratégie est explicitement celle de former un mouvement politique commun en France et en Espagne. Le fait que la coalition indépendantiste basque Bildu ait eu un tel succès en Espagne et que l'ETA poursuive sa lente évolution vers la disparition (bien qu'on trouve encore ses caches d'explosifs) change la donne, côté français. En effet, les indépendantistes basques en France ont été soucieux, jusqu'à maintenant, de ne pas se laisser dépasser par les partisans de la lutte armée.

Ils ont déjà bien du mal à s'implanter électoralement, et le développement du terrorisme en France leur porterait préjudice. Si l'ETA disparaît, cette inhibition est levée et une lutte interne entre nationalistes basques, en France comme en Espagne, va se développer, pour occuper le devant de la scène et gagner des parts de l'électorat.  Le fait d'apparaître comme victime est utile pour atteindre cet objectif.

Il faut écouter les discours comme des éléments de stratégies politiques mises en œuvre à des moments réfléchis. Il est utile aujourd'hui en France de commencer à faire bouger les associations et les partis sur un agenda politique que l'on maîtrise. Il faut inscrire le peuple basque dans les priorités du Pays basque, maintenant, après le succès de Bildu en Espagne et à la faveur du mouvement des indignés qui crée un élan dont il faut utiliser l'énergie. C'est de la politique, pas de l'idéalisme.

La question du mandat d'arrêt européen visant la militante basque Aurore Martin peut être traitée sur le plan juridique des libertés publiques en Europe. Le problème ici est le lien implicite fait entre la liberté des individus et celle d'un 'peuple basque" que représenterait la militante concernée. Ce lien est trompeur.  Pour l'instant, en France, Batasuna ne représente rien sur le plan électoral. Il n'est pas plus le peuple basque que les électeurs de l'UMP qui portent des noms basque et parlent la langue basque.

Batasuna est interdit par la justice espagnole pour ses supposés liens avec l’ETA. Qu'en est-il exactement ?

Selon moi, les liens de Bastasuna avec l'ETA et l'idéologie totalitaire de cette organisation ne sont pas supposés mais réels. Il me semble que c''est un vrai problème que des militants de gauche ne soulèvent pas la contradiction qui existe, dans ce cas présent, entre le discours de gauche et la pensée totalitaire. Il ne faut pas seulement juger des discours mais des pratiques politiques. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Wild Cat
- 24/06/2011 - 10:46
Fascination
La gauche Bobo a des yeux de Chimène pour les terroristes et leurs sympathisants...Action Directe graciée par Tonton, Battesti accueilli par Mitrand, Colonna assassin de préfet...La bande à Coupat, bobo de Ginette...
le Gône
- 23/06/2011 - 19:23
@ISABLEUE
Il n'y a bien que son ane qui croyait en Mitterrand.(mis a part la bande de fayots et de parvenus du PS bien sur)
ISABLEUE
- 23/06/2011 - 16:25
ET Oui, Mitterant leur avait promis
la réunification du Pays Basque... Ils ne sont pas dégoutés et y croient encore...